Tunisie : Une armada libyenne pour assurer la sécurité de Hafter (vidéo)

Tunisie : Une armada libyenne pour assurer la sécurité de Hafter (vidéo)

par -

Le bureau d’information du commandement général des forces armées libyennes a diffusé une vidéo comportant une séquence de la revue des forces spéciales qui ont accompagné le maréchal Khalifa Hafter lors de sa visite en Tunisie.

Le document montre plus de 30 militaires lourdement armés à bord de l’avion militaire spécial transportant des voiture 4×4 affectées au cortège de Hafter. Il y avait aussi une séquence sous forme de photo de famille des militaires libyens sur le tarmac de l’aéroport international de Tunis-Carthage avant le décollage de leur avion pour le voyage retour vers la Libye.

Tout en confirmant que Hafter s’est fait accompagner d’une unité de 32 éléments, la Direction générale de la sécurité présidentielle a affirmé par l’un des siens, Anis Mogaadi, qui s’exprimait ce vendredi sur Mosaïque fm, que ceux-ci n’ont pas quitté l’avion qui les ramenait de Libye, immobilisé sur l’aire d’atterrissage de l’aéroport présidentiel. Il a ajouté que seuls 4 agents sécuritaires, en civil, ont été autorisés à escorter Hafter vers le palais de Carthage où il a été reçu par le président de la République, Béji Caïd Essebsi.

Il est essentiel de rappeler à cet égard deux « incidents » impliquant le dispositif de protection de deux chef d’Etat arabes venus en Tunisie pour assister à de Sommets arabes. Le premier, sous Habib Bourguiba, a eu lieu sur le même tarmac de Tunis-Carthage lorsque l’ex-président irakien Saddam Hussein a voulu débarquer en Tunisie avec une armada de gardes du corps. Bourguiba, et son Premier ministre de l’époque, Hédi Nouira, y voyant une atteinte à la souveraineté de la Tunisie, ont exigé que la sécurité de Saddam Hussein soit assurée par les services de sécurité tunisien, à l’exception de tous autres, ce qui fut fait immédiatement. Le 2ème incident du genre, s’est produit sous Ben Ali lors de la visite en Tunisie de l’ex président égyptien Hosni Moubarak qui s’était autorisé à amener avec lui tout un contingent de gardes du corps. Il en a été fermement empêché, bien qu’il ait menacé de revenir illico presto dans son pays. Il a dû obtempérer à l’injonction et les services de sécurité tunisiens ont pris en charge sa protection.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire