L’aide financière de l’UE en faveur du Maroc n’a pas apporté ses...

L’aide financière de l’UE en faveur du Maroc n’a pas apporté ses fruits !

par -

Selon un nouveau rapport de la Cour des comptes européenne, l’aide financière de l’UE en faveur du Maroc, versée directement sur le compte du Trésor public du pays de 2014 à 2018, n’a apporté qu’une faible valeur ajoutée et n’a guère permis de soutenir les réformes.

Les auditeurs estiment que la Commission a voulu répondre aux besoins recensés dans les stratégies nationales et de l’UE, mais qu’elle a réparti les fonds sur un trop grand nombre de secteurs, ce qui a pu en affaiblir l’impact.

Ils ont également constaté que la gestion, par la Commission, des programmes d’appui budgétaire en faveur du pays a pâti de faiblesses dans la manière dont ils ont été conçus, mis en œuvre et suivis, ainsi qu’en matière d’évaluation des résultats.

L’UE est le plus grand pourvoyeur d’aide au développement en faveur du Maroc. Pour la période 2014‑2020, la Commission a programmé 1,4 milliard d’euros d’aide, principalement dans les trois secteurs prioritaires que sont les services sociaux, l’état de droit et la croissance durable. Fin 2018, elle avait conclu des contrats pour un montant de 562 millions d’euros et versé près de 206 millions d’euros au titre de son instrument d’appui budgétaire, lequel vise à promouvoir les réformes et la réalisation des objectifs de développement durable et représente 75 % des dépenses annuelles de l’UE en faveur du pays.

Les auditeurs ont vérifié si l’appui budgétaire accordé par l’UE pour les secteurs prioritaires au Maroc de 2014 à 2018 a été géré efficacement par la Commission et si les objectifs ont été atteints. Ils se sont intéressés aux secteurs de la santé, de la protection sociale, de la justice et du développement du secteur privé.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire