Tags Posts tagged with "extraction"

extraction

par -
Les promesses du gaz de schiste, 650 milliards de m3... mais il y a un gros hic

Le gouvernement tunisien envisage, dans le cadre de la diversification des sources d’énergie, d’explorer les hydrocarbures non conventionnels, en particulier le gaz de schiste, en dépit de l’opposition de l’opinion publique et des organisations de la société civile.

Les autorités ont déjà donné le feu vert, en 2015, à l’élaboration d’une étude “d’évaluation environnementale et stratégique pour l’exploitation et l’extraction d’hydrocarbures en Tunisie à partir des réservoirs non conventionnels“, moyennant un investissement de l’ordre de 2 millions 75 mille dinars.
C’est la preuve que les gouvernements successifs de l’après-révolution (2011) n’ont pas tranché la question de l’extraction et ne se sont pas déclarés, clairement, pour ou contre l’exploration du gaz de schiste en Tunisie, alors que d’autres pays, dont la France, ont banni par la loi les forages de schiste.
Le ministère de l’Environnement, qui chapeaute cette étude, menée par le bureau d’études tunisien “SCET- Tunisie” et le canadien WSP, estime qu’elle va “aider à la prise de décision” et convaincre l’opinion publique défavorable au recours à cet hydrocarbure non conventionnel, qu’est le gaz de schiste.

Selon plusieurs études, l’Etat tunisien aurait permis à quelques entreprises étrangères d’exercer des fracturations hydrauliques pour l’extraction d’hydrocarbures conventionnels et non conventionnels.
Depuis octobre 2012, des ONG se sont mobilisées et ont organisé un sit-in devant l’ANC (Assemblée nationale constituante), pour dénoncer les intentions d’exploration du gaz de schiste. Ils ont fait part aux députés de leur opposition à la fracturation hydraulique, espérant la constitutionnalisation du droit des générations futures aux richesses naturelles de leur pays. Une attente d’ailleurs satisfaite, puisque la nouvelle Constitution tunisienne a stipulé clairement la garantie de ce droit, dans l’article 13 et 129.
En mai 2015, un “forum méditerranéen contre la fracturation hydraulique et le gaz de schiste”, a vu le jour après les actes de violence et les protestations dans la délégation d’El Faouar à Kébili (sud de la Tunisie), après l’annonce de l’exploitation de nouveaux permis pétroliers dans la région.
Le forum avait appuyé les protestations sociales contre les pratiques de certaines sociétés étrangères actives dans le domaine de l’extraction gazière et pétrolière dans le sud du pays.
L’étude précitée prévoit d’établir des contacts avec les populations dans les régions concernées par l’exploration du gaz de schiste.

Une affaire qui pèse lourd

Les ressources en gaz de schiste ont été évaluées en Tunisie à 114 000 milliards de pieds cubiques et celles techniquement récupérables sont évaluées, en 2011, à 18 000 milliards de pieds cubes (soit environ 510 milliards de m3).
– 23 000 milliards de pieds cubes, soit environ 650 milliards de m3, de réserves de gaz de schiste revues à la hausse par l’Administration américaine de l’Information sur l’énergie de (EIA).
– Comparé à d’autres pays, ce potentiel reste modeste mais demeure néanmoins dix fois supérieur à celui des réserves prouvées de gaz dit “conventionnel”, selon la même source.
– Les réserves techniquement exploitables en huiles ou pétrole de schiste sont estimées à 1,5 milliards de barils.
– Les ressources en hydrocarbures non conventionnels sont regroupées dans le bassin de Ghadamès, que la Tunisie partage avec l’Algérie et la Lybie, et dans le bassin pélagien qui borde la côte Est du pays. Les formations schisteuses sont le Silurien Tannezuft et le Dévonien Frasnien, pour le bassin de Ghadamès, et le Jurassic Nara, le Crétacé Fahdane, le Crétacé Bahloul et l’Eocène Boudabous, pour le bassin pélagien.

Dans un entretien accordé à l’agence TAP, le directeur de l’environnement industriel au ministère de l’Environnement, Youssef Zidi, a précisé qu'”un comité spécial va assurer l’évaluation et le suivi de ses résultats. Ensuite, les associations, les représentants et les experts dans les régions concernées, seront invités par les bureaux d’études, à des contacts de vulgarisation, dans l’espoir de les convaincre et finir avec des recommandations qui aident le gouvernement à décider“.
Et d’ajouter : “le gouvernement tunisien ne va pas se contenter des études menées sur les réserves de gaz de schiste, par l’AIE et la compagnie Shell ou d’autres études. Il a opté pour une étude nationale menée par des experts tunisiens pour confirmer ou infirmer les informations déjà publiées“.

Les lois actuelles ne régissent pas les hydrocarbures non conventionnels !

L’Etat tunisien semble aller de l’avant dans le choix de l’exploration des hydrocarbures non conventionnels bien que l’actuel Code des hydrocarbures, tel que promulgué en 1999, ne régisse pas les hydrocarbures de roche-mère, selon une analyse accessible sur Internet, de la spécialiste du droit de l’environnement et d’urbanisme Afef Hammami. https://tn.boell.org/sites/default/files/afef_marrakchi_-_modification_du_code_des_hydrocarbures.pdf
Le code dans sa version actuelle est “lacunaire” et incapable d’encadrer l’exploitation du gaz de schiste en Tunisie. Donc, toute activité déjà entreprise dans le domaine du non conventionnel est illégale, laisse entendre l’analyse.
Elle est même lacunaire s’agissant de l’exploitation des gaz conventionnels. “Les obligations incombant aux sociétés pétrolières sont jugées insuffisantes, trop générales et pas assez contraignantes. Un tel vide juridique laisse la possibilité aux entreprises de proposer des offres ambigües, ne précisant même pas quel type de gaz elles cherchent à exploiter et encore moins la technique qui sera utilisée. Les missions et services de l’ETAP se concurrencent, se neutralisent et affectent selon nous, sa neutralité dans le suivi technique des permis“, lit-on aussi dans ce document.

Un membre de l’Alliance Tunisienne pour la Transparence dans l’Energie et les Mines, qui regroupe 13 ONG environnementales et de la société civile, a confirmé ceci, en déclarant qu’il “devient ainsi difficile de demander des comptes aux exploitants, quand il s’agit d’autres risques méconnus et non maîtrisables dont ceux engendrés par la fracturation hydraulique (activités sismiques, pollution de la nappe phréatique)”.
La même source, qui a requis l’anonymat, a estimé que “l’exploration du gaz de schiste en Tunisie n’est pas un choix. Des lobbies et des sociétés pétrolières l’ont imposé au pays“, ajoutant que “des responsables du secteur de l’énergie ont fait exprès, d’associer des compétences de l’ATTEM, à l’étude d’impact environnemental pour justifier après l’autorisation qui sera donnée aux sociétés étrangères, d’extraire le gaz de schiste“.

La fracturation hydraulique a-t-elle vraiment eu lieu en Tunisie ?

Selon une étude et des données collectées par la Fondation allemande Heinrich Boel, qui défend l’environnement, l’Etat tunisien a déjà permis, à travers l’ETAP, à des entreprises étrangères d’exercer des fracturations hydrauliques, soit pour l’extraction d’hydrocarbures non conventionnels ou conventionnels. http://tn.boell.org/sites/default/files/gaz_de_schist_final_version_2.pdf
Les détails des opérations et des activités pétrolières n’ont jamais été communiqués au grand public. Ce qui laisse libre cours à la polémique et aux interprétations concernant le gaz de schiste.
En dépit des controverses et du démenti des officiels, plusieurs études et rapports montrent que des compagnies pétrolières et gazières semblent avoir déjà eu recours à la fracturation hydraulique en Tunisie.

Parmi ces compagnies, la société franco-britannique PERENCO, elle a annoncé sur son site électronique, en février 2014, le succès d’une opération de fracturation hydraulique en Tunisie.
L’opération de PERENCO a été aussi, évoquée dans une étude publiée par la société internationale de services pétroliers “Schlumberger”, intitulée “tant de schistes, si peu de forage“, en tant qu’unique opération d’exploration du gaz de schiste en Tunisie.

Une recherche par imagerie satellitaire, reprise par HB, indique que Perenco exploite des puits au sud de Chott El Djerid, à Kébili avec des installations caractéristiques de l’exploitation d’hydrocarbures par fracturation hydraulique.

Compte tenu de l’implication de l’ETAP dans cette concession (participation à hauteur de 50%), le gouvernement doit nécessairement être informé de l’évolution de ce projet“, commentent les auteurs de l’étude.

L’observation d’une coupe géologique de la région révèle que les puits Franig-1, Franig-2 et Franig-3 (exploités par Perenco) surplombent la formation schisteuse du Silurien ” hot shale “.
La même étude a indiqué que le gouvernement tunisien négociait, à cette époque (2014), avec des compagnies pétrolières, dont la compagnie britannique Shell, qui avait l’intention de mener plusieurs forages dans le pays.

Elle évoque, dans une “note importante“, que des informations publiquement disponibles indiquent que Cygam Energy Inc a effectué 47 opérations de fracturation hydraulique sur 11 puits dans la concession de Bir Ben Tartar entre mai 2011 et janvier 2013.
La Tunisie figure aussi sur la liste des pays arabes ayant eu recours à la fracturation hydraulique, laquelle comprend le Maroc, l’Algérie, le Yémen, la Jordanie, l’Arabie Saoudite, alors que cette technique est interdite dans plusieurs autres pays, dont la France, l’Allemagne, la Bulgarie, quelques Etats américains, le Québec et dans certaines régions d’Australie et de la Grande Bretagne, selon le site .

En dépit de ces données, le directeur à l’administration des études d’impact à l’Agence Nationale de la Protection de l’Environnement (ANPE), Baccar Tarmiz, a déclaré à l’agence TAP qu’aucune opération n’a été menée en Tunisie, pour l’extraction du gaz de schiste. “L’ANPE n’a approuvé aucune étude d’impact pour le compte de compagnies étrangères actives dans ce domaine“.

Tarmiz, également connaisseur du domaine de la géologie, a avancé “nous ne savons pas encore si nous avons ou pas de gaz de schiste en Tunisie“. Il a admis toutefois qu’on peut avoir recours à la fracturation hydraulique, même dans l’extraction des hydrocarbures conventionnels.

Pourtant, dans le document de la Fondation Heinrich Boel, les auteurs ont indiqué qu’en janvier 2014, l’ANPE a admis la réalisation d‘opérations de fracturation hydraulique effectuées sans autorisation dans des forages sur le territoire national.

Ces révélations n’ont pourtant pas empêché l’Agence d’attribuer au même moment deux autorisations de fracturation hydraulique aux sociétés pétrolières Perenco et Storm et une autre, en août 2014, à la compagnie Winstar/Serinus“, lit-on dans la même étude.

TAP

par -

La production industrielle tunisienne a enregistré une baisse de 0,4% au cours du mois de mai 2018 en glissement annuel. Au cours du mois de mai 2018, la production industrielle a enregistré une baisse de 0,4%, principalement due à la diminution de la production dans le secteur de l’extraction de produits énergétiques (-1,2%), le secteur de fabrication d’autres produits minéraux non métal (-4,6%), le secteur de l’industrie mécanique et électrique (-1,8%), le secteur de l’industrie de papier et de l’édition (-5,7%) et le secteur du raffinage du pétrole (-20,5%). En revanche, la production industrielle a enregistré une augmentation dans le secteur de l’industrie chimique de 10,8%, le secteur de l’industrie agroalimentaire de 1,1%, le secteur de l’industrie de textile habillement et cuirs de 2,7% et le secteur de l’industrie du caoutchouc et des plastiques de 11,5%.

Sur la période des cinq premiers mois de l’année 2018, la production industrielle a enregistré une baisse de 1,8%, par rapport à la même période de l’année dernière cette diminution est expliquée par la baisse de la production dans le secteur de l’industrie chimique (-13,9%) suite à la baisse observée dans la production de dérivées phosphatés, le secteur de fabrication d’autres produits minéraux non métal (- 5,2%), le secteur du raffinage de pétrole (-50,7%), le secteur de l’extraction des produits non énergétiques (- 23,8%) en raison de la baisse observée dans la production de phosphate brute (1208.8 mille tonnes au cours de cinq premiers mois de 2018 contre 2038.1 mille tonnes au cours de la même période de 2017) et le secteur de l’extraction de produits énergétiques (- 4,2%) suite à la baisse observée dans la production de pétrole brute et gaz naturel. En revanche, la production industrielle a enregistré une augmentation dans le secteur de l’industrie agroalimentaire de 10,8%, suite à la hausse observée dans la production d’huile d’olive et le secteur de l’industrie mécanique et électrique de 2,9% et le secteur de l’industrie de textile habillement et cuir de 0,9%.

par -

Un contrat de réalisation du projet de culture de la canne pour l’extraction et l’exportation du Bioéthanol a été signé, vendredi, à Tunis, entre le ministre du développement et de la coopération internationale et la Gérante de la société mixte tuniso-italienne ICL-Tunisie, promotrice du projet, Lucia Galbati.
Ce projet consiste en la culture de la canne sur 12.500 hectares de terrains marginaux, soit de salinité élevée et non adaptés à l’agriculture, via leur location à l’Etat ou à des privés, en utilisant près de 30 millions m3 d’eaux usées traitées provenant des stations d’épuration de l’ONAS (office national de l’assainissement) et des eaux de drainage des oasis.
L’objectif est d’extraire et de transformer la biomasse cellulosique en Bioéthanol (biocarburant) via la mise en place d’une distillerie. Doté d’un investissement d’une valeur de 200 millions d’euros, le projet permet la production de 100 mille tonnes/an de Bioéthanol destinées à l’exportation et permettant la création de 4000 postes d’emploi, notamment dans les zones de l’intérieur.
Il s’agit d’employer 450 cadres (ingénieurs, techniciens supérieurs et autres…, de créer respectivement 1000 postes directs et 1500 postes saisonniers dans la culture des champs (10 mois/an), 500 postes dans les domaines de la logistique et du service et 500 postes pour la construction de la distillerie.
Le promoteur a déjà identifié la zone de Metbassta (gouvernorat de Kairouan) pour le démarrage du projet sur 2000 hectares avant l’identification d’autres terrains avec l’aide de l’administration tunisienne.
Le projet de culture de la canne permet la valorisation des eaux usées non utilisées par les agriculteurs ou autres et de faire bénéficier la Tunisie de 5% de la production de bioéthanol à titre gratuit.
Le chef du projet Bioétanol Tunisie Aldo Bonaldi a fait savoir qu’il s’agit du premier projet en Tunisie et en Afrique, soulignant que ce type d’installations existe aux Etats Unis et en Europe, dont l’Italie.
Il a ajouté que le choix de l’installation du projet en Tunisie a été dicté par la position géographique avantageuse du pays et l’existence d’importantes superficies de terres marginales à utiliser.
Le projet prévoit en outre la mise en place d’un système de récupération des émissions du CO2 et de soutenabilité du biocarburant. Le ministre du développement et de la coopération internationale Yassine Ibrahim a mis l’accent sur l’orientation vers l’accélération de la réalisation des méga-projets bloqués depuis la Révolution, faisant savoir que ce projet de culture de la canne pour l’extraction et l’exportation du Bioéthanol a été présenté en 2012. Et d’ajouter que ce projet s’inscrit dans le cadre des priorités du gouvernement, à savoir la mise en place de l’économie verte et la création d’emplois.

TAP

FOCUS 🔍

Les chiffres des immatriculations de nouvelles voitures pour le mois de septembre 2018, laissent voire que les ventes des véhicules particuliers de la marque...

Le meilleur des RS

Imed Heni est un cadre de l’OACA. On ne mettra pas sa photo, pour ne pas utiliser celle du petit garçon qu’il affiche sur...

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Sagaci Research a publié la sixième édition de son rapport « Shopping Malls in Africa ». Le rapport montre que le nombre de centres commerciaux...

Reseaux Sociaux

SPORT

Programme de la 8e journée de la ligue 1 professionnelle de football, prévue les vendredi 23, samedi 24 et dimanche 25 novembre à partir...