Authors Posts by African Manager

African Manager

4605 POSTS 0 COMMENTAIRES

par -

L’Assemblée des représentants du peuple (ARP) n’a pas accordé de vote de confiance au gouvernement Habib Jemli avec 134 députés contre, 72 députés pour et 3 absentions alors qu’un total de 109 voix était requis pour l’investiture du gouvernement proposé.

Le président de la République Kais Saied avait chargé le 15 novembre le chef du gouvernement désigné de former le nouveau gouvernement après avoir été proposé par Ennahdha, qui compte le plus grande nombre de sièges au parlement, rappelle-t-on.

L’article 89 de la Constitution stipule que “le gouvernement est composé d’un chef de gouvernement, de ministres et de secrétaires d’Etat choisis par le chef du gouvernement en consultation avec le président de la République pour les ministères des affaires étrangères et de la défense”.

Dans la semaine qui suit l’annonce des résultats définitifs des élections, le Président de la République, charge le candidat du parti ou de la coalition électorale ayant le plus grand nombre de sièges à l’ARP de former le gouvernement dans un délai d’un mois, renouvelé une fois. En cas d’égalité de sièges, il sera tenu compte du nombre de voix obtenues pour la désignation du candidat à la formation du gouvernement.

Lorsque le délai spécifié est dépassé sans formation du gouvernement, ou dans le cas où l’Assemblée des représentants du peuple n’accorderait pas de confiance au gouvernement proposé, le Président de la République tiendra, dans un délai de dix jours, des consultations avec les partis, coalitions et blocs parlementaires pour désigner la personne la plus apte à former un gouvernement dans un délai maximum d’un mois.

Si quatre mois se sont écoulés depuis le premier mandat et que les députés de l’ARP n’ont pas donné confiance au gouvernement, le président de la République a le droit de dissoudre le Parlement et de convoquer de nouvelles élections législatives dans un délai de 45 jours et 90 jours maximum.

Le gouvernement présente un résumé de son programme de travail à l’ARP afin d’obtenir la confiance du Parlement avec la majorité absolue de ses membres. Dès l’obtention de la confiance du gouvernement, le Président de la République nomme immédiatement le chef du gouvernement et ses membres.

par -

Le conseil de la Choura du mouvement Ennahda, réuni jeudi soir au siège du mouvement, a décidé de soutenir le gouvernement Habib Jemli, lors du vote de confiance prévu au parlement vendredi.

Le chef du Conseil de la Choura, Abdelkarim Harouni, a appelé lors d’une conférence de presse tenue après la réunion, les différents blocs parlementaires à faire prévaloir l’intérêt national sur les intérêts étroits et voter pour le gouvernement proposé.

par -

Le Conseil national du parti Qalb Tounes, réuni jeudi soir, a décidé de ne pas accorder la confiance de son bloc parlementaire au gouvernement Habib El Gamli, lors de la session plénière de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), qui se tiendra vendredi au Palais du Bardo.

“Le parti Qalb Tounes ne peut pas être un faux témoin, et un parti qui n’obtient que 25% des sièges au Parlement ne peut pas faire mainmise sur la scène politique”, a déclaré Nabil Karoui, le chef du parti, après la réunion du Conseil national, faisant allusion à Ennahdha qui compte le plus grand nombre de sièges au parlement (54).

Il a affirmé que le chef du gouvernement désigné Habib Jemli a rejeté la demande de “neutralisation des ministères de souveraineté”, pour avancer une autre justification du refus de son parti de voter pour l’investiture du gouvernement.

Nabil Karoui a tenu le mouvement Ennahdha responsable de la méthodologie “erronée” dans le choix de la formation du gouvernement, soulignant que “le parti Qalb Tounes ne peut pas accorder à Ennahdha un chèque en blanc”. Il a ajouté que son parti “ne cherche pas de portefeuilles”, mais souhaite plutôt remettre la Tunisie à “des mains sûres”, a-t-il dit.

Le dirigeant de Qalb Tounes, qui compte le troisième plus important groupe parlementaire (38 sièges), derrière le bloc démocrate (41), a estimé que Ennahdha “aurait du bien choisir la personnalité appropriée pour diriger le gouvernement, surtout à la lumière des circonstances difficiles que traverse la Tunisie et de la guerre en Libye”.

Karoui a répété dans une déclaration à l’agence TAP que son parti considère la composition gouvernementale présentée par le chef du gouvernement désigné “une équipe ratée qui ne répond pas aux attentes des Tunisiens”

“Le parti Qalb Tounes ne trahit pas le pays”, a-t-il conclu, à propos du vote de confiance au gouvernement lors de la séance plénière de vendredi.

par -

La Banque Centrale de Tunisie porte à la connaissance du public qu’une mission d’audit interne a été ordonnée, au courant du mois de décembre 2019, visant la vérification de la régularité de certaines opérations financières. Suite à cette mission, ses services ont constaté que certaines liasses de billets de banque étrangers ne comportent pas la totalité du nombre de billets de banque qui y sont inscrits. Le montant objet du détournement est estimé à la contre-valeur d’un million deux cent mille dinars tunisiens.

La Banque Centrale de Tunisie a en date du 27 décembre 2019 porté l’affaire à la connaissance des autorités judiciaires qui se sont chargées de l’enquête et ont ordonné la garde-à-vue du suspect.

Tout en regrettant l’acte commis par le suspect, la Banque Centrale de Tunisie confirme son engagement permanent et l’engagement de tout son personnel pour faire face à de tels agissements.

par -

L’ex ministre Slah Maoui est décédé , ce lundi en fin d’après-midi, suite à une attaque cardiaque, a-t-il été annoncé à Tunis.

Le disparu a été notamment ministre du Tourisme et de l’arisanat et a été nommé à plusieurs postes et fonctions à l’échelle nationale et internationale.

par -

Les deux candidats au second tour de l’élection présidentielle, Kais Saied et Nabil Karoui sont diversement perçus à domicile et dans une moindre mesure dans quelques pays européens, notamment en France.         Ailleurs, ils n’auraient droit de cité que dans quelques cercles restreints d’initiés, et d’experts spécialistes des affaires tunisiennes. C’est le cas de Sasha Toperich est vice-président principal du thik tank « Transatlantic Leadership Network ». Et il a livré son opinion sur la Présidentielle et les deux candidats au second tour dans une analyse publiée par l’influent média washingtonien « The Hill » leader de la couverture de l’actualité du Congres, de la Maison blanche et des campagnes électorales.

Il a d’abord noté que la Tunisie est « la seule démocratie à avoir survécu au printemps arabe », et que «  Washington a soutenu cette transition pleine d’espoir pour mettre en place des institutions et des pratiques démocratiques stables, avec plus de 1,4 milliard de dollars, une aide qui commence, cependant, à s’effriter » . Il souligne ensuite que l’on a spéculé sur le fait que les jeunes électeurs, désabusés par les partis politiques traditionnels et les inefficacités de la démocratie, voteraient pour des « wild cards » (jokers) ou en dehors de ce qu’ils considèrent comme un système corrompu », pour trouver enfin que « Karoui et Saied correspondent à ce profil avec des positions différentes ».

Un conservateur vs un « pro-entreprise »

Kais Saied est présenté comme un candidat indépendant qui est sorti de l’ombre. Résolument antisystème, il plaide pour la dissolution du parlement et son remplacement par des représentants locaux. Il est très conservateur sur les questions sociales, en particulier sur l’égalité des sexes et les droits des LGBT. Il a également exprimé son désaccord avec le financement étranger des groupes de la société civile tunisienne, à la consternation des pays donateurs occidentaux.

Nabil Karoui, lui, est un candidat pro-entreprise, pro-réforme avec une réputation sulfureuse. En 2011, Karoui a diffusé un film sur sa chaîne de télévision qui a été considéré par beaucoup comme anti-islamique, déclenchant des manifestations parfois violentes dans plusieurs villes. Il a été incarcéré de façon discutable depuis le 23 août. Par conséquent, il n’a pas reçu autant de temps pour présenter son programme. Il lui a été interdit de participer aux débats à la radio et à la télévision et de voter. Le juge d’instruction a rejeté à plusieurs reprises des demandes de libération déposées par le collectif de défense du candidat.

Des élections démocratiques qui fonctionnent réellement se définissent par leur transparence et leur intégrité. L’inefficacité et le manque de transparence dans ce cas entravent le processus électoral en Tunisie.

Les positions de l’adversaire de Karoui ne sont pas non plus parfaitement comprises. Kais Saied a la réputation d’être un pragmatique et a parlé abstraitement de la lutte contre la corruption et de la création d’une culture de la responsabilité. Mais il n’a pas formulé beaucoup de propositions politiques spécifiques. Le 15 septembre, le parti islamiste Ennahdha a envoyé des SMS à ses membres pour qu’ils votent pour Saied au lieu du candidat officiel Abdelfattah Mourou. Mais sur certaines questions, Saied fait cavalier seul fausse compagnie à Ennahdha. Il devrait présenter son programme complet aux électeurs avant le second tour des élections.

Un tournant mais aussi une crise au tournant

Ces élections peuvent marquer un tournant politique en Tunisie. L’enjeu est de taille. Si Karoui n’est pas libéré prochainement, il aura le droit de faire appel contre l’ISIE pour des inégalité des chances . Cela pourrait invalider le deuxième tour des élections présidentielles.

En l’absence d’une Cour constitutionnelle, cette impasse pourrait mettre en péril la démocratie en Tunisie. Les tribunaux eux-mêmes n’ont pas d’un grand secours En l’absence de transparence et d’obligation de rendre des comptes pour soutenir le processus énoncé dans la Constitution, la Tunisie risque de connaître une crise. Pour éviter une telle crise, les deux candidats doivent exposer leurs programmes complets pour le bien des électeurs tunisiens, affirme The Hill.

par -

Le juge d’instruction en charge du dossier de Nabil Karoui a rejeté mercredi une nouvelle demande de remise en liberté introduite par les avocats du prévenu, qui a accédé au second tour de l’élection présidentielle.
La magistrat instructeur a invoqué son “incompétence ” à connaître de la requête, a déclaré Me Kamel Ben Messoud, qui a déposé mardi la demande de libération, ajoutant que la défense interjettera appel.

par -

Une équipe du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par Björn Rother, s’est rendue en Tunisie du 15 au 31 août pour discuter des plans d’action des autorités dans le cadre de la quatrième revue du programme de réformes économiques de la Tunisie soutenu par le Mécanisme Elargi de Crédit (MEDC).

À l’issue de la mission, M. Rother a rendu publique la déclaration suivante :

« Les autorités tunisiennes et l’équipe du FMI sont parvenues à un accord sur les politiques nécessaires pour achever la quatrième revue dans le cadre du programme MEDC.

Les autorités tunisiennes ont souligné leur intention de continuer à agir de manière décisive pour contenir le déficit budgétaire, ce qui permettrait au Conseil d’administration du FMI d’examiner la quatrième revue à la fin du mois de septembre. L’achèvement de la revue permettrait l’accès à 177 millions de DTS (environ 257 millions de dollars), ce qui porterait le total des décaissements au titre du MEDC à environ 1,5 milliard de dollars.Certains signaux encourageants indiquent que la reprise économique est en bonne voie.

L’économie tunisienne a connu une croissance de 2,6% (en glissement annuel) au premier semestre de cette année, avec une bonne performance des secteurs de l’agriculture, du tourisme et des services. Le nombre de touristes ayant visité la Tunisie depuis le début de l’année est le plus élevé depuis 2010. L’engagement des autorités à réduire les déséquilibres budgétaires porte également ses fruits. L’exécution du budget sur les six premiers mois de 2018 est conforme avec l’objectif de réduire significativement le déficit cette année. Contenir les déficits contribuera à réduire la dette publique élevée de la Tunisie qui pèse sur l’économie et les générations futures.

Bien qu’en croissance, l’économie reste trop dépendante de la consommation et des importations. L’investissement a encore été faible cette année. Le chômage chez les jeunes et les femmes, particulièrement les diplômés, reste très élevé. Des réformes économiques supplémentaires, notamment pour renforcer la gouvernance, et l’intensification de la lutte contre la corruption, sont nécessaires pour surmonter les réticences des investisseurs et rétablir la confiance. Ces efforts contribueront à libérer le potentiel du secteur privé et à générer plus d’opportunités et d’emplois pour tous les Tunisiens.

Les déséquilibres économiques de longue date continuent de poser des risques importants pour l’économie tunisienne. L’inflation a récemment connu une légère baisse, mais à 7,5 pour cent, elle reste considérablement plus élevée que les années précédentes. La monnaie et le crédit ont continué à augmenter rapidement et le dinar s’est davantage déprécié, ce qui créera probablement de nouvelles pressions inflationnistes dans les mois à venir. En outre, l’amélioration attendue du déficit de la balance courante prend plus de temps que prévu : les importations sont encore trop élevées par rapport aux exportations et aux autres flux d’entrées de devises. Les réserves de change sont donc encore inférieures aux niveaux généralement observés dans les économies émergentes.

En outre, l’environnement extérieur de la Tunisie est confronté à de nouveaux défis. Les prix du pétrole sont nettement plus élevés que ce qui était prévu en début d’année et les marchés financiers internationaux sont devenus plus volatils. Les primes de risque pour un large éventail de marchés émergents ont augmenté.

Rester sur la voie de la réduction du déficit budgétaire cette année et l’année prochaine est essentiel pour stabiliser la dette et réduire la demande excessive d’importations, étant donné l’augmentation importante des prix internationaux du pétrole. Il sera particulièrement important de poursuivre les réformes des subventions (actuellement peu ciblées) de l’énergie, de gérer soigneusement la masse salariale publique ainsi que de redresser, sur des bases viables, la situation des caisses de sécurité sociale pour les secteurs public et privé. Ces mesures aideront à contenir les dépenses qui profitent de manière démesurée aux plus nantis. Elles mettront également davantage de ressources à la disposition des investissements publics, ce qui stimulera la croissance et l’emploi, au profit des jeunes et des chômeurs. L’équipe du FMI se félicite de l’intention du gouvernement d’accroître davantage les dépenses sociales, considérant qu’elles restent essentielles pour protéger les pauvres et les personnes vulnérables au cours de la période à venir.

La Banque Centrale de Tunisie (BCT) a raison de rester vigilante, vu que la récente baisse de l’inflation pourrait être temporaire. Si l’inflation devait reprendre au cours des prochains mois, des hausses supplémentaires des taux d’intérêt seraient nécessaires pour ancrer les anticipations d’inflation et maintenir la stabilité économique.

par -

Des concertations entre Nidaa Tounes et les partis dissidents du mouvement sont actuellement à un stade avancé dans la perspective d’annoncer, prochainement, une nouvelle coalition politique, parlementaire et électorale, a indiqué Mongi Harbaoui, responsable de la commission de l’information au sein du parti. Harbaoui a déclaré, jeudi, à l’agence TAP, que cette coalition œuvrera à préserver les entités des partis mais formera une direction unifiée dans l’objectif de rééquilibrer la scène politique. D’après lui, ces concertations regroupent Nidaa Tounes, Machrou Tounes, Beni Watani et Al-Mostakbal. Mi-juillet dernier , le secrétaire général du mouvement Machrou Tounes, Mohsen Marzouk, avait confié à l’agence TAP, que son parti “est ouvert à tous les courants au sein de Nidaa Tounes pour une alliance et non pour une fusion”, précisant que le parti a entamé, depuis plus d’un an, des concertations “pour la formation d’une alliance rassemblant les forces démocrates”. Cette question, avait-il assuré, ne date pas d’hier et n’a aucun rapport ni avec la crise actuelle au sein de Nidaa Tounes, ni avec le conflit qui oppose le chef du gouvernement, Youssef Chahed, au directeur exécutif de Nidaa Tounes, Hafedh Caïd Essebsi.

 

par -

C’est officiel, le management du FMI a autorisé la mission du FMI à se rendre en Tunisie, pour une nouvelle Revue économique, du 15 au 31 aout 2018. Cette nouvelle mission, aura pour but d’entamer les discussions relatives à la quatrième revue du programme appuyé́ par le mécanisme élargi de crédit.. Selon des responsables de haut niveau contactés par African Manager, cette revue sera probablement couronnée de succès puisque les cinq critères quantitatives sont pour la deuxième fois consécutives sont satisfaits. Le seul casse-tête, toujours selon nos sources est la facture énergétique. Le succès de cette revue devrait en principe et sauf complications, permettra le décaissement de la cinquième tranche du programme après la tenue du CA qui se tiendra probablement le 28 septembre 2018

 

par -
ministère de l'intérieur

Nous croyons savoir que le prochain ministre de l’intérieur pourrait être Hichem Fourati qui était jusque là Chef de Cabinet du même ministère. Il remplacera Ghazi Jribi qui occupait le poste de Ministre de l’intérieur par intérim depuis le départ de Lotfi Braham.

par -

Une attaque terroriste a eu lieu à la délégation de Ghar Dima du gouvernorat de Jendouba et a visé deux véhicules de la garde nationale. Sur la route liant les zones de Chahid et Serrya, cette attaque, a provoqué le décès de six agents de la garde nationale.

Certains média ont rapporté que le nombre de victimes s’élèverait à huit. Un autre agent a été blessé, et son état est estimé stable.

Des renforts sécuritaires ont rejoint la zone à la recherche des éléments terroristes qui se sont enfuis.

par -

 Nous venons d’apprendre de source gouvernementale tres bien informée que le conseil d’administration du fmi vient de conclure la deuxième revue de l’economie tunisienne et d’aviser ldonc e décaissement de la troisième tranche a l’économie tunisienne qui est d’un montant de 246 millions de dollars. Cette décision ouvre la voie à un transfert dans les prochains jours. Notons aussi que, dans une récente déclaration Taoufik Rajhi avait estimé que l’accord du FMI devrait faciliter la sortie de la Tunisie sur le marché international où elle voudrait lever 1 milliard d’euros.

par -

La saison touristique connaît une reprise sans précédent depuis l’année 2014 ; en effet, les recettes touristiques ont enregistré une croissance de 46,1% par rapport à 2017 atteignant 1293 millions de DT. Le nombre de touristes sur cette même période a atteint 3,23 millions en augmentation de 26% par rapport à 2017.

Il y’a d’abord une reprise enregistrée sur les marchés classiques, le nombre de touristes Français a augmenté de 50%, celui des Allemands de 61% et celui des Algériens de 18,7%. Aussi, le nombre de touristes provenant de nouveaux marchés a connu une croissance soutenue, le marché russe a connu une croissance de 48% tandis que le marché chinois une croissance de 55%.

Pour sa part, le nombre de nuitées a augmenté de 57%, les évolutions les plus élevées sont celles des Français (70%), suivies par les Russes (60%) et les Allemands (50%).

Cette reprise du secteur est en grande partie le résultat de la plus grande sécurité que connaît la Tunisie, et le début de la récupération des incidences des attaques terroristes qu’a connu le pays il y’a 3 ans. Les Tour Operators, dont Thomas Cook et TUI, ont aussi  joué un rôle important en rétablissant la confiance dans la destination Tunisie.

Les responsables Tunisiens s’attendent à recevoir plus de 8 millions de touristes pour l’année 2018, notamment grâce aux nouveaux marchés comme la Russie, la Chine et les pays du Golfe.

par -

Les prix de la plupart des biens immobiliers enregistrent de faibles hausses entre le quatrième trimestre 2017 et le premier trimestre 2018, rapporte le site d’information marocaine Yabiladi.

A Fès, l’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) a très légèrement diminué de 0,4%, indiquent l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (ANCFCC) et Bank Al-Maghrib, dans son indice immobilier relatif au premier trimestre 2018.

Les prix de la plupart des biens immobiliers enregistrent une faible hausse de 0,4%. Ainsi, les prix des terrains urbains, des appartements et des maisons ont respectivement augmenté de 0,6%, 0,5% et 0,2%. Ceux des villas accusent une croissance de 7,4%. En revanche, les prix des bureaux ont diminué de 1,8%, contre 0,2% pour les locaux commerciaux.

Globalement, les transactions se sont accrues de 6,5% entre le quatrième trimestre 2017 et le premier trimestre 2018. Les ventes de maisons et de villas ont respectivement baissé de 28,6% et 17,6%. Les transactions des terrains urbains enregistrent une légère diminution de 0,3%.

Toujours selon la même source, les prix des appartements et des locaux commerciaux ont quant à eux augmenté de 7,6% et 3,8%.

L’évolution des transactions des bureaux entre le quatrième trimestre 2017 et le premier trimestre 2018 à Fès n’a pas été calculé.

par -
Selon la direction  de contrôle économique au sein du ministère du commerce et de l'artisanat

Le ministère de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche a annoncé que la production nationale des viandes rouges s’est établie à 5,44 millions de quintaux (qx) en 2017 pour une valeur 596 milliards de DA, nous apprend APS.

Par catégorie, la production a été de 3,25 millions de qx de viande ovine, de 1,25 million de qx de viande bovine, de 0,42 million de qx de viande caprine, de 0,1 million de qx de viande cameline et de 141 quintaux de viande équine.

S’agissant des effectifs du cheptel, l’Algérie compte 28,4 millions de têtes d’ovins, 1,9 million de têtes de bovins et de 5 millions de têtes de caprins.

Les wilayas potentielles dans la production des viandes rouges sont Djelfa avec une production de 544.200 qx, El Bayadh avec 336.990 qx et Tiaret avec 302.572 qx.

En ce qui concerne la disponibilité alimentaire en viandes rouges, elle est de 14,4 kg/an/habitant, note la même source.

par -

Selon des données rapportées par l’agence d’information africaine Ecofin, la Tanzanie bénéficiera de 350 millions $ de la part de la Banque mondiale, pour mettre en œuvre des projets d’adduction d’eau.

Ce nouveau projet devrait permettre d’améliorer l’accès à l’eau dans le pays, et de mettre en place des installations sanitaires performantes. 17 régions administratives du pays devraient être couvertes par le programme et près de 3 millions de personnes devraient en bénéficier.

Notons que ce projet s’inscrit dans le cadre du programme de développement du secteur de l’eau, mis en place par le gouvernement tanzanien pour la période (2016-2019) et ayant pour objectif, une amélioration du réseau de distribution de l’eau dans le pays, détaille encore la même source.

par -

Samir Majoul, Président de l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, a présidé, lundi 02 juillet 2018 au siège de l’UTICA, la cérémonie d’ouverture de la Chambre de Commerce et d’Industrie Tuniso-portugaise et de l’association d’Amitié Tunisie-Portugal.

Etaient présents à cette cérémonie, Zied Ladhari, ministre tunisien du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale , Hichem Elloumi, vice-président de l’UTICA et président du conseil d’affaires tuniso-portugais, Luis Castro Henriques, président de l’AICEP (le syndicat du patronat portugais), José Ludovice, ambassadeur du Portugal à Tunis, Patrice Bergamini, Ambassadeur de l’Union européenne en Tunisie, Donia Hedda Ellouze, présidente de la Chambre tuniso-portugaise, Zied Tlemçani, président de l’Association d’Amitié Tunisie-Portugal.

Dans son discours de bienvenue, M. Majoul a affirmé que la Chambre de Commerce et d’Industrie tuniso-portugaise et l’Association d’Amitié tuniso-portugaise seront avec le cote conseil d’affaire mixte des moyens importants pour promouvoir la coopération bilatérale.

Il a souligné que pour relever le défi du développement les nouvelles structures d’appui doivent se mobiliser à coté du Conseil d’Affaires pour réussir ce challenge à travers des actions combinées et en créant des synergies entre elles et une dynamique avec l’AICEP le patronat portugais AEP et AIPA au profit des communautés d’affaires et des peuples des deux pays.

Après avoir félicité M. Ellouze et M. Tlemsseni pour leur élection à la présidence des deux nouvelles organisations, M. Majoul a salué le travail remarquable réalisé par le Conseil d’Affaires Tuniso-Portugais à travers son président, M. Elloumi et ses membres qui depuis 2007, ont balisé le terrain pour l’approfondissement de la coopération économique tuniso-portugaise.

Le partenariat tuniso-portugais, a affirmé M. Majoul recèle un potentiel et des opportunités à exploiter et dispose de toutes les conditions de réussite si tous les atouts qui lui sont spécifiques sont mis en avant et la Tunisie et le Portugal, plateformes à la croisée de grands marchés régionaux européen, africain et arabe peuvent établir un partenariat bilatéral et à l’international gagnant-gagnant qui ne peut être que bénéfique pour les économies des deux pays et pour la prospérité des entreprises portugaises et tunisiennes.

En Tunisie, notre ambition a ajouté le président de l’UTICA est de faire de notre pays un hub économique au centre de la méditerranée et le Portugal qui a réussi sa transition politique et économique est pour nous plus qu’un simple partenaire économique et commercial.

M. Luis Castro Henriques, chef de l’Agence portugaise pour l’investissement et le commerce extérieur, a souligné de son coté que les entreprises portugaises travaillent à promouvoir leurs activités en Tunisie soulignant que les entreprises tunisiennes et portugaises devraient s’appuyer d’avantage sur les structures d’appui des deux pays et recourir aux services des organisations de coopération bilatérales telles la chambre de commerce et d’industrie tuniso-portugaise, l’association d’amitié Tunisie-Portugal, le conseil d’affaires mixte pour développer leur coopération, promouvoir l’investissement et le commerce extérieur dans les deux pays et établir une coopération gagnant-gagnant en allant sur de nouveaux marchés, en particulier le marché africain.

Prenant la parole, M. Zied Laadhari, ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale a affirmé que la nouvelle chambre de commerce et d’industrie et l’association d’amitié Tunisie-Portugal représentent de nouveaux moyens pour appuyer les efforts portugais et tunisiens pour le développement de la coopération bilatérale, soulignant la nécessité de bénéficier de l’expérience portugaise dans le domaine de la transition démocratique et économique.

Le ministre a mis l’accent sur les opportunités offertes par le partenariat tuniso-portugais, sachant que le Portugal est le cinquième investisseur étranger en Tunisie avec des s de l’ordre de 8 millions de dinars et environ 3 000 emplois créés dans les domaines de la mécanique, du textile, de la chimie et de l’agro-alimentaire. Il a ajouté que le rôle du secteur privé dans le développement économique est fondamental et qu’il doit bénéficier d’un environnement des affaires incitatif.

M. Hichem Elloumi, vice-président de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat, a souligné de son coté que la Chambre de commerce et d’industrie tuniso-portugaise était le résultat de plusieurs années de travail intensif et de longue haleine engagé depuis des années. Des délégations portugaises de haut niveau ont été reçues à l’UTICA et des délégations tunisiennes ont visité le Portugal pour discuter des perspectives de développement des échanges bilatéraux. Les résultats sont au rendez-vous aujourd’hui, et le Portugal est le cinquième investisseur en Tunisie. M. Elloumi a souligné que les potentiels de la coopération tuniso-portugaise sont grands et qu’il est nécessaire pour le conseil d’affaires, la chambre et l’association d’amitié de travailler en synergie pour promouvoir les investissements en particulier dans la création de PME.

L’Ambassadeur du Portugal en Tunisie, M. José Ludovice, a salué quant à lui la réponse rapide des autorités tunisiennes à la demande de l’Association d’amitié tuniso-portugaise, soulignant l’importance du rôle de l’association dans la promotion de la coopération économique et le renforcement des relations économiques, politiques et culturelles entre les deux pays.

La Présidente de la nouvelle Chambre, Mme Donia Houda Ellouz, a quant à elle souligné l’importance du rôle des membres de la Chambre et de l’Association de l’amitié pour renforcer les relations entre les deux pays et tirer parti de l’expérience portugaise pour surmonter les difficultés politiques et économiques. Pour sa part, M. Zied Tlemsseni président de l’association d’amitié Tunisie- Portugal a souhaité donner la meilleure image de la Tunisie et renforcer la coopération et le succès du partenariat entre les deux pays.

par -

Les candidats à la session de contrôle du bac 2018,  peuvent, à partir d’aujourd’hui, mardi 03 juillet 2018, s’inscrire au service SMS pour obtenir leurs résultats,

Dans un communiqué, le ministère de l’Éducation a indiqué que  les candidats pourront s’inscrire au service SMS mis en place par les trois opérateurs: Télécom, Orange et Ooredoo, en envoyant à partir de 10h du matin un SMS au 85005, avec la mention BAC (espace) N° d’inscription au baccalauréat, étoile, numéro de la carte d’identité, précise la même source.

Les candidats recevront par SMS leurs notes et la moyenne générale avant la proclamation officielle des résultats.

FOCUS 🔍

تونس-افريكان مانجر انطلقت رحلتنا من العاصمة التونسية نحو مدينة صغيرة تسمى "بوعرادة" تابعة لولاية سليانة بالشمال الغربي للبلاد , هي محافظة فلاحية بامتياز , أهلها...

Le meilleur des RS

Dans un récent Post, l’expert en communication et ancien journaliste Slaheddine Dridi, lance cet intéressant pavé dans la marre de la scène politique tunisienne....

INTERVIEW

Le chef du gouvernement sortant, Youssef Chahed, a affirmé mercredi, que son gouvernement laisserait au prochain gouvernement des finances publiques et une situation sécuritaire...

AFRIQUE

Facebook a eu le plaisir de recevoir 150 invités lors de l’événement de rentrée '“Focus on Africa” qui a eu lieu le 21 janvier...

Reseaux Sociaux

SPORT

L'Espérance Sportive de Tunis annonce jeudi, que la liste africaine a été renforcée par deux nouvelles recrues, le milieu offensif algérien Abderrahman Meziane et...