AccueilLa UNEGazoduc-ENI: Des royalties de 500 millions de dinars par an pour la...

Gazoduc-ENI: Des royalties de 500 millions de dinars par an pour la Tunisie

Une cérémonie a été organisée, ce mardi 2 juillet 2019 au palais du gouvernement à la Kasbah, au cours de laquelle a été signée une nouvelle convention pour l’exploitation du gazoduc Trans-Tunisien entre l’Italie et la Tunisie.

Cette convention s’étalera sur une période de 10 ans à partir de 2019 suite à l’expiration en septembre 2019 des accords initiaux conclus en 1977 et 1991 entre l’État tunisien et le groupe pétrolier italien ENI.

Cet accord permettra à l’État tunisien de bénéficier d’un forfait fiscal de 5,25% sur les quantités de gaz transitant par le territoire tunisien. Déjà, il a permis de générer pour la Tunisie jusqu’à présent un revenu total de 8.4 milliards de dinars dont 524 millions de dinars (183 millions de dollars) au titre de l’année 2018.

Il s’agit aussi de bénéficier d’une redevance annuelle au titre de l’exploitation du gazoduc par « Eni » d’environ 14.3 millions de dollars en moyenne par an sur une période de dix ans, soit l’équivalent annuel 500 millions de dinars.

Le groupe Eni assurera la maintenance du gazoduc ainsi que la rénovation et la réhabilitation du matériel et des équipements pour un coût additionnel d’environ 160 millions de dollars, soit l’équivalent de 460 millions de dinars sur la durée de l’accord et ce afin de garantir le bon fonctionnement du gazoduc et d’assurer la continuité et la régularité du transport du gaz.

Cet accord revêt une grande importance pour la Tunisie au vu du rôle essentiel du pipeline pour garantir la sécurité énergétique du pays et assurer son approvisionnement à hauteur de 65% de ses besoins annuels en gaz naturel, soit environ 3.8 milliards de m3.

Ce sont le PDG de l’Eni, Claudio Descalzi, et Slim Feriani, ministre de l’Industrie, qui ont signé le nouvel accord, en présence du chef du gouvernement, Youssef Chahed. L’accord, faut-il le rappeler, fait suite à ceux conclus avec la Sonatrach en mai dernier, concernant l’achat de gaz et le transport dans le détroit de Sicile (système TPMC) et complète le cadre contractuel qui permet à l’Eni d’importer du gaz algérien en Italie.

Une capacité de 34 milliards de m3

Construit au début des années 1980 et renforcé par la suite en plusieurs phases, le gazoduc trans-tunisien se compose de deux lignes de 48 pouces de large et d’environ 370 km de long, de la frontière algéro-tunisienne près d’Oued Saf au Cap Bon, ainsi que de cinq stations de compression. Avec une capacité de transport d’environ 34 milliards de m3/an, elle joue et continuera à jouer un rôle clé dans l’approvisionnement énergétique italien et tunisien. Il contribue à la diversification des sources et à la transition énergétique sur le marché italien.

Enfin, l’accord confirme une nouvelle fois l’engagement de longue date de l’Eni envers les pays d’Afrique du Nord, non seulement dans l’exploration et la production d’hydrocarbures, mais aussi dans la gestion des infrastructures de transport, la commercialisation des produits pétroliers, le secteur chimique et la production d’énergie à partir de sources renouvelables, selon le site Oil &Gas Middle East.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,994SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -