AccueilLa UNE1er hackathon des données ouvertes pour un plus grand impact sur le...

1er hackathon des données ouvertes pour un plus grand impact sur le développement

Le rôle du gouvernement évolue rapidement, et les données ouvertes peuvent constituer un important moteur de ce changement. C’est dans cet esprit que le tout premier hackathon national des données ouvertes de Tunisie, organisé au début de cette année, a rassemblé 170 participants comprenant 38 équipes différentes avec le soutien de la Banque mondiale.

- Publicité-

En préparation du hackathon, les représentants des gouvernements des secteurs des transports, de la culture et de la santé ont identifié les problèmes qui pourraient être résolus en utilisant les données et la technologie. Moez Guerfal, un participant au hackathon, a déclaré : « Nous avons travaillé en équipe et avons appris à partager des idées et des efforts en tant que membres d’une équipe à la recherche de solutions numériques aux problèmes spécifiques rencontrés par les citoyens et les fonctionnaires ».

Le hackathon a rassemblé des citoyens, des innovateurs, le secteur privé et la société civile en utilisant une approche GovTech, un concept pangouvernemental, qui se concentre sur deux éléments fondamentaux, à savoir placer les citoyens au centre du processus de réforme, et combiner des réformes innovantes du secteur public et l’utilisation de la technologie numérique pour promouvoir l’efficacité et la prestation de services de haute qualité.

La Tunisie, membre du partenariat multilatéral pour l’ouverture gouvernementale, met actuellement en œuvre son troisième plan d’action consécutif pour l’ouverture gouvernementale. Ce plan permettra de mettre les données à la disposition du public dans un format ouvert et lisible par machine. Outre le portail national de données ouvertes, il existe désormais des portails de données pour de nombreux organismes publics, notamment les ministères de l’agriculture,  de la culture, du transport et e l’industrie.

Les responsables du gouvernement tunisien reconnaissent de plus en plus que l’amélioration de l’analyse des données peut conduire à une intégration de l’analyse des données dans l’élaboration des politiques.  Cela peut à son tour ouvrir la voie à une meilleure coordination, à des décisions plus éclairées et fondées sur des preuves, et à des procédures et processus administratifs simplifiés.

Des données gouvernementales plus accessibles peuvent permettre aux fournisseurs d’adapter les services publics aux besoins des citoyens, améliorant ainsi les résultats des politiques. Des données ouvertes peuvent également renforcer la responsabilité des institutions et fournir aux citoyens davantage d’outils pour examiner le gouvernement.

Et maintenant ?

La Banque mondiale soutient actuellement certaines des solutions gagnantes qui bénéficient directement aux opérations gouvernementales, et d’autres qui ont un avantage indirect en fournissant des outils numériques à la société dans son ensemble :

1. Cas d’utilisation interne (solutions qui bénéficieront directement à l’administration ou au ministère tunisien concerné)

Smart PN : intelligence artificielle intégrée et capteurs installés sur les passages à niveau pour rendre les systèmes d’alerte et d’alarme plus fiables et mieux ciblés. Cela contribuera à réduire le nombre élevé d’accidents.

Digicom : Numérisation du système de gouvernance des subventions du ministère de la culture afin d’assurer la transparence, de permettre l’analyse des données relatives au financement public et de permettre aux citoyens de participer à l’établissement des priorités budgétaires des événements culturels.

Portail intelligent de la CNAM : Utilisation de l’IA pour déployer des prestataires de soins de santé dans les zones non couvertes et pour mieux répondre aux besoins urgents, ainsi que pour surveiller les pathologies afin de prendre des mesures préventives.

2. Cas d’utilisation externe (Solutions qui bénéficieront indirectement à l’administration tunisienne et dont le résultat est une start-up)

Wasla : Une plateforme pour mettre les femmes des zones rurales en contact avec des moyens de transport sûrs. Cela permettra de réduire l’exposition aux accidents de la route.

Thnity : Une application qui génère des données en temps réel sur les foules ouvertes et communautaires afin d’aider les particuliers et les entreprises à combiner les modes de transport publics et privés pour répondre à leurs besoins. 

Phœnix Tech : Une application mobile pour surveiller les heures d’arrivée et de départ des bus en temps réel. Cela permettra de tenir les navetteurs informés et de répartir les bus de manière optimale dans les différentes villes.

Soyez libre : Une application mobile qui utilise la réalité augmentée et des descriptions en 3D pour mettre en valeur les sites historiques, les événements et les musées. Cela permettra de mieux informer les résidents locaux et les touristes sur les sites culturels. 

COVID rend cette approche plus importante que jamais

La pandémie mondiale a souligné la nécessité d’une collaboration dynamique entre les innovateurs gouvernementaux et non gouvernementaux pour résoudre de manière créative et efficace des problèmes réels et évolutifs.

Le plan de relance économique post-pandémique de la Tunisie pourrait bénéficier des gains qui peuvent résulter de l’ouverture des données. La réalisation de ce potentiel, tout en accordant une attention particulière aux multiples défis décrits dans l’évaluation de l’état de préparation de la Tunisie en matière de données ouvertes (ODRA), offre une opportunité de dynamiser le plan de relance économique, et éventuellement de reconsidérer le modèle économique de manière plus générale.

Pour tirer parti de l’expérience du hackathon, et pour réfléchir aux leçons de 2020, le gouvernement vient d’annoncer le lancement de son 4e plan d’action pour un partenariat gouvernemental ouvert pour 2020-2022, en tandem avec son engagement à adopter une approche GovTech.

Ensemble, ces deux initiatives sont le signe d’un pas de plus vers une transformation numérique et une nouvelle économie.

Source : Banque mondiale

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,683FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,457SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles