23 C
Tunisie
jeudi 29 octobre 2020
Accueil Actualités Abbou : La Tunisie a pris beaucoup de retard dans la...

Abbou : La Tunisie a pris beaucoup de retard dans la numérisation de l’administration

Une réunion s’est tenue vendredi entre le ministère de la fonction publique, de la gouvernance et de la lutte contre la corruption et celui des technologies de la communication, consacrée à la discussion du projet du portail électronique du gouvernement.
Ont pris part à cette réunion tenue au palais du gouvernement à la Kasbah, les directeurs généraux des deux départements ministériels. Ils ont passé en revue les obstacles administratifs et les moyens de les résoudre.
A ce propos, le ministre d’Etat chargé de la Fonction publique, de la Gouvernance et de la Lutte contre la corruption, Mohamed Abbou, a déploré qu’en matière de numérisation de l’administration, la Tunisie est très en retard par rapport aux autres pays, notamment certains pays africains.
Il a relevé que les conditions auxquelles a fait face la Tunisie dans le cadre de lutte contre la pandémie de Coronavirus ont incité le gouvernement à concrétiser la digitalisation de l’administration.
Et d’expliquer que le projet de numérisation a été entravé, ces dernières années, par des complications juridiques. Ce projet est indispensable pour l’amélioration du climat de l’investissement en Tunisie, a-t-il ajouté.
Le ministre a affirmé que le gouvernement prévoit un taux de croissance avoisinant les -7%. En conséquence, toutes les parties doivent s’employer à assainir le climat pour encourager les investisseurs, a-t-il soutenu.
Abbou a évoqué les problèmes que connaissent les ports à défaut de numérisation, citant, dans ce contexte, un dysfonctionnement dans le travail des navires et le secteur du transport maritime.
« La Tunisie n’a pas pas besoin d’un arsenal de lois autant qu’elle a besoin de la culture du travail », a-t-il dit, soulignant que les mouvements sociaux observés dans certaines régions étaient prévisibles depuis la période du Coronavirus.
Pour lui, « les précédents gouvernements ont commis l’erreur de faire des concessions (qui sont de nature) à détruire l’Etat à travers des emplois fictifs, comme les sociétés de jardinage qui alourdissent les charges de l’Etat en causant des pertes à hauteur de 200 milliards ».
Pour sa part, le ministre des Technologies de la communication, Fadhel Kraiem a mis en avant l’importance de la numérisation en tant qu’outil facilitant le quotidien des citoyens et renforçant l’efficacité des entreprises, estimant que le portail des services administratifs électroniques unifiés sera une étape importante pour soutenir les efforts de la lutte contre la corruption.
« Les anciens systèmes électroniques devraient être modernisés, tel que le système « Insaf » qui gère les données personnelles des agents publics afin qu’ils soient adaptés aux exigences du développement », a-t-il dit.
L’Etat fournit, aujourd’hui, 205 services électroniques en faveur des citoyens mais à différents niveaux, indique le ministre, ajoutant que la numérisation de l’administration doit se faire selon une démarche rationnelle.  

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,725FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,333SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles