La gestion de la sécurité routière nécessite la mise en place de...

La gestion de la sécurité routière nécessite la mise en place de stratégies plus efficaces

par -

“Les traumatismes provoqués par les accidents de la route constituent aujourd’hui un problème majeur pour la santé publique” a déclaré la ministre de la santé publique par intérim Sonia Ben Cheikh lors de la conférence finale du projet “SaferAfrica”, soulignant la nécessité de mettre en place des stratégies adéquates pour une gestion plus efficace de la sécurité routière.

Cette conférence, tenue mercredi à Tunis en présence du ministre de l’équipement, de l’habit et de l’aménagement de territoire, Noureddine Selmi et des experts européens en matière de sécurité routière a été placée sous le thème “Résultats et perspectives pour la sécurité routière en Afrique”.

SaferAfrica est un projet de recherche visant la création de la plate-forme de dialogue afro-européen sur la sécurité routière, afin de renforcer la coopération entre les gouvernements pour une Afrique plus sûre.
Dans une déclaration à la TAP, Ben Cheikh a signalé que la gestion de la sécurité routière en Tunisie ne doit pas se limiter aux campagnes de sensibilisation destinées aux usagers de la route, ajoutant que les prochains plans d’action en matière de sécurité routière doivent obligatoirement suivre le rythme de la révolution digitale.

“Une gestion appropriée et efficace en matière de sécurité routière est une responsabilité commune entre le gouvernement, les composantes de la société civile et les citoyens qui doivent être conscients de l’interdiction de l’alcool au volant, la limitation de la vitesse et d’autre recommandations primordiales pour une Tunisie plus sûre” a-t-elle dit.

Pour sa part, le ministre de l’équipement, de l’habitat et de l’aménagement de territoire, Noureddine Selmi a indiqué que l’amélioration du réseau routier est une priorité pour le ministère qui vise à créer une structure spécialisée soumise au contrôle de la présidence de gouvernement afin d’unifier les efforts déployés par toutes les associations et les organisations afin de réduire le taux élevé des accidents de la route en Tunisie.
A noter que chaque année, en Tunisie, 1400 décès et 10 mille traumatismes sont causés par les accidents de la route.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire