Tags Posts tagged with "sécuritaires"

sécuritaires

par -

Les mauvaises nouvelles sur la corruption continuent de nous parvenir sans relâche. Après le dossier des 55 sociétés impliquées dans la falsification de documents et les 3000 millions de dinars partis en fumée, une autre grosse affaire vient d’être révélée. Le président de l’Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC), Chawki Tabib, a jeté un autre pavé dans la marre ce jeudi 03 mars 2017. Lors de son intervention en marge d’une rencontre organisés au siège du Centre de l’Islam et de la Démocratie, Tabib a pointé du doigt les corrompus.
« Des cadres de la douane reçoivent mensuellement des salaires » de la part de dizaines de commerçants ou de personnes impliquées dans la contrebande. Cela se passe dans des rendez-vous bien calés, dans des cafétérias ; ces responsables de la douane reçoivent des sommes d’argent dépassant parfois les 3 mille dinars. La mission est simple : il faut juste étouffer une affaire de corruption, éviter une amende ou un procès aux businessmen indélicats. Idem pour les chefs de poste de la Garde routière et sécuritaire, qui eux aussi reçoivent mensuellement des pots-de-vin de la part des chauffeurs de taxis collectifs.
En outre, le responsable a déclaré que la corruption se propage toujours en Tunisie à cause principalement de l’absence de sanctions. Selon lui, ce qu’on appelle « la petite corruption » coûte à l’État entre 400 et 500 Millions de dinars (MD). Le pire c’est cette « petite corruption, légitime », selon ses déclarations, qui engendre le risque de faire entrer le pays dans un cercle infernal qui aura cerainement plusieurs effets néfastes. Le président de l’INLUCC a déjà mis en garde contre la chute de l’État tunisien à cause de la corruption. « On n’a ni du pétrole ni du gaz et nos ressources sont principalement basées sur les services, l’agriculture et le tourisme, des secteurs lesquels s’ils sont touchés par le virus de la corruption, vont disparaître », a-t-il expliqué.

« Non pour des instances de contrôle sous la tutelle… »

Sur un autre volet, Chawki Tabib a fait part de son espoir de voir les instances de contrôle et de supervision se débarrasser de la tutelle, accusant certains responsables de manipulation : « Certains ministres ont gardé le silence sur des dossiers de corruption et ont caché certains rapports dans les tiroirs. Éviter le chaos et le désordre et préserver la paix sociale était leur fameux slogan », a-t-il précisé.

C’est ainsi que le responsable a appelé à valoriser le travail de ces instances dont la majorité n’a pas les moyens, ni techniques, ni logistiques ou encore en ressources humaines, pour accomplir les missions qui lui ont été confiées. Selon ses déclarations, ces instances sont au nombre de 450 et sont en train de contrôler le 1/3 du budget de l’État et des dizaines de milliers des opérations et des infractions qui viennent de part et d’autre.

« Chacun veut prendre sa part… »

Il a par ailleurs estimé que la Tunisie a perdu 4 points de croissance à cause de la corruption, accusant ainsi certains Tunisiens de faire la sourde oreille devant la propagation de ce fléau qui ne cesse de frapper fort en Tunisie. « Chacun veut prendre sa part… », a-t-il dit.
Chawki Tabib a dans le même ordre d’idées indiqué que le ministre des Finances et le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT) sortent sur le marché international pour avoir un crédit de 500 MD avec des taux d’intérêt très élevés alors qu’on a perdu la même somme dans la contrebande des médicaments, sans compter les 800 MD perdus à cause de la contrebande des produits subventionnés. « Des camions chargés de produits tunisiens subventionnés entrent quotidiennement en Libye et passent par la suite au Niger et au Mali sans que personne ne réagisse. 1700 MD d’impayés à la douane. Sur les 100 infractions douanières seules une fera l’objet d’un procès, sans compter la suppression des amendes et des infractions dans les recettes fiscales et les tribunaux », a assuré Tabib, ajoutant que la corruption a également qempêche l’État tunisien de récupérer 3000 MDT d’impayés provenant des procès.

« Un budget annuel de 100 MDT »

Évoquant les solutions, le président de l’INLUCC a fait part de son optimisme de voir les choses s’améliorer au cours de la prochaine période, et ce grâce à l’effort des médias, de la société civile mais aussi du gouvernement, rappelant le projet de loi sur la dénonciation de la corruption et la protection des dénonciateurs, le projet de loi sur la lutte contre l’enrichissement illicite, la loi relative à la déclaration de patrimoine ainsi que celle relative au droit d’accès à l’information.

Il a par ailleurs qualifié le projet de loi sur la dénonciation de la corruption et la protection des dénonciateurs de très mauvais : « Il y a des lobbies qui ne veulent pas que les gens qui dénoncent la corruption soient protégés mais au contraire sanctionnés », a-t-il expliqué, appelant ainsi à valoriser le travail du gouvernement en matière de lutte contre la corruption, tout en l’incitant à faire encore plus.

La meilleure solution, selon ses dires, est que le gouvernement consacre annuellement un budget de 100 MDT pour lutter contre la corruption, un budget qui devrait être équitablement redistribué aux différentes instances qui se chargent de l’affaire. « Le responsable qui n’a pas le courage éthique et politique et qui n’est pas capable d’exécuter les décisions attendues doit laisser sa place… », a-t-il conclu.

par -

Une source médicale au sein de l’hôpital régional de Kasserine a assuré à Jawhara Fm, qu’un militaire a été blessé au niveau de la jambe lors des affrontements armés survenues, ce matin, entre l’Armée et des éléments terroristes à Mont Sammema.

Le militaire blessé subit actuellement une intervention chirurgicale, a ajouté la même source.

par -

Les unités sécuritaires ont réussi à démanteler, dans le gouvernorat de Kairouan, un réseau spécialisé dans le vol des maisons et des motos composé de six membres dont un agent de la SONEDE, deux policiers et trois délinquants, rapporte Mosaïque Fm.

Une partie des biens volés a été remise à ses propriétaires alors que les délinquants essayaient de les vendre dans un marché de la capitale, indique la même source.

par -

Le gouverneur de Kasserine, Hassen Khédimi a démenti aujourd’hui, mardi, une information qui a été relayée lundi par des médias, selon laquelle des affrontements ont eu lieu entre des unités sécuritaires et un nombre de protestataires dans la délégation de sbéitla.
 » Selon cette information, un jeune homme originaire de la région aurait été agressé la semaine dernière par des sécuritaires à Sbeitla et décédé à l’hôpital Fattouma Bourguiba de Monastir « , a-t-il indiqué.
Le gouverneur a précisé à la correspondante de la TAP dans la région, qu’un nombre de jeunes et d’enfants dont des étudiants ont incendié des pneus et bloqué une route, soulignant que leur mouvement a été mené dans le cadre d’un règlement de compte politique par certaines parties à Kasserine.
« Les informations circulant à propos du décès d’un jeune homme, à la suite de son agression par des sécuritaires sont erronées, a-t-il dit. Le jeune homme en question est hospitalisé actuellement à l’hopital Fattouma Bourguiba de monastir », a-t-il déclaré.  » Néanmoins, les sécuritaires devront assurer leur entière responsabilité devant la justice, si le rapport médical prouve que le jeune homme a subi des agressions  » a-t-il signalé.

par -

Impliqués dans une affaire de contrebande, deux agents des forces de l’ordre ont été arrêtés et mis en détention, rapporte Shems Fm.

Les deux agents avaient été surpris dans un véhicule chargé de cigarettes de contrebande dans la délégation d’Om Tmar, gouvernorat de Médenine. L’un des deux agents avait sur lui son arme de service.

Le parquet a ordonné la mise en détention des deux agents avant leur comparution devant le juge.

par -

22 individus recherchés par les autorités dans le cadre de plusieurs affaires ont été arrêtés, samedi 13 août 2016 lors d’une campagne sécuritaire d’envergure menée à Djerba, rapporte Jawhara Fm, citant une source sécuritaire.

Deux voitures recherchées, ainsi que quatre autres véhicules sans papiers ont également été saisis lors de cette campagne menée par les différentes formations sécuritaires et militaires.

par -

Dans une déclaration accordée ce mercredi 27 juillet 2016 à Africanmanager,  l’expert en sécurité Ali Zramdini a affirmé que les cellules dormantes en Tunisie ne sont pas actives ces derniers mois étant donné qu’elles n’ont pas encore reçu d’instructions de la part de l’organisation terroriste Daech.

Il a, dans ce contexte, appelé les citoyens et les agents de sécurité à la vigilance, surtout dans les endroits publics et les espaces de divertissements (les grandes surfaces, les plages…).

L’expert a ajouté que les cellules dormantes ont tous les moyens et la logistique nécessaire et qu’elles ont changé de stratégie ; il a ajouté que les terroristes ont un plan B qui consiste à empoisonner les agents de sécurité, surtout dans les restaurants qu’ils ont l’habitude de fréquenter.

par -

Dans une déclaration accordée ce mercredi 11 mai 2016 à Africanmanager, le porte-parole du ministère de l’Intérieur Yasser Mesbeh a indiqué que les unités sécuritaires multiplient les efforts pour connaitre la nature de l’accrochage qui a eu lieu à El Mnihla relevant du gouvernorat de l’Ariana.

La précision du ministère vient suite aux informations relayées dans plusieurs médias et selon lesquelles des échanges de tirs ont eu lieu ce matin à El Mnihla entre les unités sécuritaires et certaines personnes, suspectées d’appartenir à des groupes terroristes.

par -

Le chargé de la communication au ministère de l’Intérieur, Yasser Mosbah a annoncé dans une déclaration ce vendredi 15 avril 2016 à Africanmanager que la situation est actuellement stable à l’île de Kerkennah, après une nuit d’agitation.

Rappelons que 6 agents de sécurité ont été blessés et deux citoyens ont été asphyxiés par le gaz lacrymogène lors des affrontements survenus dans la nuit du jeudi 14 avril 2016 à l’île de Kerkennah.

par -

Le chargé de la communication au ministère de l’Intérieur, Yasser Mosbah a annoncé dans une déclaration ce vendredi 15 avril 2016 à Africanmanager que 6 agents de sécurité ont été blessés et deux citoyens ont été asphyxiés par le gaz lors des affrontements survenus dans la nuit du jeudi 14 avril 2016 à l’île de Kerkennah.

Yasser Mosbah a par ailleurs indiqué que les violences ont commencé lorsqu’une trentaine de personnes en état d’ivresse ont bloqué l’accès à de 6 camions appartenant à la société Petrofac.

Il a ajouté que les forces de sécurité ont fait usage de gaz lacrymogène conformément à la loi et ce pour disperser les manifestants dont leur nombre a augmenté pour atteindre près de 300 personnes, appelant ainsi toutes les parties concernées au dialogue pour trouver une solution.

par -

« Une dizaine de plaintes contre les agressions sécuritaires ont été déposées auprès de la section de la Ligue tunisienne des droits de l’homme à Sfax et transmises aux autorités judiciaires.

« Depuis 2012 , nous avons déposé auprès du tribunal de première instance à Sfax, des dossiers concernant des agressions commises par des agents de sécurité, mais aucun dossier n’a été pris au sérieux », a déclaré ce mercredi 13 avril 2016 à Africanmanager, Zoubeir Louhichi, président de la LTDH à Sfax.

par -

« Des traces de maltraitance ont été découvertes  sur les corps de quatre détenus dans l’affaire de Petrofac . Nous avons demandé un contrôle médical afin de confirmer  la torture menée par des agents de sécurité à l’encontre de ces personnes. Nous avons également déposé une plainte auprès du tribunal de première instance de Sfax afin de poursuivre en justice le ministre de l’Intérieur et les agents de sécurités en question , a déclaré ce mercredi 13 avril 2016 à Africanmanager  Zoubeir Louhichi, président de la section de la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH) à Sfax.

On rappelle que quatre mandats de dépôt ont été émis à l’encontre de 4 des grévistes demandeurs d’emploi, ayant manifesté devant le siège de la société Pétrofac à Kerkenah du gouvernorat de Sfax.

par -

Les unités sécuritaires relevant de la Garde Nationale de Zaghouan ont arrêté, dans la soirée du mardi 5 avril 2016, 4 individus suite à une descente dans leur domicile situé dans la délégation de Nadhour, rapporte Jawhara Fm, citant une source sécuritaire.

Lors de la descente, une grenade artisanale a été saisie, indique la même source. Les personnes arrêtées ont été transférées au district de la Garde Nationale de Zaghouan.

par -

Des sources sécuritaires au Kef ont affirmé que des renforts militaires et sécuritaires algériens équipés de matériels lourds sont déployés tout au long de la frontière avec la Tunisie, en prévention d’éventuelles infiltrations de terroristes retranchés dans les zones montagneuses et forestières.
Des ressortissants algériens arrivés en Tunisie ont déclaré à l’agence TAP que l’aviation militaire algérienne effectue, continuellement, des patrouilles tout au long de la frontière, côté algérien. Ils ont ajouté que des radars sont installés sur la bande frontalière pour détecter les mouvements suspects et que les comités locaux d’autodéfense sont en alerte pour signaler les déplacements suspects de terroristes ou de leurs complices. Pour leur part, les autorités tunisiennes ont renforcé la sécurité sur les points de passage, intensifié le contrôle des véhicules à l’entrée des villes et multiplié les patrouilles sécuritaires et militaires sur la frontière en coordination avec les autorités algériennes.
Cependant, la circulation de part et d’autre de la frontière est restée normale au niveau des passages frontaliers de Kalaat Senan et Sakiet Sidi Youssef. Le nombre des entrées à partir de l’Algérie est resté constant, soit en moyenne mille voyageurs et 200 véhicules par jour, selon des sources sécuritaires sur place.

TAP

par -

La présidence du Gouvernement condamne vivement, dans un communiqué, la « violation de l’enceinte du siège de la Primature à la Kasbah par des syndiqués des forces de sécurité intérieure, l’entrave de la bonne marche des activités gouvernementales, les slogans politiques brandis et les menaces proférées, agissements qui sont à milles lieues de l’action syndicale sécuritaire et des revendications professionnelles, ainsi que les propos immoraux et ignobles , le tout passible de sanctions prévues par la loi ».

La présidence du Gouvernement, « tout en considérant que ces menées suspectes, ces dépassement flagrants  et ces menaces de désobéissance enfreignent les dispositions de la Constitution et des lois en vigueur, ne peut en aucun cas les tolérer ni les passer sous silence », ajoute le communiqué qui annonce le lancement de poursuites judiciaires contre tous ceux dont l’implication dans ces agissements aura été établie.

La Primature stigmatise tous les agissements illégaux tout en rendant hommage aux efforts gigantesques déployés par l’ensemble des forces de sécurité qui n’ont de cesse de consacrer les fondements de la sécurité républicaine et assument leur rôle entier dans la guerre contre le terrorisme, la protection des vies et des biens publics et privés ».

La présidence du gouvernement affirme enfin son souci constant d’améliorer la situation matérielle et morale des sécuritaires, de leur fournir des équipements nécessaires et de leur garantir ainsi  qu’à leurs familles  la protection sociale, conclut le communiqué.

par -

La séance de négociation entre les représentants du Syndicat National des Forces de la Sécurité Intérieure, la présidence du gouvernement et le ministère de tutelle qui a eu lieu jeudi 25 février 2016 au siège de la présidence du gouvernement à la Kasbah puis au siège du ministère de l’Intérieur a échoué et aucun accord n’a été trouvé.

Le chargé de la Communication au Syndicat, Riadh Rezgui a déclaré lors son passage sur les ondes de Mosaïque Fm, que les membres du Syndicat se réuniront dans la matinée de demain vendredi pour décider des prochaines actions.

par -

Le porte-parole du tribunal de première instance de Médenine a déclaré lors de son passage ce jeudi 11 février 2016 sur Shems Fm que trois mandats de dépôt en prison ont été émis ce jeudi 11 février contre trois agents de la Garde nationale.

Les trois sécuritaires sont impliqués dans une affaire de contrebande de cigarettes, rapporte la même source.

par -

Le ministère de l’Intérieur a annoncé dans un communiqué rendu public ce vendredi 5 février 2016 sur sa page Facebook le démantèlement  de trois cellules terroristes ayant planifié des attentats terroristes contre des sécuritaires et certaines institutions de l’Etat. Les cellules terroristes sont en relation avec la cellule « les gens de la vérité », indique le communiqué.

Dans la même affaire, 17 personnes ont été arrêtées. Elles étaient chargées de surveiller les membres des forces de l’ordre, les établissements sécuritaires, les mouvements et les lieux de résidence d’agents de sécurité et visaient en particulier 8 agents de différents corps sécuritaires.

Après consultation du procureur de la République, les suspects ont été placés en garde à vue.

par -

Les membres des différents corps sécuritaires dans le gouvernorat de kébili, ainsi que des agents des Douanes ont organisé mercredi un sit-in pour revendiquer l’amélioration des conditions de travail et de la situation professionnelle, a indiqué le coordinateur régional du syndicat de la sécurité intérieure et des Douanes, Hatem Montassar.
Il s’agit notamment de l’amélioration des conditions de travail avec l’octroi de la prime de danger, la prime de travail près des frontières en plus de la prime de travail dans le désert, a précisé la même source.

TAP

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

SPORT