Tags Posts tagged with "essebsi"

essebsi

par -

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, a décoré, mardi 24 mai 2016, l’ambassadeur du sultanat d’Oman et doyen des diplomates en Tunisie des insignes de Grand officier de l’ordre de la République, à l’occasion de la fin sa mission en Tunisie, indique un communiqué de la présidence de la République.

A cette occasion, l’ambassadeur, Houcine Ben Omar Ben Abdallah Al Ibrahim a souligné la solidité des liens fraternels existant entre les deux pays.

Il a également réitéré la volonté de son pays de renforcer les liens de coopération dans les différents domaines.

par -

Selon le baromètre politique d’EMRHOD rendu public ce mardi 24 mai 2016, 25,9% des Tunisiens interrogés jugent que le président de la République Béji Caied Essebsi est la personnalité la plus apte à diriger le pays suivi de Hamma Hammami (12,1%), Néji Jalloul (7,7%), Safi Said (7,1%), Mohsen Marzouk (6,8%), Moncef Marzouki (6,3%), Abdelfattah Mourou (6,1%), Mehdi Jomâa (5,8%), Kamel Morjane (4,2%), Mohamed Abbou (4,1%), Rached Ghannouchi (4%).

Le Baromètre Politique d’EMRHOD est une enquête quantitative réalisée chaque mois depuis la révolution du 14 Janvier 2011 auprès d’un échantillon représentatif de la population Tunisienne en âge de voter (18 ans et plus).

Cette enquête a été réalisée entre le 16 Mai et le 19 Mai 2016 en interrogeant 1022 personnes, par téléphone dans les 24 Gouvernorats (zones urbaines et rurales).

par -

Le président Béji Caid Essebsi a salué l’évolution du mouvement Ennahdha sous la conduite de son président Rached Ghannouchi, évolution qui s’est traduite par des efforts visant à transformer le mouvement en un parti civil loin de toute forme d’endoctrinement et du monopole du discours au nom de l’islam.

« J’appelle de tous mes vœux un projet politique d’Ennahdha qui, après tous les changements, soit en totale harmonie avec le contexte national général », a-t-il dit dans son allocution à l’ouverture du 10ème congrès du mouvement Ennahdha dont les travaux ont démarré cet après-midi à Radès.

« J’ai hésité avant de décider de participer à cette cérémonie partant du souci de rester à égale distance de tous les partis et sensibilités politiques », a-t-il confié.

Et d’ajouter que sa décision de participer au congrès intervient en signe de considération aux efforts d’Ennahdha pour renforcer le consensus et la réconciliation nationale, citant à ce propos la participation du mouvement à un gouvernement consensuel qui « a protégé la Tunisie des pires dérives dans un contexte régional instable ».

Caid Essebsi a également salué le soutien manifesté par le président du mouvement et son parti aux choix des Tunisiens, ceux du consensus, de la pérennité de l’Etat et d’une société moderne.

Il a appelé les adhérents d’Ennahdha à œuvrer à consacrer l’orientation de leur mouvement qui se présente désormais en un parti civil.

Le mouvement Ennahdha est appelé à tenir compte du contexte social dans la conception de sa politique et de préconiser des solutions aux défis qui se posent indépendamment du fait qu’il soit au pouvoir ou en dehors du pouvoir, a estimé Caid Essebsi.

A l’ouverture du congrès, le vice-président d’Ennahdha Abdelfattah Mourou a souligné que son parti a décidé « de se rénover au service de la patrie »

par -
L’UGTT a nié

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi a rencontré vendredi au palais de Carthage le secrétaire général de l’UGTT, Houcine Abassi.

L’entretien a porté sur les moyens à même de régler dans les plus brefs délais les dossiers sociaux en suspens en vue de garantir la stabilité de la situation économique et sociale et améliorer le climat de l’investissement, a indiqué Abassi.

par -

Le chef de l’État, Béji Caied Essebsi a reçu ce lundi 9 mai 2016 au palais de Carthage le chef du gouvernement Habib, indique un communiqué de la présidence de la République rendu public sur sa page Facebook officielle.

A l’issue de cette rencontre, le chef du gouvernement a déclaré que la réunion a porté sur la situation générale dans le pays.

Lors de cette rencontre, Essid a donné au chef de l’État un exposé sur les résultats de sa récente visite en Libye et le programme de la visite qu’il entamera les 10 et 11 mai 2016 au Maroc.

par -
Habib Essid

Le chef de l’État, Béji Caied Essebsi a reçu ce lundi 2 mai 2016 au palais de Carthage, le chef du gouvernement, Habib Essid, indique un communiqué de la présidence de la République rendu public sur sa page Facebook officielle.

La réunion a porté sur la situation générale du pays et le suivi des mesures et des décisions gouvernementales concernant les aspects liés au développement ainsi que l’évolution de la situation en Libye.

Il a été également question du soutien de la Tunisie au gouvernement d’union nationale libyen dans ses efforts de mettre en place ses institutions d’État.

par -
La présidente de l’association des magistrats tunisiens (AMT)

La présidente de l’Association des magistrats tunisiens (AMT), Raoudha Karafi, a fait part, vendredi 29 avril 2016, de sa déception suite à l’adoption par le président de la République, Béji Caïd Essebsi, du projet de loi relatif au Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM).

Lors d’un point de presse à Tunis, elle a affirmé que cette loi a été promulguée sans que l’Instance provisoire de contrôle de la constitutionnalité des projets de loi (ICCPL) vérifie sa conformité avec la Constitution.

Rappelons que le chef de l’Etat avait promulgué jeudi la loi organique portant création du CSM, à la suite de la décision de l’ICCPL de transmettre au président de la République le texte dans sa version adoptée en plénière à l’ARP, le 23 mars 2016, pour absence de majorité absolue.

par -

La loi organique portant création du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) a été promulguée ce jeudi par le président de la République. Pour autant, elle  n’a pas mis fin à la vive controverse dont son adoption à l’unanimité par l’Assemblée des représentants du peuple  avait soulevée chez les juges. L’Association des magistrats tunisiens (AMT) a exprimé son étonnement de la promulgation de la dite loi par le chef de l’Etat Béji Caïd Essebsi. Dans une déclaration ce jeudi 28 avril 2016 à Africanmanager, Hamdi Mourad, secrétaire général de l’Association des magistrats tunisiens (AMT) a affirmé que la loi du CSM n’a pas obtenu la majorité absolue des députés pour qu’elle soit promulgué par le président de la République.

Etonnement mais aussi colère de l’AMT qui a rappelé avoir  appelé à maintes reprises à parachever le processus procédural de la loi en question, en la renvoyant  de nouveau devant l’Instance de contrôle de la constitutionnalité des projets de loi.  Elle a également appelé au renvoi du  projet de loi portant création du CSM devant l’ARP, conformément aux dispositions de l’article 23 de la loi organique n° 2014-14 pour délibération.

En outre, dans un communiqué, le bureau exécutif de l’Association des magistrats tunisiens (AMT) s’est déclaré « profondément » déçu de la promulgation par le président de la République de cette  loi sans pour autant « se soucier de l’épurer des vices d’inconstitutionnalité ». L’AMT a regretté que cette loi ait été promulguée malgré la déclaration de son inconstitutionnalité émise par l’Instance provisoire de contrôle de la constitutionnalité des projets de loi (ICCPL).

Le président de la République  a promulgué jeudi la loi organique à la suite de la décision de l’ICCPL de le transmettre au chef de l’Etat  dans sa version adoptée en plénière de l’ARP, le 23 mars 2016 pour absence de majorité absolue.

La décision de l’ICCPL intervient conformément aux dispositions de la loi organique n°2014-14 qui prévoit que l’instance statue sur la constitutionnalité des projets de lois à la majorité absolue de ses membres. Le cas échéant elle le transmet au Président de la République. Caïd Essebsi avait rencontré récemment le ministre de la Justice, le président de l’Instance provisoire de contrôle de la constitutionnalité des projets de lois ainsi que plusieurs experts en droit pour recueillir leur avis à ce sujet. L’Association des magistrats tunisiens (AMT) avait réclamé dimanche dernier le renvoi du projet de loi portant création du CSM devant le Parlement, conformément aux dispositions de l’article 23 de la loi organique n° 2014-14 pour délibération.

Des mouvements de protestation contre ce projet de loi ont été organisés  au début de mois d’avril dernier dans les sièges des cours d’appel contre la loi sur le CSM. Dans un communiqué récent, l’association a estimé que cette loi constitue une “régression” sur la voie de l’instauration d’une justice indépendante, et une “consécration” du modèle de justice du régime autoritaire. Il y a eu, selon l’association, d’une manipulation du projet gouvernemental sur le CSM, a fustigé l’association, estimant que le projet de loi retenu est celui de la commission de la législation générale.

C’est ainsi que l’AMT a pointé du doigt  l’ARP pour « des erreurs constitutionnelles d’ordre procédural qui ont entaché la procédure de l’adoption dudit projet de loi », accusant le ministre de la Justice Amor Mansour de “mutisme et de complicité” face à l’obstruction systématique du projet de loi avancé par le gouvernement.

Lors d’un point de presse récent, la présidente de l’AMT, Raoudha Garafi a déclaré que l’adoption du projet sur le Conseil supérieur de la magistrature, proposé par le gouvernement, et le maintien du projet de la Commission de la législation générale est « un coup de grâce » porté à l’indépendance de la justice.

Elle a ajouté que le refus par la Commission de la législation générale du projet de loi organique n°16 de l’année 2015, portant création du CSM, et son envoi en plénière est un « indice grave » qui risque de porter atteinte à l’indépendance de la magistrature.

Rappelons que le président de la République, Beji Caid Essebsi, a promulgué , jeudi 28 avril, la loi organique portant création du Conseil supérieure de la magistrature (CSM). « Cette promulgationvient réaffirmer la détermination du chef de l’Etat à respecter les dispositions de la Constitution et à hâter la mise en place des institutions constitutionnelles dont le CSM qui devra garantir l’indépendance et le bon fonctionnement de la justice », lit-on dans un communiqué de la présidence de la République rendu public ce jeudi 28 avril 2016.

L’Assemblée des représentants du peuple (ARP) avait adopté, le 23 mars dernier, à l’unanimité, le projet de loi portant création du Conseil supérieur de la magistrature.

par -

Le chef de l’État Béji Caïd Essebsi a exprimé ce jeudi 14 avril 2016 ses condoléances à la famille d’Ahmed Brahim ainsi qu’à ses camarades.

Dans un message publié sur la page officielle de la présidence de la République, Essebsi a dit : « J’ai perdu aujourd’hui un ami et un frère et la Tunisie a perdu un véritable militant qui a consacré sa vie aux causes de son pays et aux principes de justice, de liberté et de dignité. Un homme qui a joué un rôle important dans le succès de la transition démocratique après la révolution. Son départ est une grande perte pour la Nation ».

Pour rappel, l’ancien secrétaire général d’Al Massar, Ahmed Brahim est décédé, ce matin 14 avril 2015, à l’âge de 69 ans suite à une maladie chronique .

par -
Lors d'une interview accordée

Le président de la république Béji Caïed Essebsi commémorera la fête du 9 avril, à la mémoire des martyrs ce samedi à Ben Guerdane du gouvernorat de Médenine, rapporte Mosaïque Fm.

Lors de cette visite, Béji Caïed Essebsi rendra hommage aux institutions militaire et sécuritaire qui ont gagné la bataille du 7 mars dernier dans la région contre des terroristes.

Il inspectera également les différentes unités sécuritaires à Ben Guerdane.

par -

Le chef de l’Etat, Béji Caied Essebsi a reçu ce mardi 5 avril 2016 au palais de Carthage, le ministre des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, indique un communique de la présidence du gouvernement rendu public ce mardi 5 avril.

Lors de cette entrevue, le ministre des AE a fait un exposé sur les résultats de sa dernière visite en Mauritanie en tant qu’envoyé spécial du président de la République et les efforts de la Tunisie pour activer l’action maghrébine commune.

Il a été également question des derniers développements du dossier libyen et les étapes que la Tunisie entend faire pour activer la décision de réouverture de ses missions diplomatique et consulaire dans la capitale libyenne, Tripoli.

par -

Le président de la République, Béji Caied Essebsi a reçu ce lundi 4 avril 2016 au palais de Carthage, le chef du         gouvernement Habib Essid, indique un communiqué de la présidence de la République.

La réunion a porté sur la situation générale du pays notamment au niveau sécuritaire et social.

Il a été également question des grandes réformes et des projets de développement dans les régions dites prioritaires.

par -

Beji Caid Essebsi, actuellement en visite officielle à la Confédération Suisse, a intégré (par erreur) le pays dans l’Union Européenne. C’est ce qu’il a en tout cas affirmé lors de son discours dans la salle des pas perdus, au palais fédéral.

Emanuelle Jaquet, correspondante de la RTS, avait transmis la déclaration sur Twitter ce matin, en direct de Berne :

 

Il ne s’agit pas de la première gaffe du président de la république. En mars dernier, lors du défilé qui a suivi l’attentat du Bardo, BCE avait remercié François Mitterrand à la place de l’actuel président français François Hollande pour sa présence…

La visite du président tunisien en Suisse vient dans le cadre du renforcement des relations entre les deux pays. le président de la Confédération (qui ne fait certes pas partie de l’UE) Johann Schneider-Ammann a félicité la Tunisie pour avoir «traversé les nombreux écueils du Printemps arabe avec beaucoup de maturité et de sagesse», selon ses dires.

 

 

par -
Une déclaration de Béji Caied Essebsi est attendue

Une déclaration de Béji Caied Essebsi est attendue, avant la fin de cette semaine dans laquelle il appelle les forces centristes et modernistes à se rassembler autour d’une alternative politique, croit savoir le journal Al Maghreb.
Citant des sources proches de l’ex-Premier ministre, le journal précise que cette déclaration ne sera pas hostile à la troïka au pouvoir, mais une « réponse à l’ambition de segments importants de la société tunisienne, de rééquilibrer les forces politiques nationales ».

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

C’est un drôle de statut, celui publié par Achref Barbouche, sous le titre de «La politique en Tunisie, en deux mots ». Des mots, presque...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Selon des données annoncées par le quotidien L’Economiste et rapportées par Yabiladi, les Marocains devront supporter une nouvelle hausse des dépenses, après l’augmentation des...

Reseaux Sociaux

SPORT