Il y a quelques jours, l’ambassade du pays de «l’Oncle Sam» décidait de façon inopinée et dans le refus de communiquer sauf que c’est pour des raisons de sécurité, de fermer son ambassade à Tunis. Quelques jours après, la même ambassade, et pour les mêmes raisons, décidait de reporter ses festivités de l’Indépendance Day à Tunis.

Deux décisions soudaines, qui prenaient le contrepied de tous les « warnings » sécuritaires du reste des ambassades accréditées en Tunisie. Deux décisions, négativement interprétées par les Tunisiens, dont certains y avaient vu un warning américain, non dit, à propos de possibles nouvelles actions terroristes en Tunisie. Les Américains savent, pourtant, mieux que quiconque peut-être au monde, l’impact de telles décisions sur la perception étrangère des conditions de sécurité en Tunisie. Pour les Tunisiens, les derniers actes terroristes relèvent du passé, d’autant qu’elles ont été un cuisant échec malgré la mort d’un agent de sécurité et les quelques blessés parmi les passants. La force des unités de sécurité a prévalu et elles ont même pu abattre le cerveau des derniers attentats. Que voulaient donc dire les décisions américaines de fermer l’ambassade et de reporter les festivités de l’Independence Day ?

Hier encore, voici l’ambassadeur américain, accompagné de son épouse, qui prend ses aises dans les rues de la capitale, s’y promène avec nonchalance, s’attable même à un café à quelques mètres de l’endroit du dernier double attentat terroriste et s’offre un jus de citron. Les services de l’ambassade US en font un Tweet, en anglais et en langue arabe. «Aujourd’hui, l’ambassadeur Donald Blome a savouré une limonade avec son épouse avenue Habib Bourguiba à Tunis. Nous saluons tous les hommes et les femmes de la sécurité qui font des sacrifices pour protéger la Tunisie et ses hôtes».

Blome avait-il voulu signifier effacer l’impact de ses décisions antérieures, en envoyant le message que la sécurité a été bien rétablie à Tunis et que même un ambassadeur US pouvait s’y promener en toute sécurité ? Ce qui nous semble être sûr, c’est que l’ambassade US à Tunis joue à un trouble jeu avec la sécurité de son allié, en soufflant tantôt le chaud et tantôt le froid !

Khaled Boumiza

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire