AccueilLa UNELa Tunisie entre en territoire C: Quand la gouvernance dysfonctionne et les...

La Tunisie entre en territoire C: Quand la gouvernance dysfonctionne et les incertitudes s’accumulent!

L’agence de notation Moody’s Investors Service a abaissé les notes d’émetteur à long terme en devises et en monnaie locale de la Tunisie de B3 à Caa1 ainsi que celle d’émission de premier rang non garantie de la Banque centrale de Tunisie  qui est légalement responsable du paiement des obligation d’Etat.

- Publicité-

Elle a cité l’affaiblissement de la gouvernance et l’incertitude accrue quant à la capacité du gouvernement à mettre en œuvre des mesures qui garantiraient un accès renouvelé au financement pour répondre aux besoins de financement élevés au cours des prochaines années, et a maintenu une perspective négative.

Selon l’agence de notation basée à New York, la Tunisie risque de se retrouver en défaut de paiement en raison d’une forte pression sur les liquidités si un financement important n’est pas assuré. Les importants déséquilibres extérieurs du pays et sa dépendance à l’égard d’afflux continus de capitaux limitent la possibilité de puiser davantage dans les réserves sans mettre en péril sa monnaie et la stabilité des prix.

« Les perspectives négatives reflètent les risques liés à d’éventuels retards prolongés dans les réformes et à un financement dépendant des réformes qui éroderaient les réserves de change par des prélèvements pour le paiement du service de la dette, exacerbant ainsi les risques pour la balance des paiements. Dans ce scénario, la probabilité d’une restructuration de la dette du secteur public qui entraînerait des pertes pour les créanciers du secteur privé augmenterait », a déclaré Moody’s.

La dégradation de la note reflète les défis économiques auxquels est confrontée la Tunisie, qui doit faire face à une masse salariale publique pléthorique, à un chômage élevé et à des prêts arrivant à échéance auprès de créanciers étrangers, exacerbés par les inquiétudes de la banque centrale quant à une pénurie aiguë de ressources financières externes et de devises étrangères.

Le pays doit lever au moins 3,5 milliards de dollars en 2021 pour rembourser les dettes étrangères et payer les salaires de centaines de milliers d’employés du secteur public.

Moody’s a souligné  que les conditions de liquidité extérieures et intérieures de la Tunisie se sont considérablement resserrées à la suite de la crise constitutionnelle, qui a éclaté le 25 juillet après la suspension par  le président de la République, Kais  Saied de l’ancien gouvernement et du parlement, entraînant une incertitude quant à la capacité du gouvernement à faire face à ses prochains besoins de financement.

Le déficit budgétaire estimé par l’agence à 7,7 % du PIB en 2021 et 5,9 % en 2022 implique des besoins d’emprunt bruts d’environ 18 % du PIB cette année et 16 % en 2022.

La piste des prêts bilatéraux et du FMI

Moody’s indique que le gouvernement pourrait chercher d’autres sources de financement, telles que des prêts bilatéraux et un prélèvement sur les droits de tirage spéciaux du Fonds monétaire international récemment alloués, d’un montant de 740 millions de dollars. Sur le plan intérieur, une nouvelle augmentation des besoins de refinancement des banques commerciales auprès de la banque centrale indique des contraintes d’absorption croissantes.

Pour 2022, le renouvellement de l’accès aux prêts multilatéraux et bilatéraux reposera très probablement sur la négociation réussie d’un programme du FMI qui reste insaisissable depuis l’annulation du précédent programme quadriennal en avril dernier.

Moody’s s’attend à ce que le ratio dette/PIB de la Tunisie passe à près de 90 % du PIB cette année, contre 84,7 % en 2020, pour se stabiliser en dessous de 95 % au cours des prochaines années, compte tenu d’une expansion économique plus faible que prévu de 3,5 % cette année, suivie de 2,5 % dans la foulée.

« L’incertitude persistante concernant le cadre institutionnel réduit les perspectives de réformes budgétaires et économiques structurelles, sur lesquelles repose le renouvellement de l’accès aux sources de financement officielles et commerciales pour répondre aux besoins de financement à venir du gouvernement », a conclu  Moody’s.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,847SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles