AccueilLa UNELancement d'une application mobile pour signaler les décharges de déchets de démolition

Lancement d’une application mobile pour signaler les décharges de déchets de démolition

Le ministère de l’Environnement est en train d’étudier l’idée de lancer une application téléchargeable sur les smartphones pour signaler les décharges anarchiques de déchets de démolition en Tunisie. Il s’agit d’une des composantes du projet RE-MED, lancé récemment et visant à recycler les déchets de démolition pour les réutiliser dans la construction de routes durables en Méditerranée, a déclaré la coordinatrice du projet RE-MED, Oumaya Marzouk, lors du lancement du projet en visioconférence.

- Publicité-

 » L’application, une fois téléchargée sur un smartphone, permet d’envoyer un signal en rouge lors du passage à côté des décharges de déchets de démolition. Elle sera connectée à travers des techniques de géo-localisation à une plateforme d’informations au sein du ministère de l’Environnement.

Les municipalités ou les entrepreneurs intéressés et déjà impliqués dans le projet RE-MED, seront informés ensuite pour se charger de l’enlèvement de ces déchets et de leur valorisation « , a expliqué à TAP, le responsable du projet au sein du ministère de l’Environnement  Chokri Nsib.

L’objectif de cette initiative est de sensibiliser et impliquer davantage les citoyens et tout le monde au projet de valorisation des déchets de construction. Elle vise, à moyen terme, à mettre fin à ces décharges qui défigurent le paysage urbain en Tunisie et à créer une filière de recyclage bien structurée des déchets de construction, a-t-on indiqué.

Impliquant la France, la Tunisie, l’Italie et le Liban, le projet RE-MED  » Application de l’innovation pour le développement de l’économie circulaire pour une construction durable en Méditerranée « , piloté par le CEREMA, fait partie du plus grand programme européen de coopération transfrontalière avec les pays méditerranéens. Il sera exécuté jusqu’à 2023 moyennant un budget de 3,1 M€, dont 90% financé par l’UE.

La Société  » Flehetna  » forme dans le domaine de l’irrigation

L’irrigation joue un rôle majeur pour garantir une production agricole efficiente. Cependant, il faut savoir comment estimer les besoins en eau des cultures ? Quelles sont les dates et les doses d’irrigation ?, Selon quels critères choisir un système d’irrigation ? Comment le concevoir et le dimensionner et quelles sont les bonnes pratiques pour installer des réseaux d’irrigation ? Pour répondre à ces questions, la société  » Flehetna  » (Notre Agriculture) a annoncé qu’elle lance

une formation de deux jours baptisé « Réussir votre projet d’irrigation ». La date de la formation a été reportée après le 8 novembre (la société va annoncer la nouvelle date sur sa page Facebook) en raison des restrictions annoncées par le gouvernement dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus.

Cette formation est destinée aux agriculteurs, techniciens et responsables qui désirent acquérir des compétences théoriques et pratiques qui leurs permettent de dimensionner leurs systèmes d’irrigation et les installer.

La formation est assurée par le professeur Issam Nouairi, expert en irrigation et en réseaux hydrauliques. Elle permettra à tous les participants la maîtrise des connaissances théoriques et pratiques nécessaires.

Les défis de l’eau et de l’énergie en Méditerranée au cœur d’un Médiathon

Deux campagnes médiatiques pour des solutions novatrices d’eau et d’énergie, ont gagné le prix  » Water Open Eye « , divulgué, jeudi, 29 octobre 2020, après un Médiathon de trois jours, organisé en ligne, du 27 au 29 octobre, par l’Alliance « AMWAJ » (A Mediterranean Water And Journalism platform) en partenariat avec l’Union pour la Méditerranée(UpM), l’association suisse  » CEWAS Moyen-Orient et la KAS – REMENA (Le programme régional Sécurité énergétique et changement climatique du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord de Konrad-Adenauer-Stiftung (KAS – REMENA).

Environ 24 journalistes de 15 pays de l’est et du sud de la Méditerranée, dont la Tunisie, ont pris part à ce Médiathon, mot qui allie Média et Hackathon.

L’objectif de cette collaboration entre médias et jeunes promoteurs est d’essayer de trouver des solutions aux défis de l’eau et de l’énergie dont souffre la région de la Méditerranée.

Il s’agit également de sensibiliser et d’informer sur la gestion de l’eau et les solutions d’énergie renouvelables dans la région. Treize experts de l’industrie du bassin méditerranéen ont traité lors de cette rencontre en ligne, deux sujets :  » Collaboration transfrontalière  » et  » Innovation technologique  » dans le domaine de l’eau et de l’énergie.

Adoption d’une loi européenne  » juridiquement contraignante  » sur le climat

Les ministres de l’environnement de l’Union européenne ont convenu d’une position commune sur le projet de loi climatique de l’UE. Mais, ils ont laissé la décision sur un objectif 2030 plus ambitieux aux chefs d’Etat et de gouvernement pour en décider en décembre 2020.

Cette loi sur le climat rendra l’objectif de neutralité climatique 2050 juridiquement contraignant et fournira un cadre aux efforts d’action climatique de l’Union. Elle doit encore être débattue dans le cadre de négociations dites en trilogue entre les principales institutions législatives de l’UE – le Conseil, la Commission et le Parlement européen.

« Je suis très heureux que le Conseil Environnement vient de franchir une étape importante vers l’adoption de la loi européenne sur le climat », a déclaré la ministre allemande de l’Environnement Svenja Schulze dans un message sur Twitter , cité par le réseau allemand  » CLEW « . Il a qualifié la coopération à cet effet de « constructive dans ces négociations difficiles », selon la même source.

L’Allemagne assume actuellement la présidence du Conseil de l’UE et vise à amener les Etats membres à convenir d’un nouvel objectif 2030, avant la fin de cette année, afin de pouvoir le communiquer à l’ONU.

Les objectifs clés pour 2030 au niveau européen, rappelle-t-on, visent à réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % (par rapport aux niveaux de 1990), porter la part des énergies renouvelables à au moins 32 % et améliorer l’efficacité énergétique d’au moins 32,5 %.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,853SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles