AccueilLa UNETunisie-Libye: Un démarrage à plein pot!

Tunisie-Libye: Un démarrage à plein pot!

Tunisiens et libyens, qu’ils appartiennent aux institutions étatiques, qu’il s’agisse d’entreprises ou de particuliers, semblent s’inscrire dans une cadence conçue , d’abord, pour rattraper le temps perdu, mais surtout  pour jeter les fondement d’un partenariat suffisamment solide pour résister à toutes sortes d’aléas, singulièrement, politiques.

- Publicité-

Les uns et les autres fourmillent de projets qui ont, cette fois-ci, le mérite d’être réalisables, et sur les chapeaux de roue. C’est très probablement le cas de l’industrie et du commerce de transit dont toutes les clés de réussite sont entre les mains de la Libye, a affirmé  Fawzia Ferjani, directrice de la branche orientale du Libyan Business Council (LBC). Elle s’exprimait lors de la clôture de la 4ème édition de la conférence sur le financement de l’investissement et du commerce en Afrique 2021 qui s’est tenue du 24 au 26 juin à  Tunis, un événement, organisé par le Tunisian African Business Council (TABC), dont l’ordre du jour prévoyait une journée consacrée à la Libye, sur le thème :  »Relancer la route de transit et le commerce de transit et faire de la Tunisie et de la Libye la porte d’entrée de l’Afrique sub-saharienne ».

Elle a déclaré que la Libye est sûre et que l’activation du commerce de transit à travers elle, vers et depuis l’Afrique, est un projet qui apportera une grande valeur ajoutée  et une source de revenus importants – sans dépendance au pétrole. Elle a expliqué que la Libye possède tous les éléments nécessaires à sa réussite, qu’il s’agisse de sa situation géographique, des lignes de transport, des aéroports, des ports ou de la proximité des villes et des zones frontalières, ajoutant que le commerce se développera entre les pays africains de la région, ce qui entraînera l’emploi de milliers de travailleurs de diverses disciplines.

La responsable de la LBC de la région orientale a souligné la création prévue de zones économiques dans le sud de la Libye, notamment la zone économique de Tamenhint, dans le but d’exploiter des zones franches et de qualifier les cadres techniques pour leur réussite et de préparer ses propres structures de routes, de mécanismes, de collecte et de sites de stockage.

Elle a réaffirmé que la Libye est sûre et prête à recevoir des entreprises et des investisseurs,  que les avantages de la Libye sont nombreux, et que ce qu’elle détient dans son sous-sol est plus que sur sa surface, ajoutant que si la Libye parvient à un réel développement spatial, elle peut cesser de dépendre du pétrole à l’avenir.

Complémentarité industrielle

Autre son de cloche mais dans la même partition, le ministre libyen de l’Industrie, Ahmed Abouhisa, estime qu’il est devenu évident et nécessaire pour la Libye et la Tunisie d’avoir des liens commerciaux et des interconnexions beaucoup plus étroits car ils se complètent mutuellement.

S’exprimant  en marge des mêmes assises, il a souligné que « la Tunisie est très en avance et constitue un modèle à suivre pour la Libye dans le domaine de l’industrie et de l’industrie manufacturière en particulier ». «  C’est notre premier modèle dont nous devons nous inspirer, a-t-il insisté.

Il a ajouté que la Libye souhaite localiser l’industrie manufacturière et compte sur la main-d’œuvre tunisienne formée et expérimentée pour l’aider à construire ce secteur. Le ministre a déclaré que la Tunisie sera prioritaire pour fournir une main-d’œuvre qualifiée à la Libye.

Abouhisa a déclaré que la Libye devenant la  »Porte de l’Afrique »  la Tunisie et la Libye  sont impérativement tenues de se compléter l’une l’autre, soulignant que si les deux pays n’agissent pas pour activer la politique de commerce de transit et la politique de  »Porte de l’Afrique », ils manqueront le marché de l’Afrique sub-saharienne.

L’apport de la Tunisie au chantier de la Reconstruction

A ceci, il importe d’ajouter le Salon international des constructions « Libya Construction Expo », qui se tient à Tripoli (Libye), du 28 Juin au 1 Juillet 2021, dont la 4ème édition a démarré, lundi, en présence de hauts responsables libyens et tunisiens et d’une forte délégation tunisienne d’hommes d’affaires, de chefs d’entreprises et de responsables d’organisations professionnelles.

La Tunisie participe à cette manifestation avec 150 entreprises tunisienne, contre 135 entreprises libyennes, 14 entreprises turques, 4 entreprises égyptiennes, une entreprise émiratie et une entreprise saoudienne.

Encadrée par la Chambre du commerce et d’industrie de Sfax (CCIS) et plusieurs représentants d’organisations professionnelles, dont l’Ordre des ingénieurs de Tunisie, cette délégation couvre essentiellement les secteurs de la construction, du bâtiment, des matériaux de construction, de la céramique, des équipements immobiliers et sanitaires, des services d’architecture, d’études et de conseil…

Les responsables tunisiens et libyens ont été unanimes pour souligner la nécessité de renforcer la coopération entre les deux pays et d’inciter les hommes d’affaires des deux pays à renforcer leurs partenariats et leurs échanges. Ils ont aussi mis l’accent sur l’importance de lever les obstacles qui pourraient entraver le renforcement des relations bilatérales entre les deux pays.

Les ministres tunisien du Commerce et du Développement des exportations, Mohamed Bousaid et libyen de l’industrie et des métaux, Ahmed Abou Aissa ont, à ce titre, affirmé que toutes les conventions et les décisions signées par les Chefs du gouvernement des deux pays sont en cours d’exécution.

Bousaid a également plaidé pour une nouvelle approche de partenariat basée sur la coopération intégrée, les intérêts communs et les opportunités mutuelles, considérant que « la création de nouvelles opportunités de partenariat nécessite le renforcement de l’intégration économique, l’amélioration du climat des affaires et la révision des conventions commerciales entre les deux pays».

Toujours selon Bousaid, «les deux pays gagneraient aussi à faciliter les échanges commerciaux aux niveaux des passages frontaliers de Ras Jedir et de Dhehiba et à explorer les pistes de développement économique mutuel tels que les énergies renouvelables, les zones franches, les facilités bancaires et douanières, le transport, la construction et la reconstruction ».

Il s’est également félicité de la reprise de la dynamique des événements économiques communs et du rythme des exportations tunisiennes vers la Libye qui ont atteint 830 millions de dinars durant les 5 premiers mois de 2021 contre 440 MD durant la même période de 2020.

De son côté, le vice-ministre libyen de l’Economie et du Commerce, Souhail Abu Chiha, a indiqué que le dossier de la reconstruction constitue la priorité du gouvernement libyen affirmant la création de 4 fonds de reconstruction dans les régions sinistrées par la guerre.

Il a souligné que le secteur privé libyen et les partenaires tunisiens et étrangers participant au salon pourraient contribuer aux projets de reconstruction.

Pour sa part, le ministre libyen du Logement et de la Construction Abu Bakr Al-Ghawi a affirmé le besoin incessant de reconstruction en Libye affirmant l’engagement du gouvernement libyen envers les générations futures et la reprise des projets de reconstruction qui ont été retardés par la situation difficile qu’a traversée le pays durant la dernière décennie.

Il à ce titre souligné que la concurrence sera ouverte en toute transparence aux partenaires de la Libye.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,451SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles