Tags Posts tagged with "entrées touristiques"

entrées touristiques

par -

Au total 592 mille touristes français ont visité la Tunisie jusqu’au 20 septembre 2018, enregistrant “une croissance de 37% du marché français entre janvier et le 20 septembre 2018“, a déclaré à l’agence Tap, mardi après-midi, le directeur général de l’Office national du tourisme tunisien (Ontt), Néji Ben Othmane, lors de la 40ème édition du salon du tourisme “Iftm Top Resa“, qui se tient du 25 au 28 septembre à Paris.
Et le responsable de préciser que le total des touristes ayant séjourné en Tunisie au cours de la période précitée s’est élevé à plus de 6 millions de touristes, soit une croissance de 17 % par rapport à la même période de l’année 2017, selon Néji Ben Othmane.
Le DG de l’ONTT a ajouté que les marchés européens ont enregistré une croissance de 46%, dont une évolution de 60% sur le marché allemand et 100% au niveau du marché belge.
Ben Othmane souligne que “les recettes touristiques ont enregistré une évolution de 48% de janvier jusqu’au 10 septembre, soit l’équivalent de 2818,5 millions de dinars et l’équivalent de 925 millions d’euros, ce qui représente une croissance de 28% par rapport à la même période de l’année écoulée“.

Quant aux objectifs pour la prochaine saison touristique sur le marché français, le directeur général de l’Office national du tourisme tunisien déclare que “l’ONTT mise sur 800 à 900 mille touristes français“.
Pour le directeur général de l’ONTT pour la France, Sami Gharbi, “2018 est l’une des meilleures depuis ces dernières années“. Il annonce “une progression du tourisme d’affaires et des longs séjours des séniors qui consolideront davantage les résultats à la fin de l’année“.
Pour ce faire, une nouvelle campagne de communication basée sur l’affichage urbain en Ile-de-France et les villes de départ a démarré en septembre et se poursuivra jusqu’au mois de novembre, et reprendra au début de janvier 2019.
L’ONTT à Paris a dressé un stand de 104 mètres carrés pour permettre à presque 200 professionnels du tourisme tunisien, qui participent à la 40ème édition du salon “Iftm Top Resa”, de conclure des affaires et de se positionner davantage sur le marché français.

Iftm Top Resa“, qui est en à sa 40ème édition, est un rendez-vous annuel des professionnels internationaux du tourisme. Ce salon BtoB réunit 32 480 professionnels de différents secteurs qui viennent à la rencontre des 1680 marques exposantes dont, offices de tourisme, compagnies aériennes, groupes hôteliers, entreprises technologiques et start-ups.

par -

Les Algériens se bousculent au portillon, pour se prélasser sous le soleil et sur les plages tunisiens, et c’est très bien, bon pour les hôteliers et agences de voyages tunisiens, bon pour le secteur touristique et l’économie locale en général. Cette ruée fait aussi le bonheur des voyagistes algériens, à tel point que le Président du Syndicat National des Agences de Voyages Algériennes (SNAV), Saïd Boukhelifa, a fait le déplacement à Tunis pour, entre autres, éteindre l’incendie de la campagne de dénigrement contre la destination tunisienne, une cabale fomentée, de l’aveu même de Boukhelifa, par certains médias et réseaux sociaux algériens. Mais le responsable l’a soutenu mordicus, devant la presse samedi 11 août 2018 dans notre capitale : “La Tunisie restera la destination la plus attractive et phare pour les Algériens pour les vingt ans à venir“… Et la suite après ces 20 ans ? Et bien on verra. Faut-il pour autant graver ces paroles sur le marbre ? Difficile à dire, car les flux de touristes dépendent de tellement de choses très aléatoires : La sécurité, la conjoncture économique et même le climat. Mais l’essentiel, pour l’instant, est la bonne volonté manifestée par la partie algérienne pour ne pas courroucer le voisin tunisien.

Boukhelifa est allé jusqu’à faire endosser à des opérateurs algériens l’entière responsabilité des quiproquos et la navrante campagne qui les ont suivis en Algérie. Il a déclaré que les opérateurs algériens se sont enhardis à faire des réservations pour des familles algériennes de façon inconsidérée, sans même prendre le temps d’avoir la confirmation de la part des deux hôtels tunisiens (Djerba et Sousse). Il brandit des sanctions contre ces agents indélicats, tout en qualifiant cette affaire de “tempête dans un verre d’eau“, et il a raison. Au regard de la grande masse des visiteurs algériens, 1,2808 million jusqu’au 20 juillet dernier, selon le président de la Fédération Tunisienne des Agences de Voyages et de Tourisme (FTAV), Jabeur Ben Attouch, en hausse de 17, 7%, ces incidents sont une broutille. Il n’y a vraiment pas de quoi gâcher la fête, des deux cotés, avec un flux de touristes algériens estimé par Boukhelifa à 2,2 millions d’ici fin 2018…

Et le reste ?

Le reste, et bien ce sont des sujets dont personne ne parle, ou très peu, et pourtant ! Le reste ce sont les échanges commerciaux entre les deux pays, très déséquilibrés, en faveur de l’Algérie, alors que la Tunisie se coltine un énorme déficit commercial, -749,6 Millions de dinars, lesquels viennent s’ajouter aux autres tourments infligés par la Chine, l’Italie, la Turquie et la Russie. Mais si la Tunisie a conversé avec la Turquie, qui a donné son accord de principe pour soulager son partenaire, rien entre l’Algérie et la Tunisie, aucune discussion pour tenter d’inverser la tendance. En tout cas on n’a eu vent d’aucun pourparler dans ce sens. Le problème reste donc entier, comme l’est aussi le dossier de l’UMA (Union du Maghreb Arabe), qui a plus que jamais des allures de voeu pieux, de chimère, tant elle se dérobe face à toutes les initiatives depuis des décennies. Pourtant elle pourrait être la solution, au déficit commercial de la Tunisie par exemple, en ouvrant grand les frontières et les marchés, ceux de l’Algérie et des autres. Mais voilà, cette affaire ne passionne pas. Même l’actuel secrétaire général de l’UMA, le Tunisien Taïeb Baccouche, éreinté par les efforts pour réveiller l’Union de son coma profond, a fini par se lasser et a maintenant des envies de tout larguer, pour jeter son dévolu, pourquoi pas, sur le fauteuil du palais de Carthage. En tout cas il ne dément pas formellement ceux qui lui en prêtent l’intention, et on le comprend !

C’est la débandade partout autour de l’UMA, sauve-qui-peut est l’expression la plus appropriée. Le Maroc a été le premier à filer… vers la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest), une organisation solide, sans doute parmi les plus structurées et les plus prospères du continent, et qui pourrait régler beaucoup de problèmes de Rabat, même si ce dernier n’a pas attendu le fameux sésame pour exister économiquement en Afrique de l’Ouest. Les petites affaires du Maroc marchent tellement qu’elles ont donné des idées à la Tunisie, qui elle aussi frappe à la porte de la CEDEAO, après avoir décroché son ticket pour le COMESA (Marché commun de l’Afrique orientale et australe) ; et demain la ZLECA (Zone de Libre-Echange Continentale Africaine) pour laquelle Tunis a déjà apposé sa signature. La Mauritanie, autre membre de cette UMA qui n’existe finalement que sur le papier, lorgne également la communauté ouest-africaine, qu’elle avait pourtant sèchement plaquée en 2000. Même l’Algérie, que les recettes de son pétrole ne nourrissent plus, daigne enfin regarder du côté de l’Afrique subsaharienne. Quant à la Libye, elle a d’autres chats à fouetter, avec une partition de fait du pays (deux banques centrales, deux gouvernements, deux Parlements), un avenir politique plus bouché que jamais et une insécurité sur laquelle se fracassent toutes les tentatives de la communauté internationale pour pacifier le pays. Bref, pendant que les chancelleries maghrébines regardent ailleurs avec des yeux de Chimène, il n’y a plus personne pour s’occuper de l’UMA.

Si le tourisme pouvait tout solutionner, la France, championne du monde toutes catégories avec ses 89 millions de visiteurs cette année, n’aurait pas les soucis qu’elle a en ce moment : Déficit commercial (elle exporte beaucoup, notamment dans l’aéronautique, l’automobile, l’industrie pharmaceutique et celle du luxe, mais pas suffisamment), chômage (8,9% aux dernières nouvelles, trop élevé pour la 7e puissance économique mondiale et par rapport à ses voisins), etc. Et que dire alors de la Tunisie…

par -

A la date du 31 juillet 2018, la Tunisie comptabilise 4.362.576 touristes étrangers. Le total des arrivées aux frontières affiche une hausse de 22,7 % par rapport à la même période de 2017. Le nombre de visiteurs européens, 1.311.436 d’après le ministère du Tourisme, lequel puise ses chiffres auprès de la direction des frontières du ministère de l’Intérieur, était en progression de 54,9 %. Les arrivées des Français progressaient ainsi de 41,4 %, les Allemands de 63,9 % et les Russes de 83,8 % par rapport aux chiffres de l’année dernière. Sur la frontière Ouest, ils étaient 1.073.448 Algériens, en hausse de 14,6 %, à jeter leur dévolu sur la Tunisie pour leurs vacances estivales. Le pays avait aussi reçu 16.620 touristes chinois, un chiffre en évolution de 51,6 % malgré son petit nombre.

Les recettes maintenant, qui intéressent beaucoup, semble-t-il, le leader d’Ennahdha et chef de son bloc parlementaire, Noureddine Bhiri. Et bien les revenus du tourisme montent à 1,747.9 Milliards DT. Le paquet, au 31 juillet 2018, est en hausse de 41,1 % par rapport à celui de la même période de 2017. Libellée en devises, la recette touristique ne dépassait pas jusque-là les 578 M€, ce qui faisait une amélioration de 7,8 % en monnaie européenne et une recette de 698,5 M$, soit une hausse de 16,9 % en Dollar américain. Les chiffres sont bons, incontestablement et contribuent indéniablement au stock de devises du pays, mais c’est sans commune mesure avec les sous-entendus de Bhiri, qui voudrait installer dans les têtes des citoyens que les autorités, le gouverneur de la BCT en tête, seraient responsables d’une déperdition de la manne touristique

par -

Le secteur du tourisme en Tunisie est sur de bons rails pour atteindre des sommets 2018. Le fait est que les indicateurs commencent à passer au vert sans pour autant renouer avec les performances de 2010, une année référence qui a vu 6,9 millions de touristes étrangers débarquer en Tunisie. Les professionnels du secteur sont très optimistes et espèrent que ce sera chose faite en 2018, pour autant que l’élan actuel garde son cap, notamment en matière de sécurité où la Tunisie est créditée de progrès significatifs, mais pas encore assez consistants pour autoriser un retour massif.

Cet optimisme est confirmé par les statistiques. De récents chiffres dévoilés par le ministère du Tourisme relèvent que les entrées touristiques ont atteint 662 mille 680 visiteurs, du 1er janvier jusqu’au 20 février 2018, soit une hausse de 19% par rapport à la même période de 2017. Les recettes touristiques jusqu’à cette date se sont élevées à 245 millions de dinars (MD), en progression de 16%. En contre partie, les nuitées touristiques ont régressé de 6%, à 706 mille nuitées, à fin janvier 2018, par rapport à la même période de 2017.

On rappelle que la ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Salma Elloumi, a récemment confié à l’agence de presse Reuters que la Tunisie prévoit d’accueillir 8 millions de touristes cette année, signalant que les taux de réservation pour les touristes européens et d’autres nationalités sont très importants.

Elloumi a relevé que les chiffres du secteur enregistrés en 2017 étaient déjà en hausse de 23% par rapport à l’année précédente, soit 7 millions. Elle a, encore, précisé que la reprise touristique sera bel et bien confirmée en dépit des attentats terroristes qui ont été perpétrés à Sousse et au musée du Bardo en 2015.

Après deux années stériles, il y a des signes selon lesquels l’industrie du tourisme reprend enfin vie. Le gouvernement tunisien a pris une série de mesures pour soutenir le secteur dans sa crise. Une batterie de «mesures exceptionnelles» ont été mises en place après l’attaque à Sousse et du Bardo, notamment un soutien financier aux établissements touristiques, une réduction des impôts et l’assouplissement des conditions d’octroi des visas. Des dispositifs de sécurité supplémentaires ont été déployés autour des sites touristiques, les ports tunisiens, les aéroports…

La Tunisie est désormais mûre pour développer à moyen terme une offre touristique plus diversifiée, qui pourrait attirer davantage de visiteurs. Il est temps d’innover, de sortir des sentiers trop battus, de se dégager de sa zone de confort, l’avenir économique du pays et le succès de la Révolution en dépendent, du moins en partie !

par -

La ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Salma Elloumi, a révélé jeudi que la Tunisie a enregistré, au cours des 11 premiers mois de 2017, 6,4 millions entrées touristiques soit une évolution de 23% par rapport à la saison dernière et des recettes de 2,5 Milliards de dinars (une hausse de 3%).
Elle a indiqué, jeudi, que le département oeuvre pour que l’année 2018 soit celle du décollage du tourisme tunisien et de consolidation de la reprise enregistrée au cours de cette saison.
Elle a souligné que le département organise des actions de promotion de la destination Tunisie, pays d’ouverture et de civilisation et oeuvre à la diversification des offres touristiques dont en particulier le tourisme culturel et de santé qui attirent environ 500 mille touristes par an outre le tourisme de congrès et de sports.
Elle a indiqué que le rôle des représentants de l’Office national du tourisme Tunisien (ONTT) à l’étranger est de plus en plus important, surtout avec la relance que connait le secteur, précisant que le marché européen a évolué de 19% et le marché français, qui a commencé à reprendre sa place parmi les premiers marchés des entrées en Tunisie, a connu une hausse de 47% au cours des 11 premiers mois de 2017 avec 535 mille touristes.
La ministre a également valorisé l’importante évolution réalisée par le marché algérien qui a atteint 42% (2,163 millions de touristes) outre le retour du marché libyen et l’évolution du marché du golfe arabe.

par -

Dans une déclaration accordée à Africanmanager, la ministre du Tourisme, Salma Elloumi, a déclaré que les entrées touristiques ont généré 2,4 Milliards de dinars de recettes et ce, depuis le début de l’année en cours jusqu’au 31 octobre 2017.

Sur un autre volet, elle a ajouté que les indicateurs touristiques se sont améliorés en comparaison avec l’année 2015, marquée par l’attentat terroriste à Sousse.

Elloumi a également précisé que le nombre des arrivées touristiques a enregistré une évolution de 23% par rapport à l’année précédente, soit 6 millions de visiteurs…

par -

Tabarka et Ain Draham connaissent depuis des années un développement notable du secteur touristique et ce, grâce à leur gros potentiel balnéaire et forestier et à l’existence d’une excellente infrastructure touristique. Pourtant cette région a été toujours marginalisée et n’a pas bénéficié d’un plan stratégique consistant visant le développement du tourisme et de l’installation de projets de loisirs et de divertissement pour attirer les touristes étrangers.

Selon le rapport du commissariat régional au Tourisme de Tabarka, pour la première fois depuis 2010, le nombre des entrées de touristes à Tabarka et Ain Draham a enregistré un record, au cours de cette année, de même que le nombre de nuitées, avec une croissance respective de 167% et 170%, par rapport à la même période de l’année 2016.

Le nombre des entrées, au cours de ces derniers mois, a atteint 27.700 contre 10.370 en janvier 2016 et le nombre de nuitées 46 mille contre 17.000.

On signale que cette région reste la destination préférée des touristes algériens, leur affluence s’explique essentiellement par les similitudes culturelles entre les deux peuples, la non-imposition du visa, les prix accessibles et la proximité des frontières.

Les points frontaliers de Melloula, à Tabarka et Babbouche, à Aïn Draham, ont connu en janvier 2017 une grande affluence de la part des touristes algériens. Le point frontalier de Melloula a enregistré l’entrée de 3 à 4 mille Algériens.

On note également qu’au cours de la période du 1er janvier au 30 novembre 2016, les entrées des Algériens à travers ce poste frontalier ont sensiblement augmenté par rapport à l’année dernière (+26%), passant de 400 mille à 530 mille touristes.

Au niveau du point frontalier de Babbouche, 100 mille Algériens sont entrés au cours de la même période, contre 68 mille l’année dernière (+49%).

Sur un autre volet, le nombre des touristes dans les hôtels de Tabarka et Aïn Draham a augmenté de 16,7% entre 2015 et 2016, à 148 mille 595 personnes.

S’agissant des nuitées, elles se sont élevées à 289 mille 47, en augmentation de 8,3%.

Généralement les Algériens aiment passer leurs vacances en Tunisie et ils continuent de le prouver !

Une ligne directe Paris-Tabarka dédiée aux golfeurs

Lors de la onzième édition du Salon du Golf, qui s’est récemment déroulé à Paris, Porte de Versailles, le directeur des ventes du Tour Opérateur Royal First Travel, Joseph Trabelsi, a indiqué à la TAP que « des vols directs seront affrétés vers Tabarka à partir de fin juin et jusqu’à mi-septembre pour bien desservir la destination et attirer les golfeurs ».

Pour sa part, la directrice des ventes à l’hôtel la Cigale Tabarka, Mouna Ben Abdeladhim, a souligné que « l’inauguration du golf de la Cigale à Tabarka est prévue le 25 mars 2017 ».

Et d’ajouter que « le golf la cigale Tabarka, qui était fermé depuis 2012 pour rénovation, s’étale sur 10 hectares et dispose d’une technicité de parcours de haut niveau et contient sept trous ».

par -

Quelques 231 336 entrées touristiques ont été enregistrées au mois de Janvier 2017, en évolution de 10,5% par rapport au même mois en 2016, alors que les prémices d’une reprise du tourisme européen et notamment français et anglais, vers la destination Tunisie, se dessinent, rapporte la TAP, citant les dernières statistiques de l’Office National du Tourisme Tunisien (ONTT).
La configuration du marché touristique reste inchangée, puisque 58,4% des touristes arrivés au cours du mois de janvier 2017, sont des maghrébins, au nombre de 182 514 personnes, (+7,9% par rapport à 2016). La part du lion revient aux algériens (97 978 entrées en hausse de 48,7%), suivis par les libyens dont les entrées se sont élevées à 80 696 personnes (+18,2%).
S’agissant des marchés traditionnels de la Tunisie, le nombre des touristes européens a atteint, au cours de janvier 2017, 39 462 touristes (12,6% des entrées enregistrées), avec une amélioration des entrées des français (20 250 touristes, en hausse de 29,5%).
Après avoir déserté la Tunisie, à la suite de l’attentat de Sousse (26 Juin 2015), quelque 1500 touristes anglais, attirés par les bas prix pratiqués par les unités hôtelières, ont visité la Tunisie, au mois de Janvier, enregistrant une augmentation de 22,4%, par rapport à l’année dernière.
Le nombre des Tunisiens résidents à l’étranger a atteint 81 mille visiteurs (+21,6%), représentant 25,9% du total des entrées au cours du mois de janvier 2017, (312 336 entrées des non-résidents).
S’agissant des statistiques de l’année dernière, à la fin de décembre 2016, le nombre des entrées touristiques enregistrées en Tunisie a atteint 5,7 millions, en hausse de 7% par rapport à 2015. Le nombre de nuitées touristiques a atteint 17,5 millions, en hausse de 11% par rapport à 2015. Ce résultat est dû à la hausse des entrées des Algériens (1,8 million, +22%) et des Russes (623.000, + 1000%).
Le tourisme intérieur a également, enregistré une hausse de 4% pour un total de 5 millions de nuitées passées dans les hôtels.

par -

Selon le site «  La Tribune de Genève », les réservations pour la Turquie sont en chute libre dans les agences de voyages, suite à la vague d’attentats dont a été victime le pays. Les arrivées de touristes étrangers ont chuté de 40% en Turquie en juin par rapport au même mois de l’an dernier, à leur plus bas niveau cette année, en raison des attentats et de la brouille avec la Russie, a indiqué ce jeudi le ministère du Tourisme.

Mais l’impact de l’attentat à l’aéroport Atatürk d’Istanbul le 28 juin, attribué au groupe djihadiste, Etat islamique (EI), et le coup d’Etat raté du 15 juillet d’une faction de l’armée devraient se faire sentir sur les statistiques du mois de juillet.

Ce mois est traditionnellement un mois de haute saison touristique pour un secteur qui a engrangé 35 milliards de dollars (31,5 milliards d’euros) de revenus l’an dernier.

Quelque 2,43 millions d’étrangers ont visité en juin la Turquie, en baisse de 40,86% par rapport à juin 2015, a annoncé le ministère du Tourisme.

Les arrivées de touristes russes se sont effondrées de 93% en juin en raison du différend diplomatique entre les deux pays, qui viennent juste de se réconcilier. L’attentat à Atatürk (47 morts) comme la tentative de putsch manqué en juillet (270 morts) avaient entraîné une fermeture temporaire de l’aéroport, a précisé la même source.

 

par -

La crise touristique que vit la Turquie s’est considérablement aggravée ces derniers temps. Les touristes des quatre coins de la planète ont boudé la destination : Les hôtels, les restaurants et les magasins sont désespérément vides, malgré la saison estivale, rapporte le site « sputnik news ».

Selon les données officielles, ces quatre derniers mois, le nombre de touristes étrangers en Turquie a baissé de 16,5% par rapport à la même période en 2015. Les autorités turques constatent un reflux important des touristes depuis ce printemps, un fait inédit depuis 1999. Ainsi, en raison du reflux brusque des touristes étrangers, les hôtels turcs sont devenus un tiers moins chers.

Plusieurs représentants du business touristique évoquent les pertes subies et la réduction forcée du personnel, voire même la perspective de fermeture des hôtels et restaurants. Ainsi, un des propriétaires de l’hôtel à Alanie a annoncé qu’il lui avait fallu réduire le personnel de 360 à 220 employés en un an, a ajouté la même source.

par -
Les entrées touristiques ont atteint 5

Les entrées touristiques ont atteint 5,4 millions de visiteurs au 31 octobre 2013, en hausse de 5,7%, par rapport à la même période de 2012 .Ces chiffres indiquent que le nombre des entrées de 2010 n’a pas toujours été atteint (- 10,7%), selon les dernières statistiques du département du Tourisme, rapportées par l’agence TAP.

Les trois premières semaines d’octobre se sont soldées, d’après l’ONTT, par une hausse de 21,5 % des entrées européennes par rapport à 2012, avec quelque 200 mille entrées , et les quatre principaux marchés émetteurs de touristes vers la Tunisie, à savoir la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Italie, étaient en hausse avec des taux respectifs de 12,9%, 4,3%, 38,6% et 49% .

par -
Les entrées touristiques ont reculé de 3

Les entrées touristiques ont reculé de 3,7%, entre 2013 et 2012 (du 1er janvier au 20 avril), à 1 194 396 touristes. Cette baisse a touché plusieurs nationalités, surtout celles européennes et maghrébines, selon les dernières statistiques publiées par l’ONTT. Comparée à 2010, la chute de l’activité touristique a été nettement perceptible (-16,4% à 1428 647 touristes).

Pour les entrées européennes, elles ont globalement, régressé de 8,6%, à 377 947 touristes.

Par rapport à 2010, la baisse est plus marquée (-35,6%).

Le premier marché touristique de la Tunisie, la France s’est replié de 22,9%, à 137 658 touristes.

Le flux touristique français a même chuté de moitié par rapport à 2010 (- 48,5%).

Les entrées touristiques en provenance d’Allemagne ont stagné à 58 824 personnes et celles du marché anglais ont cru de 12,9%, à 64 774 touristes.

Quant au tourisme maghrébin, les statistiques de l’ONTT, montrent une diminution des entrées de 1,4% (778 199 touristes) par rapport à l’année écoulée et de 2,2% par rapport à 2010.

Le nombre de visiteurs libyens a reculé de 3,7%, à 562 529 personnes. Par contre, les entrées des algériens se sont améliorées de 6,3% (202 102 touristes).

Les recettes touristiques ont reculé de 3,1%, à 644,7 millions de dinars, par rapport à 2012 et de 4,6%, comparé à 2010 (675,9 MD).

Malgré la traque de groupes terroristes retranchés dans les forêts du mont Chambi, le ministre du tourisme, Jamel Gamra, avait annoncé, jeudi, lors d’un point de presse, “la croissance du taux de réservation au cours des quatre dernières semaines, notamment celles provenant des marchés français et russe”. Il a par ailleurs, évoqué les efforts qui seront déployés par son département en vue d’attirer les touristes algériens, libyens et ceux des pays du golfe.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

C’est un drôle de statut, celui publié par Achref Barbouche, sous le titre de «La politique en Tunisie, en deux mots ». Des mots, presque...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux

SPORT