AccueilLa UNEL'UTICA tient un plan d’urgence de relance et de sauvetage. En voici...

L’UTICA tient un plan d’urgence de relance et de sauvetage. En voici les 10 axes!

Un plan d’urgence pour le sauvetage économique axé sur 10 points a été présenté, vendredi, par l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat. Un plan qui  propose l’amélioration du climat général des affaires, la relance de l’investissement et la réforme des institutions publiques tout en mettant l’accent sur la nécessité de révision de certains articles de la constitution et le lancement d’un dialogue national.

- Publicité-

L’organisation patronale précise que ce plan s’inscrit dans le cadre d’une sorte de manifeste pour sortir de la crise économique que connaît la Tunisie laquelle nécessite la valorisation du travail, la libération de l’initiative, l’arrêt du blocage des sites de production, l’encouragement des exportations et la dynamisation de la diplomatie économique.

L’UTICA appelle, également, à résoudre le dilemme de la dette, à revoir la politique de subvention et à l’orienter vers ceux qui la méritent sans nuire aux intérêts des catégories vulnérables et à se concentrer sur les secteurs prometteurs, notamment les énergies renouvelables.

La centrale patronale met l’accent sur l’importance de trouver une solution au problème de financement des projets en raison du manque de liquidité et de la concurrence de l’Etat avec les investisseurs privés dans les opérations d’emprunt et de lutter contre le commerce parallèle et d’accélérer son intégration dans l’économie formelle. Elle exhorte, en outre, l’Etat et ses institutions à s’engager à payer les sommes dues aux différents secteurs.

Déçue des querelle politiques !

L’organisation patronale a exprimé sa déception des querelles politiques entre les différentes composantes du pouvoir dans le pays, estimant que la situation nécessite une prise de conscience de l’ampleur et des répercussions de la crise qui dure depuis des mois.

L’UTICA a, également, exprimé son inquiétude face à la persistance de la propagation du coronavirus, et la hausse effrayante du nombre de décès et le taux élevé des contaminations, ce qui exige l’augmentation du taux de vaccination et l’encouragement à investir dans la fabrication de vaccins.

Et de préciser que la pandémie de Covid-19 a eu des impacts sur tous les secteurs et entreprises et a même provoqué la faillite de nombreux professionnels, ce qui exige l’adoption d’un sérieux programme de sauvetage des entreprises.

Par ailleurs, l’organisation a dénoncé la campagne de dénigrement du secteur privé qui a accompagné les récentes augmentations des prix de certains produits de base, d’autant plus que les entreprises privées n’ont pas bénéficié des recettes provenant de ces dernières hausses des prix.

Enfin,  l’UTICA, et sur un autre volet,  a souligné la nécessité de renouveler l’expérience du dialogue national lequel a fait valoir à la Tunisie, en 2015, le prix Nobel de la paix, tout en affirmant que le dialogue reste l’unique voie pour résoudre les problèmes quelle qu’en soit la nature.

Un plan conforme à la rhétorique patronale

Ce plan d’urgence pour le sauvetage économique emprunte beaucoup aux orientations esquissée au fil des mois par  l’Organisation patronale,  en tête desquelles figure l’obligation de reconquérir la la confiance du citoyen dans le gouvernement et les responsables politiques.  « La gouvernance est difficile à cause de la mosaïque parlementaire marquée par l’absence d’un parti majoritaire, une  situation est due à la Constitution, à la loi électorale, à la loi portant l’organisation des partis et aux lois de la HAICA et de l’ISIE », répètent les  dirigeants de la centrale.

Ils affirment que la relance économique exige la mise en œuvre d’une visibilité claire sur le processus politique du pays et ajoutent  que les tensions politiques ont des répercussions énormes sur la relance économique et que l’instabilité politique nuit à la réputation de la Tunisie à l’ètranger. Et de  préciser  que « cette vision doit être basée sur la mise en place  d’un climat favorable aux acteurs économiques et l’entreprise et à la liberté d’initiative, et  ce, en encourageant l’investissement et l’exportation, améliorant la compétitivité de l’entreprise et créant plus de valeur ajoutée ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,447SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles