AccueilLa UNELa Tunisie se taille une place de choix dans le tourisme médical mondial

La Tunisie se taille une place de choix dans le tourisme médical mondial

Le tourisme médical et curatif en Tunisie rapporte annuellement plus de 1 milliard de dinars, dès lors que le pays accueille  annuellement plus de 550 000 touristes, selon les dernières données de l’Office National du Tourisme  de Tunisien (ONTT).

Destination privilégiée pour le tourisme médical

La Tunisie se classe au deuxième rang mondial après la France comme destination privilégiée pour le tourisme médical en raison de ses compétences médicales et paramédicales et de ses cliniques. En fait, ce domaine pourrait créer une nouvelle dynamique pour l’activité touristique et compenser la stagnation et le déclin qu’elle connaît depuis des années.

Les dépenses moyennes par touriste dépassent 3 000 dollars par semaine, tandis que les revenus représentent plus de 40 % de ceux  du secteur touristique et environ 6 % du produit intérieur brut.

La Tunisie représente une destination privilégiée pour les touristes français en premier lieu. En deuxième place, on retrouve les Algériens, les Libyens et les Britanniques et une proportion importante de touristes d’Amérique latine et d’Afrique subsaharienne, dont un grand nombre afflue de Côte d’Ivoire, du Sénégal, du Mali et du Burkina Faso…

De son côté, le Ministère du Tourisme œuvre à diversifier les offres afin d’attirer plus de clients.

Hautes compétences et infrastructure développée

La Tunisie comprend 50 centres d’hydrothérapie, 30 bains  maures traditionnels, plus de 60 centres de thalassothérapie et 18 sources géothermiques avec 100 cliniques qui proposent des soins pour les touristes.

Dans ce contexte, le ministre du Tourisme Mohamed Moez Belhassin affirme que le tourisme médical en Tunisie connaît un développement malgré la crise sanitaire mondiale, car la Tunisie est un acteur important sur le marché mondial, et aspire à augmenter le nombre de clients étrangers venant pour les services médicaux, grâce aux compétences tunisiennes de renommée mondiale et aux infrastructures appropriées et modernes.

Le processus de promotion du secteur nécessite des facilités à plusieurs niveaux, notamment l’accélération de l’adoption des visas de voyage électroniques.

De nouveaux projets

D’autre part, et afin de promouvoir le secteur de l’hydrothérapie, thalassothérapie et du tourisme médical en général, il est prévu que 4 nouveaux projets entreront en exploitation au cours de ce mois de juin.

En effet, un centre de tourisme médical à Beni Matir, Jendouba, d’un coût estimé à 12,5 millions de dinars, sur une superficie d’un hectare, est en cours d’achèvement. Le projet consiste en une station hospitalière et des résidences sous forme de suites, de chambres et d’un bain hospitalier.

En raison de sa nature écologique, ce projet a reçu une subvention de l’Union européenne d’un montant de 100 000 dinars et a été choisi comme projet modèle représentant la Tunisie dans le domaine de l’écotourisme.

Ce centre permettra la création d’un pôle de tourisme médical dans la région, ce qui aidera à attirer une clientèle tunisienne et étrangère, la capacité de la station étant estimée à 500 baigneurs par jour. Il permettra également la création d’environ 50 nouveaux emplois directs, et devrait être partiellement ouvert à l’exploitation au cours du premier semestre 2022.

Il est également prévu que la station hospitalière de la zone Ain Oktor, à Korbous, au gouvernorat de Nabeul, entre en service le mois prochain.

C’est un projet qui se compose d’un hôtel 5 étoiles, d’un centre de thalassothérapie à l’eau de mer, d’une station hospitalière et des unités d’hébergement sous forme de « bungalows » sur une superficie de 2,87 hectares pour un coût d’investissement total de 60 Millions dinars.

Il est à noter que ce projet devrait créer environ 220 emplois.

Quant au projet de la station hospitalière de Gafsa, ses travaux se poursuivent d’arrache-pied, sachant qu’il sera prochainement ouvert au public, les travaux ayant  enregistré un taux d’avancement de 90%.

Le projet s’étend sur une superficie de 3 hectares à un coût total de 15 millions dinars et une capacité  de 150 clients par jour. En plus de la station hospitalière, ce projet se compose d’un espace pour les soins médicaux, d’un espace pour l’hébergement et d’un espace pour les soins esthétiques sur une superficie de 3500 m².

Des dotations financières de 1,5 millions de dinars ont été allouées pour la construction d’un Spa moderne à Sidi Boulaaba Kasserine, à exploiter au cours de la prochaine période.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,003SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -