La BNA sous vérification fiscale.

La BNA sous vérification fiscale.

par -

Dans un communiqué publié sur le site de la bourse, la Banque Nationale Agricole (BNA) indique que l’encours des créances sur la clientèle a atteint 5.285 millions de dinars au 31.12.2010 contre 4.358 millions de dinars au 31.12.2009 enregistrant une augmentation de 21,3 %.
Les dépôts de la clientèle, au terme de l’exercice 2010, ont enregistré, par rapport à décembre 2009, une augmentation de 353 millions de dinars, soit un taux de progression de 8 %, alors que les produits d’exploitation bancaire ont totalisé 406 millions de dinars au 31.12.2010 contre 396 millions de dinars au 31.12.2009, soit un taux de progression de 2,4 % et les charges d’exploitation bancaire ont, par contre, enregistré une régression de 9 millions de dinars, soit – 6,1 %. En conséquence, le produit net bancaire s’est établi à 261 millions de dinars au 31.12.2010 contre 242 millions de dinars au 31.12.2009, enregistrant un taux d’accroissement de 7,9 % et le montant total des charges opératoires de  l’exercice 2010 a progressé de 2,7 % par rapport à l’exercice 2009.
La banque précise aussi que ,« depuis le déclenchement des premiers incidents dans le pays, une cellule de crise a été mise en place pour identifier et engager les actions urgentes nécessaires, que les procédures de sécurité du système d’information de la BNA ont permis de préserver l’intégrité des données comptables et extracomptables de la Banque, que les agences endommagées ont été rapidement délocalisées, soit dans les mêmes localités ou dans des agences les plus proches géographiquement et qu’un plan d’action a été mis en place en vue de réparer et remplacer les locaux des agences et les équipements endommagés.
Dans ce même communiqué, la BNA indique qu’elle a «fait l’objet d’une vérification fiscale approfondie couvrant la période 2006-2009. Les résultats de cette vérification ont été notifiés à la Banque début novembre 2010 et ont fait l’objet d’une réponse détaillée de la part de la BNA ».

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire