Tags Posts tagged with "Rafik Abdessalem,"

Rafik Abdessalem,

par -
0

La polémique autour du projet de la réconciliation économique vise à saper les efforts entrepris par la Tunisie sur la voie du progrès et de la croissance, a déclaré, mercredi, la conseillère auprès du président de la République, chargée des relations avec la société civile Saida Garrach.

« Face à une conjoncture difficile caractérisée par une hausse du chômage, de l’endettement et d’une nette baisse de l’investissement, la présidence de la République a privilégié l’intérêt du pays en proposant la réconciliation », a-t-elle ajouté lors d’une conférence à Tunis intitulée « la Réconciliation, un choix stratégique pour le renforcement de l’unité ». Garrach a souligné l’impératif de parvenir, au plus vite, à un compromis sur une réconciliation nationale fondée sur les reconnaissance des faits, la reddition des comptes et la rupture avec les pratiques de corruption. Pour Rafik Abdessalem (mouvement Ennahdha), il existe deux initiatives de réconciliation. La première a été avancée par le président de la République Beji Caid Essebsi alors que la deuxième a été présentée par le président du mouvement Ennahdha Rached Ghannouchi.

 Les deux initiatives sont en parfaite harmonie. Elles visent à jeter les fondements d’une réconciliation globale, a-t-il noté. « La révolution tunisienne vient rompre avec le passé », a-t-il soutenu.
De son coté, Ridha Belhaj, président de l’instance politique de Nidaa tounes a insisté sur la nécessité de parvenir à un large consensus sur l’initiative du président de la République appelant à se conformer aux principes de la justice transitionnelle à savoir, la reconnaissance des faits, le dédommagement et la réconciliation.

« L’intérêt supérieur de la patrie commande d’achever la phase de transition démocratique », a-t-il dit. L’économiste Moez Joudi a mis en avant le rôle de la réconciliation nationale dans la relance de l’économie nationale, appelant à l’association de toutes les forces vives de la nation dans ce processus.

Ont pris part à cette rencontre, plusieurs parlementaires, des représentants de la coalition au pouvoir ainsi que des personnalités politiques ayant occupé des fonctions sous l’ancien régime.

TAP

par -
0
L'ancien ministre des Affaires étrangères Rafik Abdessalem a démenti s'être déplacé à la Valette

L’ancien ministre des Affaires étrangères Rafik Abdessalem a démenti s’être déplacé à la Valette, capitale de Malte pour participer aux séances du dialogue national libyen.

Dans une interview accordée à Jawhara Fm, il a précisé que son mouvement a bel et bien été invité à ce congrès mais aucun des dirigeants n’a pu y participer, soulignant que cette invitation visait à résoudre les questions en suspens concernant la Libye afin d’aboutir à des solutions consensuelles surtout avec la réussite du parcours transitionnel en Tunisie, selon ses dires.

par -
0
Un ex-conseiller de l’ancien ministre des Affaires étrangères

Un ex-conseiller de l’ancien ministre des Affaires étrangères, Rafik Abdessalem, a refusé de remettre la voiture administrative mise à sa disposition lorsqu’il a été au pouvoir, a déclaré le ministre des Affaires étrangère, Mongi El Hamdi dans une interview accordée au journal « Ekhir Khabar », dans son édition de ce mardi, 25 février 2014.

Il a souligné que le ministère de tutelle a déposé une plainte contre ce conseiller auprès de la direction générale du contentieux.

Mongi El Hamdi a affirmé, cependant qu’à l’exception de ce conseiller, les autres ont remis les voitures mises à leur disposition dans la période de l’exercice de Rafik Abdessalem.

par -
0
L’ex-ministre des affaires étrangères

L’ex-ministre des affaires étrangères, Rafik Abdessalem comparaitra mardi 4 février, devant le doyen des juges d’instruction au pôle judiciaire dans une affaire relative au don chinois, sujet qui a suscité la polémique.

En effet, Abdessalem a été accusé par la bloggeuse Olfa Riahi d’avoir versé ce don destiné à l’organisation d’un colloque, d’un montant d’un million de dollars (1,640 million de dinars) dans son propre compte.

par -
0
Des pages facebook nahdaouies

Des pages facebook nahdaouies , ont partagé sur les réseaux sociaux une photo de l’ancien ministre des affaires étrangères, Rafik Abdessalem accueilli , mardi 28 janvier, par de nombreux dirigeant nahdaouis qui se sont rassemblée à l’aéroport de Tunis Carthage.

Il convient de rappeler que Rafik Abdessalem serait entendu par le juge d’instruction dans l’affaire du don du million de dollars chinois, volet du scandale du Sheratongate révélé par la bloggeuse Olfa Riahi.

NBT

par -
0
Fethi Layouni

Fethi Layouni, a confirmé, mercredi, sur Express FM le retour, hier soir, à Tunis de son client l’ancien ministre des Affaires étrangères, Rafik Abdessalem qui doit comparaître devant la justice le 4 février 2014.

Rappelons que le ministère public au Tribunal de première instance de Tunis avait demandé l’inculpation de l’ancien ministre sous plusieurs chefs d’accusation dont notamment abus de pouvoir par un fonctionnaire en vue de réaliser des profits illicites et gestion illégale de deniers publics, suite à des révélations de la bloggeuse et journaliste Olfa Riafi dans au sujet de l’affaire « Sheraton Gate » .

L’avocat Fethi Layouni a déclaré que son client est innocent et que son inculpation n’a aucun fondement, déplorant la politisation de cette affaire après la démission du gouvernement d’Ali Larayedh.

par -
0
Une source proche du parti Ennahdha a démenti

Une source proche du parti Ennahdha a démenti, dans une déclaration à Africanmanager, que l’ancien ministre des Affaires étrangères, Rafik Abdessalem et son épouse, Soumaya Ghannouchi aient fui la Tunisie, soulignant, par contre, qu’il s’agit d’un simple voyage.

La même source a précisé que Rafik Abdessalem a quitté la Tunisie depuis quelques jours pour des raisons qu’on ignore encore. Tout ce que l’on, sait c’est qu’il se trouve actuellement à l’étranger.

Notre source n’a pas voulu divulguer le lieu où se trouve actuellement Rafik Abdessalem ni le jour du départ ou la durée de son voyage.

IL est à rappeler que le parquet a inculpé récemment Rafik Abdessalem, ancien ministre des Affaires étrangères, d’ »usage par un fonctionnaire public de sa qualité pour se procurer lui-même ou procurer à autrui un avantage injustifié portant préjudice à l’administration et d’utilisation illicite des deniers publics », au sens de l’article 96 du code pénal.

De même , des sources judiciaires ainsi que son avocat ont affirmé que Rafik Abdessalem n’est pas l’objet d’un mandat d’amener ni frappé de mesure d’interdiction de voyager

par -
0
Des sources judiciaires responsables citées par Assabah news ont démenti les informations selon lesquelles l’ex-ministre des Affaires

Des sources judiciaires responsables citées par Assabah news ont démenti les informations selon lesquelles l’ex-ministre des Affaires étrangères est l’objet d’une mesure d’interdiction de voyager.

On rappelle, à cet égard, que le doyen des juges d’instruction a renvoyé le dossier de Rafik Abdessalem au ministère public, lui demandant de retenir contre ce dernier l’accusation de mauvaise gestion du don chinois , ce qui fut fait.

par -
0
La bloggeuse Olfa Riahi a affirmé

La bloggeuse Olfa Riahi a affirmé , mercredi 8 janvier sur sa page facebook que le ministère public a demandé le lancement de poursuites judiciaires contre l’ex-ministre des Affaires étrangères, Rafik Abdessalem sur lequel pèsent des soupçons réprimés par les articles 96 et 99 du code pénal qui sanctionnent les fonctionnaires qui usent de leur qualité et de ce fait se procurent à eux-mêmes ou procurent à un tiers un avantage injustifié, causent un préjudice à l’administration ou contreviennent aux règlements régissant ces opérations en vue de la réalisation d’avantages ou de préjudices.

par -
0
Rafik Abdessalem

Rafik Abdessalem, membre du conseil de la Choura d’Ennahdha , a affirmé que « nous ne cèderons la pouvoir qu’à un gouvernement qui procure de l’assurance à nous-mêmes et à tous les Tunisiens, un gouvernement effectivement neutre et ayant vocation à conduire les missions constituantes et à préparer des élections transparentes ».

Dans une déclaration à Jawhara fm, il a ajouté que le mouvement Ennahdha a accepté l’initiative du Quartet en tant que plateforme pour le dialogue , étant soucieux de parvenir à des solutions consensuelles , précisant que son parti œuvrera en vue de mettre à exécution ce qui aura été convenu y compris la démission du gouvernement , mais , affirme-t-il, après l’achèvement des missions constituantes , mettant l’accent sur la nécessité pour les parties qui parrainent le Dialogue de faire montre de neutralité.

par -
0
Le mouvement Ennahdha n’est pas tenu de délivrer un chèque en blanc à l’UGTT et il est de son droit

Le mouvement Ennahdha n’est pas tenu de délivrer un chèque en blanc à l’UGTT et il est de son droit , en tant que parti au pouvoir, de discuter les propositions qui lui sont faites, a déclaré Rafik Abdesszalem, dirigeant au parti islamiste , sur Radio Mosaïque fm, ajoutant que si les syndicalistes choisissent l’escalade, ils ont porteront la responsabilité, car Ennahdha refuse les menaces, selon ses dires.

Ila estimé que la proposition de l’UGTT n’est pas le Coran révélé, soulignant que son parti a exprimé clairement son acceptation de l’Initiative du Quartet en tant que plateforme du dialogue, relevant cependant des divergences sur la feuille de route, et assurant qu’il est possible d’arriver à des accords à ce sujet.

par -
0
Rafik Abdessalem

Rafik Abdessalem, leader d’Ennahdha a indiqué qu’il est temps d’élaborer un contrat social pour trouver une solution à la crise économique actuelle que vit la Tunisie précisant que la situation économique a été exploitée politiquement. « Pensez-vous que les mouvements de protestation, les sit-in observés de façon marginale sont les moyens adéquats pour dépasser la crise » s’est interrogé-t-il afirmant que ledit contrat permettrait sans doute d’y faire face.

par -
0
Rafik Abdessalem

Rafik Abdessalem, dirigeant à Ennahdha, a affirmé, dans une conférence tenue , lundi matin , que son mouvement a fait de nombreuses concessions dans l’intérêt du pays, ajoutant que le parti islamiste a exprimé clairement son approbation de l’Initiative de l’UGTT.

Au sujet de l’attachement de l’UGTT à la dissolution du gouvernement préalablement à l’ouverture du Dialogue national, Rafik Abdessalem a affirmé que le mouvement Ennahdha estime qu’il faudra assurer les fonctions constituantes en tête desquelles l’adoption de la constitution et la fixation de l’échéancier électoral avant la démission du gouvernement et son remplacement par un autre jusqu’à la fin de la période de transition.

par -
0
Le journal tunisien Assour rapporte ce mercredi que «des personnalités d’Ennahdha même

Le journal tunisien Assour rapporte ce mercredi que «des personnalités d’Ennahdha même, seraient derrière le retour à l’actualité de l’affaire dite «Sheraton-gate» de l’ancien ministre tunisien des affaires étrangères et beau-fils de Rached Ghannouchi. Selon les sources du journal, «ces feux amis, l’auraient fait dans le cadre du climat de dissension sur le rapprochement entre Ennahdha et Nida Tounes et dont Assour dit que Rafik Abdessalem Bouchlaka en aurait été l’architecte.

par -
0
Charfeddine Kellil

Charfeddine Kellil, avocat de la journaliste et blogeuse Olfa Riahi, a confirmé mardi 3 septembre au micro de Wassim Ben Larbi lors de l’émission Expresso, l’avancement des enquêtes concernant l’affaire Sheraton-Gate.

Il a confirmé que plusieurs retraits d’argent ont été effectués sur le compte portant le nom de Rafik Abdessalem et contenant la donation accordée de la Chine à la Tunisie. «L’identité des individus qui ont effectué ces retraits sera dévoilée lors d’une conférence de presse qui aura lieu lundi prochain, 9 Septembre 2013 » a-t-il ajouté. Il a en outre signalé que parmi ces individus il y’a des militaires à la retraite, des employés de l’organe sécuritaire et des activistes proches des Ligues de protection de la révolution.

par -
0
Il circule dans les  couloirs du ministère des Affaires étrangères des informations relayées par le site Al Jarida

Il circule dans les couloirs du ministère des Affaires étrangères des informations relayées par le site Al Jarida, selon lesquelles l’ex-ministre des Affaires étrangères, Rafik Abdessalem sera nommé ambassadeur de la République tunisienne aux Etats-Unis, poste laissé vacant et auquel il n’a pas été pourvu, depuis le départ de son dernier titulaire, Mohamed Salah Tekaya.

par -
0
L'avocat de Rafik Abdessalem

L’avocat de Rafik Abdessalem, Bechir Chebbi, a affirmé, ce lundi 3 juin sur Shems fm, qu’il détient la preuve que l’argent versé par la Chine n’a pas été détourné par son client pour atterrir sur son compte personnel, comme l’ont rapporté plusieurs médias.

Le montant en question est bien allé sur le compte du ministère des Affaires étrangères, comme le prouve, d’après l’avocat un document de la STB en date du 31 décembre 2012 comportant le numéro du compte et la somme (1.617 million de dinars).

Bechir Chebbi affirme que l’affaire, qui a suscité une polémique et fait couler beaucoup d’encre, a pris un tournant politique. Il reproche en outre au groupe des 25 avocats de s’intéresser à l’ex-ministre des Affaires étrangères après avoir quelque peu disparu de la circulation, et de ne pas d’attaquer aux corrompus.

 

par -
0
Selon les minutes des interrogatoires de l’ex-ministre des Affaires étrangères

Selon les minutes des interrogatoires de l’ex-ministre des Affaires étrangères, Rafik Abdessalem, dont copie a été obtenue par Assabah News, le représentant légal de l’hôtel Sheraton, a affirmé ne pas avoir enregistré, le 13 janvier 2012, la présence dans l’établissement d’aucune délégation étrangère, à titre officiel, à l’exception de celle de participants à une réunion de travail tenue par la Banque Africaine de Développement. Idem pour le 14 du même mois où aucune présence de délégation officielle n’a été constatée, pas plus que le 17 janvier 2012 où l’hôtel n’a enregistré la présence d’aucune délégation officielle hormis celle de sociétés opérant en Tunisie, pour les besoins de réunions de travail dans l’établissement.

Le représentant légal du Sheraton ajoute que, en date du 16 février, il a été enregistré la présence du ministre suédois du Développement et de la Coopération internationale dont les frais de séjour ont été pris en charge par l’ambassade de Suède en Tunisie. Le 17 février 2012, précise-t-il, aucune délégation étrangère n’a séjourné à l’hôtel. De même, aucune conférence de presse n’a été organisée par les soins du ministère des Affaires étrangères à l’hôtel Sheraton aux dates indiquées précédemment. Il a déclaré que la facture du séjour du ministre à l’hôtel a été réglée au moyen de chèques bancaires tirés sur un compte ouvert à la Société Tunisienne de Banque, ajoutant que le total des frais des nuitées passées à l’hôtel ont été payés sur deux tranches par le même mode de paiement.

Toujours d’après les minutes des interrogatoires menés dans le cadre de cette affaire, le payeur général de Tunisie a indiqué que , en date du 19 octobre, il lui a été demandé par les services du cabinet du ministre des Finances de procéder à des vérifications concernant l’opération de dépôt d’un montant d’une valeur d’un million de dollars dans le compte courant de la Trésorerie générale ,ouvert auprès de la STB. Vérification faite, il a constaté que le montant indiqué n’a pas été viré dans ce compte, ayant été avisé que ce montant a été viré au compte ouvert au nom du ministre des Affaires étrangères auprès de la STB, ajoutant que l’opération de virement du montant de ce don de la République populaire de Chine au compte ouvert au nom du ministre des Affaires étrangères auprès de la STB est une mesure contraire aux procédures en vigueur.

par -
0
Les services du procureur de la République ont démenti

Les services du procureur de la République ont démenti, mardi, que le ministère public près le tribunal de première instance de Tunis ait ouvert une information judiciaire à l’encontre de l’ex-ministre des Affaires étrangères, Rafik Abdessalem intuitu personae, c’est-à-dire en fonction de la personne.

Ils ont précisé que la plainte déposée au sujet du don chinois à la Tunisie est dissociée de l’affaire dans laquelle est poursuivie la bloggeuse Olfa Riahi conformément à l’ordonnance du juge d’instruction du 12ème bureau au tribunal de première instance de Tunis.

Dans un communiqué, le procureur de la République a souligné que le ministère public a ouvert une enquête contre tous ceux dont il aura été établi qu’il ont tiré avantage de leur qualité de fonctionnaires publics pour leur propre profit ou porter préjudice à l’administration , sans que l’accusation soit retenue contre une personne déterminée.

par -
0
L'avocat de Rafik Abdessalem

L’avocat de Rafik Abdessalem, Me Fethi Layouni, a souligné, ce lundi 20 mai, que le transfert du dossier de l’affaire dite du Sheraton au pôle juridique financier, spécialisé dans les affaires de malversation, est une procédure normale, et que son client n’est pas accusé, mais témoin et lésé dans cette affaire.

Fethi Layouni a assuré , sur Shems fm, que l’ex-ministre des Affaires étrangères « n’est pas concerné » par la procédure, et que c’est du côté de son accusatrice, Olfa Riahi, que la justice doit enquêter.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE