3300 MD d’impayés à la CNAM, 277 de dettes à la PCT!

3300 MD d’impayés à la CNAM, 277 de dettes à la PCT!

par -

Le PDG de la Caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM), Béchir Irmani a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont la crise de la Caisse et les problèmes de liquidité auxquels  elle fait face, ses dettes auprès de la Pharmacie centrale ainsi que celles qui lui doivent les caisses  sociales. Interview:

La crise de la CNAM, où on en est-on  actuellement?

La crise de la CNAM a été déclenchée par une chute importante en 2016 des recettes émanant de la CNSS au titre des cotisations de l’assurance maladie et de l’incapacité de la CNRPS à virer la totalité des cotisations recouvrées pour le compte de la CNAM depuis 2011.

Les problèmes de disponibilité de liquidité au niveau de la CNAM ont généré des retards de paiements des prestataires de soins (public et privé) et la Pharmacie centrale ce qui a engendré également des perturbations des relations de la CNAM avec les pharmaciens, les médecins et les médecins dentistes,  qui se sont répercutées négativement sur les assurés sociaux à des degrés différents.

Durant le  mois d’août de l’année 2017, la CNAM a commencé à bénéficier directement des virements des cotisations du secteur public sans passer par la CNRPS en application de la loi 47- 2017 du 15 Juin 2017. Ce qui s’est traduit par  une stabilité des recettes de l’ordre de 70 millions de dinars par mois,  ajoutée aux paiements partiels des cotisations recouvrées par la CNSS pour le compte de la CNAM qui sont en train d’enregistrer des améliorations progressives.

Depuis le mois de novembre, la CNAM a commencé à appliquer les décisions prises par le conseil ministériel restreint du 6 novembre 2017, en opérant un virement mensuel de l’ordre de 40 millions de dinars pour les hôpitaux et de 23 millions de dinars pour la Pharmacie centrale.

Toutefois, un montant de 14 millions de dinars au titre de la part de la CNRPS dans l’effort de paiement de la PCT par la CNAM n’a pas été transféré jusqu’à ce jour, ce qui a empêché la CNAM de virer le montant de 33 millions de dinars décidé par le CMR et de se limiter à 23 millions de dinars.

Quel est , selon vous, l’ensemble des mesures et des réformes à mettre en place pour redresser la situation de la CNAM et relancer le secteur?

La situation financière actuelle demeure tributaire de la mise en application de la réforme des régimes de retraite qui va être à l’ origine de redressement des équilibres des caisses, CNSS et CNRPS, qui leur permettront d’honorer leurs engagements financiers envers la CNAM.

Les dettes des caisses envers la CNAM au titre des cotisation recouvrées et non transférées sont de l’ordre de 3300 millions de dinars jusqu’à ce jour. La réforme de régime de l’assurance maladie est prévue après l’achèvement des reformes des régimes de la retraite.

En effet, le régime d’assurance maladie a enregistré en 2016 et 2017 un équilibre financier qui servira de bases solides pour entamer une reforme adaptée aux aspirations et aux attentes des assurés sociaux et des différents intervenants dans le secteur.

La CNAM a d’énormes dettes auprès de la Pharmacie centrale, pouvez-vous nous éclairer sur cela?

La CNAM a accusé une accumulation exceptionnelle de dettes envers la Pharmacie centrale de Tunisie (PCT), de l’ordre de 150 millions de dinars en 2016 et de 127 millions de dinars en 2017, soit un total de 277 millions de dinars. Mais la situation a connu une nette amélioration en 2018 avec l’amélioration progressive des recettes.

Les montants payés à la Pharmacie centrale sont de l’ordre de 189 millions de dinars durant la période janvier –août 2018 et seront de l’ordre de 290 millions de dinars à la fin de l’année 2018.

Les cotisations sociales instaurées dans le cadre de la loi de finances 2018, ont -elles abouti aux résultats escomptés?

Pour le moment, nous ne disposons pas de chiffres.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire