AccueilLa UNEMigration : Un partenariat qui porte !

Migration : Un partenariat qui porte !

La Tunisie a intercepté plus de 1 800 migrants, faisant échouer 59 tentatives de traversée de la Méditerranée vers l’Europe, samedi et dimanche.18 citoyens tunisiens se trouvaient parmi ceux qui tentaient d’entreprendre le voyage. Deux corps ont été retrouvés et 24 passeurs, dont des organisateurs et des médiateurs, ont été arrêtés.

La semaine dernière, les autorités ont déclaré que les forces de sécurité avaient empêché plus de 30 000 personnes de traverser les eaux territoriales tunisiennes pour se rendre en Europe au cours des cinq premiers mois de l’année 2024.

Selon les garde-côtes tunisiens, 30 281 migrants irréguliers ont été interceptés en mer entre le 1er janvier et le 31 mai, contre 21 652 l’année dernière. Les garde-côtes ont également déclaré avoir empêché l’entrée de 26 619 migrants irréguliers par les frontières terrestres de la Tunisie en 2024, contre 7 299 il y a un an.
Les autorités tunisiennes ont redoublé d’efforts pour tenter de contrôler le grand nombre de migrants qui traversent le pays et tentent d’atteindre l’Europe par ses frontières maritimes.

Ces dernières années, la Tunisie est devenue un point de transit majeur pour les migrants – dont la plupart sont originaires de pays d’Afrique subsaharienne – qui tentent d’atteindre l’Europe à la recherche de meilleures opportunités économiques en empruntant la dangereuse route de la Méditerranée.

Des milliers de personnes meurent chaque année en tentant de faire le voyage avec l’aide de trafiquants d’êtres humains qui fournissent des bateaux peu sûrs et souvent de petite taille en échange de sommes d’argent de plus en plus importantes.
L’agence des Nations unies pour les migrations a décrit la traversée de la Méditerranée comme « l’itinéraire le plus meurtrier jamais enregistré pour les migrants« , estimant qu’au moins 3 129 personnes sont mortes ou ont disparu en tentant de gagner l’Europe par cette seule route l’année dernière.

Il s’agit du nombre de morts le plus élevé enregistré en Méditerranée depuis 2017, a déclaré l’Organisation internationale pour les migrations.

Les arrivées en Italie décroissent à vue d’œil

Première conséquence d’envergure de ce tour de vis, l’Italie a enregistré une baisse significative du nombre d’arrivées en provenance d’Afrique, à titre principal, dans la foulée  du lancement d’un partenariat avec la Tunisie visant à réduire les migrations en provenance de ce pays d’Afrique du Nord. À la suite de cet accord, environ 15 000 migrants seraient bloqués en Tunisie, selon l’Organisation des Nations unies pour les migrations.
Mario Savina, chercheur sur l’Afrique du Nord à l’Université Sapienza de Rome et analyste à l’OSMED Istituto S. Pio V., a déclaré à The Media Line que 60 % de migrants irréguliers en moins sont arrivés en Italie au cours des cinq premiers mois de 2024 par rapport à la même période en 2023. Davantage de migrants arrivent maintenant de Libye plutôt que de Tunisie.

Selon Riccardo Fabiani, directeur de projet pour l’Afrique du Nord à l’International Crisis Group, il est encore trop tôt pour dire si la stratégie de l’Italie visant à réduire la migration irrégulière est couronnée de succès.

« Il pourrait s’agir d’un répit temporaire, ou les flux migratoires pourraient simplement se déplacer vers un autre pays », a déclaré  Fabiani à la même source. Il a fait remarquer que de nombreux facteurs, notamment le transit, la gestion des frontières et les conditions météorologiques, influent sur les taux de migration.

L’exception italienne !

Ce qui distingue la nouvelle stratégie de Rome de celle de la plupart des autres pays européens est le partenariat officiel qui a été étendu à la Tunisie, a expliqué Fabiani. le renforcement de la coopération en matière d’immigration implique de donner du pouvoir à un type d’autorité politique différent de celui avec lequel les gouvernements européens ont traditionnellement traité », a-t-il souligné.

Compte tenu des crises économiques et sociales en cours en Tunisie, le président tunisien est motivé pour rechercher des partenariats avec d’autres pays, rejetant  rejeté un accord de renflouement de 1,9 milliard de dollars du Fonds monétaire international, affirmant que les réformes prévues par l’accord équivalaient à des « diktats étrangers ». La Tunisie est de plus en plus tributaire des programmes d’aide et des prêts accordés par des pays partenaires tels que l’Italie et l’Algérie, ainsi que par l’Union européenne.
La plupart des migrants irréguliers qui arrivent en Tunisie sont incapables d’atteindre l’Europe et n’ont pas les moyens de retourner dans leur pays d’origine. Beaucoup se sont installés dans des camps de réfugiés improvisés près de Sfax, une ville portuaire située à environ 170 miles au sud-est de Tunis, la capitale de la Tunisie.
De nombreux migrants tentent de rester en Tunisie et d’attendre une occasion de partir pour l’Europe, mais ils finissent souvent par être arrêtés ou expulsés vers les pays voisins, a déclaré  Fabiani.

- Publicité-

1 COMMENTAIRE

  1. Qu’on nous donne le montant de l’argent que la tunisie perçoit pour garder les subsahariens chez elle..la Turquie se fait payer 2 à 3 milliards de dollars par an par l’UE en gardant des millions de syriens et de kurdes en territoire turc…pourquoi ne pas laisser tous ces migrants partir, qu’elle que soir leurs origine?? qu’est-ce qu’on gagne n les gardant, si ce n’est de la criminalité ou du chômage??qu’ils partent..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,135SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -