AccueilLa UNEElle se met au travail, et se fixe des priorités économiques et...

Elle se met au travail, et se fixe des priorités économiques et financières

Courageusement, car la tâche n’est pas facile et ce qui l’attend ressemblerait presque aux travaux d’Hercule, la nouvelle cheffe du gouvernement tunisien a rouvert mardi les portes du palais de la Kasbah, et ses équipes ont mis à jour la page fb de la présidence du gouvernement.

- Publicité-

Mme Nejla Bouden Ramadan a rencontré, mardi 12 octobre 2021, le Gouverneur de la Banque centrale, Marouane El Abbassi, en présence de la ministre des Finances, Sihem Al-Boughdiri Namsia. La rencontre, dès le premier jour de son mandat de cheffe de gouvernement, a abordé les principaux enjeux économiques et financiers . La Cheffe du Gouvernement a souligné l’importance d’unifier les efforts pour sortir de la crise économique que traverse le pays. Elle a surtout défini le corpus de son programme, en soulignant que la « priorité de son gouvernement est de rééquilibrer les finances publiques et de procéder aux réformes économiques », sans oublier d’appeler à « améliorer le niveau de vie des Tunisiens et leur pouvoir d’achat ».

  • Arrêter l’hémorragie des finances

En pareille circonstance, son prédécesseur Hichem Mechichi lorsqu’il se préparait à déménager de Dar Dhiafa à La Kasbah, avait annoncé qu’il faurait « stopper l’hémorragie des finances publiques ». Il quittera la vie politique sans jamais le faire. Nejla Bouden ne l’a pas dit, et on espère qu’elle le fera.

Dans son « Eco-Week », l’économiste tunisien de renom Hechmi Alaya mettait en exergue « les signaux émis par la conjoncture, au terme du 3ème trimestre de l’année. « Le secteur du tourisme a généré des recettes en dollars (640 millions) qui correspondent à moins du tiers de celles engrangées en 2008 : 2,0 milliards (…). Le service de la dette extérieure atteint un niveau record (plus de 3 milliards de dollars) et absorbe désormais plus de la totalité (106,3%) des recettes générées par le tourisme et les transferts de la diaspora. La production de pétrole est tombée cette année à 26100 barils/jour soit autant qu’en 2019, mais beaucoup moins que les 80000 barils/jour de l’année 2010. La croissance du crédit à l’État explose (+41,2% en glissement annuel à fin août 2021) cependant que celui accordé à l’économie languit à moins de 6%. L’inflation ne cesse de ronger l’économie ; celle ressentie par le Tunisien s’est aggravée en septembre : l’alimentation a flambé de 15,0% en rythme annualisé cependant que les services & produits d’éducation pendant ce mois de la rentrée ont pris 4,0% (plus de 47% en rythme annualisé) par rapport à août. Une « mauvaise » inflation car elle résulte désormais de la flambée des prix mondiaux des produits de base et d’une liquidité de plus en plus abondante », disait-il avant d’affirmer que l’économie tunisienne vit une « déconfiture qui va bien au-delà ce qui est dévoilé par la BCT ».

  • Résister aux sirènes de l’UGTT

La cheffe du gouvernement ne l’a pas dit dans son communiqué, mais elle n’en pensait pas moins juste par le fait d’avoir associé le Gouverneur de la BCT, avec lequel les relations seraient très bonnes, croyons-nous savoir, à la première de ses activités de nouveau Cheffe de gouvernement. L’urgence de renouer avec le FMI et de relancer au plus vite les négociations pour un nouvel accord d’assistance financière, sera certainement un des piliers de son action. Une action, qui sera certainement rythmée par l’évolution de ce dossier, ainsi que celui des deux lois de finances (rectificative de 2021, et celle de 2022).

C’est dire l’immensité de la tâche que devra assurer la nouvelle cheffe du gouvernement, en espérant pour elle qu’elle aura la hardiesse de laisser la politique au chef de l’Etat, et de s’atteler à relever les défis, économique et financier, ce qui ne peut être que de nature à faciliter la tâche du politicien Kais Saïed, pour qui la réussite économique par la relance ne peut être qu’un facilitateur de la réforme politique. Une relance, qui lui permettra aussi de maîtriser les 17,9 % de chômage. Il lui faudra, pour ce faire, résister aux sirènes de l’UGTT qui l’attend au tournant pour de nouvelles demandes d’augmentations salariales, et de penser aux sans emploi avant de penser à augmenter les salaires et les privilèges de ceux qui en ont déjà un.

  • Endiguer, sinon retracer la courbe de l’inflation

Mardi aussi, la première des ministres, avait également rencontré la ministre du Commerce et du développement des exportations, Fadhila Rabhi Ben Hamza. Des indiscrétions sur le contenu de cette rencontre faisaient hier état d’une réunion où Nejla Bouden aurait été plus que ferme dans ses directives à sa collègue la ministre Ben Hamza, de veiller au grain, et même un peu plus, sur la question des prix, et un meilleur contrôle de tous les circuits de distribution, officiels et parallèles. Un tout aussi gros chantier qui attend la nouvelle Cheffe de gouvernement.

« En septembre 2021, les prix de l’alimentation augmentent de 7,2% sur un an. Ce taux, dont l’origine se trouve dans l’augmentation des prix des volailles de 24%, des huiles d’olive de 21,9%, des légumes frais de 18,1%, des œufs de 11,9% et des poissons frais de 9,4%. Par ailleurs les prix des viandes bovines et ovines sont en baisse respectivement de (-4,3%) et (-2,2%) sur un an », alertait déjà l’INS. Une bonne coopération, comme Nejla Bouden y appelait mardi, entre toutes les parties concernées par ces dossiers, et notamment entre le ministère du Commerce et la BCT pour le dossier de l’inflation, conjugués à un maintien de la notation souveraine, pourraient aussi inhiber les anticipations des opérateurs sur le change, confirmer l’optimisme des Tunisiens et le remettre au travail, sans peur de l’avenir de leur économie.

2 Commentaires

  1. Je souhaite la réussite à la première cheffe de gouvernement Tunisien. Nous devons, tous être conscients de la gravité de la situation économique et sociale en permanente dégradation depuis 2011. Les raisons sont multiples, mais les résultats ont conduit à une dégradation du niveau de vie de la majorité des Tunisiens. La fausse compréhension de la démocratie, les magouilles politiques, l’enrichissement de certains sans contrepartie en travail intellectuel ou corporel, l’impunité et l’anarchie presque totale dans la vie de tous les jours, ont eu des impacts catastrophiques sur le développement normal de notre pays.
    Les grèves et les sabotages de la production des richesses en biens et services ont vidé la caisse de l’état et ont obligé les différents gouvernements à hypothéquer l’avenir des actuelles et prochaines générations. Ces dernières risquent de devenir les esclaves financiers et politiques des enfants de ceux qui ont su protéger l’avenir de leurs enfants. Des jeunes, bien formés fuient au prix de leurs vies pour aller travailler ailleurs et laisser leurs parents, volés et escroqués par les mafieux, baigner dans leurs larmes. Une souffrance et une humiliation imposées aux familles dont les bandits politiques, financiers ou syndicalistes ont confisqué leur joie et leur fierté d’être Tunisiens.
    Je conjure les nouveaux dirigeants de notre pays, d’être à la hauteur de la confiance d’un peuple qui en sa majorité a voté pour la propreté des mains, et ce dans l’espoir de se sauver de la corruption causée par le mauvais usage du pouvoir, administratif, financier et syndical.
    Sachons qu’au lieu d’augmenter la masse salariale de 1% nous pouvons créer 1% de postes d’emplois supplémentaires au profit de la grande liste des chômeurs qui espèrent entamer leurs vies et commencer à réaliser leurs rêves .(
    Ces nouveaux recrus seront alors au nombre de 8000 pour chaque 1% d’augmentation des salaires.
    Les efforts de l’actuel gouvernement concernant la maîtrise de l’inflation et la réduction des marges bénéficiaires de ceux qui continuent à sucer les sueurs des populations qui travaillent pour leur offrir une très confortable vie sont légitimes et très louables.
    Notre UGTT doit changer de raisonnement, d’action et de manière de réclamer le droit qui travaille et la protection de celui qui a besoin de travailler. Elle doit beaucoup plus défendre le travail productif des richesses en biens et services que les travailleurs qui veulent toucher des salaires sans rien faire et dont certains utilisent le pouvoir de l’état pour se livrer à la corruption.
    L’UGTT doit jouer son rôle de fédérateur pour développer le slogan « les Tunisiens au travail sérieux et innovateur pour un demain meilleur ». (الأهم قبل المهم)
    Tous pour une nouvelle Tunisie pour le meilleur de nos générations.
    Bouzaiane Mohamed : Architecte-Urbaniste-Expert auprès des tribunaux, expert auprès des banques en évaluation des hypothèques et expert en efficacité énergétique.

  2. Je partage totalement le commentaire de monsieur Bouzaiane et j’ajouterai qu’une politique d’attraction des investissements locaux et étrangers notamment de ceux de la diaspora par des avantages substancielles pour les achats en devises : terrain, locaux industriels, appartement et maisons,…et de redynamiser les institutions publiques suremployées Je citerai à titre d’exemple, l’AFH qui dispose des projets non encore concrétisés depuis des années en raison des problèmes fonciers. Certains Travailleurs tunisiens à l’étranger rêvet un jour acheter des lots de terrains à Hammamet eou Mrezga et construire leur maison. L’AFH ne répond pas à ce besoin, pourtant il s’agit d’un transfert d’argent pour l’acquisition, donc des dévises qui visent à améliorer la balance des paiements, pourquoi ces projets restent lettre morte et demeurent sur du papier.
    Par ailleurs, il faut ouvrir la vente en devises des terrains et des locaux à des étrangers pour l’équilibre financiers sans parler de la promotion de services à haute valeur ajiutée en direction des pays africains et à l’étranger d’une maniière générale.
    BRAVO pour cette équipe gouvernementale du sang nouveau en appelant tous les tunisiens et tunisiennes ainsi que les organisations e associations diverses (UGTT, UTICA, …) d’aider chacun de son côté cette équipe pour le bien du pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,781SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles