Tags Posts tagged with "fermeture"

fermeture

par -

Selon un communiqué du comité régional de suivi et de contrôle des espaces anarchiques, 77 espaces pour enfants anarchiques ont été fermés dans le gouvernorat de Sousse, et ce durant la période du 1er novembre 2017 au 20 avril 2018.

Cette décision a été prise suite à des visites d’inspection effectuées par le comité régional de suivi et de contrôle des espaces anarchiques, présidé par le gouverneur de la région.

par -

Le coordinateur général de l’Union des professeurs universitaires et chercheurs tunisiens, Nejmeddine Jouida, a évoqué vendredi 30 mars 2018, sur Mosaïque FM, la ruée de ses collègues vers l’étranger. Il a exposé des chiffres effarants pour illustrer l’ampleur du fléau, qui serait encore plus grave que la fuite des médecins, un peu plus médiatisée.

«Nous émettons aujourd’hui un cri de détresse face aux compétences universitaires qui quittent» la Tunisie, a déclaré Jouida. «D’après le secrétaire d’Etat à l’Immigration, 90 mille compétences tunisiennes ont pris le large dont 30 mille sont des chercheurs universitaires. Dans une étude récente de l’Institut tunisien des études stratégiques, on a appris que 80% des professeurs universitaires sondés désirent quitter le pays!», a-t-il ajouté.

D’après lui les professeurs universitaires qui ont mis le cap sur les pays du Golfe et d’autres destinations après le 14 janvier 2011 seraient plus de 4500. Une des conséquences immédiates de cette fuite massive des cerveaux est la fermeture de nombreux laboratoires de recherche pour manque de personnel compétent, selon le responsable.

par -

Le ministre de l’Industrie et des Petites et moyennes entreprises (PME), Slim Fériani, a souligné, samedi, que l’arrêt des deux unités encore en activité au sein de la société SIAP (Société industrielle d’acide phosphorique), à Sfax, demeure tributaire de la réponse de l’Agence nationale de protection de l’environnement (ANPE), alors que le député Chafik Ayadi eestime que “la fermeture totale de la SIAP est une décision qui doit émaner des citoyens de la région et non une décision technique“.
Répondant, lors d’une assemblée plénière de l’ARP, à une question posée par le député Chafik Ayadi et relative au maintien par le gouvernement du fonctionnement de la SIAP, malgré la décision de son arrêt et l’allocation d’investissements d’un montant de 75 millions de dinars pour des projets alternatifs, Fériani a fait savoir que “le ministère de l’industrie a établi un programme pour l’effectuation de visites de contrôle aux unités industrielles en 2018“.

Une délégation du ministère visitera la SIAP en cas de parution d’une décision de l’ANPE sur la poursuite du fonctionnement de cette société concernant la production de produits non polluants, a-t-il ajouté, faisant remarquer que le nombre des entreprises industrielles dépasse en Tunisie les 40 mille, ce qui exige un programme mettant l’accent sur les activités dangereuses.
Ayadi a soutenu que l’activité du phosphate n’est pas polluante en elle-même mais entrave l’activité économique dans la région et doit être arrêtée, soulignant que la région de Sfax a besoin du soutien de l’Etat pour la mise en place de nouveaux projets d’investissements.
Il s’est interrogé sur les causes du maintien en activité par le gouvernement de la SIAPE, dans la ville de Sfax à l’exception d’autres régions, ce qui est de nature à provoquer des discordes, selon lui.
La décision d’arrêt du fonctionnement de la SIAP “demeure du ressort des citoyens de la région de Sfax et non d’une décision venant de l’ANPE“, a-t-il précisé, qualifiant l’activité du phosphate de non productive et affirmant que la société a impacté les moyennes de croissance dans la région où l’activité économique ne doit pas être entravée par les autorités centrales.

par -

Des décisions de fermeture de quatre points de vente de pâtisseries ont été émises, mardi, a indiqué la directrice régionale de commerce Sihem Mabrouk.

Ces magasins, qui se trouvent à Moknine, Zéramdine et Monastir, ne respectent pas les conditions et normes d’hygiène et de propreté et utilisent des articles de conservation non hygiéniques.

Elle a ajouté que les campagnes de contrôle économique ont été renforcées en cette période qui coïncide avec la célébration des fêtes de fin d’année notamment dans les commerces de vente de volailles, de pâtisseries et de jouets.

par -

Les autorités chinoises ont ordonné la fermeture de plus de 13.000 sites internet qui ne respectaient pas loi ou les règles en vigueur, depuis le début de l‘année 2015, rapporte Reuters.

Les contrôles, déjà très stricts sur internet, ont été renforcés depuis l‘investiture du président Xi Jinping, il y a cinq ans, malgré l‘indignation des défenseurs de la liberté d‘expression. Pékin parle de mesures nécessaires pour empêcher la diffusion de contenus pornographiques ou violents et garantir la sécurité nationale comme la stabilité sociale.

Outre les 13.000 sites, près de dix millions de comptes ont également été fermés, ajoute Chine nouvelle, citant un rapport remis au comité permanent de l‘Assemblée nationale populaire. L‘agence ne précise pas la nature de ces comptes, mais il s‘agit probablement d‘abonnements aux réseaux sociaux.

Selon un sondage réalisé pour le rapport, plus de 90% des personnes interrogées sont favorables à l‘action des pouvoirs publics sur internet et 63,5% jugent que les contenus offensants ont visiblement diminué ces dernières années.

“Ces mesures ont un puissant effet dissuasif”, s‘est félicité Wang Shengjun, vice-président du comité permanent du parlement.

L‘accès à de nombreux organes de presse étrangers, aux moteurs de recherche et aux réseaux sociaux tels que Google ou Facebook est interdit en Chine.

par -

 L’enseigne française de vente de textile et de bazar bon marché TATI a annoncé sur sa page officielle facebook la fermeture définitive de sa boutique à la Soukra.

«Nous sommes au regret de vous annoncer la fermeture définitive de votre magasin TATI TUNISIE… Merci à toutes et à tous pour votre fidélité 
L’équipe TATI».

On rappelle que le groupe français TATI avait implanté sa première boutique en Tunisie le 8 mai 2016, à la Soukra.

par -

Un colloque sur la lutte contre la corruption a été organisé, mercredi à Sfax, par l’instance nationale de lutte contre la corruption et la section régionale des avocats de Sfax.
Les participants ont souligné que les activités polluantes de la Société industrielle d’acide phosphorique et d’engrais (SIAPE) à Sfax constituent un type de corruption qui a des lourdes conséquences sur l’environnement et le milieu urbain et entrave le développement dans la région.
Ils ont exprimé leur étonnement face à la non-application de la décision portant fermeture des unités polluantes de la SIAPE.
Ils ont appelé au respect des engagements relatifs au démantèlement des unités polluantes de la SIAPE et du droit de la région au développement et à un environnement sain.

Pour rappel, le chef du gouvernement, Youssef Chahed, avait ordonné le 20 avril 2017, lors d’une descente sur le terrain, le démantèlement immédiat des unités polluantes de la SIAP, au nom du «droit des citoyens à un environnement sain». Manifestement le rêve des populations martyrisées n’aura duré que le temps de la visite. Chahed va devoir, personnellement, retourner au charbon pour que sa décision soit appliquée. Comme il devra le faire pour les prix, la spéculation, la corruption, l’environnement, les lenteurs administratives, les sit-in, etc. A croire qu’il faudrait le cloner, par milliers, pour que les choses fonctionnent à peu près correctement !

par -

Les brigades de contrôle économique à Mahdia ont émis des décisions de fermeture de trois abattoirs et 14 points d’élevage et de vente de volailles pour non conformité aux normes d’hygiène.
Ces abattoirs se trouvent dans les localités d’Essouassi, Ouled Chamekh et Borj Arif, a précisé le gouverneur de Mahdia Mohamed Bouden.

Pour assurer l’approvisionnement de la région en viande rouge, l’abattoir de Chebba rouvrira prochainement après le parachèvement des travaux de réaménagement qui ont couté 40 mille dinars, a-t-il ajouté.

La même source a souligné également qu’un nouvel abattoir sera construit à Ouled Chamakh moyennant une enveloppe de 14 mille dinars. Il devra entrer en service début mars 2018.

Pour ce qui est du secteur des volailles, la commission régionale de contrôle économique a effectué plus de 80 visites d’inspection à des points d’élevage et vente de volailles, à l’issue desquelles 14 décisions de fermeture ont été émises, a rappelé le gouverneur, affirmant que la commission projette de mener prochainement 500 visites et ce dans le cadre de la lutte contre l’abattage anarchique.

par -

La direction de l’Équipement, de l’Habitat et de l’aménagement du territoire de Tunis informe les usagers de la route nationale numéro 9 de la fermeture, durant la nuit entre le mercredi 20 septembre et le jeudi 21 septembre 2017, de 22H jusqu’au 5 heures du matin, de la partie reliant le transformateur de Sidi Daoud à la route nationale numéro 32 La Gouette-Gammarth et ce, dans les deux sens.

Dans un communiqué, le ministère de l’Équipement a expliqué que la dite route sera fermée afin d’achever les travaux de mise en place de la structure en acier du passage supérieur des piétons au niveau de Sidi Daoud.

par -

Selon les chiffres publiés mardi par la Fédération bancaire européenne (EBF), les banques de l’Union européenne ont fermé l’an passé quelque 9.100 agences, ramenées à un total de 189.000 à la fin 2016 (-4,6%). La baisse est constante depuis 2008 : plus de 20% des agences ont ainsi tiré le rideau, rapporte latribune.fr

Les effectifs ont été diminués de l’ordre de 50.000 emplois l’an passé et se situent à leur plus bas niveau depuis 1997 (date des premières données statistiques de la Banque centrale européenne), soit environ 2,8 millions de salariés, contre 3,26 millions en 2008. C’est tout de même un emploi sur 100 en Europe, se félicite la Fédération cité par la même source.

 

par -

Les émissaires du sit-in de Douz, Kalaa et Faouar ont paraphé ce samedi 26 août un document qui théoriquement met fin à la paralysie de l’économie de la région depuis 4 mois, notamment les activités des sociétés pétrolières et gazières.
La coordination du sit-in de Douz a avalisé les décisions du Conseil ministériel daté du 4 août 2017 et les correctifs apportés, selon Mosaïque FM.

Le ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi, est attendu sur les lieux dans la journée pour signer le PV de la réunion et assister à la réouverture des vannes du Sahara de Douz.

Suffisant pour ramener définitivement le calme et surtout faire revenir les entreprises pétrolières sur leur décision de tout stopper et de quitter le gouvernorat ? Wait and see

par -

Le secteur des industries du Textile et de l’Habillement est unanimement considéré comme stratégique pour l’économie nationale. Il est le principal secteur de l’industrie manufacturière en termes d’exportation, d’emploi et de valeur ajoutée.

Malgré la conjoncture économique et la fermeture de plusieurs usines de textile, le secteur résiste à peine pour bien se positionner à l’échelle nationale mais aussi internationale.

Le poids du secteur impose au gouvernement de rechercher les moyens de résoudre ses problèmes structurels et conjoncturels, d’améliorer les conditions de vie des ouvrières du textile, tout en œuvrant à repositionner la production nationale sur le marché mondial, lui assurer une meilleure intégration et une montée en gamme.

Selon des données récentes dévoilées par la Fédération nationale du textile (FENATEX), environ 350 entreprises ont fermé leurs portes et 40 000 emplois ont été perdus depuis 2011. De même, une dizaine d’entreprises implantées dans les régions intérieures du pays souffrent toujours de divers problèmes.

La Turquie a envahi les marchés !

Le président de la FENATEX, Belhassen Gherab, a affirmé que l’État n’a pas fait d’effort pour soutenir les produits textiles tunisiens et améliorer leur qualité.

Il a ajouté que plusieurs pays ont soutenu leurs industriels locaux afin qu’ils puissent améliorer la qualité et la compétitivité de leurs produits, comme la Turquie qui a envahi le monde avec ses marques textiles.

Sur un autre volet, il a précisé que la franchise a fortement nui à la production locale et a incité les décideurs tunisiens à prendre des mesures concrètes pour réguler le marché et soutenir les produits tunisiens qui se font de plus en plus rares à cause des accords de franchise.

On signale dans ce contexte que de nombreux commerçants et propriétaires d’usines ont, à maintes reprises, tiré la sonnette d’alarme et ont organisé des sit-in afin d’inciter le gouvernement à protéger le secteur de l’importation de produits turcs et à préserver les postes d’emplois. Mais aucune décision pertinente n’a été prise par les gouvernements qui se sont succédé, ce qui a poussé de nombreux usines étrangères à quitter le territoire tunisien pour s’installer au Maroc.

Le secteur compte 1.852 entreprises industrielles, employant chacune 10 personnes et plus. 1.548 d’entre elles produisent totalement pour l’exportation (soit 84%). 577 entreprises sont à capitaux 100% étrangers et 279 sont à capitaux mixtes. Les industries du textile et de l’habillement fournissent plus de 179.000 postes d’emploi, soit 34% de l’effectif total des industries manufacturières.

par -

Selon les données rapportées par le site Akher Khabar Online, la compagnie pétrolière et gazière australienne Cooper Energy a décidé de quitter définitivement le territoire tunisien.

Cette décision a été précédée par un renoncement progressif à ses travaux en Tunisie, en vendant ses parts dans le permis Bargou puis en cessant ses activités sur le permis Hammamet, qui devrait pourtant prendre fin en 2021, a ajouté la même source.

On rappelle que Cooper Energy s’est désengagée en 2016 de sa licence off shore à Nabeul tout en payant des compensations à l’Etat .

par -

La compagnie aérienne low cost Transavia Netherlands fermera à l’automne sa base de Munich pour mieux se concentrer sur son marché intérieur, dans le cadre du plan stratégique Trust Together de sa maison-mère le groupe Air France-KLM.

selon le site air-journal.fr, la fin de l’expérience bavaroise a été annoncée le 13 février 2017 a été faite par KLM Royal Dutch Airlines, les derniers vols de sa filiale spécialisée dans le vol pas cher depuis l’aéroport de Munich étant prévus à la fin de la saison estivale.

L’incertitude régnant sur « l’avenir à long terme » de la base de Bavière, explique la compagnie nationale néerlandaise dans un communiqué, Transavia « va continuer à investir dans le positionnement de sa marque, dans le numérique et dans sa flotte » afin de confirmer « sa position de leader low cost avec la plus grande part de marché aux Pays-Bas ».

par -

Nous apprenons que le groupe Poulina aurait décidé de fermer l’usine d’acier qu’il avait, il y a quelques années, lancée en Chine. Cette décision interviendrait pour cause de hausse des coûts de production et notamment le coût de la main d’œuvre, en Chine, un pays pourtant auparavant connu pour le très bas coût de sa main d’œuvre. Selon nos sources, le groupe PGH (poulina Holding Group) penserait à relocaliser cette usine sidérurgique en Tunisie.

par -

Khaled Fakhfakh, le président de la fédération tunisienne de l’hôtellerie (FTH) a déclaré que la fédération proposera plusieurs solutions au ministère du Tourisme pour le rétablissement du secteur, notamment la restructuration de la dette des hôtels et demander à la STB de continuer son soutien à l’hôtellerie.

Lors de son passage, ce lundi 23 janvier 2017 sur les ondes d’Express Fm, le président de la FTH a par ailleurs appelé les hôteliers à travailler dur pour améliorer la qualité des services et les diversifier afin d’attirer plus de clients.

L’invité a également ajouté que les hôtels vivent une situation difficile, notamment ceux du sud tunisien. Il a souligné la nécessité de trouver des solutions sérieuses pour rafraîchir le secteur touristique sachant qu’il constitue environs 13% du PIB et emploie 200 mille personnes de façon directe et indirecte.

Il a en revanche alerté, rappelant que 20% des hôtels tunisiens pourraient fermer si la situation présente persiste.

par -

Le gouverneur de Tunis, Omar Mansour, a ordonné ce jeudi 12 janvier la fermeture de la mosquée Ibrahim Khalil à Bougatfa, dans la délégation de Sidi Hssin Essijoumi (gouvernorat de Tunis ), lit-on dans un communiqué rendu public.
Selon la même source, la décision a été prise suite à l’agression de l’imam de la mosquée par un groupe d’extrémistes.
La fermeture de ladite mosquée sera maintenue jusqu’à la désignation d’un nouveau personnel.

par -

Au rebours des idées reçues et de la perception que l’on se fait généralement de l’investissement, surtout, industriel en Tunisie, les choses ne vont pas si mal comme l’atteste l’APII dans sa note de conjoncture pour le mois d’octobre et plus globalement pour les 10 premiers mois 2016.

30,7%, c’est à ce taux qu’a progressé l’investissement déclaré dans le secteur industriel entre 2015 et 2016, atteignant 2639, 7 millions de dinars. Une évolution dont sont créditées pratiquement toutes les industries manufacturières, sauf celles du cuir et du textile. Une envolée à deux chiffres, en genre comme en nombre, s’agissant notamment des industries mécaniques et électriques avec une hausse de 111,6%. Aussi spectaculaire mais dans une moindre mesure était l’augmentation dans les industries agroalimentaires (63%), chimiques (11,4%) et les matériaux de construction, la céramique et le verre a progressé de seulement (3,7%). Seul bémol, le secteur du cuir et la chaussure où les investissements déclarés ont régressé de 62%, et celui du textile et de l’habillement qui ont reculé de 31,4%.

On a dénombré durant les 10 premiers mois 2016, quelque 2979 projets nouveaux, une hausse de 8,4%, qui permettraient la création de 43 777 emplois. Les intentions d’investissements enregistrées dans le cadre des projets autres que création (extension, renouvellement de matériel,…) ont atteint 1272,2 MD, soit 50,6% de plus que le volume enregistré lors des dix premiers mois 2015.

Pour ce qui est des industries totalement exportatrices, les investissements déclarés ont affiché une progression de 21,6%, due aux industries mécaniques et électriques (324,3 MD contre 112,6MD), à celles agroalimentaires (25,7%) pour atteindre 183,3 MD et aux industries chimiques (7,5%), avec 121,4 MD. Idem pour les industries dont la production est orientée vers le marché local où les investissements déclarés ont augmenté de 35,5%, atteignant 1793,4 MD. Pour les services, l’investissement déclaré a grimpé de 13% pour atteindre 1243,4 MD, avec à la clé 33 074 emplois.

Le revers de la médaille

Paradoxalement, et c’est toujours l’APII qui en fait le constat, 4319 entreprises manufacturières de plus de 10 emplois ont fermé, entre 2005 et juin 2016, causant la perte de près de 250 mille emplois. Cela veut dire que 400 entreprises mettent la clé sous le paillasson et 5000 emplois sont perdus en moyenne par an. A cela il y a trois explications majeures : le faible potentiel compétitif des petites et moyennes entreprises, les difficultés de liquidité et des problèmes d’accès aux marchés financiers, et la frilosité des investissements étrangers qui tournent le dos au pas pour risque économique, social ou politique.

On notera que la plupart des entreprises fermées sont celles opérant dans le textile-habillement et le cuir, soit 59% des sociétés sur la période 2005-2015, suivies par les industries mécaniques et électriques avec 13%. En termes de régions, c’est le Centre-est qui en pâtit le plus (47%), suivi par le Sud (27%). L’impact de la révolution a été ressenti aussi, au niveau de la création des nouvelles entreprises manufacturières dont la moyenne par an en nombre est passée de 470 sur la période 2005-2011 à 292 sur la période 2012-2015 enregistrant ainsi une baisse d’environ 40%, souligne la note de l’APII, qui relève le taux élevé (60%) de fermeture des entreprises avant d’atteindre l’âge de 10 ans.

Fermetures mais aussi défaut de réalisation. A cet égard, 7548 projets industriels déclarés, qui totalisent 236 milles emplois, n’ont pas été réalisés entre 2005 et 2015, soit une moyenne de non-réalisation de 600 projets par an. En cause principalement, la complexité et les délais si longs des procédures administratives, mais aussi le climat d’affaires non encourageant en raison de l’instabilité politique et des problèmes socio-économiques.

La plupart des projets non réalisés, soit 34%, sont des projets du secteur des industries agroalimentaire, suivi par le secteur des industries mécaniques et électriques avec 17% des projets non réalisés. L’investissement non réalisé est de 12,5 milliards de dinars. Parmi ces projets, 5% sont de taille IMPORTANTE dont le cout de l’investissement est supérieur ou égale à 5MD et représentent 57% des investissements prévus.

En ce qui concerne la répartition régionale des projets non réalisés, l’étude montre que la région de l’Est totalise près du ¾ des projets non réalisés (PNR) avec 47% de PNR au Nord-est et 23% de PNR au Centre-est, étant noté que 61% des 7548 projets non réalisés sont des projets non totalement exportateurs et 73% sont à capital 100% tunisien.

 

par -
La secrétaire d'état chargée des Affaires de la femme et de la famille

Les autorités régionales au gouvernorat de Bizerte ont décidé la fermeture de 25 jardins d’enfants anarchiques et ce lors du mois de novembre dernier aux délégations de Mateur, Ras Jebal, Menzel Bourguiba, Utique et Menzel Jemil, rapporte Shems Fm.

La même source a toutefois signalé que 3 des 25 jardins d’enfants ont régularisé leur situation.

par -

Le directeur général de la chaîne de grande distribution Monoprix, Fadhel Kraem, a affirmé, lors de la communication financière de Monoprix qui se tient actuellement au siège de la bourse de Tunis que les deux magasins du groupe à Djerba et Sfax seront définitivement fermés. À Djerba, la fermeture a déjà eu lieu alors qu’à Sfax, le processus est en cours.

Il a par ailleurs fait savoir que la société a déjà procédé à plusieurs fermetures, notamment suite aux événements violents et troubles qui ont suivi la Révolution, mais ces deux nouvelles fermetures s’inscrivent dans le business plan de Monoprix visant à garantir une meilleure orientation des magasins et maîtriser l’activité opérationnelle de la gestion des magasins. “Il faut bien choisir l’endroit où on s’implante”, a-t-il dit.

En outre, Fadhel Kraiem a indiqué que d’autres magasins se trouvent également devant plusieurs difficultés financières, mais qu’il faut quand même leur donner la chance de reprendre et de poursuivre normalement leurs activités.

FOCUS 🔍

Comme à l’accoutumée, la BIAT- Banque Internationale Arabe de Tunisie – lance sa campagne estivale à destination des Tunisiens Résidents à l’Etranger « TRE...

Le meilleur des RS

Notre rubrique «Le meilleurs des réseaux Sociaux », début de la saison estivale oblige, choisit de mettre en lumière une initiative citoyenne, soutenue par un...

INTERVIEW

Walid Ben Salah, expert comptable, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont l'augmentation et à plusieurs reprises...

AFRIQUE

Une attaque terroriste menée par le groupe Boko Haram sur le lac Tchad a fait au moins 18 victimes jeudi soir. "Les éléments de Boko...

Reseaux Sociaux

SPORT

L'Italien Fabio Fognini a remporté le 7ème titre ATP de sa carrière en s'imposant dimanche en finale contre le Français Richard Gasquet, 29ème mondial,...