Tags Posts tagged with "crash"

crash

par -

Un Boeing 737 de la compagnie Lion Air s’est écrasé ce lundi 29 octobre 2018 au matin au large des côtes indonésiennes. L’avion venait à peine de décoller, avec 189 passagers à bord qui sont “probablement” tous décédés dans le crash, d’après les services de secours cités par l’AFP.

L’avion, appartenant à la compagnie indonésienne, est un Boeing 737 MAX 8 qui opère depuis seulement quelques mois ; suite à un incident, il a tenté de revenir à l’aéroport de la capitale puis le contact avec le contrôle aérien a été rompu vers 06H30 (23H30 GMT dimanche). L’appareil voulait joindre Pangkal Pinang, une localité dans l’île de Bangka au large de Sumatra.
Les sauveteurs ont récupéré “des restes humains qui n’étaient plus intacts, et cela fait plusieurs heures, donc il est probable que les 189 personnes (à bord) soient mortes”, a indiqué le directeur opérationnel des services de secours indonésien lors d’un point presse.

par -

Le crash d’un avion militaire de collection suisse, survenu samedi 4 août contre le versant ouest du Piz Segnas, une montagne dans les Alpes suisses, a provoqué la mort des 20 personnes se trouvant à bord, rapporte lemonde.fr, citant la police cantonale.

L’avion transportait 11 hommes et 9 femmes, parmi lesquels un couple autrichien et son fils, a indiqué la police.

La police a confirmé qu’il s’agissait d’un Junker JU52 HB-HOT, un avion de collection, en tôle ondulé, fabriqué en Allemagne entre les années 30 et 50. La compagnie JU-Air, à qui appartient l’appareil, a été fondée par d’anciens pilotes et possède plusieurs avions Junker, indique la même source.

par -

Selon l’agence officielle d’information algérienne APS, un avion de l’armée de l’air algérienne s’est écrasé aujourd’hui 11 avril 2018, peu après son décollage à l’aéroport de Boufari, près d’Alger.

Aucun bilan n’était disponible dans l’immédiat chez l’agence en question. Cependant, des médias algériens évoquent plus d’une centaine de militaires présents à bord de l’avion.

Mise à jour : Le premier bilan officiel fait état de 257 décès, selon Jeune Afrique.

par -

Lourd bilan suite à une catastrophe aérienne à Katmandou, au Népal. Un avion de ligne bangladais a raté son atterrissage ce lundi 12 mars 2018, causant le décès d’au moins 50 des 71 occupants de l’appareil, ont indiqué les autorités, citées par l’agence Reuters.
Le Bombardier, appartenant à la compagnie US-Bangla, avait quitté la capitale bangladaise, Dacca, en embarquant 67 voyageurs et quatre membres d’équipage. En amorçant sa descente, il a cogné une barrière aux abords de l’aéroport et s’est embrasé, a confié Raj Kumar Chettri, directeur de l’aéroport.
Nous avons retrouvé 50 corps jusqu’à présent“, a affirmé un porte-parole de l’armée. 9 autres passagers sont toujours portés disparus, a-t-il ajouté.

par -
Quatre militaires camerounais, dont un général, ont trouvé la mort dimanche dans un crash d’hélicoptère. Ils survolaient le parc de Waza, à l’extrême nord du pays, dans le cadre d’une opération de lutte contre Boko Haram.
« Nous avons perdu quatre hommes, dont le général Jacob Kodji », a précisé à l’AFP dimanche 22 janvier un haut responsable militaire impliqué dans la lutte contre les insurgés islamistes de Boko Haram, sous couvert de l’anonymat.
L’information a été confirmée par une source de l’AFP, proche des autorités administratives régionales.

par -

Au moins 37 personnes ont été tuées, ce lundi 16 janvier 2017, dans le crash d’un avion-cargo sur des habitations près de l’aéroport de Bichkek, au Kirghizstan, ont annoncé les autorités, rapporte le site sudouest.fr

Les services médicaux d’urgence ont précisé, à la même source, que “six enfants” se trouvent parmi les victimes, pour la plupart des habitants locaux.

A 7h40 locale (2h40 en France), “un avion-cargo opéré par une compagnie turque, en provenance de Hong Kong (Chine), s’est écrasé au sol à l’approche de l’aéroport de Manas (à Bichkek) en raison des mauvaises conditions météorologiques”, a indiqué un haut responsable du ministère des Situations d’urgence, indique la même source.

par -
Vladimir Poutine a fait un pas vers l'apaisement mardi en levant la menace d'une intervention de l'armée russe en Ukraine

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé qu’une journée de deuil national serait observée demain, lundi 26 décembre 2016, en hommage aux victimes du crash d’un avion militaire russe en mer Noire avec 92 personnes à bord, ,rapporte Lefigaro.

“Demain (lundi, ndlr) sera déclaré journée de deuil national”, a déclaré le chef de l’Etat à la télévision publique. Les autorités ont affirmé qu’il n’y avait “pas de signes” de survivants du crash.

par -

Un avion de l’armée russe transportant 39 personnes, dont sept membres d’équipage, s’est écrasé dans le nord-est de la Sibérie faisant plusieurs blessés, a rapporté l’agence TASS.

Toutes les 39 personnes à bord ont survécu. Seules 16 personnes ont été blessées, elles ont été transportées vers les hôpitaux les plus proches, précise la même source.

par -

L’avion privé de Cristiano Ronaldo, attaquant portugais du Real Madrid, a été victime d’un grave accident lundi soir à l’atterrissage à l’aéroport de Barcelone. Son train d’atterrissage est tombé en panne, et les autorités aéroportuaires ont été contraintes de fermer une des pistes de l’aérodrome, a annoncé, ce vendredi, le site « Le Progrès ».

Si ni le joueur ni sa famille ne se trouvait à bord de l’appareil privé, le pilote a été légèrement blessé dans l’accident, a précisé la même source.

par -

Un avion militaire américain se serait écrasé au sud de l’île japonaise d’Okinawa. Les gardes-côtes auraient déployé un important dispositif de recherche pour retrouver l’appareil. L’équipage serait sain et sauf, rapporte la chaîne «RT».

L’aéronef, qui serait un avion d’attaque au sol « AV8B Harrier II », aurait fait partie de la flotte de la base américaine d’Okinawa. Selon Okinawa Times, l’avion de combat se serait écrasé en mer après son décollage, a ajouté la même source.

par -

Le mystère autour des causes du crash du vol MS804 de la compagnie EgyptAir commence à se dissiper. En effet l’enregistreur de la deuxième boîte noire repêchée a révélé que l’un des deux pilotes a essayé de maitriser un incendie, quelques minutes avant la plongée de l’Airbus A320 avec à bord 66 passagers, selon le Figaro

Il y a quelques jours, les données du premier enregistreur, le Flight Recorder (FDR), positionné à l’arrière de l’avion, faisaient état déjà d’alertes antifumées déclenchées avant le crash. “Les données enregistrées confirment les alertes du système automatisé de communications de l’appareil sur de la fumée dans les toilettes” et à l’avant de la cabine, a dit la commission d’enquête dans un communiqué. On signale également que des vestiges de l’appareil portent les traces d’une exposition à une température élevée, autant de détails qui concourent à conforter qu’un incendie s’est bien déclenché avant la chute fatale.

L’incident technique toujours privilégié

Pour autant on n’en sait pas plus sur la nature et les motifs du départ de feu. Mais selon le journal, le feu n’est pas la cause de l’arrêt brutal de l’enregistrement de la première boîte noire. L’avion aurait continué sa tragique descente pendant trois à quatre minutes après la coupure du FDR, avant de s’abîmer en mer…

Pour le moment c’est la piste de l’incident qui a la faveur des enquêteurs, après qu’ils ont écarté l’hypothèse de l’attentat. Reste maintenant à établir si cet incendie était assez fort pour causer l’accident.

par -

Les fins limiers de la TV France 3 et du journal Le Parisien ont enquêté sur les circonstances du crash de L’Airbus A320 d’Egyptair et ont découvert des choses gravissimes, soigneusement planquées sous le tapis, et pour cause. En effet des investigations ont démontré que l’appareil, qui s’est écrasé en mer Méditerranée, dans la nuit du mercredi 18 au jeudi 19 mai, a connu de nombreux dysfonctionnements dans les 24 heures qui ont précédé l’accident. D’après la chaîne publique, l’avion aurait été obligé de rebrousser chemin et d’atterrir en urgence au moins trois fois au cours des six navettes (entre Asmara, en Erythrée, Le Caire, en Egypte, Tunis, en Tunisie et Paris, en France) qui ont précédé le voyage tragique entre Paris et Le Caire.

Au cours des 6 différentes rotations, “les systèmes d’alerte signalant une anomalie à bord se sont déclarés peu après le décollage de trois aéroports où l’Airbus avait fait escale. Ces procédures d’alerte ont occasionné à chaque fois une vérification technique au sol qui s’est révélée négative puisque l’appareil a pu redécoller”, précise France 3. Le Parisien ne dit pas précisément que l’appareil a atterri à chaque incident mais il affirme également que “trois alertes” ont été lancées.

Le système Acars, qui réceptionne les messages codés, a également fait état d’incidents. Pour le moment on n’a pas d’indication précise sur ces problèmes, l’enquête étant plombée par les rapports tendus entre les enquêteurs français et égyptiens, disent les mêmes sources.

Enfin, pour rappel, le Bureau Enquête et Analyses (BEA) a affirmé hier mercredi 1er juin qu’un signal émanant très probablement d’une boîte noire de l’appareil a été perçu en mer Méditerranée. Le début peut-être d’une piste pour percer le mystère autour de cette affaire…

par -

Des détecteurs de fumées se sont activés peu avant la chute de l’Airbus A320 d’EgyptAir, qui s’est abîmé jeudi en Méditerranée, selon des médias américains. L’appareil, avec 66 personnes à bord, a envoyé des messages automatiques signalant des fumées près du cockpit de l’appareil.

“Une fumée intense a déclenché des alarmes dans la partie avant de l’appareil, où sont situées des parties vitales de son électronique de bord”, selon le Wall Street Journal, qui cite des sources proches de l’enquête non identifiées. “Les messages d’erreur durent environ deux minutes, alertant l’équipage au sujet de fumée détectée dans des toilettes et un compartiment” situé sous le plancher du cockpit de l’avion, poursuit le WSJ.

Selon le quotidien, “ce compartiment contient une partie cruciale de l’ordinateur de contrôle de vol” de l’appareil qui, selon les messages, s’est mis “à mal fonctionner”.

Ces éléments ne permettent cependant pas de déterminer les causes du crash de l’avion.

La chaîne CNN a également rapporté la présence de fumées, indiquant avoir obtenu ses informations d’une capture d’écran fournie par une source égyptienne. Elle a précisé que ces messages d’alerte ont été envoyés “via le système Acars”, qui permet d’échanger des informations entre un avion en vol et le centre opérationnel de la compagnie aérienne. Les mêmes informations ont été rapportées par le magazine spécialisé Aviation Herald.

Les autorités ne commentent pour l’instant pas ces éléments. “Nous sommes au courant de ces informations de presse. À ce stade, je ne peux ni les confirmer, ni les démentir”, a indiqué à l’AFP un responsable du ministère égyptien de l’Aviation civile.

par -

La thèse d’un crash en pleine mer du vol MS804 d’EgyptAir semble se confirmer. Au lendemain de la mystérieuse disparition de l’Airbus A320, l’armée égyptienne a annoncé avoir découvert des débris et des effets personnels des 66 passagers du vol Paris-Le Caire. Des restes de l’appareil, brusquement disparu des écrans radars alors qu’il survolait la Méditerranée entre des îles du sud de la Grèce et la côte nord de l’Égypte, auraient été localisés «à 290 km au nord d’Alexandrie». «Les recherches se poursuivent, nous sommes en train de retirer de l’eau tout ce que nous trouvons», précise l’armée dans un communiqué.

De son côté, le ministère grec de la Défense, Panos Kammenos, a annoncé qu’un «membre humain», des sièges et valises avaient été retrouvés parmi les débris. Il a précisé que ces informations lui avaient été fournies par les autorités égyptiennes, qui coordonnent les recherches autour du point de chute présumé de l’avion.

Grâce à ces premiers débris, les autorités espèrent en savoir plus sur les causes de cette disparition en retrouvant les boîtes noires de l’appareil. Le premier ministre égyptien, Chérif Ismaïl, a déclaré jeudi qu’il était trop tôt pour avancer la moindre explication, y compris celle d’un attentat comparable à celui d’octobre dernier contre un avion russe. Son ministre de l’Aviation civile, Chérif Fathi, a estimé néanmoins que l’hypothèse d’un acte terroriste était plus probable que celle d’une défaillance technique. Mais pour l’heure, aucune revendication n’a été formulée.

“Un ennui technique majeur, l’explosion d’un moteur, une explosion à bord (…) semble peu probable”, estime un expert français, en précisant que l’A320, livré en 2003, était “relativement récent”. Il s’agit d'”un avion moderne, l’événement s’est produit en croisière [en plein vol] dans des conditions extrêmement stables”, souligne, pour sa part, Jean-Paul Troadec, ancien directeur du Bureau français d’enquêtes et analyses (BEA).

D’ailleurs, selon le site du magazine américain « Fortune », l’avion avait effectué, mercredi, des  vols réguliers vers la Tunisie et l’Erythrée, avant d’arriver à Paris en provenance du Caire.

par -

Deux ans après les révolutions dans le monde arabe, l’industrie touristique vit des heures sombres et peine de relever la tête en Égypte et en Tunisie, deux pays qui tentent désespérément de rassurer le tourisme, clé pour l’économie des deux pays.

Hélas ! Un nouveau coup dramatique vient de frapper le tourisme en Égypte avec le crash de l’A320 d’EgyptAir, jeudi 19 mai 2016, et qui risque de peser sur l’industrie du tourisme égyptien qui représente 11,4 % du PIB et 2,6 millions d’emplois directs et indirects,  selon les statistiques égyptiennes de 2014.

par -

Le crash au mois de mars du Boeing de la Flydubai serait lié à une erreur humaine, c’est ce que révèlent les premiers éléments de l’enquête publiés par le Comité intergouvernemental d’aviation (MAK), un bureau qui enquête sur tous les accidents d’avions en Russie.

Après plusieurs tentatives d’approche de l’aéroport de Rostov-sur-le-Don, le pilote aurait décidé de reprendre de l’altitude avant de faire plonger l’avion pour une raison inconnue.

Le crash était dès lors inévitable. L’avion aurait touché le sol à plus de 600 km par heure et à un angle supérieur à 50 degrés.

Le décryptage des boîtes noires est toujours en cours en Russie.

par -

Douze militaires ont été tués et deux autres blessés dimanche dans le crash d’un hélicoptère de l’armée survenu dans le sud de l’Algérie en raison d’une «panne technique», a annoncé le ministère de la Défense.

L’hélicoptère de transport de troupes de type Mi-171 des forces aériennes algériennes s’est écrasé lors d’une mission de reconnaissance près de Reggane, dans la région d’Adrar à 1400 km au sud d’Alger.

Le vice-ministre de la Défense et chef d’état-major de l’armée Ahmed Gaid Salah a «aussitôt ordonné la désignation d’une commission d’enquête afin de déterminer les circonstances de l’accident», selon le communiqué de la Défense.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

Ce Post, intitulé «Polémiques hôtelières», est l'oeuvre d'un homme qui a une grande expérience dans le secteur du tourisme et un ancien DG de...

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

À la faveur d’un relâchement des tensions dans la Corne de l’Afrique, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté mercredi à l’unanimité...

Reseaux Sociaux

SPORT

L'arbitre Oussema Razgallah dirigera le match en retard entre l'ES Metlaoui et l'Espérance Sportive de Tunis comptant pour la deuxième journée du championnat de...