AccueilLa UNELa cheffe du gouvernement à Ryadh pour le Sommet de l'Initiative verte....

La cheffe du gouvernement à Ryadh pour le Sommet de l’Initiative verte. Saied s’est-il décommandé ?

La cheffe du gouvernement Najla Bouden s’est rendue, ce  dimanche, en  Arabie Saoudite, officiellement  pour participer au Sommet de l’Initiative verte du Moyen-Orient (MGI), qui se tient les 25 et 26 octobre 2021 à Riyad, en présence de chefs d’Etats et de gouvernements de  plusieurs pays.

- Publicité-

Elle suppléerait ainsi le président de la République, Kais Saied,  dont on avait indiqué qu’il allait effectuer ce voyage, certes, pour prendre par à ce sommet mais aussi et surtout pour signer  d’importants accords qui aideraient la Tunisie à surmonter la crise dans laquelle se débattent ses fiances, et disposer d’assez de fonds pour boucler ses deux budgets, le complémentaire pour l’année 2021, et la loi de finances de 2021.

Il était même précisé que cette visite serait le couronnement d’une série de discussions lancées depuis juillet dernier avec la partie saoudienne à l’effet de financer le déficit budgétaire de l’Etat tunisien, avec l’octroi de  prêts avantageux sur le long terme, des dépôts, l’achat d’obligations et peut être aussi le transfert de Droits de tirage spéciaux (DTS) obtenus par l’Arabie Saoudite auprès du FMI estimés à 11 milliards de dollars US.

Dans l’entretemps, le programme a été bousculé et le projet aurait capoté. Le chef de l’Etat se fait remplacer par la cheffe du gouvernement aux fins de participer audit Sommet. Qu’est-ce qui s’est passé au juste pour déterminer Kais Saied à se décommander ? On pencherait plutôt vers un changement de dernière dans les termes de l’arrangement négocié et finalement convenu.

Il reste que la place est cédée pour que la cheffe du gouvernement effectue son premier déplacement en tant que nouvelle locataire de la Kasbah, au cours duquel   elle est accompagnée  par le ministre des Affaires étrangères, de la migration et des tunisiens à l’étranger, Othman Jerandi, et la ministre de l’Environnement Leila Chikhaoui.

Lancée par le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohamed Ben Salmane, l’initiative verte du Moyen-Orient (MGI), a pour but de définir une feuille de route qui contribue aux efforts de la communauté internationale pour la protection de la planète et la nature.

En mars 2021, la Tunisie avait adopté l’initiative verte du Moyen-Orient, car, qui cible, entre autres objectifs, la plantation de 50 milliards d’arbres dans toutes les régions du Moyen-Orient, dont 10 milliards d’arbres en Arabie Saoudite, ainsi que la réparation de 200 millions hectares de terres détériorées à travers le reboisement.

Ces actions permettraient de baisser les émissions de carbone de 2,5% et de plus de 60% pour ce qui est des émissions issues de la production du pétrole et du gaz dans la région.

Des dirigeants de la région du Moyen-Orient et du monde sont attendus à ce sommet. Ils discuteront des moyens à mettre en place pour renforcer la coopération et unifier les efforts dans le but de mettre en œuvre les engagements environnementaux pris à l’échelle internationale.

L’Arabie Saoudite envisage, dans ce cadre, de travailler avec ses voisins pour lutter contre le changement climatique au-delà de ses frontières par le biais d’une action collective, indique le site de « l’initiative Saoudite verte ».

1er pilier d’une diplomatie environnementale

Deux jours durant, le sommet de Riyad va examiner les défis de la transition énergétique, en particulier pour les industries à forte intensité carbone, en plus des nouvelles opportunités d’investissement dans l’économie verte

L’organisation de cette manifestation intervient dans le cadre des efforts déployés pour créer une influence mondiale et pérenne en matière de lutte contre les changements climatiques, la protection de la terre et de l’environnement.

L’un des objectifs ciblés par ce sommet est aussi la création de la première alliance de lutte contre le changement climatique au Moyen-Orient et d’une plateforme à la fois d’expertises et de capital financier pour promouvoir l’investissement et le transfert du savoir-faire et des connaissances.

Il s’agit également de mettre en place les piliers d’une diplomatie environnementale, en renforçant la gestion politique nécessaire pour créer un changement radical.

Les objectifs environnementaux stratégiques de l’initiative verte du Moyen-Orient s’appuient sur trois piliers, la connaissance, la gestion environnementale et les solutions futures innovées pour les questions du climat, a-t-on indiqué de même source.

Il convient de rappeler que la Banque Mondiale (BM) a mis en place un nouveau plan de travail sur le changement du climat pour la période 2021-2025, pour orienter ses interventions soit en matière d’allègement des impacts ou d’adaptation au changements climatiques, tout en répondant aux besoins urgents dans le domaine de développement, soulignant qu’il est important de se concentrer sur la transition vers l’économie verte.

Ce plan détermine la contribution de la BM dans la mise en place d’une alliance des mouvements et des interventions climatiques dans les pays bénéficiaires et avec le secteur privé, en plus de l’appui des efforts des pays dans la lutte contre le virus de la COVID-19, en vue de réaliser un avenir vert, intégré et capable de surmonter les crises.

En effet, l’Arabie Saoudite avait annoncé son appui à la Tunisie et salué la formation du nouveau gouvernement, en appelant la communauté internationale, à coopérer avec le pays pour faire face aux défis sanitaires er économiques auxquels il fait face, et ce après, après l’annonce des mesures exceptionnelles du 25 juillet 2021.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,851SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles