AccueilLa UNEUn jeu de massacre jumelé à un exercice chaotique du pouvoir !

Un jeu de massacre jumelé à un exercice chaotique du pouvoir !

Les péripéties  sont abondantes mais également tragiques qui ponctuent la croisade que la Tunisie est en train de livrer contre la pandémie du coronavirus. C’est moins dû au fléau pathologique en soi qu’à l’écosystème politique qui s’y est greffé avec un étalage pathétique des griefs que les uns nourrissent envers les  autres et qui, fatalement,  produisent le pire effet sur la gestion de la crise sanitaire.

- Publicité-

A la tête de l’Exécutif, deux présidents, l’un de la République, l’autre du gouvernement, sont à couteaux tirés à propos de tout et de rien au grand dam de l’intérêt supérieur de la Nation, et au mépris de l’image que réfléchit normalement un Etat qui se respecte,  alors même que les crises, l’une après l’autre, secouent jusqu’aux fondements de l’Etat républicain  tel qu’il a été toujours celui dans lequel se reconnaissent tous les Tunisiens.  Et ces crises, de sournoises convulsions, devrait-on dire, ne sont pas du petit nombre,   elles malmènent les  institutions, les bloquent de temps à autre,  et les dépossèdent de l’autorité et du magistère  sur lesquels sont adossées l’adoption et la conduite de politiques censément bien senties  et largement convenues.

 La crise sanitaire est la dernière en date  des arènes de ce jeu de massacre  auquel se livre ceux qui sont à la barre de l’Etat , en bisbille s’agissant  de celui auquel doit être imputée la responsabilité  de la mauvaise gestion de la pandémie et d’une campagne spéciale de vaccination qui exacerbe encore les tensions latentes entre les deux protagonistes.

Un pouvoir en lambeaux

On s’entredéchire pour s’approprier, chacun à son échelle, les lambeaux d’un pouvoir  qui avait entamé sa déliquescence voici un peu plus d’une décennie marquée par une succession  de soubresauts de divers ordres , terroriste, financier, social, durablement politique, et depuis peu sanitaire alors que  la funeste variante Delta du coronavirus s’installe dans un pays où les vaccinations sont peu nombreuses et où le taux de mortalité lié au Covid-19 est le plus élevé du monde arabe.

L’Organisation mondiale de la santé a classé la  Tunisie  comme un pays désormais en proie à une flambée  « extrêmement préoccupante » des cas. Seuls 7 % de la population  ont achevé le schéma vaccinal, et face au chaos qui règne dans les hôpitaux et les centres de vaccination du pays, le président de la République, autre facette de son bras de fer avec le chef du gouvernement, a confié à l’armée la responsabilité de la gestion de la crise sanitaire.

Les Tunisiens comme les observateurs et journalistes  étrangers  sont constamment les témoins, à travers les réseaux sociaux, de scènes chaotiques dans  les unités de soins intensifs  qui sont presque pleines et certains hôpitaux connaissent des pénuries d’oxygène, qui est crucial pour les patients de Covid-19 souffrant de difficultés respiratoires.

Le Covid, ce n’est pas leur priorité !

Une situation sanitaire, si détériorée  qu’elle  met à l’épreuve les limites d’un système politique déchiré par des différends entre le président de la République, le chef du gouvernement et le président  du parlement et que vient aggraver le limogeage par le locataire de la Kasbah  du ministre de la Santé à la suite de scènes chaotiques dans des centres de vaccination insuffisamment approvisionnés. Cette décision est considérée comme une escalade de la lutte pour le pouvoir entre les deux hommes, qui a exacerbé les problèmes économiques de la Tunisie.

« C’est une exacerbation de la  crise politique et de la polarisation entre les deux présidents, de la  République et du gouvernement », a déclaré Youssef Cherif, l’analyste politique qui dirige le Columbia Global Center à Tunis, cité par la presse britannique.

Tout en soulignant que les citoyens tunisiens n’avaient pas été « sérieux en portant des masques et en évitant les réunions de famille », il a déclaré que le gouvernement avait « mal géré la crise sanitaire en n’étant pas préparé à l’afflux de cas ».

« Le covid en général n’a pas été la première priorité du président, du gouvernement et du président de l’ARP », a ajouté l’analyste. « Tous les trois ont continué à mener leurs querelles politiques quotidiennes plutôt que de s’occuper de la crise ».

La pandémie a également aggravé la situation économique d’un pays lourdement endetté, où l’on assiste à de fréquentes éruptions de manifestations de jeunes en colère contre la pauvreté et le chômage élevé.

L’économie s’est contractée l’an dernier de 8,8 %, selon le FMI, et malgré des projections de croissance de 3,8 % en 2021, elle ne retrouvera pas son niveau d’avant la pandémie cette année. L’industrie touristique de la Tunisie a été décimée en raison des restrictions de voyage européennes et britanniques.

James Swanston, économiste au cabinet de conseil Capital Economics basé à Londres, a déclaré que les pertes de devises étrangères pourraient affaiblir le dinar tunisien « entraînant un risque inflationniste et augmentant le coût de la vie ». La Tunisie pourrait avoir du mal à faire face au remboursement de sa dette, a-t-il ajouté. « L’absence de gouvernement signifie qu’il n’y a pas d’élan pour faire face à la crise économique », a-t-il souligné cité encore par la presse londonienne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,566SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles