Tags Posts tagged with "appui"

appui

par -

Après son démarrage (le 22 décembre 2015), le Fonds d’Appui à la Compétitivité et au Développement des Exportations connu sous le nom de « TASDIR+ » (composante du 3ème Projet de Développement des Exportations – PDE3) vient de dresser le bilan de ses travaux au terme du mois de juillet écoulé eu égard à l’avancement du process d’inscription des entreprises suite au lancement de deux appels à candidatures s’étalant sur deux périodes à un intervalle de 10 mois. Le premier appel a débuté le 22 décembre 2015 et s’est poursuivi jusqu’au 26 février 2016 ; on a recueilli 344 candidatures pour un total de 137 dossiers retenus, répondant aux critères de sélection convenus entre les équipes du Ministère de l’Industrie et du Commerce et de la Banque mondiale, en l’occurrence : la compétitivité, la capacité de production, les capacités organisationnelles et managériales, les marchés visés, la stratégie de développement à l’exportation, etc.

Durant cette phase de diagnostic et de sélection, l’enveloppe globale s’est située autour de 20 millions de dinars répartis entre 103 entreprises, 17 consortiums et 17 start-ups, lesquels ont bénéficié d’une prime globale de 10 millions de dinars, soit une prime moyenne de 88.404 DT par entité retenue.

Le second appel (du 16/01 au 28/02/2017) a, quant à lui, permis de recueillir 488 candidatures (409 entreprises, 52 jeunes entreprises et 25 groupements ou associations d’entreprises) et de présélectionner, selon des critères opérationnels et financiers, 273 dossiers. Au 31/07/2017, 209 dossiers présélectionnés ont fait l’objet d’un diagnostic et abouti à la sélection de 137 dossiers dont 115 ont été approuvés par le Comité de Pilotage du programme pour une prime globale de plus de 12 Millions DT.

En somme, les deux appels à candidatures ont permis d’amasser la captation d’un nombre total de 832 candidats (chiffres arrêtés au 31/07/2017) dont 252 validés par le Comité de Pilotage du Programme avec un montant total de primes octroyées de 22 millions de dinars, soit plus de 40% du budget du programme en ligne avec les prévisions initiales.

L’exploration immersive des dossiers de candidatures témoigne d’un tropisme avéré vers les marchés peu conventionnels à l’instar de ceux de l’Afrique subsaharienne, sujet de prédilection de tous les acteurs de l’export et axe fondamental qui cristallise toutes les politiques de développement des exportations. Eu égard à son objectif global visant l’amélioration de la compétitivité des PME en conférant davantage de la valeur ajoutée aux exportations tunisiennes, l’on constate une frénésie de l’engagement particulier de la part des entreprises du secteur des services à s’inscrire dans ce programme dont plusieurs « success stories ».

Le Seul bémol aurait été relevé lors de l’examen des dossiers de candidature, la présence d’une part significative de candidats ne disposant pas de  ressources organisationnelles et financières suffisantes leur permettant de s’inscrire dans la démarche d’amélioration de la valeur ajoutée et de diversification géographique des exportations et, donc, de s’inscrire dans la démarche du programme individuellement.

Ce désagrément managérial a servi de ressort pour  revoir les modalités d’intervention de manière à pouvoir bénéficier à un nombre plus conséquent d’entreprises et notamment les PME, les entreprises en régions décentralisées et les entreprises dirigées par des femmes.

Au cours du prochains trimestre, il est notamment prévu de :

  • Poursuivre les diagnostics des entreprises présélectionnées dans le cadre du second appel à candidatures et suivre les réalisations des entreprises dont les dossiers ont été approuvé dans le cadre des deux appels à candidatures,
  • Renforcer les synergies avec les différentes interventions et projets du CEPEX dans un souci de complémentarité et de pérennisation des actions de TASDIR+,
  • Poursuivre les discussions avec les différents partenaires du programme (secteur privé, partenaires financiers…) sur les possibilités d’enrichissement des modalités d’appui de manière à mieux répondre aux besoins des entreprises et lancer, avant la fin 2017, un nouvel appel à candidatures avec de nouvelles règles plus souples permettant de bénéficier à un nombre accru d’entreprises tout en respectant les objectifs du programme,
  • Définir de nouveau canaux d’intervention du programme dans le cadre d’une approche chaine de valeurs permettant de lancer des initiatives modèles pour l’atteinte de ces objectifs d’amélioration de la valeur ajoutée ou de diversification géographique.

 Il est à noter que Le Fonds d’Appui à la Compétitivité et au Développement des Exportations est doté d’un budget global de 23.5 millions USD pour financer le programme « TASDIR+ ». Un programme visant l’amélioration de la compétitivité et le développement et la diversification des exportations des entreprises tunisiennes est administré par un comité de pilotage présidé par Mme Aziza Hatira, PDG du CEPEX, avec l’appui d’une UGP dirigée par Mme Cheffia Chelbia, en sa qualité de directrice coordinatrice.

TASDIR+ vise à développer les exportations tunisiennes avec une augmentation de la valeur ajoutée, un enrichissement de la gamme et la diversification géographique de ces exportations.

A cet effet, il offre un appui technique et financier aux entreprises industrielles et de services tunisiens.

 

par -

Dans une interview exclusive accordée ce jeudi 5 mai 2016 à Africanmanager, le directeur général de la Coopération euro-méditerranéenne au ministère tunisien de l’Investissement et de la Coopération internationale, Fethi Ben Mimoun, a déclaré : « on a proposé à l’Union Européenne la mise en place d’un fonds fiduciaire pour la Tunisie ».

Il a ajouté que ce « fonds de stabilisation et de solidarité » d’un montant d’un milliard d’euros vise à financer plusieurs projets programmés par le gouvernement dans plusieurs régions de la Tunisie. « On a proposé un appui exceptionnel en dehors de l’aide financière annuelle de 200 millions d’euro pour pouvoir répondre aux revendications des citoyens et ce, à travers la création de nouveaux projets », a dit le responsable. Il a fait savoir que cette demande a été transférée à l’Union Européenne.

par -

Le directeur général de la Coopération euroméditeranéenne au ministère de l’Investissement et de la Coopération internationale, Fethi Ben Mimoun, a déclaré à Africanmanager que la Tunisie a besoin d’un engagement substantiel de la part de l’Union Européenne à l’instar du plan Marchal.

« Notre pays se trouve à un tournant historique et il a besoin d’un appui substantiel, avec une force de frappe plus déterminante de la part de son partenaire stratégique, l’Union Européenne et ce, afin de   l’aider à faire face aux déséquilibres macro-économiques et à la crise sociale », a dit le responsable dans une interview exclusive ce jeudi 5 mai 2016. Et d’ajouter : « Bien que l’aide financière ait été doublée depuis la révolution pour atteindre 200 millions d’euros annuellement, c’est encore peu pour la Tunisie post-révolutionnaire qui veut réussir sa transition démocratique ».

Pour le responsable, c’est une démarche stratégique car la réussite de la Tunisie, considérée comme l’un des partenaires clés du sud de la Méditerranée, aura certainement un impact sur toute la région.

Le meilleur des RS

Comédienne, auteure et formatrice, Leila Toubel se définit comme indépendante. Elle parle au chef de l’Etat qui reçoit peu de ses électeurs, à part...

INTERVIEW

Nejib Snoussi, directeur général de l'Habitat au ministère de l'Équipement, de l'Habitat et de l'Aménagement du territoire, a accordé à Africanmanager une interview exclusive...

AFRIQUE

Le ministre des Affaires étrangères Khémais Jhinaoui a réaffirmé, jeudi, à New-York, l’appui de la Tunisie aux efforts onusiens entrepris en faveur d’un règlement...

Reseaux Sociaux