AccueilAlgérieBorne en Algérie pour donner une "impulsion nouvelle" au rapprochement franco-algérien

Borne en Algérie pour donner une « impulsion nouvelle » au rapprochement franco-algérien

Accompagnée d’une quinzaine de ministres, la Première ministre française  Elisabeth Borne entame dimanche une visite de deux jours en Algérie pour donner « une impulsion nouvelle » et possiblement concrète à la réconciliation amorcée en août par les présidents des deux pays.

« Le temps de l’incompréhension est derrière nous », a affirmé au site d’information algérien TSA la Première ministre. 

Après des mois de tension, Emmanuel Macron avait ouvert la voie au réchauffement des relations lors de sa visite fin août. Prélude au voyage de Borne,Macron s’est d’ailleurs entretenu dimanche matin au téléphone avec son homologue Abdelmadjid Tebboune, plaidant de nouveau pour la concrétisation du « partenariat renouvelé et ambitieux », selon l’Elysée.

Les présidents français et algérien avaient annoncé en août l’installation prochaine d’une commission d’historiens des deux rives mais elle est « encore en cours de constitution », selon Paris.

La cheffe du gouvernement français rencontrera et déjeunera lundi avec  Tebboune, qui avait conclu avec  Macron le 27 août un partenariat autour de six axes qui restent à concrétiser.

Mme Borne présidera auparavant dimanche, avec son homologue algérien Aïmene Benabderrahmane, la réunion du 5e Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN), dont la dernière édition remonte à 2017, où il sera surtout question de « coopération économique ».

Quelle que soit son issue, la tenue du CIHN en soi « est déjà une avancée » dans le dialogue politique, salue Hasni Abidi, directeur du Centre d’études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen (Cermam) à Genève.

Le CIHN doit se conclure par la signature « d’accords », qui ne seront pas forcément des contrats d’entreprises et porteront sur la formation, la transition énergétique, la coopération économique, la jeunesse et l’éducation, ainsi que le régalien.

Toutefois sur l’autre question délicate des visas, « les discussions n’ont pas encore abouti », disait jeudi Matignon.

Les présidents des deux pays avaient fin août ouvert la voie à un assouplissement du régime de visas accordés à l’Algérie, en échange d’une coopération accrue d’Alger dans la lutte contre l’immigration illégale.

Sur le gaz, la visite de  Macron, accompagné par la présidente d’Engie Catherine MacGregor, avait généré beaucoup d’attentes sur des livraisons de gaz algérien vers la France, dans le contexte d’une raréfaction du gaz russe en Europe.

Toutefois ce dossier « n’est pas à l’ordre du jour » de la visite, selon Matignon.  Borne dit à TSA souhaiter « néanmoins continuer à développer notre partenariat dans ce secteur avec l’Algérie, notamment en matière de GNL, et pour accroître l’efficience de ses capacités de production gazière ».

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,018SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -