Tags Posts tagged with "Hedi Mejdoub"

Hedi Mejdoub

par -

A l’instar de presque toutes les entreprises nationales, la société nationale des chemins de fer tunisiens pâtit des effets de la tension sociale. Et lorsqu’on pose la question à la PDG de l’entreprise, elle ne le cache pas. «Notre grand problème, actuellement, est constitué par les sit-in de Meknassi qui bloquent les trains de la société. Cela nous cause un manque à gagner de 25 MDT par an, rien que pour le transport du phosphate, sans parler du manque à gagner dans le transport des voyageurs. Nous avons des demandes des habitants de Gafsa et Tozeur pour la reprise des services de la SNCFT. On ne demande que cela, mais on n’arrive toujours pas à lever le sit-in de Meknassi qui dure depuis des mois». Selon elle, ministère du Transport et gouvernement sont au courant, mais personne ne bouge pour débloquer la situation avec des jeunes, qui arrivent à tenir leur sit-in pendant plus d’un an. De quoi douter de l’existence d’une taupe au sein de la SNCFT qui les tienne même au courant de toutes les tentatives de la société de reprendre ses trains et même que le sit-in soit soutenu par certains transporteurs de phosphate par camions qui auraient intérêt à ce que les trains de la SNCFT restent immobilisés. Sarra Rjeb ne l’exclut pas sans en avoir les preuves. «Ils sont informés, c’est sûr et certain. On a essayé, à un certain moment, de reprendre un train en envoyant une locomotive le tracter. La locomotive aussi a été prise en otage».

Mais la SNCFT, c’est aussi une entreprise carrément spoliée de ses biens fonciers, au vu et au su de tous et pas que par de simples petits bandits, mais par des hommes d’affaires, parfois notoires dans leurs régions. Le vol de terrains ou empiètements sur les emprises mêmes des chemins de fer devient un gros dossier à la SNCFT. Tellement gros que la société essaie de le saucissonner par une approche par gouvernorat et par région. Sarra Rjeb le confirme, en affirmant à Africanmanager que «on a terminé Tabarka où on a énormément d’empiètements sur notre domaine. Des affaires sont actuellement en justice. Pour d’autres, on a déjà le jugement définitif, mais on n’arrive pas à l’appliquer ». Et la PDG de nous révéler que «il y a des hôtels, des terrains de golf et des maisons touristiques qui sont construits sur le domaine public ferroviaire. La liste et très longue à Tabarka, tout comme à Kasserine où les empiètements sont au nombre de 65». Et ce qui n’arrange pas les choses, c’est que «il y a des pressions de la société civile, des autorités, locales et régionales pour détourner la voie ou même supprimer le train qui traverse la ville». Ils savent pourtant tous que c’est la ville qui a été construite autour de la voie ferrée et non le contraire. Société civile et autorités deviendraient-elles complice de ce qui est fait hors la loi ? Les défenseurs de la loi, en deviendrait-ils les pourfendeurs ? C’est pourtant ce qui semble être à l’écoute de la PDG de la SNCFT.

Pour l’instant et malgré les pressions exercées de toute part et le soutien de quelques uns autour des terrains occupés par la SNCFT et qui sont sa propriété, la société n’a pas l’intention de céder. «Nous ne sortirons ni de Sousse, ni de Sfax, ni de Kasserine. Nous avons adressé un courrier au ministère du Transport pour lui demander de nous aider à reprendre le trafic vers les grandes lignes de Sfax et de Gabès à travers le centre-ville de Sousse, ce qui nous ferait gagner entre 30 et 45 minutes». Pour reprendre le trafic ferroviaire vers Tabarka, c’est manifestement plus difficile, car il faudra d’abord démolir les hôtels et toutes les infrastructures bâties en violation de la loi, sur le domaine de la SNCFT.

Où sont les ministres, d’abord celui de l’Intérieur, Hédi Mejdoub qui est la tutelle directe des autorités régionales et des forces de l’ordre, alors qu’on laisse impunément prendre en otage des trains entiers. Ensuite le secrétaire d’Etat aux Domaines de l’Etat Mabrouk Korchid qui n’a jamais évoqué ce problème. Ce dossier intéressera-t-il enfin le ministre qui s’est fait une forte réputation dans le domaine de la récupération des terrains de l’Etat ? On ne parlera pas de celui du transport, car nous avions déjà évoqué cette question des trains, sans que lui, ni son secrétaire d’Etat ne réagissent.

Sarra Rjeb est plus politiquement correcte, puisqu’elle ne tarit pas d’éloges sur le temps de réaction record de la nouvelle administration et du nouveau ministre. «Mabrouk Korchid est en train de faire du bon travail», dira-t-elle à Africanmanager, tout en se déclarant impuissante, «face aux décisions de justice que je ne peux appliquer» ajoute-t-elle, tout en restant optimiste au regard de ce qu’elle apprend par la presse sur les réussites de Mabrouk Korchid.

par -

Hédi Mejdoub, ministre de l’Intérieur a effectué, ce dimanche 12 mars 2017, une visite d’inspection à Kébilli, et ce suite à l’attaque terroriste dans la nuit du samedi à dimanche.

Notons que les funérailles du martyr de la sécurité nationale Moudhafar Ben Ali auront lieu aujourd’hui au village de Tombar.

Tard dans la nuit d’hier à 00:40, un groupe de terroriste a attaqué une voiture de police dans laquelle se trouvaient 3 agents, à Janoura du gouvernorat de Kebili.

Les terroristes étaient au nombre de quatre, arrivés sur des motos soudainement et ouvrant le feu sur les policiers qui étaient à l’intérieur de leur véhicule.Un agent de la police a été tué, un autre est blessé et a subit une intervention chirurgicale. Côté terroristes, deux ont été tués, un troisième blessé, le quatrième a pris la fuite.

par -

Depuis la Révolution, la possession d’une arme de chasse sans autorisation est monnaie courante dans de nombreuses régions en Tunisie, étant donné que la situation sécuritaire n’est pas encore tout à fait au beau fixe.

Des supports médiatiques tunisiens avaient dévoilé qu’en 2012, les fusils étaient vendus au marché noir à des prix variant entre 2.500 et 3.000 dinars la pièce. Plus de 200 fusils de chasse de calibre 12 et 16 ont été confisqués par les autorités.

A cette époque, c’était très facile de trouver des armes dans de mauvaises mains. Pis, des munitions, kalachnikovs ainsi que d’autres joujoux très sophistiqués étaient librement utilisés par des cellules djihadistes retranchées dans les montagnes.

Néanmoins ce fléau a considérablement baissé suite à la multiplication des efforts des agents sécuritaires et des unités de la douane. Des caches d’armes de chasse ont été découvertes, surtout dans le sud tunisien.

45 mille fusils de chasse détenus légalement par des citoyens

Le ministre de l’Intérieur, Hedi Mejdoub, a affirmé lors d’une séance plénière qui s’est tenue ce mardi à l’Assemblé des Représentants du Peuple (ARP) qu’il y a actuellement en Tunisie 45 mille fusils de chasse détenus légalement par des citoyens.

Il a par ailleurs indiqué que son département n’a toujours pas répondu à 50 mille nouvelles demandes d’autorisation de port d’armes de chasse.

Permis d’armes de chasse : Les zones d’ombre

En réaction aux déclarations du ministre, Fayçal Tébini, député du parti la Voix des Agriculteurs, a déclaré ce mardi à l’ARP que les permis d’armes de chasse se vendent partout suite au recours de certaines parties à la corruption et la manipulation.

Il a, dans ce contexte, appelé le ministre de l’Intérieur à ouvrir une enquête approfondie afin de dévoiler les critères qui ont été pris en considération pour accorder les armes à plusieurs demandeurs.

Il a, sur un autre volet, précisé que le ministère de l’Intérieur devrait faire participer les associations de chasse en Tunisie et les députés au processus d’octroi de ces armes aux usagers.

Et d’ajouter : « avoir une arme de chasse est un droit pour toute personne passionnée par ce loisir. Il est ridicule de considérer qu’il y a une relation étroite entre le terrorisme et la possession d’une arme à chasse », a-t-il affirmé…

 

par -

Le ministre de l’Intérieur, Hedi Majdoub a remis, lundi 6 février 2017, la statuette de Ganymède au ministre de la Culture, Mohamed Zine El Abidine, indique un communiqué du ministère de l’Intérieur.

Rappelons que cette statuette a été récupérée le 26 janvier dernier, par les unités sécuritaires relevant de la sous-direction des affaires criminelles, et ce après avoir été volée, en 2013, du musée de Carthage Dermech. Deux personnes impliquées dans l’affaire, ont été arrêtées.

par -

Le ministre de l’Intérieur, Hedi Majdoub, a fait savoir, dans une déclaration, ce mardi 24 janvier 2017 au journal Ekhir Khabar que les autorités enquêtent sur l’authenticité de l’information annonçant la mort du terroriste Seifeddine Ben Hassine Alias d’Abou Iyadh. Des photos du corps du terroriste ont été publiées, lundi 23 janvier 2017, par la chaîne libyenne ” Libya Al Hadath” et le site “Africa Gate News”.

Le ministre a  par ailleurs précisé à la même source que seules les analyses ADN peuvent prouver la mort d’Abou Iyadh

par -

Le ministre de l’Intérieur, Hédi Majdoub, effectue, à partir d’aujourd’hui, 23 janvier 2017, une visite de travail au royaume de Bahreïn sur invitation de son homologue, Cheikh Rached Ben Abdallah Al Khalifa, indique un communiqué du ministère de l’Intérieur rendu public, ce lundi, sur sa page Facebook.

Les deux parties débattront les perspectives de coopération entre les deux pays notamment dans le domaine sécuritaire.

par -

Le ministre de l’Intérieur, Hédi Majdoub a déclaré, lors de la plénière, du mardi 22 novembre 2016, tenue pour l’adoption du budget de son ministère, que les campagnes sécuritaires organisées durant les 10 premiers mois de l’année 2016 ont permis l’arrestation de 130 mille personnes recherchées.

Le ministre a ajouté, dans une déclaration rapportée par Jawhara Fm que les forces du ministère de l’intérieur collaborent étroitement ensemble à fin de lutter contre le terrorisme et le crime dans le pays.

par -

L’administration  de lutte contre le terrorisme de la Garde Nationale a déjouée dernièrement une tentative d’assassinat du ministre de l’Intérieur Hédi Mejdoub alors qu’il visitait la maison de ses parents à Kébili, rapporte Mosaïque Fm.

Certains accusés dans cette affaire ont été arrêtés et traduits devant la justice, indique la même source.

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Appelé «bulldozer de la finance» par notre confrère Business News, à 48 ans et des dizaines d’entreprises introduites sur la cote de la bourse...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux

SPORT

Programme de la 5e journée de l'Europa League de football qui sera disputée le jeudi 23 novembre (en heures GMT): Groupe F (18h00) Lokomotiv Moscou (RUS) -...