AccueilAfriqueL'Algérie relance plusieurs grands projets miniers

L’Algérie relance plusieurs grands projets miniers

Or, zinc, cuivre, phosphates… L’Algérie dispose d’importantes ressources minières et compte les exploiter pour diversifier davantage son économie.

Dans ce contexte, plusieurs grands projets miniers ont été lancés dont le projet de Gara Djebilet (Sud ouest) où des milliards de tonnes de minerai de fer y dorment depuis sa découverte en 1952.

Après des années d’études, les travaux d’extraction ont débuté cet été. A terme, l’objectif est d’extraire des dizaines de millions de tonnes par an, dont 12 millions de tonnes à la sidérurgie algérienne.

Selon Noureddine Aoussat, directeur technique de l’Entreprise algérienne du fer et d’acier (Feraal), l‘exploitation de ce gisement est facile, à ciel ouvert. L’épaisseur de la roche stérile est très faible, 0,6 m. Il suffit d’enlever 60 cm et on voit le minerai ! »

Le minerai sera envoyé dans des laboratoires en Algérie et à l’étranger, notamment en Chine, où des entreprises accompagnent l’avancement du projet.

« Les grands consommateurs du monde commencent aujourd’hui à avoir des difficultés à s’approvisionner, dit Mahmoud Boukrouma, chef de chantier chez Feraal. Alors dès qu’ils ont appris qu’il y avait un important gisement en Algérie, ils se sont manifestés pour acheter notre produit. »

Un produit qui – selon les échantillons analysés – contient 90% de fer, mais aussi du phosphore, élément indésirable. Le traitement pourrait se faire dans de nouveaux complexes, plus au nord.

Une nouvelle ligne ferroviaire est prévue pour transporter les millions de tonnes extraites. Et pour créer un corridor économique occidental entre les régions de Tindouf et d’Oran.

Oran abrite le leader de la sidérurgie nationale : Tosyali Algérie. Le groupe, qui a aidé le pays à devenir un exportateur net d’acier long, investit dans l’acier plat.

Plusieurs autres projets

La mine de Gara Djebilet n’est pas le seul mégaprojet : un projet intégré de phosphate à Tebessa, dans l’est, est destiné à l’exportation d’engrais. A Bejaïa, plus au nord, un important gisement de plomb et de zinc doit être exploité.

D’autres programmes sont sur la table dans le cadre d’un plan d’action visant à redynamiser le secteur.

Dans le sillage, le Code minier algérien a été amendé tandis qu’une nouvelle école a été créée pour former les professionnels miniers.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,019SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -