Tags Posts tagged with "investissement, Tunisie"

investissement, Tunisie

par -
La commission supérieure des grands projets

La commission supérieure des grands projets, a approuvé, jeudi, au cours de sa réunion ,trois grands projets d’investissement.

Le premier projet concerne la ville thermale à El Khabayet à Gabès, qui sera réalisée par des investisseurs autrichiens et tunisiens avec un montant de 750 MD et une capacité d’emploi de 3200 postes.

Le 2ème projet est relatif au stockage intermédiaire des avions à l’aéroport de Tozeur-Nafta pour un budget de 65 MD.

Le 3ème projet concerne la ville intégrée du savoir et les affaires à l ‘Ariana qui sera réalisée par une société étrangère sur une superficie de 250 hectares avec un coût de l’ordre de 2 mille millions de dinars.

par -
Le chef du gouvernement provisoire

Le chef du gouvernement provisoire, Ali Larayedh s’est entretenu, mardi, avec l’homme d’affaires turc, Ihsan Arslan, qui projette la construction d’un grand complexe commercial à la Goulette ou dans la zone du Lac Nord de Tunis, mobilisant un investissement de plus de 600 millions de dinars (MD),indique un communiqué de la présidence du Gouvernement .

Ihsan Arslan est l’un des plus importants hommes d’affaires et investisseurs turcs . Il opère dans les secteurs du commerce, des grandes surfaces, de la construction, de l’infrastructure, de la promotion immobilière, de l’industrie, de la pétrochimie, de la métallurgie. L’investisseur turc, qui vient d’ouvrir un bureau pour la gestion de ses affaires en Tunisie, a « exprimé son intérêt pour la réalisation de grands projets d’investissement, dans le cadre de la coopération turco-tunisienne ».

Le projet qu’il compte réaliser , offre d’importantes perspectives en matière d’emploi et de commerce et il est actuellement, à l’étude avec les différents départements ministériels concernés .

par -
Selon les dernières données publiées par l’Agence de promotion de l’investissement extérieur (FIPA)

Selon les dernières données publiées par l’Agence de promotion de l’investissement extérieur (FIPA), les investissements étrangers (IDE et investissements de portefeuille) ont atteint, au terme des 9 mois de 2012, 1554,3 millions de dinars, ce qui correspond à une progression de 25,5% par rapport à la même période de l’année précédente. En comparaison avec 2010, ces IDE ont régressé de 8,5%, soit 1698,8 millions de dinars.

Les investissements directs étrangers (IDE) ont augmenté de 26,6% à 1482,1 MD par rapport à 2011, mais en comparaison à 2010, les IDE ont régressé de 0,8%.

L’investissement en portefeuille a progressé, passant de 67,4 MD à 72,2 MD, au terme des 9 premiers mois de 2012.

Sur un autre volet, les réalisations des 9 mois de cette année ont permis l’entrée en production de 90 nouvelles entreprises, outre la réalisation de 147 opérations d’extension. Ces réalisations ont permis également la création de 8 428 nouveaux postes d’emplois, soit autant que les créations réalisées en 2011. Cependant, ces créations restent au delà des chiffres réalisés en 2010, ce qui correspond à une baisse de – 8,3% par rapport à 2010».

Le secteur de l’énergie en progression soutenue

L’analyse du flux des IDE par secteur montre une évolution considérable de 25% affichée au niveau du secteur de l’énergie, l’équivalent de 950 MD. Même cas pour les industries manufacturières ayant atteint 340 MD, soit une croissance de 25,6%.

La répartition des flux d’IDE au sein du secteur manufacturier montre une forte polarisation au profit de certaines activités.

Ainsi, le secteur des industries électriques et électroniques occupe toujours la première position au niveau du montant d’investissement (85,1 MD), suivi des industries mécaniques (62,45 MD), des matériaux de construction (61,8 MD) et du textile et habillement (35 MD).

La France, premier investisseur

Pour cette année, la France a préservé sa place stratégique en matière des investisseurs étrangers en Tunisie avec un montant d’investissement de l’ordre de 148,12 MD. Qatar vient en deuxième position en investissant 110 MD dans les projets d’extension dans le secteur des télécommunications et dans l’acquisition d’une unité touristique.

En 3ème position, on trouve l’Italie avec un investissement de l’ordre de78, 3 MD. Pour rappel, ces trois pays représentent 63,26 % du taux global des IDE, soit un peu moins des deux tiers des IDE.

En termes de création d’emplois, les investissements allemands sont les plus performants avec 81 emplois créés par projet, suivis de la Belgique avec 58 emplois et de l’Italie avec 52 emplois.

par -

Dans le cadre de l’initiative «D’une Transition à l’Autre» lancée par la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement, une conférence sera organisée le 12 décembre 2011 par la BERD, le Centre de Marseille pour l’Intégration en Méditerranée, et l’Union Tunisienne pour l’Industrie, le Commerce et l’Artisanat.

Au cours de cette rencontre, plusieurs thèmes seront débattus à savoir :

 Quelle évolution pour l’économie tunisienne dans les prochaines années ? Quel doit être la priorité à court et à moyen terme ? Où faut-il réaliser les investissements ? Quels enseignements la Tunisie peut-elle tirer des expériences de l’Europe centrale et orientale après l’effondrement du communisme il y a une vingtaine d’années et des progrès effectués par la Turquie ? Que peuvent apprendre ces pays de la Tunisie ?

par -

Plus de 200 investisseurs et  chefs  d’entreprise américains, auxquels se sont joints des hommes d’affaires tunisiens et des  représentants du Département d’Etat, de l’Agence américaine pour le développement international (USAID) et de l’agence  américaine Overseas Private Investment (OPIC) ont pris part à un forum de partenariat, le 15 novembre, à Washington.

La rencontre a été consacrée à des  accords de partenariat créateurs de nouvelles sources de revenus, d’emplois et des débouchés économiques au profit de Tunisie et des Etats-Unis, a déclaré le  secrétaire d’État adjoint Mike Hammer. Les responsables et hommes d’affaires tunisiens ont  identifié trois priorités pour cet effort initial: tourisme,  commerce et  technologies de l’information et  des communications, selon le Département d’Etat.

« Les USA vont faire  tout ce qui est en leur pouvoir  pour s’assurer que la démocratie libre et ouverte qui a commencé à prendre racine en Tunisie sera soutenue par de nouveaux investissements afin de créer une économie libre et ouverte», a affirmé le sous-secrétaire d’État a déclaré Thomas Nides , à l’adresse des participants au forum.

«C’est un nouveau jour pour la Tunisie,  et les possibilités d’investissement dans les relations américano-tunisiennes n’ont jamais été aussi grandes», a-t-il  ajouté.

par -

Durant les sept premiers mois de l’année 2011, l’investissement déclaré dans le secteur industriel a atteint  s’est envolé pour le montant de 1962.5 MD, contre 1605.8 MD pour les sept premiers mois de l’année 2010, enregistrant ainsi une progression de 22.2%, annonce « Le Bulletin de conjoncture » du ministère de l’Industrie et de la Technologie.

Le nombre de projets déclarés s’est maintenu au même niveau en passant de 2265 à 2264 au cours des sept premiers mois 2011. Ces projets permettront la création de 49864 postes d’emplois, contre 45236 postes d’emplois durant les sept premiers mois de l’année 2010, soit un accroissement de 10.2%.
 L’investissement de création d’une unité de fabrication de fibre de verre pour un montant de 132.8 MD, n’est pas comptabilisé dans les statistiques du secteur industriel. La prise en compte de ce projet aurait porté l’accroissement des investissements déclarés à 30.5%.

Par ailleurs et compte non tenu des projets déclarés dont l’investissement est supérieur à 5 MD pour les sept premiers mois 2011, l’investissement déclaré aurait enregistré par rapport aux sept premiers mois 2010, les résultats suivants :
– Investissement global : -4.4%

– Investissements déclarés dans les industries totalement exportatrices : -26.6%
– Investissements à participation étrangère : -28.2%
– Investissements déclarés dans les zones de développement régional : -5.6%.

Le secteur des industries mécaniques et électriques a affiché un taux d’accroissement positif de 49.7% avec des investissements déclarés de 488.6 MD contre 326.3 MD lors des sept premiers mois 2010, essentiellement suite à la déclaration de la création d’une unité de fabrication d’automobiles, de cycles et de moteurs pour un montant de 100.0 MD, à la déclaration de la création d’une unité de fabrication de chauffes eaux électriques pour un montant de 26.0 MD, et à la déclaration de l’extension d’une unité de fabrication de composants électroniques pour un montant de 19.6 MD. 

Le secteur des industries agroalimentaires a enregistré une augmentation de 37.2% durant les sept premiers mois 2011 avec des investissements déclarés de 507.4 MD contre 369.9 MD lors des sept premiers mois 2010, essentiellement suite à la déclaration de la création d’une conserverie pour un montant de 30.0 MD, à la déclaration de la création d’une unité de transformation de lait et dérivés pour un montant de 28.5 MD, et à celle de la création d’une unité de conserves de tomates et de fruits bios pour un montant de 27.0 MD.

Le secteur des industries diverses a progressé de 27.5% avec des investissements déclarés de 335.4 MD lors des sept premiers mois 2011 contre 263.1 MD durant la même période de l’année 2010, particulièrement suite à la déclaration de la création d’une unité de fabrication de papier pour un montant de 52.0 MD, à la déclaration de la création d’une unité de fabrication de sacs en polypropylène pour un montant de 10.5 MD, et à la déclaration de la création d’une unité de fabrication de matériel médical pour un montant de 10.3 MD.
Le secteur des industries des matériaux de construction, de la céramique et du verre a évolué de 26.9% avec des investissements déclarés de 292.4 MD contre 230.4 MD lors des sept premiers mois 2010, suite à la déclaration de l’extension d’une unité d’émaillage de carreaux céramiques pour un montant de 25.6 MD, à la déclaration de l’extension d’une cimenterie pour un montant de 24.7 MD, et à la déclaration de l’extension d’une unité de fabrication d’articles sanitaires pour un montant de 18.0 MD.      

En contre partie, les autres secteurs ont enregistré des résultats négatifs durant les sept premiers mois 2011 :

– Le secteur des industries du cuir et des chaussures a régressé de 57.4% (8.7 MD contre 20.4 MD), essentiellement suite à la déclaration durant les sept premiers mois 2010 de la création d’une tannerie mégisserie pour un montant de 4.7 MD et à la déclaration de la création d’une unité de fabrication de chaussure pour un montant de 4.1 MD.

– Le secteur des industries du textile et de l’habillement dont les investissements ont atteint 121.1 MD contre 179.5 MD (-32.5%), suite à la déclaration lors des sept premiers mois 2010 de la création d’une unité de fabrication d’ouate de cellulose pour un montant de 31.5 MD,  et à la déclaration de la création de deux unités de confection pour un montant global de 19.0 MD.
– Le secteur des industries chimiques  affiche des investissements qui sont passés de 216.2 MD à 208.9 MD, soit une baisse de 3.4%, essentiellement suite à la déclaration durant les sept premiers mois 2010 de la création d’une unité de fabrication de P.E.T pour un montant de 33.8 MD, et à la déclaration de la création d’une unité de fabrication de sels minéraux pour un montant de 30.0 MD.

Au niveau régional, les volumes d’investissement les plus conséquents ont été déclarés à   Sfax avec 241.0 MD, dont 100.0 MD déclarés dans le cadre de la création d’une unité de fabrication d’automobiles, de cycles et de moteurs.
Viennent ensuite Zaghouan avec 193.8 MD, dont 50.0 MD dans le cadre de la création d’une unité de fabrication d’ouate de cellulose, – Ben Arous avec 164.7 MD, dont 18.0 MD déclarés dans le cadre de l’extension d’une unité d’articles sanitaires et 17.0 MD dans le cadre de l’extension d’une unité d’appareils électroménagers, et Gabès avec 158.0 MD, dont 80.0 MD déclarés dans le cadre de l’extension d’une unité de phosphate et dérivés.

Source : Le Bulletin de conjoncture

par -

Durant les sept premiers mois de l’année 2011, l’investissement déclaré dans le secteur industriel a atteint  s’est envolé pour le montant de 1962.5 MD, contre 1605.8 MD pour les sept premiers mois de l’année 2010, enregistrant ainsi une progression de 22.2%, annonce « Le Bulletin de conjoncture » du ministère de l’Industrie et de la Technologie.

Le nombre de projets déclarés s’est maintenu au même niveau en passant de 2265 à 2264 au cours des sept premiers mois 2011. Ces projets permettront la création de 49864 postes d’emplois, contre 45236 postes d’emplois durant les sept premiers mois de l’année 2010, soit un accroissement de 10.2%.
 L’investissement de création d’une unité de fabrication de fibre de verre pour un montant de 132.8 MD, n’est pas comptabilisé dans les statistiques du secteur industriel. La prise en compte de ce projet aurait porté l’accroissement des investissements déclarés à 30.5%.

Par ailleurs et compte non tenu des projets déclarés dont l’investissement est supérieur à 5 MD pour les sept premiers mois 2011, l’investissement déclaré aurait enregistré par rapport aux sept premiers mois 2010, les résultats suivants :
– Investissement global : -4.4%

– Investissements déclarés dans les industries totalement exportatrices : -26.6%
– Investissements à participation étrangère : -28.2%
– Investissements déclarés dans les zones de développement régional : -5.6%.

Le secteur des industries mécaniques et électriques a affiché un taux d’accroissement positif de 49.7% avec des investissements déclarés de 488.6 MD contre 326.3 MD lors des sept premiers mois 2010, essentiellement suite à la déclaration de la création d’une unité de fabrication d’automobiles, de cycles et de moteurs pour un montant de 100.0 MD, à la déclaration de la création d’une unité de fabrication de chauffes eaux électriques pour un montant de 26.0 MD, et à la déclaration de l’extension d’une unité de fabrication de composants électroniques pour un montant de 19.6 MD. 

Le secteur des industries agroalimentaires a enregistré une augmentation de 37.2% durant les sept premiers mois 2011 avec des investissements déclarés de 507.4 MD contre 369.9 MD lors des sept premiers mois 2010, essentiellement suite à la déclaration de la création d’une conserverie pour un montant de 30.0 MD, à la déclaration de la création d’une unité de transformation de lait et dérivés pour un montant de 28.5 MD, et à celle de la création d’une unité de conserves de tomates et de fruits bios pour un montant de 27.0 MD.

Le secteur des industries diverses a progressé de 27.5% avec des investissements déclarés de 335.4 MD lors des sept premiers mois 2011 contre 263.1 MD durant la même période de l’année 2010, particulièrement suite à la déclaration de la création d’une unité de fabrication de papier pour un montant de 52.0 MD, à la déclaration de la création d’une unité de fabrication de sacs en polypropylène pour un montant de 10.5 MD, et à la déclaration de la création d’une unité de fabrication de matériel médical pour un montant de 10.3 MD.
Le secteur des industries des matériaux de construction, de la céramique et du verre a évolué de 26.9% avec des investissements déclarés de 292.4 MD contre 230.4 MD lors des sept premiers mois 2010, suite à la déclaration de l’extension d’une unité d’émaillage de carreaux céramiques pour un montant de 25.6 MD, à la déclaration de l’extension d’une cimenterie pour un montant de 24.7 MD, et à la déclaration de l’extension d’une unité de fabrication d’articles sanitaires pour un montant de 18.0 MD.      

En contre partie, les autres secteurs ont enregistré des résultats négatifs durant les sept premiers mois 2011 :

– Le secteur des industries du cuir et des chaussures a régressé de 57.4% (8.7 MD contre 20.4 MD), essentiellement suite à la déclaration durant les sept premiers mois 2010 de la création d’une tannerie mégisserie pour un montant de 4.7 MD et à la déclaration de la création d’une unité de fabrication de chaussure pour un montant de 4.1 MD.

– Le secteur des industries du textile et de l’habillement dont les investissements ont atteint 121.1 MD contre 179.5 MD (-32.5%), suite à la déclaration lors des sept premiers mois 2010 de la création d’une unité de fabrication d’ouate de cellulose pour un montant de 31.5 MD,  et à la déclaration de la création de deux unités de confection pour un montant global de 19.0 MD.
– Le secteur des industries chimiques  affiche des investissements qui sont passés de 216.2 MD à 208.9 MD, soit une baisse de 3.4%, essentiellement suite à la déclaration durant les sept premiers mois 2010 de la création d’une unité de fabrication de P.E.T pour un montant de 33.8 MD, et à la déclaration de la création d’une unité de fabrication de sels minéraux pour un montant de 30.0 MD.

Au niveau régional, les volumes d’investissement les plus conséquents ont été déclarés à   Sfax avec 241.0 MD, dont 100.0 MD déclarés dans le cadre de la création d’une unité de fabrication d’automobiles, de cycles et de moteurs.
Viennent ensuite Zaghouan avec 193.8 MD, dont 50.0 MD dans le cadre de la création d’une unité de fabrication d’ouate de cellulose, – Ben Arous avec 164.7 MD, dont 18.0 MD déclarés dans le cadre de l’extension d’une unité d’articles sanitaires et 17.0 MD dans le cadre de l’extension d’une unité d’appareils électroménagers, et Gabès avec 158.0 MD, dont 80.0 MD déclarés dans le cadre de l’extension d’une unité de phosphate et dérivés.

Source : Le Bulletin de conjoncture

par -

Il existe une causalité intime et jumelle entre la stabilité politique et la mobilisation de l’investissement direct étranger. Ce sont deux termes d’une équation viscéralement liés l’un à l’autre. Et de toutes les façons, les investisseurs ne vont jamais injecter leurs capitaux là où les crises, les révoltes, les grèves et sit-in, les contestations anticipées et posthumes d’élections sont chose courante.
Au demeurant, un bon investisseur est celui qui investit sur le long terme, et cette démarche, pour  s’attribuer la longévité nécessaire et requise, doit s’insérer dans un environnement politique et social exempt de turbulences quelles qu’en soient les origines.

La Tunisie peut-elle être interpellée sous cet angle ? Assurément oui si l’on se référait uniquement à l’arithmétique des départs et des intentions d’implantations recensés depuis le 14 janvier 2011.Sous l’effet d’une effusion de débrayages, de sit-in et d’une fièvre revendicative   qui, faut-il le relever, a tendance à s’estomper, maintes entreprises étrangères ont préféré tourner le dos à la Tunisie pour délocaliser sous d’autres latitudes plus amènes à leurs affaires.

Mais celles qui ont fait le pari de rester sont indiscutablement en droit  d’attendre un autre retour sur investissement, car, le pays où elles ont choisi d’investir est dans les starting-blocks d’une économie où la gouvernance sera l’axe autour duquel s’ordonnera toute l’activité économique qu’il s’agisse de libertés publiques, de paix sociale et d’absence de turbulences, de transparence , de qualité de la réglementation , d’Etat de droit et de lutte contre la corruption.
Il ne s’agit pas de vœux pieux, mais d’orientations qui participent de toutes les expériences démocratiques menées jusqu’ici dans les pays de l’Europe de l’Est, d’Amérique latine ou d’Asie du Sud-est. Les uns et les autres sont en train d’en récolter les meilleurs dividendes sous bien des rapports, et au premier chef, l’attrait vis-à-vis des investisseurs étrangers, et dans une plus large mesure en termes de croissance économique et de bien-être social, avec en prime un chômage absolument moins lancinant .

Le premier indice, si ténu soit-il, que l’on peut relever dans ce sens est que nonobstant les troubles qui ont secoué le pays, les entreprises étrangères n’ont pas perdu confiance dans le site Tunisie, d’autant moins que l’on recense l’entrée en production de 33 nouvelles entreprises étrangères après la révolution du 14 janvier et l’extension d’unités déjà en place (65 sociétés).

A ce bilan dressé par le directeur général de l’Agence de Promotion de l’Investissement Extérieur (FIPA), il faut ajouter une soixantaine de missions  d’investisseurs étrangers venant de plusieurs pays (USA, Grande Bretagne….) et 15 entreprises internationales actives dans l’outsourcing qui ont visité la Tunisie pour s’informer du nouveau climat d’affaires. Un climat d’affaires sain qui  mettra fin aux obstacles auxquels ils se heurtaient auparavant », a-t-il affirmé, indiquant que tous les indicateurs augurent de bonnes perspectives pour les IDE en Tunisie.

On pourrait être tenté de voir dans de semblables propos un message lénifiant lancé à la veille de l’ouverture du « Forum de Tunisie sur l’Investissement 2011», mais avec un millier de participants  dont 320 étrangers représentant 26 pays, on finirait par se persuader qu’il s’agit d’un « signe révélateur de la confiance dont jouit la Tunisie auprès des investisseurs internationaux ».

On ne peut pas demander davantage à ceux-ci au moment même où ils sont instamment sollicités par bien des sites d’investissement, leur offrant, de surcroît, moult incitations défiant par endroits toute concurrence. Ceci doit signifier que les Tunisiens devront trouver la ressource et surtout la lucidité de saisir et comprendre ce qui se passe  dans le monde pour rompre toutes affaires cessantes avec ces pratiques nocives des grèves et des blocages de routes, pour n’en citer que celles-là, et s’inscrire dans le giron de la Révolution telle qu’elle est sainement conçue et patriotiquement mise en œuvre.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

SPORT