Tags Posts tagged with "Appels d’offres"

Appels d’offres

par -

La société Shams Technology de Mejid Kilani vient d’annoncer que sa demande de réalisation d’une centrale de 10MWC pour la production de l’électricité à partir de l’énergie solaire photovoltaïque dans le cadre du régime des autorisations a été retenue. L’entreprise tunisienne fait partie des 6 autres adjudicataires du premier appel à projet (6 centrales solaires de 10 MWC) sur les énergies renouvelables lancé par le gouvernement Tunisien vers mi-mai 2017.

Dans le lot des adjudicataires, on retrouve aussi le groupement Agrimed, avec l’espagnol AE 3000, Alimpack et AB Corporation pour une centrale de 10 MGW aussi. Le fils de Lotfi Abdennadher avait représenté le groupe, dans la cérémonie de distribution des autorisations.

Rappelons que ces autorisations initiales de dix projets de production d’électricité à partir de l’énergie solaire photovoltaïque ont été attribuées le 30 avril dernier, lors d’une cérémonie officielle présidée par le ministre de l’Énergie, des Mines et des Énergies renouvelables, Khaled Kaddour.

Les dits projets sont répartis en six de 10 mégawatts et quatre projets de 1 mégawatt et font partie de la première partie de l’appel à projets de production d’électricité à partir d’énergies renouvelables.

Khaled Kaddour a insisté à l’occasion sur la nécessité de réussir ces projets et leur achèvement en temps voulu et exprimé l’entière disposition de son département à leur fournir le soutien nécessaire et à les encadrer en cas de besoin.

Les appels d’offres, dont sont issues les 6 autorisations, ont mobilisé 64 entreprises ; la plus grande partie des projets sont des centrales d’énergie solaire d’une capacité de 10 MGW. Il s’agit, pour les six premiers, du Consortium ENI l’italienne et Etap la tunisienne, de Chams Technology, du trio NRSOL Sa avec ATD Sicar et ALTUS, de la société EPPM et de Smart Energy International.

par -

Le Plan solaire avance et qui mieux est avec des compétences et des entreprises en grande partie tunisiennes. Suite à un appel d’offres qui a vu la participation de 64 entreprises, 6 entreprises ont remporté le deal pour la construction de centrales solaires de 10 MGW chacune et quatre autres entreprises ont remporté le marché, de 1 MGW chacun, le tout pour un montant total de 64 Millions €. On remarquera que certains participants, croyant qu’il s’agissait de concessions, avaient mis certaines conditions, comme celle d’une garantie de l’Etat et ils ont été écartés, le marché comprenant des autorisations pour des projets privés qui vendront leur production exclusivement à la Steg (Société tunisienne de l’électricité et du gaz).

Nous avions, dans une précédente information, fait état des adjudicataires de 6 centrales, dont l’Etap avec l’ENI (Photo gauche). Pour les petites centrales d’un MGW chacune, il s’agissait de la SMT Sud Multisevices, de Fatteh Nadia, qui est une jeune fille auto-entrepreneur (Photo de droite), d’un groupement entre Ameur & Abdelfatteh Hammouda et de Nasraoui Khaled.

Le ministre tunisien de l’Energie et des Energies renouvelables, Khaled Kaddour, qui avait distribué la semaine dernière les autorisations, a déclaré à Africanmanager : «nous avons eu des prix très compétitifs, avec une moyenne de 0,150 DT pour le KW vendu à la Steg, ce qui représente un très bon prix pour le consommateur final, dont la facture d’énergie sera baissée de manière conséquente».

En attendant, la première centrale photovoltaïque d’une capacité de 10 MGW sera l’œuvre de la Steg et sa production, qui débutera au cours de cette année 2018, sera consacrée à l’alimentation du réseau électrique de la ville de Tozeur dans le sud tunisien. Dans la même ville, la Steg devrait construire une seconde centrale de 10 MGW, sans compter la centrale privée de 800 MGW dont l’appel d’offre international (AOI) sera lancé incessamment, dont 50 MGW à Tozeur, ce qui donnera une capacité de 70 MGW pour la seule ville de Tozeur. Ces projets seront construits dans un seul parc qui devrait couvrir plusieurs hectares où les seuls 10 MGW nécessiteront une surface de 20 hectares.

Ce prochain AOI de 800 MGW devrait permettre la création d’une industrie nationale du solaire en Tunisie dont le socle sera l’industrie locale de fabrication des panneaux solaires, déjà existante et à des coûts très compétitifs.

Revanant sur l’AOI, Khaled Kaddour a expliqué qu’il contiendra deux nouvelles centrales d’une capacité de 100 MGW chacune et deux autres de 50 MGW chacune, ainsi que deux autres centrales éoliennes d’une capacité totale de 300 MGW. «Tous ces projets, privés et publics, seront installés sur des terrains appartenant à l’Etat, qui seront mis à notre disposition par le ministère des Domaines de l’Etat et qui seront donnés en concession», précise encore à Africanmanager le ministre tunisien de l’Energie et des Energies renouvelables, pour répondre à toutes les questions qui pourraient être soulevées dans ce sens, y compris par les constructeurs de centrales.

par -

Le ministre de l’Énergie, des Mines et des Énergies renouvelables, Khaled Kaddour, a annoncé, dans une déclaration faite aux médias, en marge d’une rencontre qui se tient actuellement à Gammarth sur les énergies renouvelables, que 69 investisseurs dont des étrangers sont intéressés par le projet de production de 210 Mégawatts. “L’appel d’offres relatif à la réalisation de ce projet a été clôturé  depuis le 15 novembre dernier et le nombre des offres que nous avons reçues est très important, plus que prévu“, a assuré le ministre.

Il a par ailleurs indiqué que l’ensemble des offres reçues sont en phase d’étude au niveau du ministère de l’Énergie et qu’il s’agit à priori d’investisseurs nationaux et de grandes sociétés de renommée internationale.

Ce projet portant sur la réalisation de 210 Mégawatt d’énergies renouvelables en 2018 fait partie d’un méga projet annoncé, aujourd’hui, par le chef du gouvernement, Youssef Chahed, concernant la production de 1000 Mégawatts à l’horizon 2020, soit le 1/5 de la capacité installée jusqu’ici dans le pays. L’idée est de produire 650 Mégawatts d’énergie photovoltaïque et 350 Mégawatts d’énergie éolienne.

Le coût global de ce programme, dont les travaux devraient s’étaler sur les trois prochaines années, est estimé à 2500 Millions de dinars. Les travaux portant sur la production de 210 Mégawatts devraient toutefois démarrer en 2018.

Selon le ministre, la STEG a déjà entamé les travaux de réalisation de sa première station photovoltaïque à Tozeur. Une autre sera installée à Kébili.

par -

Nadia Fnina, conseillère du ministre de la Santé et chargée du dossier des médicaments, a déclaré, ce lundi 14 novembre 2016, sur les ondes d’Express fm, que la pénurie de médicaments enregistrée dans certains hôpitaux s’explique par le retard des appels d’offres qui étaient programmés pour le mois de mars dernier.

Elle a, sur un autre volet, affirmé que le nouveau DG de la pharmacie centrale fera de son mieux pour résoudre ce problème.

par -

Le gouverneur de Tataouine, Mohsen Ben Ali, a annoncé, aujourd’hui lundi, sur Mosaique fm, le lancement de la première étape de l’installation d’une unité de traitement de gaz, programmée dans le cadre du projet gaz du sud. Un terrain d’une valeur de 400 mille dinars a été acheté à cet effet.

Il a affirmé que des appels d’offres seront lancés pour entamer les travaux du projet en question, a ajouté la même source.

par -

“Il faut donner la priorité au textile local, dans les appels d’offres relatifs à l’achat d’équipements pour les besoins de l’administration publique” a souligné le président de la Chambre nationale du textile, Abdelaziz Dahmani. Le président de la chambre, relevant de l’UTICA, a indiqué dans une déclaration à l’agence TAP, en marge d’une table ronde sur “la situation et les perspectives du secteur du textile”, tenue samedi à Monastir, que le lancement d’appels d’offres internationaux peut léser le secteur du textile local qui a encore, besoin d’encouragements.
Il a affirmé que le secteur du textile en Tunisie passe actuellement, par une période difficile, sans pour autant être un secteur sinistré. Il doit bénéficier davantaged’intérêt dont la simplification des procédures
administratives surtout en ce qui concerne l’exportation outre la nécessité de l’éradication du commerce parallèle. Le président de la chambre régionale du textile de Monastir, Ridha Ghaddab, a, pour sa part, proposé de réglementer la relation entre la profession et la formation professionnelle et de révoir le code du travail et la convention collective régissant le secteur du textile qui date déja, de 60 ans.
La rencontre a été organisée par l’Union régionale de l’industrie, du commerce et de l’artisanat de Monastir en collaboration avec la Chambre régionale du textile.

Tap

FOCUS 🔍

La BIAT, qui apporte depuis s plusieurs années, un soutien à la culture et aux industries créatives allant au-delà du mécénat, a lancé une...

Le meilleur des RS

Notre rubrique «Le meilleurs des réseaux Sociaux », début de la saison estivale oblige, choisit de mettre en lumière une initiative citoyenne, soutenue par un...

INTERVIEW

Walid Ben Salah, expert comptable, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont l'augmentation et à plusieurs reprises...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux

SPORT

voici quelques statistiques marquantes de la Coupe du monde Russie-2018 qui s'est achevée dimanche dernier avec la victoire finale de la France face à...