Tags Posts tagged with "Bourse, Tunisie"

Bourse, Tunisie

par -
0
Le marché boursier tunisien continue de s'enfoncer. Le Tunindex a chuté

Le marché boursier tunisien continue de s’enfoncer. Le Tunindex a chuté, mardi, de 0,40% passant sous la barre des 4 500 points.

Cette nouvelle baisse est enregistrée pour la cinquième séance consécutive, accusant à la bourse de lourdes pertes toujours à cause l’absence de visibilité politique et le ralentissement de l’économie tunisienne.

Pour la première fois depuis le mois de mai l’indice Tunindex termine sous la barre des 4 500 points; seuil psychologique en dessous duquel l’indice tunisien était brièvement passé, le 30 juillet dernier.

par -
0
La capitalisation de la Bourse des valeurs mobilières de Tunis a connu une baisse de 38 millions de dinars à l’issue de la dernière séance de cotation de la semaine

La capitalisation de la Bourse des valeurs mobilières de Tunis a connu une baisse de 38 millions de dinars à l’issue de la dernière séance de cotation de la semaine, vendredi. Elle est passée de 13.856 millions de dinars la veille à 13.818 millions de dinars, vendredi.

Dans le même temps, le Tunindex a enregistré un repli de 0,18% à 4445,09 points contre 4453,03 points la veille. Quant au Tunindex 20 (qui reflète la performance des 20 valeurs phares de la bourse), il a régressé de 0,09% à 1760,58 points contre 1762,24 points la veille.

La valeur des transactions, elle, s’est établie à 62,160 millions de dinars contre 8,388 millions de dinars précédemment, soit une augmentation de 53,772 millions de dinars. Elle a porté sur un volume de titres de 5.831.769 contre 616.860 titres précédemment.

Les titres les plus actifs du marché sont par ordre d’importance Carthage Cement (105.148 titres), Somocer (59.765 titres) et Sotumag (17.334 titres).

Au niveau des trois sociétés ayant réalisé les plus fortes hausses de cours on retrouve Modern Leasing avec 3,80% à 6 dinars, Telnet Holding avec 2,82% à 6,550 dinars et Sotuver avec 2,63% à 7,390 dinars.

Dans la rubrique « plus fortes baisses de cours », on retrouve par ordre d’importance Somocer avec 3,43% à 3,370 dinars, la Société tunisienne de banque avec 3,20% à 5,740 dinars et Attijari Leasing avec 2,97% à 29,010 dinars.

Au total, 20 sociétés cotées ont connu une hausse de cours et 27 une baisse.

par -
0
En Tunisie

En Tunisie, le marché financier ne semble pas exempt de dépassements et d’irrégularités. Cependant, ils sont peu ou pas sanctionnés. Maya Boureghda, avocat au barreau de Tunis, nous a déclaré, en marge d’une conférence-débat organisée à l’initiative de l’association des intermédiaires en bourse (AIB) et l’institution de formation de la bourse de Tunis (IFBT), ce mardi, à l’institut arabe des Chefs d’entreprises, que le taux d’application de la loi sur les délits boursiers ne dépasse pas même le 1% en Tunisie. « Le Conseil du marché financier s’emploie à en appliquer, mais très en deçà de ce qui est requis. Des enquêtes ont été diligentées par le CMF, sans donner lieu à des suites », a-t-elle dit.

Elle a attribué cet état de choses à « un cadre juridique très basique », d’où la difficulté pour le CMF ainsi que pour les tribunaux d’appliquer les textes.

Elle a affirmé, en outre, que les sanctions contre les délits boursiers sont très légères, en Tunisie, et sont d’ordre financier, contrairement au Maroc et Liban où les sanctions sont très importantes.

Concernent le Liban, Maya Boureghda a précisé que ce pays a adopté, récemment, une loi spécifique sur le délit d’initié. « Il s’agit d’une loi qui va au delà de la loi tunisienne, comprenant toute une explication sur les informations privilégiées et où les dispositions sont plus importantes que celles de la législation tunisienne », a-t-elle indiqué citant, également, l’exemple du Maroc qui, selon elle, se trouve dans une situation plus ou moins similaire à la nôtre, mais les dispositions sont plus conséquentes que celles tunisiennes puisqu’elles sont alignées sur les standards internationaux.

L’avocat au barreau de Tunis nous a expliqué, aussi, qu’il existe trois principaux types de délits, dont le délit d’initié, de diffusion des informations fausses ou trompeuses ou encore de manipulation de cours. Elle a cité un autre délit, celui de l’entrave au fonctionnement régulier du marché financier. Et d’expliquer, dans ce cadre qu’il s’agit d’un délit qui fausse le fonctionnement régulier du marché, ce qui rompt l’égalité entre les investisseurs.

Elle a appelé à clarifier la loi et à renforcer les compétences au niveau du CMF ainsi qu’à celui des juridictions. « Il faut aligner les textes sur les pratiques internationales et avoir des juges qui comprennent la matière boursière pour qu’on puisse aller plus loin et assurer une meilleure application de la loi », a-t-elle souligné.

De son côté, Mehdi Ben Mustapha, cadre au CMF, a appelé à préserver l’efficience du marché financier et assurer la transparence, à travers la mise en œuvre des modalités de prévention, évoquant, cependant, plusieurs difficultés entravant le travail de prévention. Ces difficultés sont, selon lui, d’ordre opérationnel, juridique ou judicaire. Les difficultés opérationnelles concernent la difficulté d’accès à l’information, ce qui pénalise, selon lui, le travail des enquêteurs, tandis que celles juridiques se rapportent au fait que les enquêtes peuvent pâtir de l’ambigüité de certains textes juridiques régissant les infractions boursières. Dans ce cadre, il a précisé que, en droit tunisien, les délits boursiers ne sont pas punis par des peines privatives de liberté.

 

Adel Grar, président de l’Association des intermédiaires en Bourse, nous a expliqué, pour sa part, que les délits boursiers consistent à diffuser une fausse information, délibérément, pour pouvoir manipuler le marché et le pousser dans le sens souhaité, soit à la hausse ou la baisse.

Il a critiqué, en outre, le cadre juridique soulignant que la loi est claire, nette et précise, mais, c’est l’aspect pratique qui manque, empêchant, entre autres, de détecter les délits et les manipulations boursières. Il a appelé, par conséquent, à un rapprochement entre les juristes et les professionnels de la bourse pour assurer une bonne exécution de cette loi. « Le cadre réglementaire en est, malheureusement, resté à l’état théorique. On a du mal à identifier les dépassements et les infractions », nous a indiqué Adel Grar en soulignant que la principale difficulté est d’apporter une preuve exacte.

Sur la chute des indices de la bourse, Adel Grar a souligné que la précarité de la situation sécuritaire dans le pays, ainsi que la situation politique et économique sont derrière cette dégringolade. Il a affirmé, en outre, que le marché financier ne peut pas être à 100% tunisien et qu’il fonctionne essentiellement par l’intervention des investisseurs étrangers.

Et d’ajouter qu’aujourd’hui, la bourse a de plus en plus de mal à attirer l’investisseur étranger.

Khadija Taboubi

par -
0
En Tunisie

En Tunisie, le marché financier ne semble pas exempt de dépassements et d’irrégularités. Cependant, ils sont peu ou pas sanctionnés. Maya Boureghda, avocat au barreau de Tunis, nous a déclaré, en marge d’une conférence-débat organisée à l’initiative de l’association des intermédiaires en bourse (AIB) et l’institution de formation de la bourse de Tunis (IFBT), ce mardi, à l’institut arabe des Chefs d’entreprises, que le taux d’application de la loi sur les délits boursiers ne dépasse pas même le 1% en Tunisie. « Le Conseil du marché financier s’emploie à en appliquer, mais très en deçà de ce qui est requis. Des enquêtes ont été diligentées par le CMF, sans donner lieu à des suites », a-t-elle dit.

Elle a attribué cet état de choses à « un cadre juridique très basique », d’où la difficulté pour le CMF ainsi que pour les tribunaux d’appliquer les textes.

Elle a affirmé, en outre, que les sanctions contre les délits boursiers sont très légères, en Tunisie, et sont d’ordre financier, contrairement au Maroc et Liban où les sanctions sont très importantes.

Concernent le Liban, Maya Boureghda a précisé que ce pays a adopté, récemment, une loi spécifique sur le délit d’initié. « Il s’agit d’une loi qui va au delà de la loi tunisienne, comprenant toute une explication sur les informations privilégiées et où les dispositions sont plus importantes que celles de la législation tunisienne », a-t-elle indiqué citant, également, l’exemple du Maroc qui, selon elle, se trouve dans une situation plus ou moins similaire à la nôtre, mais les dispositions sont plus conséquentes que celles tunisiennes puisqu’elles sont alignées sur les standards internationaux.

L’avocat au barreau de Tunis nous a expliqué, aussi, qu’il existe trois principaux types de délits, dont le délit d’initié, de diffusion des informations fausses ou trompeuses ou encore de manipulation de cours. Elle a cité un autre délit, celui de l’entrave au fonctionnement régulier du marché financier. Et d’expliquer, dans ce cadre qu’il s’agit d’un délit qui fausse le fonctionnement régulier du marché, ce qui rompt l’égalité entre les investisseurs.

Elle a appelé à clarifier la loi et à renforcer les compétences au niveau du CMF ainsi qu’à celui des juridictions. « Il faut aligner les textes sur les pratiques internationales et avoir des juges qui comprennent la matière boursière pour qu’on puisse aller plus loin et assurer une meilleure application de la loi », a-t-elle souligné.

De son côté, Mehdi Ben Mustapha, cadre au CMF, a appelé à préserver l’efficience du marché financier et assurer la transparence, à travers la mise en œuvre des modalités de prévention, évoquant, cependant, plusieurs difficultés entravant le travail de prévention. Ces difficultés sont, selon lui, d’ordre opérationnel, juridique ou judicaire. Les difficultés opérationnelles concernent la difficulté d’accès à l’information, ce qui pénalise, selon lui, le travail des enquêteurs, tandis que celles juridiques se rapportent au fait que les enquêtes peuvent pâtir de l’ambigüité de certains textes juridiques régissant les infractions boursières. Dans ce cadre, il a précisé que, en droit tunisien, les délits boursiers ne sont pas punis par des peines privatives de liberté.

 

Adel Grar, président de l’Association des intermédiaires en Bourse, nous a expliqué, pour sa part, que les délits boursiers consistent à diffuser une fausse information, délibérément, pour pouvoir manipuler le marché et le pousser dans le sens souhaité, soit à la hausse ou la baisse.

Il a critiqué, en outre, le cadre juridique soulignant que la loi est claire, nette et précise, mais, c’est l’aspect pratique qui manque, empêchant, entre autres, de détecter les délits et les manipulations boursières. Il a appelé, par conséquent, à un rapprochement entre les juristes et les professionnels de la bourse pour assurer une bonne exécution de cette loi. « Le cadre réglementaire en est, malheureusement, resté à l’état théorique. On a du mal à identifier les dépassements et les infractions », nous a indiqué Adel Grar en soulignant que la principale difficulté est d’apporter une preuve exacte.

Sur la chute des indices de la bourse, Adel Grar a souligné que la précarité de la situation sécuritaire dans le pays, ainsi que la situation politique et économique sont derrière cette dégringolade. Il a affirmé, en outre, que le marché financier ne peut pas être à 100% tunisien et qu’il fonctionne essentiellement par l’intervention des investisseurs étrangers.

Et d’ajouter qu’aujourd’hui, la bourse a de plus en plus de mal à attirer l’investisseur étranger.

Khadija Taboubi

par -
0
Le marché boursier a été marqué

Le marché boursier a été marqué, aujourd’hui lundi, par une vague baissière. La balance des variations a affiché au terme de la journée 51 replis contre seulement 3 hausses. Le Tunindex a chuté par conséquent de 1,80% à 4 463,22 points portant son repli, depuis le début de l’année, à 2,55%. 989 287 titres ont été traités pour un volume d’affaires de 5,54MDT. L’amélioration des réalisations de l’année 2012 et des indicateurs d’activité du premier trimestre 2013 des sociétés cotées publiés récemment semble n’avoir aucun effet sur le comportement boursier.

Seulement trois valeurs sont en hausse au terme de la séance d’aujourd’hui dont MAG qui a grimpé de 2,33% à 30,70DT, et TINV qui a pris 0,33% à 9,05 DT .Le secteur bancaire a été mal orienté. UBCI a signé aujourd’hui la plus forte baisse de la journée. Son cours a plongé de 6% clôturant la séance à 31,96 DT. En outre, STB a terminé à son plus bas. Le cours a reculé de 6% à 5,64 DT ramenant ainsi sa chute depuis le début de l’année à 37,05%. Carthage Cement a été le titre le plus actif avec un échange de 385 268 actions, soit un volume d’affaires de 1,32 MDT. Le cours a glissé de 4,78% à 3,39 DT. Les indicateurs d’activité au 31/03/2013 ont affiché une progression de 39,9% du chiffre d’affaires. L’augmentation de capital a été réalisée avec succès. Le capital social est ainsi porté à 172 134 413 dinars divisé en 172 134 413 actions de nominal 1 dinar. SOMOCER a campé également dans le rouge en perdant 4,34% à 3,53 DT. Le cours a clôturé, réservé à la baisse pour un flux transactionnel de 0,37 MDT. La filiale du groupe SOMOCER, SOTEMAIL, a déposé, en date du 25 avril 2013, une demande d’admission sur la cote de la BVMT. PGH a prolongé également sa déroute en abandonnant 0,16% à 6,09 DT pour des capitaux négociés de 0,52 MDT.

par -
0
Le marché boursier a été marqué

Le marché boursier a été marqué, aujourd’hui lundi, par une vague baissière. La balance des variations a affiché au terme de la journée 51 replis contre seulement 3 hausses. Le Tunindex a chuté par conséquent de 1,80% à 4 463,22 points portant son repli, depuis le début de l’année, à 2,55%. 989 287 titres ont été traités pour un volume d’affaires de 5,54MDT. L’amélioration des réalisations de l’année 2012 et des indicateurs d’activité du premier trimestre 2013 des sociétés cotées publiés récemment semble n’avoir aucun effet sur le comportement boursier.

Seulement trois valeurs sont en hausse au terme de la séance d’aujourd’hui dont MAG qui a grimpé de 2,33% à 30,70DT, et TINV qui a pris 0,33% à 9,05 DT .Le secteur bancaire a été mal orienté. UBCI a signé aujourd’hui la plus forte baisse de la journée. Son cours a plongé de 6% clôturant la séance à 31,96 DT. En outre, STB a terminé à son plus bas. Le cours a reculé de 6% à 5,64 DT ramenant ainsi sa chute depuis le début de l’année à 37,05%. Carthage Cement a été le titre le plus actif avec un échange de 385 268 actions, soit un volume d’affaires de 1,32 MDT. Le cours a glissé de 4,78% à 3,39 DT. Les indicateurs d’activité au 31/03/2013 ont affiché une progression de 39,9% du chiffre d’affaires. L’augmentation de capital a été réalisée avec succès. Le capital social est ainsi porté à 172 134 413 dinars divisé en 172 134 413 actions de nominal 1 dinar. SOMOCER a campé également dans le rouge en perdant 4,34% à 3,53 DT. Le cours a clôturé, réservé à la baisse pour un flux transactionnel de 0,37 MDT. La filiale du groupe SOMOCER, SOTEMAIL, a déposé, en date du 25 avril 2013, une demande d’admission sur la cote de la BVMT. PGH a prolongé également sa déroute en abandonnant 0,16% à 6,09 DT pour des capitaux négociés de 0,52 MDT.

par -
0
Favorisée par le vote de confiance au nouveau gouvernement par la majorité des députés de l’Assemblée nationale constituante

Favorisée par le vote de confiance au nouveau gouvernement par la majorité des députés de l’Assemblée nationale constituante, la bourse de Tunis a clôturé dans le vert, pour la deuxième séance consécutive. Le Tunindex et le Tunindex 20, se sont accordé respectivement 0,50% à 4 718,51 points et 0,75% à 1 874,24 points portant ainsi leurs rendements annuels à 3,03% et 4,60%.

Par ailleurs, la volumétrie s’est nettement améliorée par rapport à la séance précédente avec un volume d’affaires de 15,83MDT dont 7,19MDT sur Attijari Bank.

 

Siphat a réalisé la plus forte hausse en gagnant 5,20% à 9,30DT, et ce pour une faible quantité traitée. MNP a gagné 1,59% à 28,80DT pour l’échange de 20 826 titres. Le cours enregistre une performance, depuis le début de l’année à 2,86%. Dans le bancaire, Attijari bank a figuré au tableau des affermissements en s’adjugeant 2,97% à 17,30DT, porté par un intérêt d’achat (77 196 actions ont changé de mains). Notons que la bourse de Tunis a connu, aujourd’hui, la réalisation d’une transaction de bloc sur 337 500 actions d’Attijari bank à un cours de 17,400DT. ATB s’est apprécié de 2,91% à 4,94DT pour l’échange de 5 524 actions. Carthage Cement a vu son cours se bonifier de 1,56% à 3,90DT animant le marché par un volume d’échanges de 212 377 titres. Nous rappelons que les revenus de la société ont enregistré, au terme de l’exercice 2012, une augmentation de 7,5%, sachant que les ventes ont enregistré une forte croissance de +21% sur la période du 4T 2012. SOMOCER a enregistré un rebondissement de 4,41% à 3,55DT. 742 429 actions ont changé de main, soit un volume d’affaires de 2,60MDT. Le nouvel entrant en bourse, Land’or, s’est maintenu inchangé à 10,50DT, suite à un flux transactionnel de 19 543 actions. Hichem Ayed qui y est actionnaire, a franchi à la baisse le seuil des 5% dans le capital de la société. Le titre affiche un rendement de 39,73%, depuis son introduction.

par -
0

«Après une première visite effectuée le 4 août 2011, le Parti Ettakattol a manifesté de nouveau son intérêt pour la Bourse de Tunis, et une délégation présidée, cette fois-ci, par son Secrétaire général, Mustapha Ben Jaafar s‘est rendue, le 2 novembre, dans les locaux de la Bourse. La rencontre a donné encore une fois à la Bourse de Tunis l’occasion de présenter, outre son rôle de plateforme d’échange moderne et performante, la capacité du marché financier à collecter et mobiliser l’épargne publique et institutionnelle et répondre aux besoins des promoteurs de projets et de l’Etat.

Dans ce cadre, les dirigeants de la Bourse et les administrateurs ont insisté sur le fait que la dynamisation et l’approfondissement du marché requièrent qu’une réelle volonté politique le propulse enfin au statut de mobilisateur de l’épargne longue et de pourvoyeur incontournable de financement sain de l’économie. Ce financement par le marché permettra d’alléger la pression qui pèse sur le système bancaire et sur le budget de l’Etat. Les responsables du parti Ettakattol ont, à leur tour, développé leur vision d’un système financier où les différents acteurs œuvrent de manière transparente, coordonnée et complémentaire pour assurer un financement sain de l’économie, ce qui passe nécessairement par une fiscalité allégée et plus juste, et par une gouvernance plus saine, que ce soit dans les sociétés publiques ou privées.  Mustapha Ben Jaafar a indiqué que lui-même et son équipe tireront les leçons de cet échange d’idées et que son parti œuvrera pour développer le marché boursier pour hisser l’économie vers le cap souhaité». C’est ce qui ressort d’un communiqué de presse dont nous avons reçu copie.

Selon nos informations, cependant, ces contacts avec les «nouveaux gouvernants» font partie d’un lobbying qu’exerce  la bourse pour essayer de pousser vers un renforcement de la cote par l’introduction de quelques entreprises parmi les confisquées, la conviction étant désormais faite, chez les partis issus des élections du 23 octobre 2011, de la nécessité de privatiser les entreprises confisquées, selon ce qu’a déclaré, mercredi dernier, Mohamed Ben Romdhane

par -
0

Lors de sa réunion du 24 décembre 2010, le Comité des Indices Boursiers a engagé un travail de réflexion sur la mise en place d’une gamme d’indices cohérente pour la Bourse de Tunis.

Dans ce cadre, le Comité des Indices Boursiers avait  décidé, lors de sa réunion du 7 juillet 2011, de modifier la composition de l’indice Tunindex pour regrouper toutes les valeurs cotées sur les marchés des titres de capital de la Bourse.  Poursuivant cette refonte, le Comité des  Indices Boursiers  a validé, lors de sa réunion du 27 octobre 2011, les travaux de lancement d’un nouvel indice qui représente la performance des 20 plus grandes valeurs les plus liquides,  cotées  sur les marchés des titres de capital  de  la Bourse. Cet indice a été conçu pour être répliqué et servir de Benchmark.  Ce nouvel indice Tunindex20 utilise les mêmes règles de calcul et de diffusion que celles de l’indice Tunindex. En parallèle, une version Prix Tunindexprice20 qui ne tient pas compte du réinvestissement des dividendes est calculée et disponible.

 Par ailleurs, pour répondre aux besoins des gestionnaires, une version Rentabilité valorisée  au cours moyen pondéré TUNINDEXvwap20 est calculée et disponible.  

par -
0

Lors de sa réunion du 24 décembre 2010, le Comité des Indices Boursiers a engagé un travail de réflexion sur la mise en place d’une gamme d’indices cohérente pour la Bourse de Tunis.

Dans ce cadre, le Comité des Indices Boursiers avait  décidé, lors de sa réunion du 7 juillet 2011, de modifier la composition de l’indice Tunindex pour regrouper toutes les valeurs cotées sur les marchés des titres de capital de la Bourse.  Poursuivant cette refonte, le Comité des  Indices Boursiers  a validé, lors de sa réunion du 27 octobre 2011, les travaux de lancement d’un nouvel indice qui représente la performance des 20 plus grandes valeurs les plus liquides,  cotées  sur les marchés des titres de capital  de  la Bourse. Cet indice a été conçu pour être répliqué et servir de Benchmark.  Ce nouvel indice Tunindex20 utilise les mêmes règles de calcul et de diffusion que celles de l’indice Tunindex. En parallèle, une version Prix Tunindexprice20 qui ne tient pas compte du réinvestissement des dividendes est calculée et disponible.

 Par ailleurs, pour répondre aux besoins des gestionnaires, une version Rentabilité valorisée  au cours moyen pondéré TUNINDEXvwap20 est calculée et disponible.  

par -
0

La bourse de Tunis signait, à 13 heures de ce lundi 24 octobre 2011, une baisse de 1,64 % de son indice Tunindex. Une baisse qui intervient après le premier «day after» des élections de la Constituante le 23 octobre 2011. Une journée marquée par une masse d’informations faisant état d’un raz-de-marée sur les sièges de cette Constituante.

Tous les compartiments de la BVMT, sans exception, étaient, ce lundi 24 octobre 2011, à la baisse, des baisses de pas de moins de 2 %.

 

par -
0

La bourse de Tunis signait, à 13 heures de ce lundi 24 octobre 2011, une baisse de 1,64 % de son indice Tunindex. Une baisse qui intervient après le premier «day after» des élections de la Constituante le 23 octobre 2011. Une journée marquée par une masse d’informations faisant état d’un raz-de-marée sur les sièges de cette Constituante.

Tous les compartiments de la BVMT, sans exception, étaient, ce lundi 24 octobre 2011, à la baisse, des baisses de pas de moins de 2 %.

 

par -
0

 Le Tunindex a enregistré sa deuxième baisse mensuelle consécutive en perdant 2,97% une contre-performance moins importante que celle du mois d’avril (-3,14%). Ceci étant, le volume d’échange s’est nettement amélioré entre avril et mai. Sur le mois, le marché a totalisé un volume d’affaires de 112,6 MDT (hors transactions de bloc) soit un volume journalier moyen de 5,36 MDT contre 2,8 MDT au mois d’avril. Cette amélioration est en partie expliquée par le net intérêt porté sur les titres CC et aussi le nouveau venu de la bourse de Tunis, TELNET. La baisse a concerné tous les secteurs, mais l’indice « Automobiles et équipements » a été le moins porté affichant ainsi une dégringolade mensuelle de 5,67%. Le mois de mai n’a enregistré que deux transactions de bloc, à savoir une transaction de 0,68 MDT sur le titre Carthage Cement et une autre transaction, à la date du 25 Mai, concernant 76 150 titres Attijrai Bank générant un volume de 1,37 MDT.

La Bourse de Tunis semble cependant bien démarrer le mois de Juin. L’indice Tunindex a gagné 0,55% clôturant à 4 139,38 points sous l’effet de la bonne tenue de la quasi-totalité des indices sectoriels. Le volume d’affaires a affiché une forte baisse en s’établissant à 20,9 MDT contre 55 MDT, la semaine précédente.

par -
0

Le Tunindex s’est effrité, aujourd’hui, de 0,42% à 4 366,76 points après avoir enregistré une belle reprise au cours des trois dernières séances. Reflétant la mauvaise tendance du marché, la balance des variations a affiché 33 baisses contre 11 hausses. 662 858 titres ont été traités générant un volume d’affaires de 4,09 MDT.

GIF a creusé sa perte en pliant de 5,12% à 6,30 DT pour la rotation de 11 918 titres. Mal orienté, SCB a abandonné 3,09% à 6,88 DT. Quant à BIAT, le cours a décroché au terme de la séance 3,03% à 57,50 DT pour 1 096 titres échangés.

SPDIT a perdu du terrain enregistrant une baisse de 3% à 6,79DT altérée par une pression de vente. Notons que le Conseil d’Administration de la SPDIT réuni, le vendredi 4 mars 2011, a arrêté les comptes de l’exercice 2010 en constatant une nette évolution des résultats passant de 9,1MDT en 2009 à 15,7 MDT en 2010 soit +72,5%. En dépit d’un faible volume d’échanges, ASTREE a essuyé une perte de 2,99% finissant la séance au niveau des 71,55 DT.

A l’inverse, BT a affiché la meilleure hausse de la séance, son cours a évolué de 3,76% à 11,03 DT. Egalement dans le vert, SIMPAR et PLTU ont clôturé respectivement avec une avancée de 2,98% à 39,03 DT et de 2,95% à 37,32 DT. Sur la même lignée, STB a pris 2,40% à 10,2DT pour un volume d’échanges de 6 580 titres. En outre, Carthage Cement est reparti en hausse signant ainsi une appréciation de 2,10% à 2,42 DT. Le titre a été favorisé par une demande considérable, soit 148 558 actions.

Côté actualités, l’UIB a tenu, jeudi  après-midi, une communication financière animée par Bernard David, Président du Conseil d’Administration et Kamel Néji, Directeur Général l’UIB. Selon cette communication, le management table sur un résultat net 2011 de 26MDT.

par -
0

En dépit d’un léger relâchement, la Bourse de Tunis a poursuivi, mercredi, sa reprise, et ce pour la troisième journée consécutive. Le Tunindex s’est accordé 0,11% à 4 385,03 points grâce à une balance de variations positive (21 valeurs dans le vert contre 17 baisses).

Le rendement de l’indice depuis le début de l’année a été réduit à 14,22%. Par ailleurs, le volume d’affaires a atteint, au terme de la séance, 6,85MDT pour 954 521 titres échangés.

Sotuver a chapoté le tableau des affermissements en s’envolant de 4,40% à 7,83DT.

Ennakl a confirmé sa bonne tenue en s’adjugeant 2,88% à 8,20DT pour la rotation de 70 166 titres. Toutefois, le rendement du titre depuis le début de l’année demeure négatif (-29,79%).

Egalement dans le vert, TPR a prolongé sa hausse en clôturant avec une avancée de 3,68% à 5,34DT dans un volume d’échanges de 83 853 actions. Même scénario pour ADWYA qui a grappillé 3,93% à 6,08DT (76 778 titres ont changé de mains).

L’indice du secteur bancaire a cependant perdu, au terme de la séance, 0,20%. D’ailleurs, ATB a été le seul titre haussier. Le cours a signé une progression de 2,82% à 6,91DT pour une quantité échangée de 13 736 titres. BT s’est maintenu inchangé à 10,63DT pour des échanges fournis de 79 687 titres. BNA a clôturé aussi sur une note stable à 10,76DT pour des échanges fournis de 9 865 titres.  Rappelons que le management de la banque table sur un résultat de 63MDT en 2011. A l’opposé, STB a connu la plus forte baisse en reculant de 5,68% à 9,96DT dans un volume d’échanges de 24 207 actions. Le titre Biat a plié de 0,51% à 19,30DT altéré par des opérations de prises de bénéfices. UIB a légèrement baissé de 0,08% à 59,30DT dans un volume d’échanges de 12 872 actions.

En outre, Carthage Cement  a cédé 2,86% à 2,37DT alimentant le marché par des échanges de 292 524 actions. Après avoir renoué avec la hausse la séance précédente, Tunisair a figuré, mercredi, au tableau des replis en perdant 1,91% à 2,05DT (12 777 actions ont été échangées). Même sort pour ATL qui a dévissé de 2% à 4,90DT

par -
0

Après une semaine de suspension, la bourse de Tunis a clôturé, lundi, en territoire positif favorisé par un vent d’optimisme. Le Tunindex a enregistré une forte hausse en s’envolant de 4,19% à 4228,75 points grâce à la bonne tenue de tous les secteurs.

L’indice a réduit sa perte depuis le début de l’année à 17,28%. La balance des variations a été nettement tirée vers le haut en affichant 49 affermissements contre une seule valeur dans le rouge.

Le marché boursier a connu une accélération du rythme des échanges. Le volume d’affaires s’est élevé à 5,99 MDT dont la moitié a été réalisée par Carthage Cement.

Plus forte hausse de la séance, STAR s’est adjugé de 6,08% clôturant au seuil des 155DT. Le titre SFBT a gagné 5,89% à 11,86DT pour des échanges fournis de 4 474 titres. GIF a vu son cours se bonifier de 4,49% à 6,28DT dans un volume d’échanges de 48 711 titres. En outre, ADWYA a évolué de 4,33% à 5,53DT alimentant le marché par une quantité échangée de 27 697 actions. Egalement dans le vert, Carthage Cement a amorcé la semaine sur une hausse de 5,95% à 2,49DT suite à la rotation de

919 875 titres. PGH s’est redressé de 3,29% à 7,21DT (5 436 titres ont été traités).

ENNAKL AUTOMOBILES s’est offert 4,44% à 7,52DT dans un volume d’échanges de

21 451 actions. Dans le secteur bancaire, l’indice a affiché une belle hausse de 4,30%. D’ailleurs, toutes les valeurs ont terminé dans le vert. STB s’est accaparée 6% à 10,60DT pour une quantité échangée de 31 798 actions suivi par ATTIJARI BANK qui a signé une montée de 5,94% à 18,17DT dans un volume d’échanges de 7 327 titres. BNA a rebondi de 4,80% à 10,30DT suite à la rotation de 35 147 actions. Il importe de signaler que 24 valeurs ont clôturé la séance réservée à la hausse.

MAG a été le seul titre baissier. Le cours a abandonné 0,06% à 116,90DT suite à un volume d’échanges de 1 923 actions.

par -
0

La cotation à la bourse de Tunis reprendra le lundi 07 mars 2011, selon un communiqué publié vendredi, par le Conseil du Marché Financier (CMF) sur son site internet.

Cette décision intervient suite aux discussions entre le CMF, la Bourse des Valeurs Mobilières de Tunis (BVMT) et L’Association des Intermédiaires en Bourse (AIB) et eu égard aux communications financières organisées par les émetteurs en vue d’éclairer le public sur l’incidence des évènements récents quant à la poursuite de leurs activités et perspectives de développement.

Les modalités pratiques de reprise des transactions seront annoncées par avis de la bourse.

Selon la même source, la reprise des opérations de souscriptions et de rachats portant sur les organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) mixtes s’effectuera à partir du mardi 8 mars 20111 selon le calendrier suivant :

– Les OPCVM à valeur liquidative quotidienne et inconnue : mardi 08 mars 2011.

– Les OPCVM à valeur liquidative quotidienne et connue :

mardi 08 mars 2011

– Les OPCVM à valeur liquidative hebdomadaire et inconnue:

mardi 08 mars 2011

– Les OPCVM à valeur liquidative hebdomadaire et connue :

mercredi 09 mars 2011

Le même communiqué précise que dans le cadre de la reprise des opérations de souscriptions et de rachats portant sur les parts et actions des OPCVM, il appartient aux conseils d’administration, aux directions ou aux gestionnaires de suspendre, momentanément, et après avis du commissaire aux comptes les opérations de rachat ainsi que les opérations d’émission quand des circonstances exceptionnelles l’exigent ou si l’intérêt des actionnaires ou des porteurs de parts le commande.

Le CMF doit être informé, dans les meilleurs délais, de la décision de suspension et de ses motifs.

Toutes les transactions sur la bourse de Tunis, ainsi que l’ensemble des opérations de souscriptions et de rachats portant sur les OPCVM mixtes sont suspendues depuis le lundi 28 février 2011.

par -
0

Toutes les transactions sur la bourse de Tunis ainsi que l’ensemble des opérations de souscriptions et de rachats reprendront, jeudi 3 mars 2011, a fait savoir un responsable de la bourse de Tunis, contacté, mardi, par l’agence Tunis Afrique Presse (TAP).

Le Conseil du Marché Financier, en concertation avec la Bourse des valeurs mobilières de Tunis et l’Association des Intermédiaires en Bourse (AIB), avaient pris, lundi, la décision de suspendre pendant trois jours les transactions à la bourse de Tunis « en vue de protéger l’épargne investie en valeurs mobilières, produits financiers négociables en bourse et tout autre placement donnant lieu à appel public à l’épargne ».

Cette décision a été dictée, précise le responsable, par « le manque de visibilité et les perturbations enregistrées dans le pays qui pourraient causer des pertes et des baisses des valeurs des titres en bourse ».

 Adel Grar, président de l’AIB a expliqué, pour sa part, que l’incertitude qui caractérise actuellement le contexte économique a entraîné, au cours des dernières semaines, un rétrécissement du volume des transactions et un déséquilibre entre l’offre et la demande de titres par « manque d’investissement en actifs risqués ».

Contacté par la TAP, il a affirmé que la bourse étant la seule à même de garantir le financement des grands investissements, créateurs d’emplois, il y a lieu de restaurer la confiance des épargnants en bourse et de l’acheteur qui mise sur les perspectives de l’économie et de l’entreprise dans laquelle il a investi.
Pour ce faire, l’AIB poursuit son programme de communication dans le cadre duquel les différentes entreprises cotées en bourse font le point sur leur situation financière, l’objectif étant de « protéger l’épargne publique et de calmer les esprits », a-t-il dit.

par -
0

En dépit d’une légère baisse tentée au début de la séance, le Tunindex est parvenu, ce mercredi 9 février 2011, à clôturer dans le vert en progressant de 0,61% à 4 709,21 points. La balance des variations a été penchée vers le haut affichant ainsi 27 valeurs dans le vert contre 16 valeurs dans le rouge. En fait, cette amélioration a été favorisée par la bonne orientation de certaines fortes capitalisations.

Toutefois, le volume d’affaires a signé une baisse en terminant à 4,7MDT, et ce à cause de la décélération du rythme des échanges. Carthage Cement a gagné du terrain en s’accordant 1,57% à 2,58DT alimentant le marché par des échanges fournis de 231 328 titres. Tunisair a vu son cours se bonifier de 2,89% à 2,13DT pour la rotation de 68 149 actions. En outre, GIF s’est redressé de 4,27% à 7,81DT porté par une demande considérable. Ennakl s’est offert 2,13% à 8,62DT pour 22 538 actions traitées. L’indice du secteur des assurances a réalisé aujourd’hui la meilleure performance (+2,78%) : STAR a grignoté 2,96% à 172,49DT pour la rotation de 1 572 titres. Plus forte hausse de la séance, TRE s’est envolé de 6% à 13,25DT favorisé par un courant acheteur (28 917 titres ont changé de mains).

Le secteur bancaire a connu aujourd’hui une tendance mitigée : BT a gagné 1,05% à 11,45DT générant un volume d’échanges de 82 993 actions. STB a pris également 0,59% à 13,58DT (8 303 titres traités). Quant à UBCI, son  cours a terminé la séance sur une note stable à 41,13DT. Par contre, BH a plié de 2,98% à 24,73DT suite à la rotation de 1 650 titres suivie par UIB qui a prolongé sa déroute en perdant 2,03% à 19,30DT.

Egalement dans le rouge, Adwya a dévissé de 0,83% à 5,95DT dans un volume d’échanges de 33 196 actions. SCB s’est rétrogradé de 0,82% à 7,20DT pour une quantité traitée de 6 572 actions. TLS s’est effrité de 1,33% à 33,15DT en dépit d’un faible volume d’échanges.

A signaler que l’Association des Intermédiaires en Bourse appelle les sociétés cotées à tenir des communications financières.

par -
0

L’attention de la bourse de Tunis a été, mardi 8 février 2011, retenue par deux transactions de blocs sur les 3 qu’a connu la séance de transaction du même jour.
La première a porté sur 730917 actions de la société Carthage Cement au prix de 2,6 DT l’action. La seconde, a porté sur 31000 actions de la société Ennakl au prix de 8,720 Dt l’action, alors que la 3ème, moins importante, a concerné 5000 actions de la Biat.
Information prise, on nous précise d’abord que les parts des deux personnalités de l’ancien régime, Belhassen Trabelsi pour Carthage Cement et Sakher El Materi pour Ennakl, sont déjà bloquées, gelées  et interdites de toute transaction. Quand aux deux transactions qui ont concerné ces deux entreprises cotées (Carthage Cement et Ennakl), elles auraient été faites par une seule personne  dans le cadre d’une opération de vente de père à fils.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview accordée à Africanmanager, le directeur général de la promotion des petites et moyennes entreprises auprès du ministère de l’Industrie, Sadok Bejja,...

AFRIQUE

0
14 nouveaux établissements pénitentiaires sont en cours de réalisation pour remplacer les anciennes prisons appelées à être fermées, rapporte elwatan.comLe nombre de détenus en...

SPORT