AccueilLa UNETunisie : Chômeurs, mais optimistes !

Tunisie : Chômeurs, mais optimistes !

L’Union pour la Méditerranéenne (UPM) a organisé, ce mercredi, 18 septembre 2013, la deuxième journée de la Conférence Economique Méditerranéenne sur le thème « Emploi et développement territorial ». Lors de cette rencontre réunissant plus de 300 participants de 25 membres de l’Union pour la Méditerranée, Med4Jobs, une initiative méditerranée pour l’Emploi a été lancée. Il s’agit d’un programme régional développé par le Secrétariat de l’UPM dans l’objectif d’accroître l’employabilité des jeunes et des femmes dans la région méditerranéenne orientale et occidentale. Le programme permettra d’identifier et de diffuser les meilleures pratiques existantes et favorisera la mise en œuvre de projets concrets visant à combler le fossé entre l’offre et la demande d’emploi. Med4Jobs se veut une initiative de coordination pour la mise en œuvre de projets de coopération dans le domaine de la création d’emplois et du développement des affaires. Le programme s’étale sur 3 ans et vise à former plus de 80 mille étudiants dans plusieurs pays tels que la Tunisie, le Maroc, l’Algérie la Jordanie, le Liban ou encore le Palestine. L’objectif aussi et de créer 50 startups dans toute la région de la Méditerranée.

- Publicité-

Dans le cadre de cette rencontre, deux mémorandums d’entente ont été signés. Une première convention de financement entre le Fonds Shekra, Crown Fund et Injaz Al Arab, dans le but d’offrir des possibilités de financement au profit des Start-ups et des idées d’affaires innovantes aux jeunes entrepreneurs sud de la Méditerranée. Le second mémorandum d’entente a été signé entre le Secrétariat de l’Union pour la Méditerranée et l’Utica, et ce dans l’objectif de renforcer le soutien apporté aux PME dans les pays méditerranéens, contribuant ainsi au développement du secteur privé et à la création d’emplois dans la région méditerranéenne.

Avec un taux de chômage moyen de 25%, le programme estime que les pays sud-méditerranéens devront créer 22 millions d’emplois d’ici à 2020 pour répondre aux demandes des nouvelles générations de jeunes et de femmes qui entreront sur le marché de travail.

En marge de cette rencontre, une enquête sur la situation du marché de l’emploi en Tunisie a été dévoilée par TNS Opinion, cabinet international spécialisé dans sondages d’opinions multinationales. Il en ressort qu’un Tunisien sur cinq est touché par le chômage et que le non emploi est plus grave chez les femmes que chez les hommes. 44% de la population restent néanmoins optimistes et estiment que le chômage et la situation de crise vont s’améliorer dans les 2 prochaines années.

L’enquête a montré, en outre, que la crainte des Tunisiens de perdre leur emploi est moins élevée dans le Sud. Les incertitudes sont plus prononcées chez les jeunes et parmi les interviewés les plus instruits, en particulier dans le centre du pays, par exemple à Sousse et à Kairouan. Pourtant, plus des deux tiers sont bien décidés à lutter pour pouvoir garder leur emploi dans les mois à venir.

Selon le baromètre, la majorité des interviewés ne croient plus en l’emploi à vie et la durée de travail chez un seul et même employeur ne dépasse pas cinq ans.

L’enquête a montré, en outre, que l’entrepreneuriat en Tunisie est considéré comme problématique pour les femmes, les personnes âgées et les jeunes. Les opinions diffèrent en ce qui concerne la facilité de lancement d’une nouvelle entreprise dans le pays. Cependant, prés des deux tiers des répondants disent qu’ils sont familiarisés avec les procédures nécessaires au démarrage d’une entreprise.

Rappelons que l’enquête a été réalisée du 4 au 9 juin de cette année sur 1041 personnes interrogées en face à face.

Kh.T

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,564SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles