19 C
Tunisie
vendredi 5 mars 2021
Accueil La UNE Extension de l’aéroport de Tunis-Carthage: L’appel d’offres serait annulé !

Extension de l’aéroport de Tunis-Carthage: L’appel d’offres serait annulé !

Le projet d’extension de l’aéroport de Tunis-Carthage, dont l’appel d’offres a été lancé depuis des mois, devrait connaître un surcroît d’achoppements dus à des dysfonctionnements administratifs et juridiques au sujet desquels l’Ordre des ingénieurs  a émis des avertissements entérinés par la Commission de   suivi des marchés publics.

- Publicité-

Dans ce contexte, le doyen de l’Ordre des ingénieurs tunisiens, Kamel Sahnoun, a indiqué à Africanmanager ar  que l’Ordre avait déjà donné son avis sur le projet dont il a dit qu’il est « préjudiciable à l’économie tunisienne pour cause de manifestes et patents dysfonctionnements », affirmant que cet avis  n’a pas varié,  demeurant en l’état.

L’élément nouveau dans le dossier tient cependant au fait que la Haute instance de la commande publique a adressé une correspondance au ministère chargé de l’achèvement des textes réglementaires relatifs à l’organisation des municipalités urbaines , notamment le  décret fixant  les missions et les  rémunérations des designers .

La Haute instance a entériné la non-conformité dudit marché avec la réglementation nécessaire pour acquérir le caractère légal et valide, a souligné le Doyen ajoutant que sur la foi de la spécifique connaissance qui est la sienne et au regard des lois régissant les marchés publics, l’appel d’offres relatif à l’extension de l’aéroport de Tunis-Carthage pourrait être annulé ou reporté  en cas de  non-respect des procédures légales et réglementaires.

Ila fait savoir qu’il appartient désormais à l’Office  de l’aviation civile de prendre la décision finale concernant le projet  outre le ministère de tutelle, celui du transport.

Une affaire de souveraineté nationale !

Cette position est la dernière en date de la série de refus opposés par l’Ordre des Ingénieurs Tunisiens (OIT) ainsi que par  l’Ordre des Architectes de Tunisie et la Fédération Nationale des Entrepreneurs de Bâtiment et des Travaux Publics  foncièrement hostiles à  la formule  » clé en main » retenue dans l’appel d’offres. Tous les trois demandent  une modification de la forme et du contenu, tout faisant prévaloir l’intérêt du pays.

Ils  ont appelé à s’appuyer sur les compétences nationales des architectes, ingénieurs, entrepreneurs et industriels du bâtiment au lieu de faire dominer les grandes entreprises étrangères au détriment des compétences nationales, mettant  l’accent sur la nécessité d’utiliser les ressources de l’Etat à l’intérieur du pays au lieu de gaspiller l’argent public au profit des entreprises étrangères dans des domaines où l’expertise tunisienne a fait ses preuves.

Les trois instances soulignent la nécessité d’appliquer les lois régissant le secteur, de respecter les procédures en vigueur et d’impliquer les organismes professionnels dans l’élaboration des démarches à adopter dans leurs domaines de compétence dans les différents projets.

Elles refusent toute tentative de monopole de la décision par certaines institutions étatiques et l’exclusion des spécialistes et des professionnels.

Les organisations se sont engagées à défendre la souveraineté de l’Etat et la décision nationale et à ne pas permettre de déléguer la décision à d’autres, qu’ils soient des bailleurs de fonds ou des sociétés étrangères, d’autant que l’aéroport est doté d’un caractère souverain vu qu’il représente la vitrine du pays pour les visiteurs.

Lesdits corps de métier ont mis en garde contre le danger instauré par l’Etat, à travers le système d’acquisition de projets prêts dans le cadre de la formule  » clé dans la main « , où l’acheteur public se contente de fournir les terrains et mobiliser les fonds, citant l’exemple de l’académie de la police à Enfidha, l’hôpital de Sfax ou certaines stations de dessalement.

Ils se sont dits surpris du non examine des volets urbain, économique et technique à court, moyen et long termes, dans le cadre de l’étude d’extension, tout en tenant compte des exigences du marché mondial du transport et de la position stratégique de la Tunisie comme porte d’entrée entre l’Afrique et les pays du nord de la Méditerranée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,470FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,392SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles