Tags Posts tagged with "Assemblée générale ordinaire"

Assemblée générale ordinaire

par -

L’Assemblée Générale ordinaire (AGO) de la Société Tunisienne des Banques (STB), qui a eu lieu ce mardi 23 mai 2017 dans l’un des hôtels du Lac, s’est déroulée sous haute tension au point que des altercations verbales se sont déclenchées entre les actionnaires de la banque. Ces derniers n’ont pas pu contenir leur colère suite à la décision de l’établissement de ne pas distribuer des dividendes au titre de l’année écoulée. Pour les actionnaires, “c’est un droit“, pour la direction de la banque c’est impossible à cause d’une situation difficile et des pertes colossales cumulées depuis plusieurs années. La non distribution de dividendes n’était pas la seule raison de la colère, les faiblesses de la banque, l’absence de vision et de stratégie claire et cohérente, comme dans les autres établissements, notamment privées, ont été également soulevés.

Samir Saïd, directeur général de la Banque, a lors de cette AGO indiqué que 2019 et 2020 seront les années du virage et de l’évolution de la banque, faisant remarquer que la STB a ouvert plusieurs chantiers susceptibles de contribuer au développement de la structure.

S’agissant de la situation financière de la banque, Samir Saïd a estimé qu’elle dépendra de la reprise du secteur du tourisme : “Actuellement les réalisations du secteur touristique sont bonnes… Il y a des signes positifs de reprise“, a-t-il indiqué, soulignant toutefois que si les perturbations se poursuivent dans les régions, comme c’est le cas en ce moment à Tataouine, non seulement le tourisme y perdra mais aussi la STB et l’État.

J’espère que les choses vont se calmer. Cela devient très inquiétant. La STB a bien commencé, mais si les manifestations et les événements violents se poursuivent, il n’y aura rien ni pour la STB, ni pour l’économie nationale“, a-t-il expliqué.

Concernant la stratégie de la banque vis-à-vis de ses clients, le DG de la STB a assuré que la banque poursuivra le développement des projets en Tunisie, surtout ceux à forte rentabilité. “On va donner du capital et du crédit, mais autrement et d’une manière efficace“, a-t-il ajouté.

Quant à elle, la présidente du Conseil d’administration de la banque, Néjia Gharbi, a annoncé qu’un contrat-programme à l’horizon 2020 avait été signé avec le ministère des Finances. Ce document trace, selon elle, les grandes lignes de la stratégie de la banque, ses actions futures, sa démarche, sa nouvelle orientation et les résultats attendus. “Nous voulons créer une nouvelle dynamique au sein de la banque“, a indiqué Gharbi, estimant que l’une des bases pour créer ce dynamisme c’est l’indexation de la paie sur la production : “Les augmentations seront prochainement tributaires des résultats, de l’efficacité, de la rentabilité et de la valeur ajoutée (…) Nous espérons aussi que la rémunération soit au même niveau que celle pratiquée dans le secteur privé“, a-t-elle dit.

Néjia Gharbi a sous un autre angle indiqué que la banque ne va pas distribuer de dividendes cette année et ce, suite aux difficultés par laquelle elle passe : “Nous avons 694 mille dinars de pertes cumulées, on n’a pas le droit de distribuer des dividendes“, a-t-elle dit.

Pourtant il y a des sous…

Tous les objectifs fixés au titre de l’exercice 2016 ont été atteints avec des taux de réalisation dans la droite ligne des prévisions. En effet, les dépôts de la clientèle se sont situés à 5443 Millions de dinars (MD), un taux de réalisation de 98% des objectifs et les crédits nets à la clientèle ont atteint un encours de 5557 MD, correspondant à 100% des objectifs.

Ainsi, le PNB a progressé de 15% par rapport à son niveau à fin 2015 pour se situer à 309,6 MD, soit un taux de réalisation de 99% des objectifs. En outre, le résultat brut d’exploitation (RBE) a bondi à 160,6 MD, en progression de 16,8% par rapport à 2015, représentant ainsi un taux de réalisation des objectifs de 102%.

Par ailleurs, le résultat net avant coût de restructuration sociale s’est établi à 65 MD contre 33 MD en 2015, soit une progression de 97% et un taux de réalisation de 98% des objectifs.

Ainsi, la STB a clôturé l’exercice 2016 avec un résultat net qui s’élève à 40,5 MD, en progression de 7,5 MD, +22,6%, par rapport à son niveau en 2015.
À fin décembre 2016, le PNB (Produit net bancaire) s’est établi à 309,6 MD, en progression de 39,9MD, +14,8%, par rapport à l’exercice 2015. La structure du PNB demeure marquée par la prédominance de l’activité d’intermédiation, une part de 52%, avec toutefois une amélioration de la contribution des commissions (+2,6 points de pourcentage) pour se situer à hauteur de 21,8% du PNB. A noter aussi la contribution des revenus générés par le portefeuille titres commercial et investissement, établie à 26,5% en 2016 contre 24% en 2015.

Ainsi et au regard de l’amélioration du PNB et à l’accroissement des charges opératoires (+12,3%), le résultat brut d’exploitation a progressé de 23,1 MD, +16,8%, pour s’établir, au terme de l’exercice 2016, à 160,6 MD contre 137,5 MD à fin 2015.

S’agissant des prévisions, la Banque a inscrit 2020 comme l’année du décollage pour la STB, alors que 2018 sera l’année de la reprise d’une croissance rentable et durable.

Lors de cette AGO, il a été également signalé que les principaux indicateurs d’activité et de performance de la banque évolueront, durant la période 2016-2020, et le résultat net augmentera de plus de 46,2% pour atteindre 185 MD en 2020 (aux taux de croissance annuels moyens, TCAM).

par -

Le groupe TELNET Holding vient de tenir une Assemblée Générale Ordinaire qui a approuvé la décision de céder 4 activités opérationnelles à une Joint-venture (JV) (co-détenue à hauteur de 30% par TELNET et 70% par le groupe Français ALTRAN). Cette cession concerne 4 activités, à savoir Automobile, Défense, Sécurité et DECT, et vise à rentabiliser ces métiers aujourd’hui déficitaires pour le groupe TELNET.
Le groupe ALTRAN assurera le développement commercial de ces activités grâce à son savoir-faire (portefeuille client, force concurrentielle…), ce qui va aider au développement de la JV.
Le prix global de la transaction a été arrêté à 18 millions de dinars (MD), l’équivalent de 7 M€. Cette transaction va permettre une génération de cash de 18 MD (dont 1/3 sera souscrit dans la JV). Le reliquat viendra renforcer la trésorerie du groupe. On peut s’attendre à une distribution de dividendes exceptionnelle en 2018.

par -
Dans le cadre de leur stratégie de développement et d’internationalisation

Au titre de l’exercice 2015, Poulina Group Holding a réalisé un revenu consolidé de 1606 millions de Dinars, soit une augmentation de 5,5% par rapport à l’exercice 2014 pour ce qui est du chiffre  d’affaires global du groupe et un résultat net de 80 MDT contre 72 MDT en 2014, soit une amélioration de 10,5% du résultat net. C’est ce qu’a indiqué Abdelwahab Ben Ayed, PDG du groupe Poulina et président de son conseil d’administration, lors de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) du groupe tenue ce jeudi 9 juin 2016 à l’Institut Arabe des chefs d’entreprises (IACE). Une hausse qui s’explique par l’amélioration  de  tous  les  ratios d’exploitation ainsi que le rendement des participations du groupe.

En 2015, la structure financière du PGH a connu des améliorations suite au renforcement des capitaux permanents qui ont un impact positif sur le fonds de roulement, qui a augmenté de 32%, ainsi que la maîtrise du ratio Besoin en Fonds de roulement, qui a connu une amélioration en passant de 140  jours à 136 jours, après l’amélioration dans la gestion des encours clients et des stocks.
Des chiffres jugés performants compte  tenu de la conjoncture difficile qui a caractérisé l’année   2015, et ce tant sur le plan national qu’international. En fait, PGH, comme toute autre entreprise  économique, a géré en 2015 les contraintes d’un ensemble de  facteurs, en rapport avec l’environnement économique difficile dont notamment une très faible croissance nationale, la  dépréciation du dinar tunisien d’environ 10% face à l’USD, ce qui a fortement impacté le coût des importations. A cela s’ajoutent l’instabilité politique et les affrontements armés qui perdurent en Libye et qui ont entravé les activités de Poulina dans ce pays. Cela a aussi limité les  exportations vers ce marché. Il y aussi la persistance en Tunisie, depuis quelques années, de certains comportements négatifs tels que la lenteur administrative, la baisse de la productivité, les mouvements sociaux…

Ben Ayed a toutefois fait remarquer que globalement les ventes du groupe à l’export ont quand même  enregistré une croissance de 4% en comparaison avec l’année 2014 . Tous les métiers du groupe ont connu des progressions variables, à l’exception des métiers «bois, biens d’équipement et acier».

D’un autre côté, pour ce qui est des investissements en 2015, ils ont atteint près de 136MD. Ces   investissements visent à renforcer la stratégie d’intégration du groupe dans le domaine avicole  (nouveaux complexes avicoles, couvoirs et usines d’aliments) et également à diversifier les activités du Groupe.

S’agissant de l’endettement du groupe, pour financer ses projets au titre de l’année 2015, PGH a eu recours à des créances financières, ce qui explique l’augmentation de l’endettement du groupe, qui a atteint 1059 MDT en 2015 contre 989 MDT en 2014. Il a été ainsi constaté une amélioration de la stabilité de la structure d’endettement du groupe par rapport à 2014 et ce, au vu de la part des dettes à long et moyen terme qui s’établit à 69,3% contre 30,7% pour les dettes à court terme.

A ce propos, le PDG de PGH a expliqué l’augmentation de l’endettement par l’augmentation du portefeuille alloué à l’investissement. Selon lui, le groupe avait investi durant les 5 dernières années plus de 1 milliard de dinars, et ce pour reprendre la part de marché que le groupe avait perdue entre les années 2000 et 2010. “Durant cette période-là le groupe a subi des pertes importantes et notre part de marché a baissé à 30% contre 100% auparavant”, a précisé Ben Ayed, expliquant cette baisse par les pressions exercées sur le groupe par l’ancien régime. “Ils nous ont limité le quota à partir de l’année 2000, d’où la chute de notre production et par conséquent la baisse de notre part de marché”, a t-il ajouté.

Concernant l’investissement, il est à signaler qu’en 2015, les investissements du groupe Poulina ont atteint 136 millions de dinars (MD) dont 99 MD pour le métier intégration avicole, 11 MD pour le secteur commerce et services et 8 MD pour la partie emballage.

S’agissant des perspectives, Ben Ayed a indiqué que le groupe restera prudent et conservateur pour les prochaines années, soulignant toutefois qu’en 2016, la valeur des projets qui ont été ou qui seront lancés par Poulina porte sur 233 millions de dinars et concerne principalement la construction de nouveaux centres d’élevage, l’extension de l’usine d’aliments de Zaghouan et la construction d’une usine d’extrusion de Soja.
Ces investissements concernent également la réalisation d’un projet de collecte de coproduits des abattoirs de volailles, la construction d’une usine de cassage d’oeufs, d’une usine de briqueterie et d’une usine de galvanisation. Ces projets portent aussi sur l’ouverture de 5 nouveaux magasins Mazraa Market.

Ben Ayed a ajouté que face à la baisse de la rentabilité du groupe sur les marchés algérien, marocain mais aussi libyen, le groupe a intégré de nouveaux marchés dont principalement la France et le Sénégal, faisant remarquer à ce propos qu’au Sénégal, le groupe avait déjé investi près de 55 millions de dinars.
Quant au marché français, Ben Ayed a indiqué que le groupe a commencé depuis le début de cette année à investir dans ce pays dans le domaine des tics.
Lors de la communication financière qui a eu lieu juste avant l’AGO du groupe, le président du conseil d’administration du groupe a expliqué que tous les projets de Poulina à l’étranger n’ont pas répondu aux attentes du groupe. Il a souligné que les investissements en Libye par exemple ne sont pas rentables à cause de l’instabilité, espérant une reprise dans les plus brefs délais.

Par ailleurs, les investissements réalisés en Algérie n’ont pas non plus donné les résultats escomptés à cause de plusieurs difficultés administratives, selon Ben Ayed. “L’Algérie est un pays difficile pour les étrangers”, a-t-il dit. Idem pour le Maroc, un marché à rentabilité moyenne, selon ses dires.

par -
Kamel Néji

Le directeur général de l’Union Internationale de Banques (UIB), Kamel Nèji, a affirmé lors de l’Assemblée générale ordinaire (AGO), qui se tient actuellement à Tunis, que l’UIB affichera dans les prochaines années un meilleur résultat et une bonne rentabilité. Il a estimé dans le même contexte que la banque a fait durant l’année 2015 la preuve de son sens de la gestion et du management et ce, en dépit d’un contexte assez inflationniste, selon ses dires. “Notre banque est forte et solide”, a-t-il ajouté.

Kamel Nèji a sous un autre angle indiqué que l’UIB a confirmé qu’elle est jusqu’à présent moins vulnérable et plus résiliente et qu’elle est actuellement dans le peloton de tête en termes de PNB, avec la BIAT, Attijari Bank et Amen Bank.

par -

Le niveau de l’activité et la maîtrise renforcée des coûts de l’Union internationale de banques (UIB) ont généré un effet de levier significatif sur le résultat brut d’exploitation. Ce dernier a atteint, au cours du premier trimestre 2016, 29 millions de dinars, en croissance de 25,2% par rapport à la même période de 2014. C’est ce qui a été indiqué lors de l’AGO de la banque, qui se tient actuellement à Tunis.

par -
L’agence de notation Capital Intelligence (CI) a affirmé la note de solidité financière de la Banque Natinale Agricole (BNA) à ‘B’.

La Banque Nationale Agricole (BNA) a tenu samedi 27 février 2016 son Assemblée générale ordinaire (AGO) pour la ratification de la cooptation et la nomination d’administrateurs. Le projet de résolution de l’AGO relatif aux  nouveaux membres du conseil d’administration de la BNA a fait monter la tension auprès des petits actionnaires, lesquels ont exprimé leur opposition à cette nouvelle liste. Un des actionnaires a exprimé son étonnement de la nomination d’un membre indépendant au conseil d’administration de la Banque en la personne de Lilia Harmel Meddeb, appelant  le ministre des Finances, Slim Chaker à s’expliquer sur cette nomination ainsi que sur les motifs et les critères de ce choix. « Nous demandons à être édifiés  sur  les critères retenus pour cette nomination », a-t-il dit. En effet, la nouvelle composition du conseil sera comme suit : Imed Turki, Mohamed Sadok Hosni, Sami Moulay, Maâmri Akermi et Lilia Harmel Moddeb (membre indépendant). Les missions de ces derniers prendront fin avec la tenue de la prochaine AGO de la Banque en 2017.

L’Assemblée a approuvé également la nomination de Mohamed Mehdi Mejdoub et Mohamed El Arbi en tant que membres du conseil d’administration de la BNA à la place de Hichem Ben Fadhl et Slah Kanoun dont les missions avaient déjà pris fin avec la tenue de l’AGO du 27 février 2016.

Les petits actionnaires ont également demandé à disposer des  documents nécessaires pour pouvoir s’informer du projet des résolutions et pouvoir les discuter lors de l’AGO.

Imed Turki, membre du conseil d’administration de la BNA a promis d’en discuter  avec les hauts dirigeants de la banque et leur faire parvenir des réponses dans les meilleurs délais. Il est à signaler par ailleurs qu’aucun dividende au titre de l’année 2015 ne sera distribué.

Il est à noter à ce propos que conformément à l’article 40 des statuts, seuls les actionnaires détenteurs  d’au moins dix actions sont habilités à assister à l’Assemblée sur simple justification de leur identité alors  que ceux de moins de dix actions peuvent se réunir pour former ce quota et se faire représenter par l’un d’eux.

Bien plus, tous les documents destinés à l’AGO seront mis à la disposition des actionnaires au siège Social de la Banque, Rue Hédi Nouira Tunis .

Pour rappel, les trois banques publiques (STB, BNA et BH) ont été soumises durant les années 2013-2014 à des opérations de full audits approfondis et exhaustifs afin de déceler les déséquilibres financiers et les faiblesses d’ordre stratégique, institutionnel et opérationnel. Ces opérations de full audit ont permis d’arrêter les besoins en fonds propres et de ressortir les principales insuffisances et sources de vulnérabilités des 3 banques. Sur la base des résultats des full audit, la STB et la BH ont arrêté et approuvé leurs programmes de restructuration au début de 2015 et ont déjà entamé l’exécution de ces programmes.

Le programme de restructuration de la BNA a été élaboré au cours du dernier trimestre 2015, et se trouve en phase de discussion avant son approbation par la BCT. Les programmes de restructuration développés par les 3 banques, s’étalent sur l’horizon 2015-2019, et s’articulent globalement autour des axes fondamentaux suivants :

– Une redéfinition des orientations stratégiques et des politiques de développement commercial et de positionnement.

– Un plan de transformation institutionnelle et opérationnelle ayant trait au renforcement des modes de gouvernance et de contrôle, d’organisation et de refonte du système d’information.

– Un plan de développement des ressources humaines.

– Un plan d’affaires pour l’horizon 2015-2020 basé sur des politiques de renforcement des fonds propres, de liquidité, de résolution de la problématique des créances classées, de développement commercial ainsi que des plans d’investissement.

L’objectif ultime de la mise en place de ces plans de restructuration est d’associer les fondements de solidité, de pérennité et de gestion saines pour les 3 banques et ce, par référence aux meilleures pratiques.

INTERVIEW

Le Directeur général de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII), Samir Bechoual, a appelé à l’institutionnalisation de la campagne d’interpellations et...

AFRIQUE

La Banque africaine de développement (BAD) pense pouvoir offrir 25 millions d'emplois d'ici 2025, dans le cadre de sa nouvelle stratégie pour changer le...

SPORT

Reseaux Sociaux