Tags Posts tagged with "envoyé spécial"

envoyé spécial

par -

À la suite des consultations de paix qu’il a convoquées la semaine dernière à Genève, l’Envoyé spécial de l’ONU pour le Yémen, Martin Griffiths, a indiqué au Conseil de sécurité qu’il ne s’attendait pas à ce que ce soit « une mission aisée ».

« La guerre a connu une escalade sur tous les fronts. Le degré de confiance est au plus bas et les coûts humain et humanitaire ne cessent de croître », a déclaré M. Griffiths aux membres du Conseil par visioconférence depuis Amman, en Jordanie.

Si les parties au conflit sont piégées dans « un cycle vicieux de violence », le peuple yéménite, à l’inverse, aspire à une solution politique pacifique pour mettre fin à la guerre et avoir un gouvernement qui puisse satisfaire ses besoins fondamentaux, a expliqué M. Griffiths, faisant état de la « course contre la montre pour sauver ce qui reste des institutions publiques » du pays.

En dépit du fait que l’une des parties était absente aux consultations à Genève, l’ONU a pu quand même pu relancer le processus politique, a assuré l’Envoyé spécial. « J’étais tout aussi déçu que vous de ne pas avoir pu amener la délégation de Sana’a à Genève et j’espère que cela ne se reproduira plus », a-t-il ajouté.

Le processus politique yéménite connaîtra des hauts et des bas, a prédit M. Griffiths. Cela ne démontre pas forcément que la situation politique et militaire n’est pas propice à des consultations officielles. « Certes, ce processus n’est pas facile. Il faut de la volonté politique, de la détermination et l’engagement de tous les acteurs, y compris des membres du Conseil de sécurité », a-t-il recommandé.

« Je vois mon rôle comme un travail aux côtés des parties pour comprendre leurs préoccupations », a indiqué l’Envoyé spécial. Mon rôle, a-t-il précisé, est de les encourager tout en leur rappelant la nécessité de respecter leurs obligations et leurs responsabilités vis-à-vis du peuple yéménite et de la communauté internationale.

Le déclin économique plonge de plus en plus de Yéménites dans la pauvreté

Les parties ne doivent pas se laisser entrainer dans de nouveaux affrontements militaires de grande envergure, a mis en garde M. Griffiths. Il s’est notamment dit préoccupé par les attaques des forces Ansar Allah contre l’Arabie saoudite et en Mer rouge.

En outre, le déclin économique au Yémen plonge de plus en plus de personnes dans la pauvreté et risque de déclencher un conflit dans le sud. Les manifestants dans les gouvernorats du sud ont exprimé leurs préoccupations quant à la fourniture des besoins de base. Il faut entendre les voix du sud du pays, a fait valoir l’Envoyé spécial.

M. Griffiths a indiqué qu’il allait continuer ses discussions dans le cadre d’une série de visites ces prochains jours, dans le but de réaliser des progrès tangibles en s’appuyant sur les discussions de Genève et les principales mesures de renforcement de la confiance, dont l’échange de prisonniers et l’ouverture de l’aéroport de Sana’a. Il a dit souhaiter un engagement fort des parties de poursuivre les consultations.

L’Envoyé spécial prévoit également de rencontrer plusieurs acteurs du sud du pays pour trouver un accord sur leur participation au processus politique, processus au sein duquel les femmes ont un rôle à jouer, l’inclusivité étant cruciale.

Ce chemin vers la paix ne sera pas linéaire, a insisté M. Griffiths. « Il n’est pas surprenant que certains trouvent difficile d’y participer », a-t-il dit. « Avancer vers la paix est urgent à présent, c’est là une leçon que l’on tire de Genève ».

par -

L’Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, Staffan de Mistura, était mercredi 18 avril 2018 à Ankara, en Turquie où il a eu des entretiens avec de hauts responsables turcs.

Après la capitale turque, Staffan de Mistura se rendra ce vendredi 20 avril à Moscou puis à Téhéran pour des consultations avec de hauts responsables russes et iraniens.

Lors de sa dernière visite dans la capitale russe le 29 mars, M. de Mistura avait rencontré le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov et le ministre de la défense, Sergey Shoigu.

« Suite à sa rencontre avec le Secrétaire général de l’ONU à Riyad le 16 avril dernier et compte tenu des tensions actuelles, l’Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie procède à d’intenses consultations de haut niveau », indique les services de M. de Mistura dans un communiqué. Selon le bureau de l’envoyé onusien, l’objectif de ces consultations est de « déterminer de manière proactive les options permettant une relance significative du processus politique facilité par les Nations Unies, comme demandé par la résolution 2254 (2015) du Conseil de sécurité ».

Dans le cadre de ses efforts diplomatiques, M. de Mistura a récemment participé au sommet de la Ligue des États arabes en et à la réunion des ministres des affaires étrangères de l’organisation régionale qui se sont tenus en Arabie saoudite. Le médiateur onusien s’est notamment entretenu avec le Secrétaire général de la Ligue des États arabes, les chefs des diplomaties égyptienne, jordanienne et iraquienne ainsi qu’avec Federica Mogherini, la Haute-Représentante pour les affaires étrangères et les politiques de sécurité de l’Union européenne.

L’Envoyé spécial a également assisté aux entretiens que le chef de l’ONU, António Guterres a eus avec le Roi Salman, le Prince héritier Mohammad Bin Salman et le ministre saoudien des affaires étrangères, Adel al-Jubeir.

M. de Mistura poursuivra son marathon diplomatique les 24 et 25 avril prochain lors de la deuxième conférence de Bruxelles sur l’avenir de la Syrie et de la région. Dans la capitale belge, l’Envoyé de l’ONU poursuivra ses consultations avec plusieurs ministres européens et de hauts représentants américains. « Il fera ensuite le point avec le Secrétaire général sur les résultats de ces consultations et informera, le moment venu, le Conseil de sécurité à New York », souligne le bureau de l’Envoyé spécial.
Présentation du premier rapport du Mécanisme d’enquête sur les crimes en Syrie
Mercredi matin à New York, Catherine Marchi-Uhel présentait à l’Assemblée générale des Nations Unies le premier rapport du Mécanisme d’enquête international, impartial et indépendant sur les crimes les plus graves commis en Syrie.

par -

Le président de la République, Béji Caied Essebsi a reçu, ce jeudi 10 novembre 2016, au palais de Carthage, Oumar Gueye, l’envoyé spécial du président du Sénégal, Macky Sall.

À l’issue de cette rencontre, l’envoyé spécial a déclaré qu’il avait donné à Béji Caied Essebsi, une lettre manuscrite envoyée par le président sénégalais, soulignant que cette visite s’inscrit dans le cadre de consolider les relations de coopération entre les deux pays.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

Ce Post, intitulé «Polémiques hôtelières», est l'oeuvre d'un homme qui a une grande expérience dans le secteur du tourisme et un ancien DG de...

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Par Mamadou Biteye et Vera Songwe* L’Afrique connait une croissance mais pas assez rapide. Afin de sortir plus de 400 millions d’Africains de la pauvreté,...

Reseaux Sociaux

SPORT