Les tourments d’AGIL face à la contrebande d’essence !

Les tourments d’AGIL face à la contrebande d’essence !

par -
L’essence

L’essence, c’est le nerf de la guerre. Selon le directeur central de l’exploitation et de la commercialisation des produits pétroliers à la SNDP (Agil), Lahbib Mlawah, l’essence introduite en fraude en Tunisie à travers les frontières tuniso-algériennes continue à nuire et à porter préjudice au secteur, considéré étant bien organisé. Pis, la vente d’essence de contrebande crée un vide, étant donné que sa recrudescence a engendré une pénurie estimée à 15% au niveau de l’ensemble de 800 stations stations-services, plus précisément le réseau appartenant à la SNDP qui en compte actuellement plus de 210 .

Ce phénomène complexe dont l’impact sur l’économie tunisienne est tangible, en bien comme en mal. Partant de ce constat, la résolution de ce problème nécessite la multiplication des efforts pour y faire face. « La réalité du marché nous appelle à trouver les nouvelles mesures pour enrayer le trafic », a affirmé Lahbib Mlawah, à Africanmanager.

Une grande responsabilité incombe, donc, aux acteurs intervenants, sachant que l’on assiste aujourd’hui à une intensification du trafic des carburants.

Outre la contrebande de l’essence, la SNDP se dit préoccupée par la mise à la retraire d’office de plusieurs cadres et responsables, ces derniers temps, un phénomène qui devrait se poursuivre, au cours des années à venir. Et ceci commande de mieux faire face pour assurer la continuité de l’ensemble des services.

Lahbib Mlawah a, d’autre part, mis l’accent sur un autre défi, celui de l’exacerbation de la concurrence avec les sociétés internationales opérant dans le secteur, et qui bénéficient actuellement d’un surcroît de souplesse au niveau de la gestion et du soutien des sociétés mères notamment dans le domaine technologique.

Quelle stratégie pour 2014 ?

En dépit de ces lacunes, la SNDP, selon Mlawah, n’a pas baissé les bras tout en s’appuyant sur une nouvelle stratégie visant à élargir le parc des dépôts de stockage de carburant, créer une société régionale pour la gestion directe dans les grandes stations-services existantes au niveau des autoroutes. A cela s’ajoute la création d’une société régionale pour la production d’huiles. Encore, un projet de création des cartes pétrolières sera lancé, à partir de deuxième semestre de l’année prochaine, ayant pour but de promouvoir les services offerts aux clients.

Les orientations sont stratégiques, a souligné Mlawah, indiquant que le but est de promouvoir l’activité d’Agil dans les marchés internationaux, africains en particulier, tout en préservant le positionnement de la société sur le plan national. Rappelons que la part de marché de la société est estimée à 41,3%, affichant une légère évolution par rapport à 2012.

Au demeurant, Agil continue d’enregistrer une progression par rapport aux années précédentes. D’après les dernières données de la SNDP, le chiffre d’affaires de la société a atteint 62MD contre 49.4MD, en 2012, et devrait croître, en 2014, pour s’établir à 70MD. Les résultats nets sont passés d’environ 18MD à environ 20MD. Les estimations pour 2014 restent encourageantes pour atteindre environ 25MD.

Wiem Thebti

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire