Elections : Un cheminement jonché de tensions, de crises et de divisions...

Elections : Un cheminement jonché de tensions, de crises et de divisions !

par -

Mouvementés, ces derniers mois qui séparent les Tunisiens des élections législatives et présidentielles le sont à plus d’un titre, et à mesure que l’on s’y approche, les tensions gagnent en virulence. Les tiraillements aussi. L’IRI (International Republican Institute), l’organisation américaine missionnée pour répandre la démocratie à travers le monde, constate que « l’instabilité et la polarisation politiques de la Tunisie ont atteint un point critique » à l’approche des échéances électorales de l’automne 2019. Les rivalités politiques et idéologiques s’intensifient entre les figures de l’ancien régime et les acteurs politiques islamistes, comme le mouvement Ennahdha. La crise de leadership à Nidaa Tounes, un parti laïc composé d’un certain nombre de hauts responsables de l’État qui étaient au pouvoir bien avant la révolution, complique encore la dynamique politique fragmentée de la Tunisie, relève-t-il pour y ajouter « un effondrement de la confiance du public dans les partis et les institutions politiques ». « Au milieu de ces bouleversements politiques et de l’apathie de l’opinion publique, les élections de cette année montreront combien la désillusion des citoyens est profonde ».

Vulnérabilité à l’extrémisme violent

Il s’y greffe cependant une dimension qui se décline dans une « vulnérabilité accrue à l’extrémisme violent ». Selon l’International Crisis Group, le terrorisme est considéré par certains Tunisiens comme ” une conséquence attendue, presque une conséquence de la crise politique “. Non seulement l’instabilité politique a provoqué des divisions et polarisé le pays d’une manière qui pourrait être exploitée par des extrémistes violents, mais elle a également confondu et aggravé les réponses existantes visant à prévenir l’extrémisme violent (EV).

Cette dynamique pose d’importants défis aux acteurs clés au niveau local, estime l’IRI. Les répercussions de la transition démocratique, ainsi que l’instabilité politique au niveau national, ont entravé la capacité des autorités locales à s’attaquer efficacement à toute une série de frustrations des citoyens, y compris celles qui peuvent conduire à l’EV.

En Tunisie, les collectivités locales sont paralysées par les ressources et les difficultés croissantes liées à la décentralisation. Quatre-vingt-six municipalités (sur un total de 350) ont été créées en 2016 pour faire en sorte que chaque citoyen vaque à ses occupations et se développe dans un district municipal, et leur nouveau statut est entaché de difficultés en matière de personnel, de bureaux et de budgets. Les ” réflexes ” de l’ancien système autoritaire fortement centralisé, combinés à de faibles niveaux de sensibilisation des citoyens, exacerbent les tensions dans les communautés, explique l’IRI.

Au fur et à mesure que les administrations locales s’efforcent de s’acquitter de leurs nouveaux rôles et responsabilités, l’engagement et les initiatives des jeunes s’effondrent et les sentiments de désillusion et de désengagement ne font que croître, avec de graves conséquences sur la vulnérabilité de l’éducation des adultes, ajoute-t-il.

La voie à suivre

Bien que les administrations locales puissent se sentir limitées par des dynamiques indépendantes de leur volonté, les approches de l’ensemble de la société – qui comprennent à la fois des acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux – ont un potentiel énorme pour traiter les types de griefs qui peuvent conduire à l’extrémisme violent. La société civile tunisienne est dynamique et peut travailler aux côtés des autorités locales pour amplifier l’engagement des citoyens et s’attaquer aux causes profondes de la radicalisation et de l’insatisfaction des citoyens. C’est pourquoi l’IRI dit travailler avec des groupes de la société civile de Ben Guerdan et de Kasserine, deux communautés qui ont souffert de l’extrémisme violent pendant des années, afin de cultiver un plaidoyer infranational, mené par la société civile, en faveur de politiques plus réactives et axées sur la communauté.

Face à l’aggravation des divisions politiques et à la nostalgie croissante de l’autoritarisme, certains experts pensent qu’une nouvelle régression démocratique est imminente. La Tunisie a atteint un tournant sur la voie de la démocratisation.A ce titre, il est essentiel d’engager les jeunes mécontents au niveau local afin d’endiguer la vague de vulnérabilités hyper-localisées à l’extrémisme violent. Dans le cas contraire, ces tensions pourraient s’amplifier et avoir de graves effets d’entraînement dans toute la région, avertit l’IRI.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire