Tags Posts tagged with "Front Polisario"

Front Polisario

par -

Pas de répit dans l’âpre bras de fer diplomatique et politique entre le Front Polisario et Rabat. Tous les coups sont permis. Cette fois la bataille s’est déplacée sur le terrain judiciaire, jusqu’en Afrique du Sud. Et le gagnant, du moins de la première manche, est le Polisario. En effet ce dernier, suite à une plainte, a eu en sa faveur un arbitrage de la justice sud-africaine, laquelle a ordonné qu’un navire de l’Office chérifien des phosphates (OCP), dont le chargement provient d’une mine du Sahara occidental, soit bloqué à Port Elizabeth, rapporte Jeune Afrique ce lundi 17 juillet.

L’OCP a énergiquement condamné le verdict de la justice sud-africaine. «La Cour sud- africaine a rendu une décision éminemment politique et commet un grave abus de pouvoir», lit-on dans un communiqué publié vendredi 14 juillet 2017. Le texte ajoute : «Cette décision préliminaire interfère dangereusement dans le processus international en cours sous l’égide du Conseil de sécurité des Nations unies»…

A noter que la plainte déposée par le Front Polisario, lequel tient mordicus à l’indépendance du Sahara (alors que Rabat propose une autonomie sous souveraineté marocaine), mentionnait le caractère illégal de cette cargaison. Le 1er mai 2017, un juge sud-africain avait donné raison aux indépendantistes et ordonné la saisie conservatoire du bateau, le Cherry Blossom, qui transporte 50 000 tonnes de phosphate produites à Phosboucraa et qui devaient être livrées à la Nouvelle Zélande. Le jeudi 15 juin, le juge sud-africain, après avoir épluché les éléments du dossier, enfonce le clou en confirmant l’immobilisation du navire de l’OCP. En attendant que l’affaire soit tranchée sur le fond, à une date qui n’a pas encore été fixée…

On peut être sûr que d’ici là, la formidable armada diplomatique du royaume chérifien va faire feu de tout bois pour infliger une deuxième défaite au Polisario, dans un dossier similaire. En effet mi-mai 2017, les indépendantistes du Sahara avaient fait immobiliser au Panama un autre navire transportant du phosphate, pour les mêmes raisons. Mais le 9 juin 2017, les juges avaient levé l’immobilisation du bateau, en arguant qu’ils ne disposaient pas d’éléments prouvant que la cargaison était la propriété du Front Polisario. Toutefois il n’est pas certain que les diplomates marocains, aussi chevronnés soient-ils, trouvent une oreille attentive en Afrique du Sud car cette dernière appuie sans réserves l’indépendance du Sahara occidental et ce, depuis les années 1970…

par -

Dans le bras de fer qui oppose Rabat au Front Polisario, à propos du destin du Sahara occidental, beaucoup de pays ont basculé dans le camp du roi Mohammed VI, qui est adossé sur une formidable armada diplomatique laquelle la plupart du temps parvient à balayer les arguments des soutiens du Polisario. Mais manifestement ce ne sera pas le cas de la Tunisie, qui s’en tient mordicus à sa neutralité dans cet épineux conflit. Imed Hammami, le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, qui a accompagné au Maroc le chef du gouvernement pour les besoins de la 19ème session de la haute commission mixte, a réaffirmé la position de la Tunisie ce mardi 20 juin 2017 sur Mosaïque Fm.

Hammami a déclaré que la Tunisie a toujours adopté la posture de l’équidistance entre les protagonistes du dossier du Sahara occidental. Il a ajouté que cette attitude, qui remonte au président Habib Bourguiba, sera pérennisée par l’actuel chef de l’Etat, Béji Caïd Essebsi.

A noter que la Tunisie agit de la sorte dans tous les grands dossiers diplomatiques. Par exemple elle n’a pas changé d’un iota le ton avec le Qatar, alors que ce dernier fait face actuellement à une offensive diplomatique rarement vue, l’Arabie saoudite ayant entrainé 4 de ses alliés dans la rupture des relations avec Doha, accusé de continuer à financer les djihadistes aux quatre coins du monde. Pas plus tard que le 16 juin 2017, Essebsi a reçu Sultan Ben Saad Al Muraikhi, ministre d’État aux Affaires étrangères du Qatar, une façon de signifier qu’il ne faut pas compter sur la Tunisie pour isoler davantage les Qataris. Comme qui dirait “Neutre je suis, neutre je reste“…

par -
Une commission au sein du conseil de la sécurité relevant de l’ONU vient

L’Organisation des nations unies a exprimé dernièrement son inquiétude quant à un éventuel affrontement armé entre le Maroc et le Front Polisario dans la région d’El Guerguerat, située à la frontière avec la Mauritanie, dans le sud-ouest du Sahara occidental occupé, rapporte l’agence algérienne TSA.

En dépit des tentatives de médiation de la mission de l’ONU pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental, « Minurso », les deux parties « ont maintenu leurs positions à environ 120 mètres les uns des autres », a indiqué Stéphane Dujarric, le porte-parole de l’ONU. Ce dernier a fait part des craintes onusiennes d’une probable « reprise des hostilités, avec un risque d’implications régionales ».

La tension reste à son paroxysme depuis que le Maroc a entamé à la mi-août une vaste opération de ratissage dans la zone tampon, créée sous l’égide de l’ONU suite à l’accord de cessez-le-feu signé en 1991. Pire : Rabat a procédé à l’asphaltage d’une route, poussant le Front Polisario à envoyer lui aussi des éléments armés dans la région, a relevé la TSA.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les États-Unis et le Togo seront co-organisateurs du Forum de la loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique – Africa Growth...

Reseaux Sociaux