Tags Posts tagged with "Samira Merai"

Samira Merai

par -

Des agents de la santé et représentants de syndicats au sein d’établissements hospitaliers dans la région de Manouba ont dénoncé la multiplication des agressions verbales et physiques lors de l’exercice de leur métier dans les services d’urgence ou dans les bureaux d’inscription. Ils ont fait état d’une moyenne de 15 agressions par an, à l’occasion d’une visite effectuée, vendredi, dans la région, par la ministre de la Santé Publique, Samira Merai.
Les représentants du syndicat relevant de l’UGTT et de la fédération régionale de la santé, ont dénoncé une situation « précaire » de la santé dans la région, que ce soit au niveau des équipements ou des ressources humaines de des infrastructures.
« Ceci a rendu médiocre la qualité des services médicaux et partant entraîné une mauvaise relation avec les patients », a expliqué le secrétaire régional de la santé et membre de la fédération générale de la santé, Zouhaier Nasri.
Et d’ajouter que le gouvernorat de Manouba est constitué, en grande partie, de quartiers populaires qui souffrent de problèmes sociaux spécifiques (violence, consommation de la drogue…), ce qui expose le personnel des services d’urgence à des agressions verbales et physiques.
Les parties syndicales et les représentants de l’UGTT et de la société civile et des partis ont estimé, lors d’une rencontre avec la ministre de la Santé, que l’agression est un résultat du manque de médecins spécialistes à l’hôpital local de Tébourba.
La ministre a déclaré que son département envisage de mobiliser des fonds pour assurer la sécurité au sein des services d’urgence, la nuit, dans la plupart des régions, à travers des contrats avec des entreprises privées de sécurité.

par -

La grève des médecins, des dentistes et des pharmaciens de la santé publique initialement programmée pour le 23 février courant a été annulée, rapporte Mosaïque Fm.

Un accord a été conclu pour trouver un cadre commun pour améliorer les services et les conditions de travail des médecins et des dentistes du secteur public. En vertu de cet accord, un effort sera également fait pour inciter au travail des les régions prioritaires, a indiqué la même source.

Lors d’une séance de médiation qui a eu lieu dans l’après-midi du mardi 21 février 2017, avec la participation de Samira Merai, ministre de la santé et les représentants des syndicats concernés, il a été indiqué qu’un travail sera fait au niveau des établissements de la première ligne dans le but d’alléger la pression sur les hôpitaux locaux et régionaux.

par -

Auditionnée lundi 20 février 2017, par la commission de la santé et des affaires sociales au sein de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), la ministre de la Santé, Samira Merai, a indiqué que son d’épatement a démis cinq responsables de leurs fonctions et suspendu certains directeurs d’hôpitaux pour implication dans des affaires de corruption.
Lors d’une séance d’audition consacrée à l’examen du plan quinquennal de développement du ministère 2016-2020, Merai a souligné qu’il a été décidé de nommer, pour la prochaine période, de nouveaux responsables à la tête des directions régionales de la santé et des hôpitaux régionaux, expliquant que cette décision a été prise en raison de mauvaise gestion et de suspicion de corruption.

Elle a, dans ce contexte, indiqué que les efforts se poursuivent pour lutter contre la corruption, évoquant dans ce sens, la mise en place d’une application informatique relative à la gestion des médicaments entre la pharmacie centrale, les hôpitaux et le secteur privé.
Cette application, a-t-elle dit, permettra d’économiser 30% de la valeur des médicaments qui étaient exposés au vol, faisant savoir que le coût de cette application qui sera généralisée à tous les hôpitaux varie entre 400 et 600 millions de dinars.
L’objectif étant de rationaliser la gestion des médicaments dont le coût est estimé à 1.1 millions de dinars, a expliqué Merai, faisant remarquer que cette application a permis, l’année dernière à l’hôpital universitaire Habib Thameur d’économiser 30% de la valeur des médicaments.

Par ailleurs, elle a annoncé que son département se penche, actuellement, sur la mise en place d’une autre application qui permettrait de faire le suivi médical des personnes souffrant de diabète et de tension artérielle et dont le nombre s’élève à 380 mille malades.
Merai a, d’autre part, souligné que la lutte contre la corruption s’inscrit dans les orientations du plan de développement quinquennal. Elle a annoncé la très prochaine publication d’une circulaire ministérielle qui stipule que le vol sera désormais considéré comme étant un abus de confiance.

par -
La ministre de la Santé, Samira Merai, a déclaré ce mardi 17 janvier à l’ARP que son département veille à rapprocher tous les services de santé du citoyen à travers des améliorations au sein des centres de santé de base en les équipant de matériels modernes.
Elle a ajouté que « cette année sera marquée par le déploiement de plusieurs médecins spécialistes (9 spécialités) dans les régions intérieures du pays. Le recrutement de ces médecins résoudra sans doute les problèmes de santé dans les régions en question », a-t-elle affirmé.

par -

La ministre de la Santé, Samira Merai, a inauguré aujourd’hui jeudi 05 janvier 18 nouvelles salles de soins à l’hôpital Hedi Raies d’ophtalmologie de Tunis.

Dans une déclaration accordée à Jawhara fm, elle a déclaré que « ces salles de soins sont très bien équipées, ce qui réduira considérablement la surpopulation au sein de l’hôpital. Et de souligner que cet établissement reçoit quotidiennement 500 patients », a-t-elle précisé.

Concernant les longues heures d’attente infligées aux patients avant de recevoir les soins dont ils ont besoin, Merai a estimé que « c’est normal qu’un patient attende son tour pendant des heures », a ajouté Jawhara fm.

par -

Samira Merai, ministre de la Santé, a déclaré mardi à l’ARP qu’un observatoire national des statistiques, de l’information, de la documentation et des études dans le domaine des stupéfiants relavant de la présidence du gouvernement sera bientôt crée.

Selon les informations rapportées par Mosaïque, cette nouvelle structure portera le nom de « l’observatoire national des stupéfiants et de la dépendance ».

Une commission se chargera d’encadrer les consommateurs sous la tutelle du ministère de la santé, nous apprend la même source.

par -

La ministre de la Santé, Samira Merai, a participé à la 9e conférence mondiale sur la promotion de la santé qui s’est tenue du 21 au 24 novembre courant à Shanghai en Chine, à l’initiative de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
Dans ce cadre, la ministre a pris part au symposium sur le partenariat sino-africain sur le thème « Améliorer l’accès de la population à la santé et aux produits pharmaceutiques », qui a rassemblé un nombre important de ministres africains et représentants d’établissements chinois publics et privés spécialisés dans l’industrie pharmaceutique et des équipements médicaux.
Les participants ont passé en revue la réalité de la situation sanitaire en Afrique et les moyens susceptibles de l’améliorer, à travers notamment la création d’entreprises africaines et chinoises spécialisées dans l’industrie pharmaceutique et les dispositifs médicaux, outre l’échange des expertises entre les deux parties.
Merai a, à cette occasion, fait savoir que le partenariat tuniso-chinois fera un bond en avant, notamment grâce à la construction d’un hôpital universitaire à Sfax dont les travaux démarreront dans les semaines à venir.
Lors de son entretien avec le Président de la chambre chinoise des importateurs et exportateurs de médicaments, qui regroupe 2400 entreprises, la ministre a abordé les moyens possibles de renforcer le partenariat bilatéral dans le domaine de l’industrie pharmaceutique.
Par ailleurs, elle a appelé les entreprises chinoises opérant dans le secteur de l’industrie pharmaceutique et médicale et dans les dispositifs médicaux à investir en Tunisie, ce qui leur permettrait de s’ouvrir ainsi sur d’autres marchés dans la région, a-t-elle souligné.

par -

La ministre de la santé, Samira Merai a souligné, hier lundi, la disposition de la Tunisie à apporter sa contribution au programme d’action pour la promotion de la couverture sanitaire universelle dans la région de la méditerranée.
Prenant part aux travaux de la 63ème session du bureau régional de la méditerranée orientale de l’organisation mondiale de la santé (OMS) qui s’est tenue au Caire, Merai qui s’est entretenue, notamment, avec ses homologues Palestinien, Pakistanais, Egyptien et Bahreïni, a souligné la nécessité de développer les connaissances et les compétences indispensables notamment dans les domaines de la prévention, de la veille sanitaire et de l’amélioration des indicateurs sanitaires, lit-on dans un communiqué publié par le ministère.
Notons que la Tunisie prend part du 3 au 6 Octobre à cette 63ème session du bureau régional de la méditerranée oriental de l’organisation mondiale de la santé (OMS) dont l’ordre du jour porte sur l’élection du prochain directeur régional de l’OMS pour la prochaine période et la nécessité d’instaurer la couverture sanitaire globale et de lutter contre les maladies émergentes et non transmissibles.

par -

La ministre de la santé, Samira Merai a souligné, samedi, que son département est résolu à améliorer les prestations des centres de santé scolaire et ce, en œuvrant à diversifier ses spécialités, à développer ses équipements et à accorder un surcroît d’intérêt au volet préventif et de sensibilisation.
Effectuant une visite au centre national de médecine scolaire et universitaire à Tunis, Merai a mis l’accent sur la nécessité d’intensifier les campagnes de sensibilisation dans le domaine sanitaire.
De son côté, la directrice du centre, Saida Ghrisi a indiqué que son établissement, classé actuellement hôpital régional, fournit des services gratuits au profit des élèves et étudiants tunisiens et étrangers non résidents.
Elle a, dans ce contexte, passé en revue les différentes spécialités médicales offertes par le centre à l’instar de la chirurgie dentaire, de l’ophtalmologie, de l’Oto-rhino-laryngologie (ORL), de la dermatologie.
Merai a, par ailleurs, déclaré à l’agence TAP que le développement des prestations des hôpitaux régionaux reste une des priorités de son département, notamment, à travers, des politiques répondant aux besoins spécifiques de chaque région.
Dans le cadre d’une politique de rapprochement des services sanitaires aux citoyens dans les régions enclavées, le ministère œuvre aussi à offrir à ces régions les équipements médicaux nécessaires en plus de l’amélioration de la médecine de 1ere ligne et le déploiement d’unités médicales mobiles, a-t-elle mentionné.

par -

Youssef Chahed, chef du gouvernement désigné a rencontré ce matin du vendredi 19 août 2016 la ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance au gouvernement sortant, Samira Merai.

Notons à ce propos que Samira Merai est parmi les candidats d’Afek tounes pour un poste ministériel au gouvernement d’unité nationale.

par -

Audition du Mufti de la République et de la ministre de la femme sur le projet de loi relatif à la consécration du principe d’égalité des droits successoraux.

Déposé le 4 mai 2016, la proposition de loi sur la consécration du principe d’égalité des droits successoraux entre les deux sexes a été signée par 27 députés des différents groupes parlementaires, hormis le Mouvement Ennahdha.

« L’égalité dans l’héritage est proscrite par la charia », a tenu de rappeler, mardi, le Mufti de la République Othman Battikh, au député Mehdi Ben Gharbia qui a proposé ce projet de loi, lors de son audition devant la Commission de la santé et des Affaires sociales.

 « L’égalité dans l’héritage est proscrite par la charia », a encore rappelé Battikh en appelant à ne plus aborder cette question.

« Le texte coranique était bien clair à ce sujet », persiste-t-il à dire, « il a tranché définitivement cette question dans le 11e verset de Sourate An-Nissa : « Voici ce qu’Allah vous enjoint au sujet de vos enfants : au fils, une part équivalente à celle de deux filles ».

Et comme pour renforcer sa position, il a rappelé que cette question a déjà été tranchée dans le Code du statut personnel (CSP) en vertu de ce verset du Coran ».

Mais pour la ministre de la femme, de la famille et de l’enfance, Samira Merai Friaa, elle-même auditionnée, il serait souhaitable de lancer un dialogue sociétal pour examiner cette question de points de vue religieux, social et économique, tout en dénonçant l’absence de clarté dans certains aspects du projet de loi proposé.

Les membres de la commission auraient eu encore affaire à autre parade de M. Battikh : « Il est indispensable de ne plus aborder cette question par crainte qu’elle soit instrumentalisée par des extrémistes religieux et s’en servent d’argument pour accuser la Tunisie d’être un État mécréant qui n’applique pas la Charia. »

Réagissant à ces points de vue, le député Mehdia Ben Gharbia, a avancé que le projet de loi proposé ne peut aucunement compromettre le texte coranique, mais il permet plutôt de laisser la liberté de choix sur le mode du partage successoral et estimé que l’État pourrait renoncer à des textes coraniques qui, selon lui, sont désormais caducs et ne s’adaptent plus à la nouvelle réalité.

« La société a évolué. La femme tunisienne représente aujourd’hui 30% de la main-œuvre et 52% des femmes participent aux dépenses familiales » a-t-il argué.

Pour la député Rim Thayri, les dispositions inhérentes au droit à l’héritage sont catégoriques et immuables et ne peuvent en aucun cas être abrogées, donner lieu à un débat ou prêter à interprétation.

« Les députés auraient dû rejeter ce projet », a-t-elle lancé. (AM avec la Tap)

 

par -

La ministre de la femme, de la famille et de l’enfance, Samira Merai Friaa, a déclaré, lundi, qu’elle soutient la décision du ministère des affaires religieuses d’organiser, dans les écoles pendant les vacances d’été, des cours de mémorisation du Coran pour les enfants.
Dans une déclaration aux médias, en marge du salon international d’équipements de coiffure et de produits cosmétique qui se tient les 25 et 26 avril 2016 à Sfax, Samira Merai Friaa a loué cette initiative qui initie les enfants à la pensée positive. Concernant le renforcement des ressources humaines et logistiques pour la fonction de délégué à la protection de l’enfance, la ministre de la femme a fait savoir que le délégué régional à la protection de l’enfance de Sfax sera assisté de deux délégués adjoints ainsi que de psychologues et de sociologues qui seront recrutés prochainement.
Selon le rapport annuel relatif aux activités des délégués à la protection de l’enfance pour l’année 2015, le gouvernorat de Sfax a enregistré le plus grand nombre de signalements sur l’enfance menacée avec 925 avis.

Dans le cadre du développement des zones rurales en Tunisie, le ministère des Affaires de la Femme et de la Famille décide de financer plus de 100 projets privés de petits métiers en faveur des femmes paysannes, a rapporté Mosaïque Fm.

Quelque 50 projets sont prévus féminins pour la région de Tataouine. « Nous allons former ces femmes et les accompagner. Nous comptons également financer leurs projets et les fournir en équipements », a promis la ministre de la femme, Samira Maraï.

par -
Samira Merai Friaa

La ministre de la femme, de la famille et de l’enfance, Samira Merai a, lors d’une cérémonie organisée, mercredi à Tunis, décoré des insignes de l’ordre du mérite national au titre du secteur de l’enfance plusieurs compétences tunisienne.
Cette distinction est attribuée à tous ceux qui se sont distingués dans l’accomplissement d’un service public ou dans l’exercice d’une activité privée et contribué par leur compétence et leur dévouement au développement du pays et à la consolidation de ses institutions.
Les insignes de commandeur et de chevalier de l’ordre du mérite national ont été décernés à 12 personnes actives dans des établissements oeuvrant dans le domaine de l’enfance.
A cette occasion, Samira Merai a indiqué que cette distinction s’inscrit dans le cadre d’une vision globale fondée sur l’encouragement des activités qui visent à promouvoir l’enfance.
Elle a rappelé les mesures prises au profit de l’enfance dont la stratégie nationale intégrée pour la protection de l’enfance mise en place depuis une année et qui vise à garantir une prise en charge des enfants dans le cadre d’une vision globale et à travers la création de nouveaux mécanismes.
Merai a, également, rappelé la stratégie nationale d’accompagnement pédagogique des enfants suite à la prolifération du terrorisme dans les régions, notamment, montagneuses et frontalières.
Les récipiendaires ont, à cette occasion, fait part de leur fierté de recevoir cette distinction, appelant à accorder un intérêt plus soutenu au secteur de l’enfance.

TAP

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux