AccueilLa UNELes bonnes nouvelles du ministère des Finances

Les bonnes nouvelles du ministère des Finances

Têtus comme les chiffres qu’ils ont, les fonctionnaires de ce fleuron du style arabisant antérieure au protectorat français de Tunisie et sa tour d’horloge et de cadrans astronomiques et lunaires qu’est le ministère tunisien des Finances, croient dur comme fer en la capacité de recouvrement des finances tunisienne, et y travaillent. Et ce ne sont pas les résultats du 1er trimestre de l’exécution du budget 2022, dont nous avons pu consulter les chiffres, qui les démentiraient.

A fin mars 2022 en effet, les recettes de l’Etat qu’Africanmanager a p consultées ont augmenté de 19 %, passant de 7,865 Milliards DT à 9,360 Milliards. Ces recettes provenaient essentiellement de la fiscalité qui a rapporté presque 8,6 Milliards DT  durant le 1er trimestre de l’exercice en cours, un chiffre en hausse de plus de 1 Milliard DT, ou 13,3 %, par rapport à la même période de 2021. Des chiffres qui apportent aussi quelques bonnes nouvelles.

  • L’amnistie fiscale a rapporté plus de 260 MDT

1ère nouvelle, cette hausse des recettes fiscales proviendrait, selon nos informations, des efforts fournis par les équipes du ministère des Finances sur des dossiers importants tels que le secteur informel et les faux forfaitaires, pour améliorer le recouvrement. Un large ratissage en maillage serré serait en effet en train d’être fait pour rationaliser la liste des 420 mille forfaitaires. Ces efforts auraient déjà abouti à sortir 50 mille faux forfaitaires et leur retour au régime fiscal réel. Au ministère des Finances, on assure que l’objectif est d’exfiltrer un peu plus de 200 mille faux forfaitaires, d’ici la fin de l’année 2022.

Munis d’ordres de missions, des équipes du ministère des Finances sont désormais à pied d’œuvre aussi pour détecter les non-patentés, les poussant vers la régularisation de leurs situations fiscales, et battant ainsi en brèche le secteur informel.

2ème nouvelle, l’amnistie fiscale apportée par le décret-loi de finance 2022 aurait déjà rapporté 265 MDT, ce qui aurait aussi contribué à la hausse de 13,3 % des recettes fiscales dès le 1er trimestre 2022. Au ministère, on attend par ailleurs les premiers chiffres des retombées possibles de l’amnistie-cash apportée aussi par le décret-loi de finance 2022, les souscriptions à cette amnistie ne devant commencer qu’avant la fin avril 22.

  • Confiance dans la signature de l’Etat, malgré la crise

Sinon, et puisque l’Etat ne vit pas que des recettes fiscales, il faut noter la réussite de l’emprunt obligataire. Le MF demandait et attendait 350 MDT. Signe de la confiance dans la signature de l’Etat, ce dernier a finalement engrangé 564 MDT, et compte lancer trimestriellement 3 nouveaux autres emprunts obligataires cette année. Les prévisions du budget tablent sur un total de 1, 440 Mds DT, et le 2ème emprunt de l’année devrait être lancé en juin 2022 et pourrait bien rapporter plus que prévu.

Au ministère des Finances, on veut aussi mettre l’accent  sur les efforts entrepris à tous les niveaux pour colmater toutes les brèches possibles et éviter le Shutdown, en mettant en exergue la confiance des bailleurs de fonds dans la résilience de l’économie tunisienne. Nos sources évoquent ainsi le dernier crédit de 700 MUSD (2,083 Mds DT) de l’African Export-Import Bank (Afreximbank).

Autrement, il faut noter que malgré toutes les évolutions des discussions avec le principal bailleur de fonds, le FMI n’a pas encore donné mandat de négociation à la Tunisie. Il attendrait, selon nos informations, un accord général de toutes les parties sociales sur le programme de réformes entendu avec les bailleurs de fonds. Un accord,  dont  l’UGTT reste la clé de voûte, bien qu’il soit de plus en plus visible que la centrale syndicale tunisienne fait de plus en plus le lien entre crise politique et crise financière. Aux dernières nouvelles, la rencontre de la cheffe du gouvernement avec le bureau exécutif élargi de l’UGTT aurait permis de déblayer le terrain pour une première entente sur le fameux et contesté document signé par Nejla Bouden sur la centralisation des négociations sociales et salariales.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,007SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -