AccueilLa UNEL'été de tous les incendies!

L’été de tous les incendies!

Le mois dernier était celui des incendies. Le feu, qui  a ravagé plusieurs hectares de forêts,  est expliqué par fortes chaleurs et la canicule du mois d’août, mais  plusieurs indices étaient disponibles au ministère de l’Agriculture confirmant l’aspect criminel et délibéré du déclenchement des incendies, selon Zouhair Ben Salem, chef du département des forêts à la Direction générale des forêts.

- Publicité-

Au demeurant, plusieurs suspects a été déférés au parquet pour répondre de faits d’incendie criminel. Les services forestiers ont rédigé des procès-verbaux à cet effet et les ont transmis au procureur de la République.

Incendies dans des endroits reculés

Dans un entretien avec Africanmanager ar, Ben Salem a révélé que certains incendies ont éclaté de nuit dans des zones reculées  et des endroits difficiles d’accès. Le but était de compliquer la tâche des unités d’intervention, car 17 incendies ont été enregistrés à des heures tardives la nuit durant la période du 01 au 14 août 2021.

Il a été également souligné que la vague de chaleur intense qui a balayé le pays et qui a coïncidé avec le sirocco, a contribué à propager les flammes  et a parfois provoqué leur résurgence.

Plus que la moitié des incendies sont à l’intérieur des zones militaires. Le nombre d’incendies qui ont dévasté les forêts, s’élève à 308  s’étendant sur une superficie totale d’environ 26 000 hectares, dont 55% ont été enregistrés dans des zones militaires fermées et des zones d’opérations militaires dans les gouvernorats de Kasserine et Sidi Bouzid.

Le reste des sinistres qui sont au nombre de 95, ont été enregistrés dans les forêts des gouvernorats de Jendouba, du Kef, Kairouan, Bizerte, Nabeul et Zaghouan et ce au cours de la période du 23 juillet au 20 août 2021, détruisant ainsi plus de 9 mille hectares.

Le responsable à la direction générale des forêts a déclaré que les incendies ont également causé des pertes matérielles, à savoir certaines maisons, des arbres fruitiers, des ruches et du bétail dans la région de Zaghdoud à Oueslatia, Faj Hussein à Ghardimaou et Ain Deba à Fernana.

Pour ce qui est du coût financier de reboisement des zones brûlées, le responsable a déclaré que le montant peut atteindre 9 000 dinars par hectare, tandis que la valeur de la zone brûlée varie entre 20 et 50 000 dinars par hectare, en fonction de la densité et de la qualité de la forêt. Quant à la période de renouvellement de la forêt, elle est estimée à30 ans.

Sanctions pénales

Conformément aux prescriptions de la quatrième section du Code forestier, relative à la protection des forêts contre les incendies, quiconque provoque ou allume le feu à l’extérieur des habitations et des bâtiments d’exploitation, à l’intérieur des forêts ou sur des terrains couverts de végétaux forestiers et à une distance de 200 mètres d’eux, et mettra le feu, brûlera des friches et des plantes forestières et autres plantes de toute nature, à une distance de 500 mètres de toutes forêts ou terres couvertes de plantes forestières, durant la période allant du 1er mai au 31 octobre, sera puni d’une amende allant de 50 dinars à 150 dinars, et d’un emprisonnement de 16 jours à 3 mois, ou de l’une des deux peines seulement.

Si l’incendie se propage aux forêts à la suite de l’infraction, le coupable sera puni d’un emprisonnement de 3 mois à deux ans quelles que soient les amendes.

Il est noté également que toute personne ayant délibérément tenté, directement ou par voie de fuite, de brûler des forêts ou des pâturages, sera soumise à l’application des peines citées dans l’article 307 du code pénal :  un crime passible de 5 ans ou plus.

Concernant les incendies de fermes et de domaines agricoles, et conformément aux dispositions des articles 307 et 308 du Code pénal, toute personne qui allume directement le feu sera puni d’un emprisonnement de 12 ans. La punition sera la peine capitale si l’incendie entraîne la mort. Et si les lieux qui ont été incendiés ne sont pas habités ou préparés à l’habitation, la peine sera réduite à 20 ans de prison.

10% des forêts appartiennent à des privés

La Tunisie compte une superficie totale de 5,7 millions d’hectares de forêts, de pâturages dont 90 % sont des terres domaniales et 10 % sont des forêts qui appartiennent à des privées, habitées par un million d’habitants.

Economiquement parlant, les forêts contribuent à l’économie nationale à hauteur de 1,33% du PIB du pays et 14% du PIB agricole.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,561SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles