AccueilLa UNELa fin du modèle tunisien!

La fin du modèle tunisien!

Il y a un an, la démocratie naissante de la Tunisie – la dernière à survivre après une série de soulèvements populaires qui ont balayé le monde arabe en 2011 – a été mise à rude épreuve après un auto-coup d’État extraordinaire du président Kais Saied le 25 juillet 2021. Mais ce qui était initialement décrit comme une mesure d’urgence temporaire a maintenant été prolongé indéfiniment. Le 25 juillet 2022, les Tunisiens ont approuvé un référendum constitutionnel qui codifie effectivement le coup de force de Saied dans le droit tunisien. Le soi-disant modèle tunisien de transition démocratique  approche désormais de son terme. Les dirigeants de l’opposition et de la société civile tunisiennes font des efforts héroïques pour le faire revivre, mais ils auront besoin d’un soutien urgent et durable de la communauté internationale s’ils veulent réussir, souligne l’influent think tank « Foreign Affairs ».

Démantèlement de la démocratie

Dans les mois qui ont suivi sa première prise de pouvoir en juillet dernier, Saied a systématiquement détruit les dernières institutions démocratiques de la Tunisie, soit en les suspendant purement et simplement, soit en remplaçant leurs membres par des loyalistes.

Le coup de grâce de Saied a été la réécriture de la constitution, concrétisant sa vision à long terme d’un système présidentiel robuste avec une législature neutralisée. Le comité de Saied, trié sur le volet, rédige une nouvelle constitution en deux semaines. Dans une étrange tournure des événements, le chef de la commission de rédaction de la constitution, Sadok Belaid, a publiquement condamné la version que Saied a rendue publique, arguant qu’elle ne reflétait pas la vision de la commission et qu’elle pourrait conduire la Tunisie sur la voie de l’autocratie. Bien que le référendum ait été adopté avec un taux de participation estimé à 95 %, le fait qu’à peine 30 % des électeurs tunisiens éligibles aient participé suggère que de nombreux partisans de Saied ont perdu confiance en lui.

Un pays en crise

La prise de pouvoir de Saied en juillet 2021 a réussi parce qu’il a su tirer parti de trois crises interdépendantes. Premièrement, la pandémie de COVID-19 a atteint son apogée en Tunisie l’été dernier, exposant les faiblesses du fragile système de santé du pays et l’incapacité de son gouvernement à fournir l’aide désespérément nécessaire. Deuxièmement, l’économie tunisienne, comme la plupart des pays du monde, a été dévastée par la pandémie, qui a exacerbé un chômage déjà très élevé, décimé une industrie touristique autrefois florissante et plongé de nombreux Tunisiens dans la pauvreté. Troisièmement, le système politique, très fracturé, est devenu paralysé et la polarisation a rapidement augmenté. Les politiciens s’attaquent violemment les uns aux autres dans les couloirs du parlement, et Saied et Hichem Mechichi, son premier ministre trié sur le volet, s’insultent régulièrement à la télévision nationale. Saied était mécontent de la décision de Mechichi de travailler avec le parti islamiste Ennahda et s’était disputé avec Mechichi pour le contrôle du ministère de l’Intérieur.

Dans ce contexte, il est facile de comprendre pourquoi tant de Tunisiens étaient prêts à accorder à Saied le bénéfice du doute. Désespérés et frustrés par un gouvernement incompétent, les Tunisiens ont placé leur espoir dans un président qui, suivant le chemin de nombreux autres leaders populistes dans le monde, semblait prêt à prendre les rênes et à secouer un système stagnant et corrompu. Mais à mesure que les intentions de Saied sont devenues évidentes et que la situation économique s’est aggravée, le soutien populaire de Saied a commencé à disparaître, indique FA sous la signature de la spécialiste de la Tunisie Sara E.Yerkes.

Saied a justifié ses actions en disant qu’il faisait ce que le peuple voulait. Pourtant, tout au long de l’année dernière, Saied n’a pas consulté le peuple. Son processus de consultation en ligne, censé recueillir l’avis du public sur le projet de constitution, a été entaché de problèmes de sécurité et de difficultés techniques ; moins de 7 % des électeurs éligibles ont fini par y participer. Et rien ne prouve que les résultats de ce processus aient été pris en compte dans le projet sur lequel les Tunisiens ont voté fin juillet. Saied et ses ministres se sont rarement adressés au public ou ont permis aux médias indépendants de les interroger. Et ses actions de plus en plus autoritaires ont inspiré de nombreuses protestations, les Tunisiens en ayant assez de l’incapacité de Saied à apporter une amélioration économique ou une stabilité politique.

Les Tunisiens ne se laissent pas abattre

La transition démocratique en Tunisie a connu un succès relatif au cours de sa première décennie. Cependant, les événements de l’année dernière soulignent la fragilité de ces transitions. Comme  ce la a été souligné dans Foreign Affairs juste après l’élection de Saied, en 2019, la démocratie tunisienne a bénéficié de dirigeants politiques qui ont placé leur pays au-dessus de leur avancement personnel, avec de multiples séries de dirigeants choisissant la voie du consensus plutôt que celle de la compétition.

Ce consensus a permis à la Tunisie de surmonter des défis complexes, mais il a également freiné la croissance de la concurrence politique, ouvrant finalement la porte à la polarisation qui a pavé le chemin de Saied vers l’autocratie. Mais le programme politique de Saied, qui consolide complètement le pouvoir et détruit le modèle de consensus, n’est pas la réponse. Au contraire, la Tunisie devrait marier le consensus avec la consultation et la démocratie participative, tout en laissant une place à l’opposition. Un tel programme pourrait renforcer la confiance dans le gouvernement qui fait cruellement défaut en Tunisie depuis bien avant l’élection de Saied.

Il n’est pas clair où Saied a l’intention de mener la Tunisie ensuite. Ce qui est clair, c’est que le modèle démocratique créé en 2014 ne sera pas relancé. La confiance du public dans le parlement avait atteint un niveau historiquement bas avant le coup d’État de Saied, et le public tunisien ne réclame pas un retour de la polarisation et de la médisance.

Une autre question ouverte est de savoir si la communauté internationale reprendra ses activités habituelles une fois que la nouvelle constitution de Saied sera entrée en vigueur. À la suite de la prise de pouvoir  de Saied, l’administration Biden a proposé de réduire de moitié l’aide américaine à la Tunisie – signalant ainsi explicitement son mécontentement à l’égard des actions de Saied. Bien que les réactions occidentales au référendum n’aient guère été chaleureuses, à moins que Saied ne prenne de nouvelles mesures pour revenir sur les libertés durement acquises par la Tunisie, il est peu probable que le monde démocratique prenne des mesures pour mettre fin à l’année de recul de Saied.

 Si un plan Marshall tunisien n’aurait peut-être pas sauvé la transition du pays, un soutien financier plus important aurait pu aider les Tunisiens à surmonter les effets secondaires douloureux des réformes économiques nécessaires pour créer une croissance durable à long terme. Aujourd’hui, les acteurs de la société civile tunisienne et les figures de l’opposition politique ont besoin du soutien tant rhétorique que financier de la communauté internationale pour leurs efforts visant à ramener la Tunisie sur la voie de la démocratie, conclut Foreign Affairs .

- Publicité-

1 COMMENTAIRE

  1. Désolé la révolution tunisienne n’a jamais exister les États-Unis on renverser ben ali est on fait croire à une révolution la démocratie n’existe pas en tunisie est n’existera jamais les États-Unis on place les frères musulmans terroristes d’enahda

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,018SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -