Tags Posts tagged with "Autriche"

Autriche

par -

L’Autriche a interdit une visite du ministre turc de l’Economie Nihat Zeybekci qui entendait participer à un rassemblement marquant le premier anniversaire du coup d’Etat manqué en Turquie, a annoncé lundi le ministère autrichien des Affaires étrangères, rapporte rtbf.be

“Il a été interdit d’entrée car sa visite ne fait pas partie d’un échange bilatéral, mais il s’agit d’une apparition publique lors d’une événement marquant la tentative de coup d’Etat” du 15 juillet 2016. Elle aurait représenté “un danger pour l’ordre public”, a déclaré à l’AFP Thomas Schnoell, porte-parole du ministère.

Les relations entre la Turquie et les pays de l’Union européenne se sont tendues en raison notamment des purges menées par le gouvernement du président Recep Tayyip Erdogan après cette tentative de putsch.

Plusieurs autres pays dont l’Allemagne et l’Autriche avaient interdit des rassemblements pro-Erdogan avant un referendum en avril qui a permis au président turc de renforcer ses pouvoirs.

par -

Le ministre de l’Intégration et des Affaires étrangères autrichien et chef du parti populaire, Sebastian Kurz, appelle à fermer toutes les écoles maternelles islamiques.

Selon les données rapportées par la chaîne RT, Kurz estime que ces écoles nourriraient selon lui l’isolement des enfants de migrants.

«Les écoles maternelles doivent préparer les enfants à l’école pour qu’ils puissent parler allemand, mais les écoles maternelles islamiques se distinguent sur un principe ethnique et linguistique. Nous n’en avons pas besoin.

Il ne doit pas y avoir d’écoles maternelles musulmanes», a déclaré le ministre, devant les participants du forum «L’avenir de l’immigration» organisé à Vienne le 22 juin 2017  par le journal Kurier.

par -

Le ministre des Affaires étrangères, Khémaies Jhinaoui, effectue une visite de travail à Vienne les 16 et 17 mai à l’invitation de son homologue autrichien, Sebastian Kurz.
Il s’agit de la première visite d’un ministre des Affaires étrangères tunisien depuis 2006, a indiqué lundi un communiqué du ministère. Elle intervient moins d’un an et demi après la visite en Tunisie du président autrichien, Heinz Fischer.
Selon le département des Affaires étrangères, cette visite de travail reflète la solidité des relations d’amitié et de coopération unissant les deux pays et constitue une occasion propice pour identifier les moyens propres à consolider davantage la coopération bilatérale et faire face aux défis communs s’agissant notamment de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme.
Au cours de sa visite de travail à Vienne, le ministre des Affaires étrangères aura une série d’entretiens avec plusieurs hauts responsables autrichiens qui seront l’occasion d’évoquer les relations bilatérales et les perspectives de la coopération tuniso-européenne ainsi que les questions régionales et internationales d’intérêt commun.
Au niveau multilatéral, Khémaies Jhinaoui rencontrera des responsables d’institutions et organisations internationales siégeant à la capitale autrichienne Vienne dont l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, l’Agence internationale de l’énergie atomique, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques et l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel.

par -

C’est un revers net pour l’extrême droite autrichienne, qui pensait «renverser le vieux système» des élites viennoises. Et bénéficier d’un effet Trump et du Brexit. Hier, l’écologiste Alexander Van der Bellen, 72 ans, ex-doyen de la faculté d’économie de Vienne et ancien dirigeant des Verts, a largement remporté la présidentielle en Autriche. Il était crédité de 53,3 % des voix, selon les premières projections, contre 46,7 % à Norbert Hofer, vice-président du Parlement et cadre du Parti de la liberté (FPÖ), rapporte Boursorama.com.

Ce score marque une nette progression du candidat écologiste, qui avait obtenu 50,3 % des voix lors du scrutin invalidé du 22 mai. Van der Bellen a bénéficié d’un front républicain et d’une participation en hausse (73,8 % contre 72,7 % le 22 mai), indique la même source.

par -

Les autorités autrichiennes ont annoncé avoir renforcé leurs mesures de sécurité après avoir reçu par mail des “menaces terroristes” évoquant des attaques sur des postes de police, mais ont précisé qu’il n’y avait pas de raison de “paniquer”, rapporte « Le Figaro »

Le moment évoqué dans le message pour les attaques supposées ce matin “est maintenant passé”, a déclaré le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Karl-Heinz Grundboeck. Il a confirmé une information du quotidien Die Presse, selon lequel le mail, écrit en mauvais anglais, laissait clairement entendre que des djihadistes étaient derrière ces menaces.

“Au matin du 4 août 2016, les autorités autrichiennes ont reçu par mail des menaces terroristes contre des stations de police dans plusieurs Etats (d’Autriche)”, a déclaré le ministère de l’Intérieur dans un communiqué. “Des enquêtes sont en cours”, a indiqué la même source.

par -

L’indépendant Alexander Van der Bellen n’aura pas savouré longtemps sa victoire à la présidentielle autrichienne, le 22 mai dernier, face au candidat du FPÖ (extrême droite), Norbert Hofer. Déjà que Van der Bellen a dû se contenter d’un succès à l’arraché, 50.3% des suffrages, au bout d’un suspense haletant, maintenant le voilà qui reçoit une autre tuile sur la tête : La Cour constitutionnelle autrichienne a invalidé ce vendredi 1er juillet le résultat de la présidentielle pour cause d’irrégularités. Cette décision de justice fait suite à un recours du FPÖ.

La Cour constitutionnelle a noté de nombreuses irrégularités lors du dépouillement des plus de 700.000 bulletins de vote par correspondance. D’après elle, les sérieux doutes existants ont entaché le scrutin, qui est donc à refaire.

Pour rappel, ce sont justement ces votes par correspondance qui ont permis à Alexander Van der Bellen, un ancien du parti écologiste, de damer le pion à son adversaire. Donc si l’élection est à refaire, Hofer aura toutes ses chances, même si la Cour n’a pas pu mettre la main sur des preuves de fraude à la présidentielle.

Une élection très symbolique

L’élection autrichienne avait passionné les médias européens parce que voir la présidence d’un grand pays comme l’Autriche basculer à l’extrême droite n’est pas chose courante sur le continent, même si les partis xénophobes montent un peu partout. C’est plus cette symbolique là qui a déchainé les passions que l’enjeu même de l’élection, car de fait le chef de l’Etat autrichien a plutôt un rôle protocolaire, même s’il peut actionner quelques leviers de poids, comme la nomination du chancelier, la dissolution du gouvernement et le commandement suprême des armées.

par -

Seuls trois Tunisiens dans tout le monde arabe ont réussi la prouesse de se hisser jusqu’à la finale des Editors Lab, qui a lieu en ce moment même dans la capitale autrichienne, Vienne. Mayssa Chebbi, Safa Naoui et Mohamed Mziwa, étudiants à l’école Polytechnique de Sousse, sont les heureux finalistes de cet événement, qui a commencé le 14 juin 2016 et s’achève demain vendredi 17 juin.

Le principe d’Editors Lab c’est de piocher parmi les projets les plus aboutis élaborés par des développeurs, graphistes et journalistes. Les travaux doivent nécessairement présenter de nouveaux services innovants et d’un précieux secours pour les rédactions des journaux ou télévisions.

Les Tunisiens ferraillent contre 11 équipes en provenance d’Argentine, Australie, Autriche, Chine, Finlande, Indonésie, Italie, Nigeria, Romanie, Slovaquie et Etats-Unis, a confié à la TAP Mme Amal Lahouel Boudokhane, enseignante à l’école Polytechnique de Sousse.

Avant d’en arriver là, Mayssa, Safa et Mohamed ont raflé la compétition nationale d’Editors Lab (qui a eu lieu en décembre 2015) ; les brillants étudiants avaient mis au point une application mobile dénommée « Explore Tunisia », un outil qui agrémente le séjour des touristes, notamment en mettant à leur disposition un module de traduction et une base de données des lieux à visiter.

Enfin sachez que le sommet ‘Global Editors Network’ (GEN)” mobilisera cette année plus de 600 journalistes, rédacteurs en chef, développeurs, graphistes et experts de l’innovation des médias (journaux, radios, télévisions, sites web, agences de presse,…) de plus de 60 nations. Tout ce beau monde va échanger autour de leurs compétences et des perspectives du secteur.

par -

Au terme d’un scrutin très serré, dimanche 22 mai, Alexander Van der Bellen remporte la présidentielle autrichienne avec 50,3 % des voix face au candidat du d’extrême droite, Norbert Hofer.

Dimanche soir, à l’issue du dépouillement des bulletins déposés dans les urnes, Norbert Hofer (FPÖ) disposait d’une avance de 144 000 voix sur  Van der Bellen (51,9 % contre 48,1 %). Mais il a fallu attendre le décompte des votes par correspondance (750 000 bulletins, soit environ 14 % du corps électoral, un record), pour départager les deux candidats. Lundi après-midi, peu avant la proclamation officielle des résultats,  Hofer a concédé sa défaite dans un message posté sur Facebook.

Le candidat écologiste, donné perdant par les sondeurs, a bénéficié d’un regain de participation, en hausse (72 %), pour faire barrage à l’extrême droite, dont le candidat était arrivé largement en tête du premier tour, le 24 avril, avec 35 % des voix, contre 21 % pour Alexander Van der Bellen.

 

par -

Une première en Autriche. Au premier tour de l’élection présidentielle qui s’est déroulé dimanche 24 avril, les partis social-démocrate et conservateurs sont battus d’entrée de jeu.

Au deuxième tour le 22 mai prochain, Norbert Hofer du Parti de la liberté d’Autriche (FPÖ) à mouvance national-libéral et eurosceptique, affrontera l’écologiste Alexander Van der Bellen du parti Vert autrichien (SPÖ), arrivé n°2 du premier tour avec 20,38 % des votes. Une autre première dans le pays.

Sont éliminés de la course présidentielle autrichienne : une candidate indépendante, Irmgard Griss (18,5%), le candidat social-démocrate Rudolf Hundstorfer (SPÖ) et le conservateur Andreas Khol (ÖVP), 11,2 % chacun.

Norbert Hofer réalise le score le plus élevé pour son parti à une élection nationale depuis 1945 : “C’est un résultat historique, qui reflète les qualités de Norbert Hofer, mais aussi une profonde insatisfaction vis-à-vis du gouvernement”, a déclaré le chef du FPÖ, Heinz-Christian Strache.

“Tristesse” du côté du chancelier autrichien Werner Faymann (SPÖ) qui a assuré que le gouvernement travaillerait “encore plus dur”. Quant au vice-chancelier Reinhold Mitterlehner (ÖVP), ce dernier a souligné les partis au pouvoir en coalition payaient le prix de “la peur du déclassement” d’une partie de la population et “d’une ambiance générale hostile à l’establishment”.

De plus, l’Autriche comme l’Allemagne a été secouée politiquement dans le cadre de la crise des migrants, avec l’arrivée de plusieurs milliers de personnes sur son sol. La montée du chômage, habituellement rare en Autriche, a pu également bénéficier à l’extrême-droite dans le pays.

par -

L’Autriche a annoncé lundi qu’elle placera six pays dont la Tunisie, l’Algérie et le Maroc sur sa liste des “pays sûrs», dans le cadre de sa politique de réduction des flux de migrants économiques.

La décision, qui touchera  également la Géorgie, le Ghana et la Mongolie, a été prise à la lumière d’un  “examen approfondi de la situation”, a affirmé le  ministère autrichien de l’Intérieur.

“Dans le cas des migrants économiques, nous avons besoin de messages univoques que l’Autriche ne leur offre aucune protection sur son sol”, a averti la ministre de l’Intérieur Johanna Mikl-Leitner.

Le gouvernement va approuver la  décision lors de sa réunion hebdomadaire mardi.

Le mois dernier, l’Allemagne voisine,  destination de prédilection pour la plupart des migrants, avait  également déclaré le Maroc, l’Algérie et la Tunisie « pays sûrs’, une classification qui signifie que leurs ressortissants auront peu de chances de se voir accorder le droit d’asile.

Cette décision permettra également à Vienne d’accélérer les procédures d’expulsion des migrants.

Le nombre total d’arrivées en Autriche en provenance de l’Algérie et du Maroc reste bien en dessous de 2000, contre 55.000 de Syriens et d’Irakiens qui ont demandé l’asile  entre janvier et novembre de l’année dernière.

Au total, l’Autriche, un pays de près de neuf millions d’habitants, a reçu  90.000 demandes d’asile en 2015, un des taux les plus élevés par habitant dans l’Union européenne.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux