Comment l’UE et les USA peuvent « sauver » la Tunisie ?...

Comment l’UE et les USA peuvent « sauver » la Tunisie ? La recette de l’Atlantic Council

par -

Alors que La Tunisie se prépare à tenir ses deuxièmes élections présidentielles et législatives en octobre 2019, il est impératif que les États-Unis et l’Union européenne jouent un plus grand rôle dans le soutien de la transition démocratique en Tunisie. Plus précisément, après les deux attentats suicides de juin qui ont secoué Tunis, les États-Unis et l’UE peuvent mieux protéger leur démocratie en renforçant les capacités antiterroristes et les dispositifs de sécurité de l’armée, recommande l’Atlantic Council, le think tank américain spécialisé dans les relations internationales.

A défaut, prévient-il, ces menaces à la sécurité continueront d’affecter le secteur le plus vital de la Tunisie : le tourisme. La détérioration de son industrie touristique pourrait entraver la transition démocratique du pays à un moment où le gouvernement connaît déjà des difficultés et contraintes économiques et financières, entraînant une déstabilisation continue qui pourrait s’étendre au-delà de ses frontières et de sa région, explique-t-il. Les pays occidentaux riches et démocratiques, en particulier l’UE, pourraient soutenir la transition démocratique de la Tunisie non seulement pour soutenir leur économie et renforcer leur secteur de la sécurité, mais aussi pour soutenir la transition démocratique de la Tunisie en tant que modèle à suivre par d’autres pays.

La « détermination » des terroristes !

Après avoir retracé l’historique des attentats terroristes qui ont visé la Tunisie ces dernières années, Atlantic Council note que « les forces de sécurité ont encore du mal à détecter indépendamment les attaques potentielles de loups solitaires », évoquant « la détermination constante des terroristes à frapper des endroits stratégiques et il est peu probable que ces types d’attaques ciblées cessent de sitôt ».

Pourtant, le secteur touristique tunisien est particulièrement important car, en tant que secteur à forte intensité de main-d’œuvre, il a besoin d’un grand nombre d’employés pour produire ses biens et services. En particulier, le secteur du tourisme offre des possibilités d’emploi aux jeunes diplômés et aux jeunes membres du marché du travail. Toutefois, la capacité du tourisme à stimuler l’économie et à créer des emplois dépend de l’assurance de la sécurité et de la sûreté.

Le rôle de l’UE et des États-Unis

Pour conjurer les risques posés, il est crucial que l’UE et les États-Unis soutiennent l’armée et les appareils de sécurité tunisiens dans leur lutte contre le terrorisme, insiste l’Atlantic Council. En assurant la sécurité du pays, ces pouvoirs pourraient accroître la probabilité d’une reprise du tourisme, lequel offre un revenu par habitant stable et des possibilités d’emploi pour les jeunes, et, ce faisant, pourrait être un outil essentiel pour assurer le succès de la transition démocratique en Tunisie.

Et le think tank de souligner que « étant donné que la terreur est aujourd’hui exportée en ligne et à l’étranger, le risque de contagion à l’UE est une source d’inquiétude. L’Union européenne devrait aider la transition démocratique et la Tunisie à assurer sa propre sécurité. Le directeur exécutif de l’Agence frontalière de l’UE (Frontex), Fabrice Leggeri, a déclaré que l’incapacité de détecter tous les immigrants illégaux en provenance de Tunisie soulève des préoccupations en matière de sécurité dans l’UE, d’autant plus que l’état d’alerte en cas d’attaques terroristes potentielles reste élevé. En conséquence, l’UE et son allié de l’OTAN, les Etats-Unis, devraient moderniser les équipements de renseignement des appareils de sécurité tunisiens. Ce n’est qu’alors qu’ils seront en mesure de surveiller les plateformes de médias sociaux et de détecter d’éventuels attaquants solitaires. En outre, la communauté tunisienne du renseignement devrait s’efforcer d’améliorer le système d’alerte rapide qui permet aux agents de sécurité de détecter les comportements erratiques ».

Les budgets du ministère tunisien de l’Intérieur et de celui de la Défense ont augmenté de 31% cette année pour lutter contre le terrorisme intérieur. Plutôt que de compter sur le gouvernement tunisien pour allouer des fonds aux activités susmentionnées, l’UE et les États-Unis pourraient fournir l’équipement et la formation. Avec l’aide extérieure à la sécurité, le gouvernement tunisien pourrait réduire lentement ses dépenses de défense pour faire face au chômage du pays. En outre, la Tunisie pourrait utiliser l’argent qu’elle économise sur les dépenses de défense pour augmenter les salaires de ses citoyens, comme le souhaite le puissant syndicat général tunisien (UGTT). En outre, le gouvernement pourrait allouer davantage de fonds aux campagnes de sensibilisation, aux centres culturels et aux projets de développement économique dans les zones marginalisées et appauvries, comme Ettadhamen et Douar Hicher, afin d’apaiser la colère du public envers une transition démocratique, plutôt que de l’exacerber, conclut l’Atlantic Council.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire