Tags Posts tagged with "chine"

chine

par -

Pour la première fois, un évènement spécialisé dans les échanges commerciaux entre les entreprises Chinoises et Marocaines ouvrira ses portes du 20 au 22 décembre 2017 à l’Office des Foires et Expositions de Casablanca. China Trade Week Morocco présentera des produits de haute qualité.

Le 1er salon China Trade Week Morocco est organisé à Casablanca pour renforcer les liens entre la Chine et le Maroc.  Le Maroc considère désormais la Chine comme un marché émergent important ; De leur côté, les investisseurs chinois sont optimistes quant au potentiel du marché marocain. China Trade Week Morocco devrait jouer un rôle clé dans l’amélioration des relations commerciales entre les deux pays. L’événement mettra également en évidence la capacité de la Chine à fournir et à fabriquer des produits de haute qualité aux entreprises et aux acheteurs, ici au Maroc.

Le Maroc est l’un des pôles clés de l’initiative « One Belt, One Road », une stratégie de développement proposée par le Président chinois Xi Jinping, qui met l’accent sur la connectivité et la coopération entre les pays.

Après que le Roi marocain Mohammed VI a visité la Chine en 2016, 15 conventions ont été signées entre les grands groupes chinois et marocains. La valeur de ces projets atteint plusieurs centaines de millions d’Euros. Ces partenariats amélioreront les échanges commerciaux avec le Maroc mais ont aussi pour objectif de développer la présence chinoise dans toute l’Afrique.

L’événement offrira des opportunités et des investissements dans des secteurs d’intérêt commun, y compris l’énergie, l’infrastructure et la technologie. Des rendez-vous B2B ont déjà été mis en place pour l’événement 2017.

Au cours du salon, les entrepreneurs marocains auront l’occasion de s’engager avec leurs homologues chinois à travers une série de séminaires pratiques et hautement informatifs sur les meilleures pratiques pour travailler avec la Chine.

Commentant l’événement à venir, David Wang, Directeur Général de MIE Events DMCC dit: “China Trade Week Morocco est une plateforme unique pour que la communauté professionnelle locale rencontre des fabricants et fournisseurs chinois et profite des produits de haute qualité à prix compétitifs”.

Il ajoute: «Le Maroc constitue une base régionale importante pour les entreprises chinoises et privées, et offre aux entreprises l’opportunité d’investir et de commercialiser leurs services. C’est une relation à double sens qui se développe régulièrement d’années en années. ” China Trade Week Morocco se déroulera à l’Office des Foires et Expositions de Casablanca du 20 au 22 décembre 2017. Cette année, l’événement vise à attirer plus de 4000 personnes. Tout au long de cet événement de trois jours, les exposants présenteront des centaines de produits chinois de haute qualité. Les visiteurs sont encouragés à télécharger l’application CTW gratuitement pour s’inscrire et avoir plus d’informations sur www.ctwapp.com

par -

Apple a annoncé mardi le retrait de plusieurs applications de sa boutique en ligne en Chine, dont le logiciel de visiophonie et de messagerie Skype de Microsoft, après une intervention du gouvernement chinois.

Selon Reuters, la suppression des applications en question a provoqué un tollé auprès de plusieurs utilisateurs chinois qui n’étaient plus en mesure d‘utiliser les services de Skype via Apple.

Skype est la dernière plate-forme numérique en date après les services de Google, filiale d‘Alphabet, de Facebook et de Twitter, à ne plus être accessible aux utilisateurs chinois.

Pékin a adopté ces dernières années une série de lois et de règlements qui renforcent son contrôle sur internet et cette initiative inquiète les entreprises étrangères qui cherchent à étendre leur base d‘utilisateurs en Chine, détaille la même source.

par -

Les présidents américain et chinois, Donald Trump et Xi Jinping, viennent de parapher des contrats pour des centaines de milliards de dollars, pourtant ça ne les empêchera pas de s’étriper autour du devenir du commerce mondial ce vendredi. Les deux hommes se retrouvent dans la ville côtière de Danang, dans le centre du Vietnam, pour le sommet annuel du forum de l’Asie-Pacifique (Apec), des pays qui pèsent tout de même 60% de la richesse mondiale.

Trump a vanté l'”Amérique d’abord” durant sa campagne électorale et est très vite passé aux actes en gommant d’un trait l’accord de libre-échange Asie-Pacifique (TPP) à peine trois jours après son arrivée à la Maison Blanche ; alors les leaders de la région veulent des explications, et elles s’annoncent viriles. En effet dès son arrivée sur le sol vietnamien, Trump a indiqué ceci : “Lorsque les Etats-Unis engageront une relation commerciale avec d’autres pays ou avec d’autres peuples, nous attendrons de nos partenaires qu’ils respectent loyalement les règles (…). Nous souhaitons que les marchés soient autant ouverts d’un côté que de l’autre et que l’investissement privé, pas les planificateurs gouvernementaux, investissent directement“, rapporte l’AFP. Une pierre dans le jardin de la Chine, qui certes plaide pour une mondialisation tous azimuts mais avec le dirigisme étatique et institutionnel qu’on lui connait…

L’analyste Ian Bremmer, du cabinet Eurasia Group, voit les choses ainsi : Les USA vont se recroqueviller derrière le “nationalisme économique“, là où la Chine va faire des concessions.
Les Etats-Unis sont de plus en plus vus comme un allié inconstant” et “même si beaucoup de pays n’aiment pas nécessairement le modèle chinois, ils vont avec ce qu’ils ont“, ajoute-t-il, en mettant en avant les méga projets chinois dans la région, preuve du dynamisme et de l’absence totale de frilosité de Pékin, contrairement à Washington, que le monde effraye…

par -

Donald Trump, veut bien se fâcher avec l’Iran, la Russie, Cuba ou encore les 7 pays dont il ne veut pas des ressortissants sur le sol américain, mais il ne veut certainement pas se brouiller avec la Chine, la locomotive de l’économie mondiale. On est à peine au début du séjour du président américain en Chine, et les contrats pleuvent déjà. Hier mercredi 08 novembre 2017, une vingtaine d’accords commerciaux ont été conclus à Pékin entre des entreprises chinoises et américaines, pour un montant de 9 milliards de dollars.

On notera au passage le petit mot du vice-Premier ministre chinois, Wang Yang, qui a qualifié ces contrats  “d’échauffement“, en attendant l’avalanche de partenariats à l’occasion du sommet sino-américain programmé ce jeudi. On a appris que Trump et son homologue Xi Jinping vont présider des signatures de contrats dans des secteurs tels que le gaz ou le soja. Est loin le temps où le locataire de la Maison Blanche provoquait l’ire de Pékin en accusant les Chinois d’avoir “volé” des millions d’emplois aux Américains. Mais ça c’était le temps de la campagne électorale, de l’eau a coulé sous les ponts depuis…

Néanmoins les deux hommes ne pourront pas faire l’économie d’une question qui fâche : Le programme nucléaire de la Corée du Nord, qui a provoqué dernièrement des échanges musclés entre Pyongyang et Washington. L’énorme excédent commercial chinois avec les Etats-Unis, 223 milliards de dollars rien que sur les 10 premiers mois de cette année, en hausse de 8% en comparaison avec 2016, devrait également être mis sur la table par un Trump qui avait promis durant sa campagne des mesures pour verrouiller le marché américain face aux importations…

par -

Le Bureau d’État des Statistiques (BES) a annoncé que les principales sociétés industrielles de Chine ont affiché une croissance plus rapide au cours des trois premiers trimestres de cette année, relate le site french.china.org.cn.

Les compagnies ont enregistré une croissance de 22,8% de leurs bénéfices durant la période comprise entre janvier et septembre en glissement annuel, contre 21,6% enregistrés durant la période allant de janvier à août, a ajouté le BES.

Rien qu’en septembre, les bénéfices des plus grandes sociétés industrielles ont augmenté de 27,7% en glissement annuel, un rythme nettement supérieur aux 24% affichés en août, selon la même source.

par -

À fin septembre 2017, la société les Ateliers Mécaniques du Sahel (AMS) a réalisé un chiffre d’affaires local de 16 610mDT contre 16 162mDT pour la même période de l’année 2016, soit une légère hausse de 3% et ce malgré la conjoncture défavorable caractérisée par la régression de la demande du marché, influencée par la situation économique du pays et particulièrement le secteur de l’immobilier mais aussi la forte progression de l’importation des produits turcs sur le marché local grâce aux accords bilatéraux,

Ce climat d’affaires durant cette période a été également marquée par la distribution sur le marché des produits “AMS” contrefaits en provenance de la Chine et la notification tardive des marchés publics cumulant une valeur globale sur 2017 de 13 MDT.

Jusqu’à la fin de cette même période, la société a réalisé un chiffre d’affaires à l’export de 101mDT enregistrant ainsi une baisse de 79% par rapport à la même période en 2016. Toutefois la valeur des commandes confirmées au cours du mois de septembre s’élève à 250 mdt et la valeur des commandes encours à confirmer avant la clôture du quatrième trimestre s’élève à 250 mdt.

par -

Selon des données rapportées par l’agence de presse chinoise Xinhua, le Maroc et la Chine ont annoncé un accord relatif à la création d’une zone économique à Fès. La manœuvre vise à booster la coopération bilatérale dans divers secteurs industriels.

Le protocole d’entente, qui a été signé entre le centre d’investissement de la région Fès-Meknès et l’association chinoise de coopération industrielle, établit cette zone comme une plateforme qui permettra d’attirer les investissements dans les secteurs de l’automobile, de l’aviation, de l’agriculture, de la santé et des énergies renouvelables.

La coopération économique entre les deux pays a beaucoup progressé depuis la visite du roi marocain en Chine l’an dernier. Cette rencontre a débouché sur une série d’investissements chinois dans les secteurs de la construction et des industries. Depuis cette visite, les citoyens chinois sont également dispensés de visa à l’entrée du royaume, détaille  Xinhua.

par -

Selon des statistiques publiées par le bureau national des statistiques (BNS), l’indice des prix à la production chinoise a enregistré une hausse de 6,9% sur un an, tandis que l’indice des prix à la consommation ralentissait à +1,6%, rapporte l’AFP.

L’indice des prix sortie d’usine, qui reflète le dynamisme du secteur industriel, n’avait progressé que de 6,3% en août et de 5,5% lors des deux mois précédents. Sa forte progression dépasse les prédictions des économistes, qui tablaient en moyenne sur une hausse de 6,4% seulement.

Avant même la publication de ces chiffres, le gouverneur de la banque centrale chinoise, Zhou Xiaochuan, a indiqué dimanche que la croissance du PIB pourrait atteindre 7% au deuxième semestre, après 6,9% au premier. Ce qui donnerait un chiffre annuel nettement plus élevé qu’attendu par Pékin, qui a annoncé en début d’année une progression d’environ 6,5% pour 2017, précise la même source.

par -

Selon les données publiées mercredi par le Bureau national de la statistique et rapportées par Reuters, les bénéfices des entreprises du secteur industriel chinois ont enregistré en août leur hausse la plus marquée en quatre ans à la faveur notamment d‘un bond des cours des matières premières.

Les autorités chinoises s‘efforcent de faire baisser le niveau d‘endettement des entreprises sans porter préjudice à la croissance de l’économie.

A cet égard, la bonne tenue des bénéfices des entreprises industrielles devrait être bien accueilli par le gouvernement.

Ces bénéfices ont augmenté de 24%, à 672 milliards de yuans (86 milliards d‘euros), en août par rapport au même mois de 2016, montrent les données publiées mercredi par le Bureau national de la statistique.

En juillet, la progression avait été de 16,5% et le premier semestre s’était soldé par une hausse de 22%. Sur les huit premiers mois de l‘année, l‘augmentation des bénéfices est de 21,6% contre +21,2% sur la période janvier-juillet.

Toujours selon la même source, la bonne tenue des bénéfices en août a surtout été le fait de la hausse des cours des matières premières, notamment dans les secteurs du pétrole, de l‘acier et de l’électronique.

par -

La sanction a fini par tomber sur la locomotive de l’économie mondiale, la Chine, après un premier carton jaune de la part de Moody’s en mai dernier. Standard & Poor’s vient de dégrader la notation de Pékin, la faisant passer de ”AA-” à ”A+”.

La superpuissance paie cher son endettement public et privé, qui monte dangereusement depuis 2009. Il y a certes la floraison de projets d’infrastructures et de chantiers immobiliers, qui a boosté la croissance du pays, mais tout cela est financé par de la dette, et elle a trop enflé !

D’après l’agence Reuters, le Fonds monétaire international avait récemment averti les autorités chinoises, sur les risques d’une grave crise financière qui pourrait impacter toute l’économie mondiale.

A noter que la dette globale, hors secteur bancaire, pourrait excéder 290% du PIB d’ici 2022, contre 235% en 2016.

Standard & Poor’s indique que l’abaissement de la note à A+ est assortie d’une perspective stable, pariant sur le fait que la croissance chinoise devrait rester forte et ses performances budgétaires meilleures dans les trois à quatre prochaines années…

par -

Les exportations tunisiennes vers l’Union européenne (74.5% du total des exportations) ont augmenté de 21.4%, à la fin du mois d’août 2017. Cette évolution est expliquée par la hausse de nos exportations vers certains partenaires européens, tels que l’Italie de 28.6%, l’Allemagne de 26.3% et la Belgique de 11.6%. D’autre part les ventes tunisiennes sont en diminution pour d’autres pays, notamment avec l’Autriche de 11.5% et la Bulgarie de 6.0%. Avec les pays du Maghreb, les exportations ont baissé avec l’Algérie de 17.2% et la Libye de 9.4%. En revanche, nos exportations vers le Maroc ont augmenté de 21.3%.

On remarquera que le solde de la balance commerciale tunisienne est déficitaire de 10068.5MD suite au déficit enregistré avec certains pays, tels que la Chine (-2802.0MD), l’Italie (-1347.7MD), la Turquie (-1181.5MD), la Russie (-876.9 MD) et l’Algérie (-383.2MD). Le 6 août dernier pourtant, l’ancien ministre tunisien du Commerce, Zied Laadhari, déclarait à Africanmanager qu’il avait activé les mesures de sauvegarde avec la Turquie…

par -

La santé économique et financière de la Chine c’est Boeing qui en parle le mieux. Le vice-président du marketing de Boeing Commercial a confié à l’agence Reuters que les compagnies aériennes chinoises devraient se payer plus de 7200 appareils pour la somme astronomique de près de 1100 milliards de dollars (922 milliards d’euros) dans les 20 prochaines années. C’est le niveau de dépenses qu’il faudrait pour satisfaire la demande sur le marché intérieur chinois et aussi à l’international.

L’avionneur américain table sur un grossissement de la flotte de la Chine à une cadence dépassant nettement celle de la moyenne mondiale ; les compagnies aériennes opérant en Chine pourraient peser aux alentours de 20% dans la demande mondiale de nouveaux appareils.
Pour Boeing, les trois quarts des appareils commandés seront des mono-couloirs pour répondre à l’explosion des besoins en vols intérieurs en Chine et dans toute l’Asie. La flotte de gros porteurs devrait elle se renforcer avec 1670 avions neufs.

En tout cas pour Boeing et son grand rival européen Airbus, c’est en Chine que les choses se passent. Les deux ténors rivalisent d’ardeur pour ouvrir sur place des usines d’assemblage car pour les Chinois, on le sait, le transfert de technologies pèse lourd dans le choix des partenaires commerciaux.

par -

Le constructeur automobile allemand Volkswagen et deux de ses coentreprises locales vont rappeler 1,82 million de véhicules en Chine, relate Le Point.fr.

Volkswagen et ses deux joint-ventures avec les constructeurs chinois FAW et SAIC vont rappeler ces véhicules à partir de décembre en raison de pompes à essence potentiellement défectueuses.

Parmi les véhicules concernés figurent près de 860.000 Magotan et quelque 810.000 Passat fabriqués en Chine entre 2007 et 2015, mais également des voitures importées de marques Volkswagen CC et Magotan.

Cette mesure intervient parallèlement au rappel, annoncé la semaine dernière, de 281.000 véhicules aux Etats-Unis pour des raisons similaires.

Volkswagen et ses coentreprises procéderont au remplacement gratuit des pompes à essence, susceptibles, selon le régulateur, de provoquer des calages du moteur en raison de dysfonctionnements de composants électroniques.

Le problème a été découvert à la suite d’une enquête des autorités chinoises lancée en avril 2016, a souligné le régulateur, précise la même source.

En Chine, le constructeur allemand était déjà visé par le rappel, annoncé en mars par l’Aqsiq, de 572.000 voitures Audi pour un problème de toits ouvrants. Le groupe avait par ailleurs annoncé, également en mars, le rappel de 681.000 voitures en Chine en raison d’une possible surchauffe des pompes de refroidissement.

par -

A l’échelle du globe, d’après l’OCDE, le plus gros investisseur en Afrique en 2015-2016 est la Chine (38,4 milliards $), vient ensuite, à la surprise générale, les Emirats arabes unis (14,9 milliards $). Puis vient l’Italie, premier investisseur européen, avec un total de 11,6 milliards $, au même niveau que les USA (10,4 milliards $). C’est la France, ancienne puissance coloniale et qui avait la main sur une grosse partie du continent jusque il y a peu, qui doit voir rouge.

L’Italie doit cette prouesse à sa compagnie pétrolière nationale, ENI, qui a décaissé à elle seule 70% de ces investissements. La compagnie italienne fait feu de tout bois au large du Mozambique, où d’importantes réserves de gaz naturel ont été découvertes. ENI a également mis le grappin sur l’Egypte, avec la découverte de l’énorme champ gazier méditerranéen de Zohr. Mais l’Italie n’a pas que ce levier, le géant de l’agroindustrie Ferrero (Nutella, Kinder) ou du BTP Salini Impregilo sont également des valeurs sûres en Afrique.

Pour accentuer cette dynamique sur le continent, Rome a accru sa force de frappe en montant cette année un fonds d’investissement baptisé Africa Act. Il est assis sur un pactole de 200 millions d’euros, pour commencer. En effet l’Italie ambitionne de multiplier le capital de départ par 10-20 pour accompagner ses entreprises, notamment son armée de PME, sur le marché africain.

Les pays qui ont investi en Afrique en 2015-16, selon fDi Markets
 2017.

Les compagnies qui ont le plus investi en Afrique en 2015-16, selon l’OCDE.

par -

Les différentes transactions de la Chine ont connu un net ralentissement au mois de juillet. Ce qui a eu un énorme impact sur la demande mondiale au moment où les banques centrales occidentales envisagent de réduire en termes d’années leur soutien économique à grande échelle.

Selon les données publiées par l’AFP, la production industrielle de la chine a chuté à 6,4 au mois de juillet. Et ce, depuis janvier de cette année.

par -

La Chine, principal soutien économique de Pyongyang, a annoncé lundi 14 août 2017 la suspension de toutes ses importations de fer, de plomb, de minerais de ces deux métaux et de produits de la mer en provenance de Corée du Nord, en application des sanctions décidées à l’ONU.

A partir de mardi, “toutes les importations de charbon, fer, minerai de fer, plomb, minerai de plomb, et d’animaux aquatiques et produits de la mer seront interdites”, rapporte l’AFP.

par -

Au moins 13 morts et plus de 175 blessés. C’est le bilan provisoire du tremblement de terre d’une magnitude de 6,5 sur l’échelle de Richter qui a frappé mardi 8 août la province du Sichuan, dans le centre de la Chine, selon les autorités locales. D’après China News Service, six des personnes décédées étaient des touristes.

Selon l’AFP, l’épicentre du séisme a été localisé dans un secteur isolé et montagneux, peu peuplé, à 200 km environ au nord-ouest de la ville de Guangyuan, à une profondeur de 10 km, rapporte l’institut américain de géophysique USGS. L’administration locale a précisé que le séisme s’était produit dans la préfecture rurale de Ngawa, où vivent de nombreux éleveurs pratiquant le nomadisme. Le parc naturel de Jiuzhaigou, destination touristique prisée, est situé dans le même secteur.

par -

L’ambassade de France en Chine a appelé ce vendredi 31 mars 2017 sur son site web, la communauté française à la plus grande vigilance  après la  violente  agression, mercredi 29 mars, à l’arme blanche d’un Français à Shanghaï.

Le communiqué n’établit aucun lien avec la mort d’un Chinois tué dimanche à Paris par un policier. La mort de cet homme de 56 ans, intervenue dans des circonstances troubles, a provoqué plusieurs rassemblements émaillés d’incidents et de dégradations dans la capitale française.

La Chine a réclamé « toute la lumière » et demandé à la France de protéger ses ressortissants, a ajouté la diplomatie française.

par -

La police française a arrêté 35 personnes lundi soir à la suite d’une manifestation destinée à protester contre la mort dimanche d’un Chinois tué lors d’une intervention policière, a-t-on appris mardi auprès de l’AFP.

“Trente-cinq personnes ont été arrêtées” lors du rassemblement d’environ 150 personnes “membres de la communauté asiatique” devant le commissariat du 19e arrondissement lundi soir, selon la préfecture de police de Paris.

Vingt-six personnes ont été arrêtées pour participation à un groupement en vue de commettre des violences, trois pour violences sur agent de la force publique et dégradation d’un véhicule de police par engin incendiaire et six pour jets de projectiles, a rapporté l’AFP.

Trois policiers de la compagnie de sécurisation et d’intervention ont été blessés légèrement.

Un véhicule de police a été endommagé par un engin incendiaire, ainsi que trois automobiles appartenant à des particuliers.

par -

La société nationale Poval , filiale du groupe mécanique public AGM, a signé mardi à Alger avec l’entreprise chinoise Shandong Kerui Well Control Equipement, un mémorandum d’accord portant création d’une société mixte pour la production et la commercialisation d’équipements pétroliers.

Selon APS, créée selon la règle 51/49% du capital qui régit les investissements étrangers en Algérie, cette nouvelle société fabriquera essentiellement des outillages pétroliers appelés têtes de puits, l’un des équipements les plus importants dans l’industrie pétrolière.

Sa production sera destinée au groupe Sonatrach qui importe annuellement pour 200 à 400 millions de dollars de têtes de puits, d’après les chiffres avancés par Bouchouareb qui a expliqué que la mise en place de cette société s’inscrivait dans le cadre la politique de substitution aux importations.

L’usine sera installée courant 2017 au niveau du site industriel de Poval à Berrouaghia (Médéa), sur une superficie de 47 hectares et devra entamer sa production en 2018, a précisé APS.

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

La FAO organise en partenariat avec le Centre de Compétences pour les Changements Climatiques (4CMaroc), un atelier d’échange régional sur l’accès au Fonds Vert...

Reseaux Sociaux

SPORT

Le Comité exécutif de l'Union arabe de football (UAFA), a tenu mercredi à Ryadh (Arabie saoudite), une réunion sous la présidence de l'algérien Mohamed...