Tags Posts tagged with "nairobi"

nairobi

par -
0

Nairobi a annoncé son intention de retirer ses troupes de la force de l’ONU au Soudan du Sud suite au limogeage du commandant kényan, rapporte ce jeudi 3 novembre 2016, Africanews.

Le gouvernement du Kenya estime que le déploiement de ses troupes au Soudan du Sud n’est plus tenable et constitue une menace pour leur sécurité et leur bien-être, c’est ainsi que Nairobi a exprimé son envie de ne plus faire partie de la Minuss.
le ministère kényan des Affaires étrangères dit avoir appris avec consternation le limogeage du général Johnson Mogoa Kimani Ondieki. D’après la même source, c’est un rapport onusien accablant ses casques bleus pour leur réaction chaotique et inefficace face aux violences de juillet à Juba qui a entraîné le limogeage du général kényan. L’enquête, qui a mené au limogeage immédiat du général kényan, affirme également que la force onusienne n’a pas réussi à répondre à l’incursion le 11 juillet de soldats sud-soudanais dans un hôtel proche d’une base des Nations unies et abritant des employés d’organisations internationales.

par -
0

S’exprimant à l’occasion du sixième Forum africain sur la révolution verte à Nairobi, les dirigeants ont convenu que l’action politique, les financements, les réformes politiques et l’adoption de technologies étaient les clés pour révolutionner la production alimentaire en Afrique, rapporte l’agence de presse chinoise Xinhua.

Dans son discours d’ouverture, le président kenyan Uhuru Kenyatta a déclaré qu’un secteur agricole dynamique était essentiel pour assurer le renouveau socio-économique sur le continent africain.
« L’agriculture offre une source d’emplois décents et de revenus pour des catégories démographiques essentielles comme les femmes et les jeunes. Ce secteur est onze fois plus efficace pour réduire la pauvreté », a lancé M. Kenyatta.

Des milliers de délégués de gouvernement, de l’industrie, des milieux académiques et de la société civile assistent actuellement au forum du 5 au 9 septembre.
Ce forum de haut niveau a pour but de discuter et d’adopter des déclarations globales pour favoriser le programme de sécurité alimentaire en Afrique.

Des partenariats solides sont impératifs pour renforcer la capacité des pays d’Afrique à mettre en œuvre des mécanismes continentaux afin de favoriser la transformation agricole, a indiqué M. Kenyatta.
Le président a cité en particulier la mise en œuvre rapide de la déclaration de Malabo adoptée en 2014 par les dirigeants africains pour révolutionner l’agriculture et renforcer la sécurité alimentaire et les revenus ruraux.
« À Malabo, nous nous sommes engagés à doubler le niveau de productivité de l’agriculture d’ici 2025 pour en faire une industrie de plusieurs milliards de dollars. Par conséquent, nous devons intégrer une vision continentale de la transformation agricole dans nos politiques nationales », a souligné M. Kenyatta.
Le dirigeant kenyan a révélé que son gouvernement investirait 200 millions de dollars dans les cinq prochaines années pour permettre aux jeunes agriculteurs d’accéder aux financements, aux facteurs de production et aux marchés.
« Ce nouveau financement favorisera également la création de valeur ajoutée et la transformation agro-alimentaire », a fait savoir M. Kenyatta.

La transformation du secteur agricole en Afrique est directement associée à la croissance économique, à la prospérité commune et à la coexistence pacifique.
Les investissements du secteur privé, l’adoption de meilleures variétés de semences et la rationalisation des chaînes de valeur permettront de renforcer la productivité du secteur agricole en Afrique, a dit le président rwandais Paul Kagame.
« Un secteur agricole transformé sera le socle de la prospérité à venir en Afrique », a commenté M. Kagame, ajoutant que des politiques de soutien favorables et des investissements dans les infrastructures d’énergie et des transports permettraient de renforcer la productivité du secteur agricole en Afrique.

par -
0

Comme il y a des sommets France-Afrique, Turquie-Afrique, Chine-Afrique, USA-Afrique, il y a également un sommet Japon-Afrique. Cet événement aura lieu pour la première fois sur le continent africain, à Nairobi, au Kenya, du 27 au 28 août 2016. Beaucoup ne le savent pas, car les Nippons, discrets de nature, ne le crient pas sur tous les toits, mais ‘le pays du soleil levant’ est un solide partenaire de l’Afrique. En effet il a à son actif des actions tangibles dans le sens de l’aide au développement, et ne se limite pas aux traditionnels échanges commerciaux lesquels le plus souvent ne sont qu’un pillage des matières premières du continent, qui d’ailleurs reviennent en Afrique sous forme de produits finis vendus aux populations locales à prix d’or. Une catastrophe pour les balances commerciales locales car elle dévore les devises étrangères. Le Japon lui est resté fidèle, ces vingt dernières années, à son crédo de vrai partenariat gagnant-gagnant, et le niveau de ses financements en direction de l’Afrique est resté stable au fil des années, malgré tous les soubresauts économiques qu’a connus Tokyo.

Cette philosophie est née de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD), dont le premier rendez-vous a été organisé en 1993. Les choses ont tellement évolué depuis que l’Afrique pèse présentement 28% du soutien financier non remboursable, 15% de la coopération technique et 4% des prêts concessionnels accordés par le Japon. Par ailleurs 800 parmi les 2 500 volontaires japonais qui s’activent dans le monde sont en Afrique.

Le Japon, un ami de l’Afrique qui lui veut du bien

En 23 ans d’existence, la TICAD a mené des actions notables pour doper la croissance sur le continent africain. Elle a réussi à coaliser les partenaires au développement pour hausser le niveau de la connectivité interurbaine et transfrontalière pour doper l’intégration régionale. On peut citer des actions telles que l’installation de réseaux sous-régionaux d’énergie. Exemples : La mise en place d’une centrale géothermique au Kenya et un projet de ligne de transmission en Tanzanie. Par ailleurs l’Agence de coopération internationale du Japon (JICA), la Banque africaine de développement (BAD) et d’autres institutions ont subventionné conjointement l’implantation de corridors de développement et de « postes frontières à guichet unique (PFGU) » pour faciliter les procédures de transit au niveau des frontières.

On peut également évoquer les initiatives nippones dans le sens d’une amélioration de la productivité agricole, notamment pour le riz, une denrée très prisée sur le continent, surtout en Afrique subsaharienne. La Coalition pour le développement de la riziculture en Afrique (CARD), qui a vu le jour en 2008, s’est donnée pour objectif de multiplier par deux la production de riz en Afrique d’ici 2018. Les résultats sont déjà là puisque de 14 millions de tonnes de riz produits sur le continent auparavant on est passé à 25 millions de tonnes en 2014, soit une hausse de 74 %. L’objectif pour 2018 est donc à portée de main. Une aubaine pour les pays africains quand on sait ce que pèse le riz dans le volume des importations.

A l’occasion de la cinquième TICAD, en 2013, le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, avait déclaré que l’Afrique serait le moteur de la croissance mondiale de ce XXIe siècle. Il n’avait pas tort puisque le continent, en dépit des tempêtes économiques mondiales, affiche un taux de croissance de 3,7 %, un chiffre bien supérieur à la moyenne mondiale. On parle même de 4,5 % en 2017, ce qui fait de l’Afrique le deuxième continent où la croissance est la plus forte, après l’Asie. Le Japon, à n’en pas douter, continuera de prendre toute sa part dans les efforts de développement du continent. Les autres partenaires de l’Afrique – suivez mon regard – devraient en prendre de la graine, au lieu de ne voir en l’Afrique qu’un énorme marché où on achète et vend à tour de bras…

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le dirigeant d’Ennahdha Abdellatif Mekki appelle à l’organisation d’un dialogue sociétal qui dépassera les partis, les organisations, pour cibler les coordinations des mouvements sociaux....

AFRIQUE

SPORT

0
Le Club Africain a publié sur sa page officielle facebook les derniers transferts effectués dans le mercato d'hiver 2016-2017. Les nouvelles recrues: Oussama Darragi (29...