AccueilAfriqueLes trois pays de l'AES signent l’acte fondateur  de la Confédération

Les trois pays de l’AES signent l’acte fondateur  de la Confédération

Les dirigeants militaires du Mali, du Burkina Faso et du Niger ont signé, samedi 6 juillet, à Niamey l’acte constitutif de la Confédération des États du Sahel. Le général Tiani, le colonel Goïta et le capitaine Traoré se sont engagés à renforcer leur coopération dans plusieurs domaines. Le Malien Assimi Goïta présidera aux destinées de l’AES pendant un an et le Burkina accueillera la première session parlementaire de cette toute nouvelle institution.
Lors du premier sommet des trois chefs d’État du Mali, du Burkina Faso et du Niger réunis à Niamey, quatre documents engageant leurs États ont été signés et adoptés : le traité portant création de la Confédération de l’AES ; le règlement intérieur du collège des chefs d’État de l’AES ; le communiqué final et une déclaration dite de Niamey.
Les dirigeants des trois pays « ont décidé de franchir une étape supplémentaire vers une intégration plus poussée entre les États membres. À cet effet, ils ont adopté le traité instituant une confédération entre le Burkina Faso, le Mali et le Niger dénommée Confédération des États du Sahel », ont-ils indiqué à l’issue de leur premier sommet dans la capitale nigérienne.
La déclaration de Niamey acte également le retrait « irrévocable » de la Cédéao, ce qu’avait exprimé, quelques heures plus tôt, le général Tiani au cours de son discours.
Le sommet de Niamey a accordé une place de choix à la libre-circulation des personnes et des biens au sein de la Confédération. En franchissant cette nouvelle étape, les chefs d’État de l’AES ont décidé de la mise en place d’une force unifiée de l’AES et d’un plan dit trilatéral permanent pour les actions militaires. Sur le plan du développement économique et social, la Confédération de l’AES a décidé de la création entre autres d’une banque d’investissement et la mise en place d’un fonds de stabilisation.
Sur le plan diplomatique, le sommet a souligné la nécessité de parler d’une seule voix. Les chefs d’État ont entériné les conclusions des réunions de Bamako, Niamey et Ouagadougou qui avaient jeté les bases de la construction de l’AES.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,135SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -