AccueilAfriqueDe la bonne santé de l'économie algérienne, avec 53,5 Mds USD en...

De la bonne santé de l’économie algérienne, avec 53,5 Mds USD en réserves

Une mission du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par M me Geneviève Verdier a visité Alger du 6 au 21 novembre pour les consultations de 2022 au titre de l’article IV avec l’Algérie. La mission a estimé que « la hausse des prix des hydrocarbures contribue à renforcer la reprise de l’économie algérienne. Les recettes exceptionnelles provenant des hydrocarbures ont atténué les pressions sur les finances publiques et extérieures. En 2022, le solde des transactions courantes de la balance des paiements devrait afficher son premier excédent depuis 2013, et les réserves internationales ont augmenté à 53,5 milliards de dollars fin septembre contre 46,7 milliards de dollars fin 2021 ».

Selon la même source, « la hausse significative des exportations hors hydrocarbures a également contribué à cette amélioration, avec un excédent budgétaire attendu en 2022 grâce à la hausse des recettes et à des dépenses moins élevées que prévu, et une croissance du PIB hors hydrocarbures qui devrait s’accélérer pour atteindre 3,2 % en 2022, contre 2,1 % en 2021, et donc une croissance du PIB projetée à 2,9% en 2022.

Le taux d’inflation annuel moyen s’est établi autour de 9,4% au cours des derniers mois, son niveau le plus élevé sur 25 ans, la solde des transactions courantes devrait être excédentaire en 2023, une croissance devrait s’accélérer en 2023, et l’inflation devrait ralentir mais rester au-dessus de 8% en moyenne sur fond d’assouplissement de la politique budgétaire.

De l’avis de la mission, un ajustement budgétaire équilibré est nécessaire pour freiner les pressions inflationnistes, rétablir une marge de manœuvre pour les politiques économiques et stabiliser la dette publique, dit le communiqué du FMI, qui attire aussi l’attention sur la nécessité de « mesures bien ciblées devraient être mises en œuvre tel que nécessaire pour soutenir les ménages à faible revenu. En parallèle, un resserrement de la politique monétaire est nécessaire pour maîtriser l’inflation. Les risques d’enracinement d’une inflation élevée appelle à une normalisation progressive de la politique monétaire. La révision prochaine de la loi sur la monnaie et le crédit constitue une opportunité pour renforcer le cadre de gouvernance de la Banque d’Algérie et son indépendance. Le FMI remarque aussi que « le système bancaire a résisté aux chocs répétés de ces dernières années, mais sa santé financière mérite l’attention ».

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,014SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -